Aide

Communiqués

Informations sur la décision

Contenu de la décision

SUPREME COURT OF CANADA ‑‑ JUDGMENTS TO BE RENDERED IN LEAVE APPLICATIONS

OTTAWA, 2009-02-02.  THE  SUPREME  COURT  OF  CANADA  ANNOUNCED  TODAY  THAT  JUDGMENT  IN  THE  FOLLOWING  APPLICATIONS  FOR  LEAVE  TO  APPEAL  WILL  BE  DELIVERED  AT  9:45  A.M.  EST  ON  THURSDAY,  FEBRUARY  5,  2009.  THIS  LIST  IS  SUBJECT  TO  CHANGE.

FROM:  SUPREME  COURT  OF  CANADA  (613) 995‑4330

 

COUR SUPRÊME DU CANADA ‑‑ PROCHAINS JUGEMENTS SUR DEMANDES D’AUTORISATION

OTTAWA, 2009-02-02.  LA  COUR  SUPRÊME  DU  CANADA  ANNONCE  QUE  JUGEMENT  SERA  RENDU  DANS  LES  DEMANDES  D’AUTORISATION  D’APPEL  SUIVANTES  LE  JEUDI  5  FÉVRIER  2009,  À  9 H 45  HNE.  CETTE  LISTE  EST  SUJETTE  À  MODIFICATIONS.

SOURCE:  COUR  SUPRÊME  DU  CANADA  (613) 995‑4330

 

COMMENTS/COMMENTAIRES: comments@scc-csc.gc.ca

 

Note for subscribers:

The summaries of the cases are available at http://www.scc-csc.gc.ca :

Click on Cases and on SCC Case Information, type in the Case Number and press Search.  Click on the Case Number on the Search Result screen, and when the docket screen appears, click on “Summary” which will appear in the left column.

Alternatively, click on

http://scc.lexum.umontreal.ca/en/news_release/2009/09-02-02.2a/09-02-02.2a.html

 

Note pour les abonnés :

Les sommaires des causes sont affichés à l’adresse http://www.scc-csc.gc.ca:

Cliquez sur « Dossiers », puis sur « Renseignements sur les dossiers ». Tapez le no de dossier et appuyez sur « Recherche ».  Cliquez sur le no du dossier dans les Résultats de la recherche pour accéder au Registre.  Cliquez enfin sur le lien menant au « Sommaire » qui figure dans la colonne de gauche.

Autre façon de procéder : Cliquer sur

http://scc.lexum.umontreal.ca/fr/news_release/2009/09-02-02.2a/09-02-02.2a.html

 

 

 

1.             Michael Shieh v. Certified General Accountants Association of British Columbia (B.C.) (Civil) (By Leave) (32848)

 

2.             C.A.M. v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Criminal) (By Leave) (32855)

 

3.             Afzal Hussain v. Attorney General of Canada (F.C.) (Civil) (By Leave) (32816)

 

4.             Canadian Council for Refugees et al. v. Her Majesty the Queen (F.C.) (Civil) (By Leave) (32820)

 

5.             Her Majesty the Queen v. Robert Badgerow (Ont.) (Criminal) (By Leave) (32869)

 

6.         John Arthur Frye v. Cheryl Vanessa Sylvestre et al. (Ont.) (Civil) (By Leave) (32886)

 

7.         Vancouver City Savings Credit Union v. Marcia Lynne Smith (B.C.) (Civil) (By Leave) (32817)


8.         Corn Products International, Inc. et al. v. Sun‑Rype Products Ltd. et al. - and between - Archer Daniels Midland Company and ADM Agri-Industries Company v. Sun-Rype Products Ltd. et al. - and between - Tate & Lyle Ingredients Americas, Inc. formerly known as A.E. Staley Manufacturing Company v. Sun-Rype Products Ltd. et al - and between - Cargill, Incorporated, Cerestar USA, Inc. formerly known as American Maize-Products Company and Cargill Limited v. Sun-Rype Products Ltd. et al. (B.C.) (Civil) (By Leave) (32834)

 

9.         British Columbia Government and Service Employees Union v. Government of British Columbia (Represented by the B.C. Public Service Agency) (B.C.) (Civil) (By Leave) (32878)

 

10.           Dens Tech ‑ Dens KG v. Netdent‑Technologies Inc. et al. (Que.) (Civil) (By Leave) (32819)

 

 

 

32848    Michael Shieh v. Certified General Accountants Association of British Columbia

(B.C.) (Civil) (By Leave)

 

Administrative law - Appeals - Procedure - Whether the Court of Appeal erred in dismissing the application for an extension of time.

