Aide

Communiqués

Informations sur la décision

Contenu de la décision

SUPREME COURT OF CANADA ‑‑ JUDGMENTS TO BE RENDERED IN APPEALS

 

OTTAWA,  2008-06-23.  THE  SUPREME  COURT  OF  CANADA  ANNOUNCED  TODAY  THAT  JUDGMENT  IN  THE  FOLLOWING  APPEALS  WILL  BE  DELIVERED  AT  9:45  A.M.  EDT  ON  THURSDAY,  JUNE 26,  2008.

FROM:  SUPREME  COURT  OF  CANADA  (613) 995‑4330

 

COUR SUPRÊME DU CANADA ‑‑ PROCHAINS JUGEMENTS SUR APPELS

 

OTTAWA,  2008-06-23.  LA  COUR  SUPRÊME  DU  CANADA  A  ANNONCÉ  AUJOURD’HUI  QUE  JUGEMENT  SERA  RENDU  DANS  LES APPELS SUIVANTS

LE  JEUDI  26  JUIN  2008,  À  9 h 45  HAE.

SOURCE:  COUR  SUPRÊME  DU  CANADA  (613) 995‑4330

 

Comments / Commentaires : comments@scc-csc.gc.ca

 

 

1.         Adil Charkaoui c. Ministre de la Citoyenneté, et al. (C.F.) (31597)

 

2.         Leucherin Blackman v. Her Majesty the Queen (Ont.) (31885)

 

 

 

SUPREME COURT OF CANADA ‑‑ JUDGMENT TO BE RENDERED IN APPEAL

 

OTTAWA,  2008-06-23.  THE  SUPREME  COURT  OF  CANADA  ANNOUNCED  TODAY  THAT  JUDGMENT  IN  THE  FOLLOWING  APPEAL  WILL  BE  DELIVERED  AT  9:45  A.M.  EDT  ON  FRIDAY,  JUNE  27,  2008.

FROM:  SUPREME  COURT  OF  CANADA  (613) 995‑4330

 

COUR SUPRÊME DU CANADA ‑‑ PROCHAIN JUGEMENT SUR APPEL

 

OTTAWA, 2008-06-23.  LA  COUR  SUPRÊME  DU  CANADA  A  ANNONCÉ  AUJOURD’HUI  QUE  JUGEMENT  SERA  RENDU  DANS  L'APPEL SUIVANT

LE  VENDREDI  27  JUIN  2008,  À  9 h 45  HAE.

SOURCE:  COUR  SUPRÊME  DU  CANADA  (613) 995‑4330

 

Comments / Commentaires : comments@scc-csc.gc.ca

 

 

1.         Honda Canada Inc. v. Kevin Keays, et al. (Ont.) (31739)

 

 

Note for subscribers:

The summaries of the cases are available at http://www.scc-csc.gc.ca :

Click on Cases and on SCC Case Information, type in the Case Number and press Search.  Click on the Case Number on the Search Result screen, and when the docket screen appears, click on “Summary” which will appear in the left column.

 


Alternatively, click on

http://scc.lexum.umontreal.ca/en/news_release/2008/08-06-23.2/08-06-23.2.html

 

Note pour les abonnés :

Les sommaires des causes sont affichés à l’adresse http://www.scc-csc.gc.ca :

Cliquez sur « Dossiers », puis sur « Renseignements sur les dossiers ». Tapez le no de dossier et appuyez sur « Recherche ».  Cliquez sur le no du dossier dans les Résultats de la recherche pour accéder au Registre.  Cliquez enfin sur le lien menant au « Sommaire » qui figure dans la colonne de gauche.

 

Autre façon de procéder : Cliquer sur

http://scc.lexum.umontreal.ca/fr/news_release/2008/08-06-23.2/08-06-23.2.html

 

 

31597    Adil Charkaoui v. Minister of Citizenship and Immigration and Solicitor General of Canada

 

Charter of Rights  ‑ Fundamental justice ‑ Evidence ‑ New evidence submitted to designated judge shortly before detention review resulting from issuance of security certificate with view to inadmissibility ‑ Appellant challenging belated disclosure, and reliability, of documents ‑ Destruction of Canadian Security Intelligence Service (CSIS) notes and recordings that had served as basis for ministers’ allegations ‑ Policy of destroying notes and recordings admitted ‑ Whether Court of Appeal erred in not finding that ministers and CSIS had breached Appellant’s right to procedural fairness:  (a) by systematically destroying notes from interviews in which CSIS collects evidence and by failing to disclose this practice when proceedings against Appellant were commenced; (b) by interpreting words “to the extent that it is strictly necessary” in s. 12 of CSIS Act as requiring CSIS to collect and retain only information and evidence that support argument of danger; (c) by failing to discharge their duty to disclose evidence diligently; and (d) by deciding to sign certificate of inadmissibility against Appellant on basis of CSIS investigation ‑ Whether Court of Appeal erred in underestimating impact of Respondents’ conduct on Appellant’s rights and in failing to recognize that conduct in question constituted abuse of process and that definitive stay of proceedings accordingly necessary under Division 9 of IRPA ‑ Whether Court of Appeal erred in holding that Federal Court judge determining whether security certificate reasonable under s. 80  of Immigration and Refugee Protection Act  may authorize ministers to file, in support of inadmissibility, allegations and evidence of which they had no knowledge when security certificate was signed ‑ Canadian Charter of Rights and Freedoms , s. 7  - Canadian Security Intelligence Service Act, R.S.C. 1985, c. C‑23 , s. 12  - Immigration and Refugee Protection Act, S.C. 2001, c. 27 , s. 78 (e).

 

In the context of a fourth detention review after a security certificate was issued against him, the Appellant disputed certain new allegations by the Respondent ministers.  Following the review hearing, which had been postponed, the designated judge terminated the detention.  However, the main proceeding for deportation of the Appellant from Canada was still pending.  The Appellant argued that the main proceeding was tainted by the destruction of sources of evidence and should be quashed, or that, at the very least, this new part of the evidence should be struck from the record.

 

The Federal Court dismissed the Appellant’s motion and the Federal Court of Appeal affirmed that decision.

 

Origin of the case:                                                Federal

 

File No.:                                                 31597

 

Judgment of the Court of Appeal:                     June 6, 2006

 

Counsel:                                                                Dominique Larochelle for the Appellant

                                                                                Claude Joyal and Ginette Gobeil for the Respondents

 

 


31597    Adil Charkaoui c. Le ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration et le Solliciteur général du Canada

 

Charte  des droits ‑ Justice fondamentale ‑ Preuve ‑ Nouveaux éléments de preuve présentés au juge désigné peu avant une révision de détention résultant de l’émission d’un certificat de sécurité en vue d’une interdiction de territoire ‑ Tardiveté de la transmission attaquée et fiabilité des documents contestée ‑ Destruction de notes et enregistrements du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) ayant contribué à former les allégations des ministres ‑ Politique de destruction de notes et enregistrements admise ‑ La Cour d’appel a‑t‑elle commis une erreur en ne concluant pas que les ministres et le SCSR ont enfreint le droit à l’équité procédurale de l’appelant : a) en détruisant systématiquement les notes des entrevues par lesquelles le SCRS recueille des preuves et en n’ayant pas révélé cette pratique dès le début des procédures entreprises contre l’appelant?; b) en interprétant les mots « dans la mesure strictement nécessaire » de l’art. 12 de la Loi sur le SCRS d’une manière qui limite le Service à ne recueillir et conserver que les renseignements et la preuve qui appuient la thèse de danger?; c) en n’assumant pas leur obligation de divulgation de preuve avec diligence?; d) en décidant de signer un certificat d’interdiction de territoire contre l’appelant sur la base de l’enquête du SCRS? ‑ La Cour d’appel a‑t‑elle commis une erreur en sous‑estimant l’impact de la conduite des intimés sur les droits de l’appelant et en ne reconnaissant pas que cette conduite constituait un abus de procédure commandant l’arrêt définitif des procédures en vertu de la Section 9 de la LIPR? ‑ La Cour d’appel a‑t‑elle commis une erreur en décidant qu’un juge de la Cour fédérale procédant à la détermination du caractère raisonnable d’un certificat de sécurité en vertu de l’art. 80  de la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés  peut autoriser les ministres à déposer, à l’appui de l’interdiction de territoire, des allégations et preuves qu’ils ignoraient au moment de signer un certificat de sécurité? ‑ Charte canadienne des droits et libertés , art. 7  Loi sur le service canadien du renseignement de sécurité, L.R.C. 1985, ch. C‑23 , art. 12  ‑  Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés, L.C. 2001, ch. 27 , par. 78e) .