 

On January 22, 2008, the Court of Appeal for British Columbia ordered that the Applicant’s appeal be dismissed as abandoned.  The Applicant then applied to the Supreme Court of Canada; however his application for leave to appeal was not accepted for filing.  On June 4, 2008, the Applicant applied to the Court of Appeal for an extension of time to file an application to vary the January 22, 2008 order.  The application was dismissed.

 


February 13, 2007

Supreme Court of British Columbia

(Shaw J.)

Neutral citation: 2007 BCSC 202

 

Appeal dismissed except to the extent that it is allowed in respect of the panel’s orders of solicitor-client costs

 

 

 

January 22, 2008

Court of Appeal for British Columbia

(Vancouver)

(Chiasson J.A.)

Neutral citation: 2008 BCCA 24

 

Appeal dismissed as abandoned

 

 

 

July 7, 2008

Court of Appeal for British Columbia

(Vancouver)

(Levine J.A.)

 

Application for an extension of time to bring an application to vary dismissed

 

 

 

September 23, 2008

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 

 


 

32848    Michael Shieh c. Certified General Accountants Association of British Columbia

(C.-B.) (Civile) (Sur autorisation)

 

Droit administratif - Appels - Procédure - La Cour d’appel a-t-elle eu tort de rejeter la demande de prorogation de délai?

 

Le 22 janvier 2008, la Cour d’appel de la Colombie-Britannique a ordonné le rejet de l’appel du demandeur pour cause d’abandon. Le demandeur a ensuite fait une demande à la Cour suprême du Canada; toutefois, le dépôt de sa demande d’autorisation d’appel a été refusé.  Le 4 juin 2008, le demandeur a présenté à la Cour d’appel une demande de prorogation du délai de dépôt d’une demande de modification de l’ordonnance du 22 janvier.  La demande a été rejetée.

 



13 février 2007

Cour suprême de la Colombie Britannique

(juge Shaw)

Référence neutre : 2007 BCSC 202

 

 

 

 

 

Appel rejeté, sauf dans la mesure où il est accueilli à l’égard des ordonnances de la formation condamnant aux dépens procureur-client22 janvier 2008

Cour d’appel de la Colombie-Britannique

(Vancouver)

(juge Chiasson)

Référence neutre : 2008 BCCA 24

 

Appel rejeté pour cause d’abandon

 

 

 

7 juillet 2008

Cour d’appel de la Colombie-Britannique

(Vancouver)

(juge Levine)

 

Demande de prorogation du dépôt de la demande de modification rejetée

 

 

 

23 septembre 2008

Cour suprême du Canada

 

Demande d’autorisation d’appel déposée

 

 

 


 

32855   C.A.M. v. Her Majesty the Queen

(Ont.) (Criminal) (By Leave)

 

(Publication ban in case) (Publication ban on party)

 

Criminal law (Non Charter) - Charge to jury - Whether the Court of Appeal erred in holding that defence counsels failure to object excused the trial judge from properly instructing the jury as to the limited use of evidence of the Applicants discreditable conduct.

 

The Applicant was charged with various offences related to the sexual assault of his daughter. The complainant was sexually assaulted regularly over a three-year period beginning when she was 13 years old. She contracted a venereal disease from the Applicant and became pregnant, at which time the Applicant arranged for an abortion. The Applicant also struck her on various occasions, resulting in permanent injury to her ear. The Applicant was found guilty of all counts by a jury and the appeal on conviction and sentence was dismissed.

 


April 12, 2006

Ontario Superior Court of Justice

(Hamilton J.)

 

Guilty of sexual interference, incest, sexual assault, sexual exploitation and assault causing bodily harm

 

 

 

May 30, 2008

Court of Appeal for Ontario

(Moldaver, Sharpe and Blair JJ.A.)

Neutral citation: 2008 ONCA 430

 

Appeal dismissed

 

 

 

November 13, 2008

Supreme Court of Canada

 

Motion for extension of time and application for leave to appeal filed

 

 

 


 

32855   C.A.M. c. Sa Majesté la Reine

(Ont.) (Criminelle) (Sur autorisation)

 

(Ordonnance de non-publication dans le dossier) (Ordonnance de non-publication visant une partie)

 

Droit criminel (Excluant la Charte) - Exposé au jury - La Cour dappel a-t-elle eu tort de conclure que le défaut de lavocat de la défense de faire objection dispensait le juge du procès de donner des directives adéquates au jury quant à lutilisation limitée de la preuve de la conduite déshonorante du demandeur?

 

Le demandeur a été accusé de diverses infractions liées à des agressions sexuelles contre sa fille. La plaignante a été agressée sexuellement sur une période de trois ans à compter de l’âge de treize ans. Elle a contracté une maladie vénérienne du demandeur et est tombée enceinte, à la suite de quoi le demandeur a pris des dispositions pour quelle se fasse avorter. Le demandeur la également frappée à diverses occasions, lui causant une blessure permanente à loreille. Le demandeur a été déclaré coupable relativement à tous les chefs par un jury et lappel de la déclaration de culpabilité et de la peine a été rejeté.

 



12 avril 2006

Cour supérieure de justice de lOntario

(juge Hamilton)

 

Demandeur déclaré coupable de contacts sexuels, dinceste, dagression sexuelle, dexploitation sexuelle et de voies de fait causant des lésions corporelles

 

 

 

30 mai 2008

Cour dappel de lOntario

(juges Moldaver, Sharpe et Blair)

Référence neutre : 2008 ONCA 430

 

Appel rejeté

 

 

 

13 novembre 2008

Cour suprême du Canada

 

Requête en prorogation de délai et demande dautorisation dappel déposées

 

 

 


 

32816   Afzal Hussain v. Attorney General of Canada

(F.C.) (Civil) (By Leave)

 

Administrative law - Judicial review - Whether the Court of Appeal erred in refusing to reconsider its decision to deny the motion for an extension of time to file and serve a notice of application for judicial review.

 

The Applicant applied for disability benefits under the Canada Pension Plan in 2001, three years after his deportation. His application for disability benefits was refused and an appeal to a Review Tribunal was unsuccessful. The Applicant appealed to the Pension Appeals Board. The Appeal was dismissed and the Applicant sought judicial review at the Federal Court of Appeal. After much instruction by the Federal Court, the Applicant failed to properly apply for an extension of time to file the notice of application for judicial review and the motion for an extension of time was denied. The Applicant requested the Federal Court to reconsider its decision and this motion was denied.

 


July 30, 2007

Pension Appeals Board

(Grotsky I., Riche D.G., Boland Janet L.)

 

Appeal of decision denying the Applicant CPP disability benefits dismissed

 

 

 

May 23, 2008

Federal Court of Appeal

(Trudel J.A.)

 

Extension of time to file a notice of application for judicial review dismissed

 

 

 

June 6, 2008

Federal Court of Appeal

(Trudel J.A.)

 

Motion to reconsider the decision in the motion for an extension of time dismissed

 

 

 

August 7, 2008

Supreme Court of Canada

 

November 7, 2008

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 

Motion to extend time to serve the application filed

 

 

 


 

32816   Afzal Hussain c. Procureur général du Canada

(C.F.) (Civile) (Sur autorisation)

 

Droit administratif - Contrôle judiciaire - La Cour dappel a-t-elle eu tort de refuser de réexaminer sa décision de rejeter la requête en prorogation du délai de dépôt et de signification de la demande de contrôle judiciaire?

 

Le demandeur a demandé des prestations dinvalidité sous le Régime de pensions du Canada en 2001, trois ans après son expulsion. Sa demande de prestations dinvalidité a été rejetée, tout comme son appel au tribunal de révision. Le demandeur a interjeté appel à la Commission dappel des pensions. Lappel a été rejeté et le demandeur a présenté une demande de contrôle judiciaire à la Cour dappel fédérale. Après plusieurs directives de la Cour fédérale, le demandeur na pas dûment présenté de demande de prorogation du délai de dépôt de la demande de contrôle judiciaire et la requête en prorogation de délai a été rejetée. Le demandeur a demandé à la Cour fédérale de réexaminer sa décision et cette requête a été rejetée.

 



30 juillet 2007

Commission dappel des pensions

(I. Grotsky, D.G. Riche, Janet L. Boland)

 

Appel de la décision de refuser au demandeur des prestations dinvalidité du RPC rejeté

 

 

 

23 mai 2008

Cour dappel fédérale

(juge Trudel)

 

Prorogation du délai de dépôt dun avis de demande de contrôle judiciaire refusée

 

 

 

6 juin 2008

Cour dappel fédérale

(juge Trudel)

 

Requête en réexamen de la décision relative à la requête en prorogation de délai rejetée

 

 

 

7 août 2008

Cour suprême du Canada

 

7 novembre 2008

Cour suprême du Canada

 