 

Dans le cadre d’une quatrième révision de détention subséquente à l’émission d’un certificat de sécurité contre lui, l’appelant conteste certaines allégations nouvelles des ministres intimés. À l’issue de cette révision, dont il aura entre‑temps reporté la tenue, le juge désigné mettra fin à la détention. Cependant la procédure principale, devant mener à l’expulsion du territoire canadien, demeure en suspens. L’appelant soutient que la procédure principale est viciée par la destruction de sources d’éléments de preuve et devrait être annulée ou qu’à tout le moins, cette partie nouvelle de la preuve devait être rayée du dossier.

 

La Cour fédérale a rejeté la requête de l’appelant et la Cour d’appel fédérale a confirmé cette décision.

 

Origine de la cause :                                            Fédérale

 

No du greffe :                                                         31597

 

Arrêt de la Cour d’appel :                                   6 juin 2006

 

Avocats :                                                               Dominique Larochelle pour l’appelant

Claude Joyal et Ginette Gobeil pour les intimés

 

 

31885    Leucherin Blackman v. Her Majesty The Queen

 

Criminal law - Evidence - Hearsay - What evidentiary foundation is required for a trial judge to rely on the absence of motive by the declarant to lie as a factor tending to establish the inherent reliability of a hearsay statement - Whether the hearsay statements of the deceased were admissible under the principled exception to the hearsay rule.

 

In the early morning hours of April 21, 2001, eighteen year old George Ellison was fatally shot at an after-hours nightclub on Dufferin Street in Toronto.  In the confusion that followed, the shooter escaped.  Approximately ten days later, the Appellant Leucherin Blackman was arrested and charged with Ellison’s murder.

 


The only issue at trial was the identification of the shooter.  The Crown lead evidence of motive and planning and deliberation.  The Crown sought to rely on out-of-court statements allegedly made by Ellison to his mother, Ms. Freckleton, regarding a stabbing in July 2000 and shooting incident in February 2001.  The Crown relied on this testimony as evidence of motive that supported both the Crown’s identification case and its theory that the murder was both planned and deliberate.  The trial judge admitted the evidence under the principled exception to the hearsay rule.  The Appellant challenged the reliability and accuracy of this testimony.

 

After a thirty day trial before judge and jury, the Appellant was convicted of first degree murder.  On appeal, the majority of the Court of Appeal dismissed the appeal.  Simmons J.A. in dissent would have allowed the appeal, set aside the conviction and ordered a new trial on the basis that the trial judge had erred in holding that the Crown had established the threshold reliability of the evidence of Ms. Freckleton and it should not have been admitted.

 

Origin of the case:                                                Ontario

 

File No.:                                                 31885

 

Judgment of the Court of Appeal:                     December 20, 2006

 

Counsel:                                                                Leslie Maunder for the Appellant

Jennifer Woollcombe for the Respondent

 

 

31885    Leucherin Blackman c. Sa Majesté la Reine

 

Droit criminel - Preuve - Ouï-dire - Quel est le fondement probatoire requis pour qu’un juge de première instance puisse se fonder sur l’absence de raison de mentir de l’auteur de la déclaration comme élément tendant à établir la fiabilité inhérente d’une déclaration relatée? - Les déclarations relatées de la victime étaient-elles admissibles en vertu de l’exception raisonnée à la règle du ouï-dire?

 

Aux petites heures du matin, le 21 avril 2001, George Ellison, âgé de dix-huit ans, a été mortellement blessé par balle dans un bar clandestin de la rue Dufferin, à Toronto. Dans la confusion qui a suivi, le tireur s’est échappé. Environ dix jours plus tard, l’appelant Leucherin Blackman a été arrêté et a été inculpé du meurtre de M. Ellison.

 

La seule question en litige, au procès, concernait l’identification du tireur. La Couronne a présenté des preuves relatives au mobile, ainsi qu’à la question du caractère planifié et délibéré. Elle a voulu se fonder sur des déclarations extrajudiciaires qui auraient été faites par M. Ellison à sa mère, Mme Freckleton, au sujet d’une agression à coups de couteau en juillet 2000 et de coups de feu tirés en février 2001. Pour la Couronne, ce témoignage permettait d’établir le mobile sur lequel reposaient à la fois ses arguments ayant trait à l’identification et sa thèse d’un meurtre planifié et délibéré. Le juge du procès a admis cette preuve en vertu de l’exception raisonnée à la règle du ouï-dire. L’appelant a contesté la fiabilité et l’exactitude du témoignage.

 

Au terme d’un procès de trente jours devant juge et jury, l’appelant a été déclaré coupable de meurtre au premier degré. Son appel a été rejeté par un arrêt majoritaire de la Cour d’appel. La juge Simmons, dissidente, aurait accueilli l’appel, annulé la déclaration de culpabilité et ordonné un nouveau procès, au motif que le juge de première instance avait commis une erreur en concluant que la Couronne avait établi le seuil de fiabilité du témoignage de Mme Freckleton, et que celui-ci n’aurait donc pas dû être admis.

 

Origine de la cause :                                            Ontario

 

No du greffe :                                                         31885

 

Arrêt de la Cour d’appel :                                   20 décembre 2006

 

Avocates :                                                             Leslie Maunder pour l’appelant

Jennifer Woollcombe pour l’intimée

 

 

 


31739    Honda Canada Inc. operating as Honda of Canada Mfg. v. Kevin Keays

 

Employment law ‑ Unjust dismissal ‑ Punitive damages ‑ Standards of review ‑ Availability of punitive damages for wrongful dismissal if employer’s conduct was discrimination or harassment that breached human rights legislation ‑ Relevance of principles applicable to contracts for peace of mind to punitive damages in an employment law context ‑ Whether a trial judge should conduct independent research other than as to matters of law and, if so, what procedures are required? ‑ Whether punitive damages award should be reduced on appeal without increasing compensatory damages; Whether discrimination and harassment should be a separate cause of action; Whether human rights legislation should be incorporated into individual employment contracts; Effect of proportionality on compensatory and punitive damage awards; Whether overriding and palpable error standard of review should be integrated with rationality standard of review.

 

The Respondent was employed by the Appellant.  He began to suffer from Chronic Fatigue Syndrome.  He received long-term disability benefits but the benefits were cancelled and he returned to work.  He continued to experience intermittent absences.   The Appellant advised the Respondent to apply for a program that exempted employees from attendance‑related discipline.  The Respondent saw a company physician.  The employment relationship deteriorated.  The Respondent retained counsel and his enrollment in the program offering exemption from discipline was cancelled.  The Appellant demanded that the Respondent see another company physician. The Respondent requested more information on the purpose, methodology and parameters of the examination.  The Appellant refused to provide further details and the Respondent refused to meet the doctor.  The Appellant terminated the Respondent’s employment.  The Respondent brought an action for wrongful dismissal.  The Ontario Superior Court of Justice found that Keays had been wrongfully dismissed.  On appeal, the Court of Appeal unanimously upheld the trial judge’s decision that Keays was wrongfully dismissed and entitled to 15-months’ notice.  The majority reduced the award for punitive damages.

 

Origin of the case:                                                Ontario

 

File No.:                                                 31739

 

Judgment of the Court of Appeal:                     September 29, 2006

 

Counsel:                                                                Earl A. Cherniak, Q.C., Jasmine T. Akbarali and Roslynn J. Kogan for the                                                                         appellant.

Hugh R. Scher for the respondent / appellant on cross‑appeal.

George Avraam and Mark Mendl for the intervener Alliance of Manufacturers & Exporters Canada.

Stuart Rudner and Stephen Rotstein for the intervener Human Resources Professionals Association of Ontario.

Philippe Dufresne for the intervener Canadian Human Rights Commission.

Anthony D. Griffin for the intervener Ontario Human Rights Commission.

Sarah Lugtig for the intervener Manitoba Human Rights Commission.

Chris G. Paliare and Andrew K. Lokan for the intervener National ME/FM Action Network.

Frances M. Kelly and Gwen Brodsky for the Intervener Council of Canadians with Disabilities.

Susan Ursel and Kim Bernhardt for the intervener Women's Legal Education and Action Fund.

Debra M. McAllister and Ivana Petricone for the intervener Ontario Network of Injured Workers' Groups.