Demande dautorisation dappel déposée

 

 

Requête en prorogation du délai de signification de la demande déposée

 

 

 


 

32820   Canadian Council for Refugees, Canadian Council of Churches, Amnesty International and John Doe v. Her Majesty the Queen

(F.C.) (Civil) (By Leave)

 

(Sealing order)

 

Charter of Rights ‑ Immigration ‑ Convention refugees ‑ Whether the Regulations and the operation of the Safe Third Country Agreement between Canada and the U.S. are contrary to the ss. 7 and 15 of the Charter and are not saved by section 1‑ Whether the designation of the U.S. as a safe third country is ultra vires the Governor‑in‑Council ‑ Whether the Court of Appeal erred in interpreting s. 102 of the Immigration and Refugee Protection Act (IRPA) as permitting the Governor‑in‑Council to designate a country that is not actually in compliance with international refugee conventions ‑ Whether the Applicants have standing to bring the challenge ‑ Whether the Court of Appeal erred in finding that the Applicants could not challenge the ongoing designation of the U.S. or rely on evidence postdating the promulgation of the Regulations ‑ Whether the Court of Appeal erred in finding that the Governor‑in‑Council had conducted the continuing review required by s. 102(3) of the IRPA.

 

The Applicants, including John Doe, a refugee claimant from Columbia, applied for judicial review after Does refugee claim in the United States failed, challenging the Safe Third Country Agreement (STCA) between Canada and the United States. The agreement, part of the Smart Border Declaration, deems certain foreign nationals who attempt to enter Canada at a land border from a designated country ineligible to make a refugee claim.  John Doe came to the U.S. from Columbia in 2000 and overstayed his tourist visa, triggering a removal proceeding.  He submitted an application for asylum in the U.S., alleging persecution by the Revolutionary Armed Forces of Columbia.  His claim for protection was refused by a U.S. immigration judge in 2005 and the decision was upheld on appeal.  He then submitted new evidence to the Board of Immigration Appeals in the U.S. that was accepted and, during the course of the litigation in the case at bar, he was granted asylum in the U.S. The Applicants sought a declaration that the designation of the United States as a safe third country for asylum seekers, and the resulting ineligibility for refugee protection in Canada for certain of those asylum seekers, was invalid and unlawful pursuant to administrative law principles, the Charter and international law. The Applicants claimed, inter alia, that the Regulations authorizing the STCA was invalid because the preconditions that U.S. comply with certain international conventions protecting refugees and prohibiting the return of people to places of persecution and torture were not met.

 



November 29, 2007

Federal Court of Canada

(Phelan J.)

Neutral citation:  2007 FC 1262

 

 

 

 

 

Declaration quashing designation of U.S. as safe third country.  IRPA Regulations and agreement between U.S. and Canada declared ultra vires and in violation of the Charter

 

 


June 27, 2008

Federal Court of Appeal

(Richard C.J. and Noël and Evans JJ.A.)

Neutral citation:  2008 FCA 229

 

Appeal allowed

 

 

 

September 26, 2008

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 

 


 

32820   Conseil canadien pour les réfugiés, Conseil canadien des églises, Amnistie internationale et M. Untel c. Sa Majesté la Reine

(C.F.) (Civile) (Sur autorisation)

 

(Ordonnance de mise sous scellés)

 

Charte des droits ‑ Immigration ‑ Réfugiés au sens de la Convention ‑ Le règlement et la mise en œuvre de lEntente sur les pays tiers sûrs conclue entre le Canada et les États-Unis sont-ils contraires aux art. 7 et 15 de la Charte sans être légitimés par lapplication de larticle premier? ‑ La désignation des États-Unis comme « tiers pays sûr » excède-t-elle le pouvoir conféré au gouverneur en conseil? ‑ La Cour dappel a-t-elle mal interprété lart. 102 de la Loi sur limmigration et la protection des réfugiés (« LIPR ») comme permettant au gouverneur en conseil de désigner un pays qui ne respecte pas effectivement les conventions internationales sur les réfugiés? ‑ Les demandeurs ont-ils la qualité pour agir pour introduire la contestation? ‑ La Cour dappel fédérale a-t-elle eu tort de conclure que les demandeurs ne pouvaient pas contester la désignation actuelle des États-Unis ou sappuyer sur une preuve postérieure à la promulgation du règlement? ‑ La Cour dappel a-t-elle eu tort de conclure que le gouverneur en conseil avait effectué le suivi de lexamen prescrit par le par. 102(3) de la LIPR?