 

 


31739    Honda Canada Inc. faisant affaire sous le nom Honda of Canada Mfg. c. Kevin Keays

 

Droit de lemploi - Congédiement injustifié - Dommages-intérêts punitifs - Normes de contrôle - Possibilité daccorder des dommages-intérêts punitifs si le comportement de lemployeur constituait de la discrimination ou du harcèlement contrevenant à la législation sur les droits de la personne - Pertinence des principes applicables aux contrats relatifs à la tranquillité desprit à l’égard des dommages-intérêts punitifs dans le contexte du droit de lemploi - Un juge de première instance devrait-il effectuer des recherches indépendantes sur des questions autres que de droit et, dans laffirmative, quelle démarche est-il alors tenu de suivre? - Y-a-t-il lieu de réduire en appel les dommages-intérêts punitifs sans accroître les dommages-intérêts compensatoires? La discrimination et le harcèlement devrait-ils constituer une cause daction distincte? La législation sur les droits de la personne devrait-elle être incorporée aux contrats de travail individuels? Effet de la proportionnalité sur les dommages-intérêts compensatoires et punitifs - La norme de contrôle de lerreur manifeste et dominante devrait-elle être intégrée à la norme de contrôle de la rationalité?

 

L’intimé était employé par la demanderesse. Il a été atteint du syndrome de fatigue chronique. Il a reçu des prestations dinvalidité de longue durée, mais lorsque lentreprise a cessé de les verser, il a repris son travail. Il a continué à sabsenter par intermittence. La demanderesse a demandé à lintimé de sinscrire à un programme permettant  à des employés d’éviter de faire lobjet de mesures disciplinaires liées à labsentéisme. Lintimé a vu un médecin de lentreprise.  Les relations entre lemployeur et lemployé se sont détériorées. Lintimé a retenu les services dun avocat et lentreprise a annulé son inscription au programme permettant de se soustraire aux mesures disciplinaires. La demanderesse a exigé que lintimé voie un autre médecin de lentreprise. Lintimé a voulu en savoir davantage sur lobjectif, la méthodologie et les paramètres de lexamen. La demanderesse a refusé de donner des détails et lintimé a refusé de rencontrer le médecin. La demanderesse a mis fin à lemploi de lintimé. Lintimé a intenté une action pour congédiement injustifié. La Cour supérieure de justice de l’Ontario a conclu que M. Keays avait fait l’objet d’un congédiement injustifié. En appel, la Cour d’appel a confirmé à l’unanimité la décision du juge de première instance selon laquelle M. Keays a fait l’objet d’un congédiement injustifié et avait droit à un préavis de 15 mois. Les juges majoritaires ont réduit les dommages‑intérêts punitifs.

 

Origine :                                                 Ontario

 

No du greffe :                                                         31739

 

Jugement de la Cour d’appel :                            29 septembre 2006

 

Avocats :                                                               Earl A. Cherniak, c.r., Jasmine T. Akbarali et Roslynn J. Kogan pour                                                                  l’appellant.

Hugh R. Scher pour l’intimé.

George Avraam and Mark Mendl pour l’intervenant Alliance of Manufacturers & Exporters Canada.

Stuart Rudner and Stephen Rotstein pour l’intervenant Human Resources Professionals Association of Ontario.

Philippe Dufresne pour l'intervenant Canadian Human Rights Commission.

Anthony D. Griffin pour l'intervenant Ontario Human Rights Commission.

Sarah Lugtig pour l'intervenant Manitoba Human Rights Commission.

Chris G. Paliare et Andrew K. Lokan pour l'intervenant National ME/FM Action Network.

Frances M. Kelly et Gwen Brodsky pour l'intervenant Council of Canadians with Disabilities.

Susan Ursel et Kim Bernhardt pour l'intervenant Women's Legal Education and Action Fund.

Debra M. McAllister et Ivana Petricone pour l'intervenant Ontario Network of Injured Workers' Groups.

 

 

Lexum

Le site de Lexum constitue la principale source publique des décisions de la Cour suprême depuis près de 20 ans.


>

Decisia

 

Un accès efficace à vos décisions

Decisia est un service en ligne pour les cours, tribunaux administratifs et les ordres professionnels cherchant à offrir un accès facile et professionnel à leurs décisions à partir de leur site web.

Savoir Plus