 

Les demandeurs, y compris M. Untel, un demandeur dasile de Colombie, ont demandé le contrôle judiciaire à la suite du rejet de la demande dasile de M. Untel aux États-Unis, contestant lEntente sur les tiers pays sûrs (« lEntente ») conclue entre le Canada et les États-Unis. En vertu de lEntente, conclue dans le cadre de la Déclaration sur la frontière intelligente, certains ressortissants étrangers qui cherchent à entrer au Canada à une frontière terrestre à partir dun « pays désigné » sont réputés inhabiles à présenter une demande dasile.  M. Untel est arrivé aux États-Unis de Colombie en 2000 et a séjourné indûment dans ce pays après lexpiration de son visa de touriste, déclenchant une procédure dexpulsion.  Il a présenté une demande dasile aux États-Unis, alléguant la persécution par les Forces armées révolutionnaires de Colombie.  Sa demande de protection a été rejetée par un juge dimmigration des États-Unis en 2005 et la décision a été confirmée en appel. Il a ensuite présenté une nouvelle preuve à la commission dappel de limmigration des États-Unis qui a été acceptée et, en cours dinstance en lespèce, il sest vu octroyer lasile aux États-Unis. Les demandeurs ont sollicité un jugement déclarant que tant la désignation des États-Unis comme « pays tiers sûr » pour les demandeurs dasile que linhabilité de certains demandeurs dasile à présenter une demande dasile au Canada étaient invalides et illégales en vertu des principes de droit administratif, de la Charte et du droit international. Les demandeurs ont notamment affirmé que le règlement autorisant lEntente est invalide parce que les conditions préalables à la prise de ce règlement nont pas été respectées, parce que les États-Unis ne se conforment pas à certaines conventions internationales protégeant les réfugiés et interdisant de les renvoyer vers des endroits où ils risquent la persécution et la torture.  

 


29 novembre 2007

Cour fédérale

(juge Phelan)

Référence neutre : 2007 FC 1262

 

Jugement déclaratoire annulant la désignation des États-Unis comme tiers pays sûr. Le règlement pris en application de la LIPR et lentente entre les États-Unis et le Canada sont déclarés ultra vires et en violation de la Charte

 

 

 


27 juin 2008

Cour dappel fédérale

(juge en chef Richard et juges Noël et Evans)

Référence neutre : 2008 FCA 229

 

Appel accueilli

 

 

 


26 septembre 2008

Cour suprême du Canada

 

 

 

 

 


Demande dautorisation dappel déposée

 

 

 

 

 

 

32869   Her Majesty the Queen v. Robert Badgerow

(Ont.) (Criminal) (By Leave)

 

Canadian Charter of Rights and Freedoms, s. 10(b) - Criminal law - Right to retain and instruct counsel without delay - Right to counsel of choice - Whether the police are required to inquire whether an accused, who has spoken to counsel, has received satisfactory legal advice in order to fulfill the implementational duty upon them under s. 10(b) of the Charter - Whether the Court of Appeal was entitled to speculate as to the adequacy of the legal instruction, in considering whether an accuseds right to counsel under s. 10(b) has been infringed - Whether the Court of Appeal was entitled to substitute its findings of fact for those of the trial judge absent a misapprehension of the evidence, failure to consider the evidence of error in law or whether deference should be given to the trial judges findings of fact on a Charter voir dire.

 

The victims body was found in a ravine in June 1981. She was lying face‑down in a creek with a tire over her head and her purse strap wrapped around her neck. She had been strangled and drowned. Forensic testing revealed the presence of semen on her jeans and in her vagina. The victims murder remained unsolved for many years. In 1997, the Centre for Forensic Sciences was able to extract a DNA profile from the semen found at the murder scene. The police sought DNA samples from several suspects, including Mr. Badgerow. Forensic testing confirmed that his DNA matched the DNA profile of the semen found on the victims body. Following his arrest, the accused asked to speak to a specific lawyer, Jones. When he was unable to reach Jones, he attempted to contact two other lawyers and eventually spoke to one of Joness partners. After a brief telephone conversation with the partner, the accused told the arresting officer that he had instructed the partner to keep trying to get in touch with Jones. On being asked by the arresting officer if he was satisfied he had spoken to counsel, the accused said yes, but asked if he could make another call. The arresting officer refused and proceeded to interview the accused. The accused gave a videotaped statement to the police in which he denied knowing or recognizing the victim or having any involvement in her murder. On being informed that the police had a DNA match, he said he did not have an explanation and it would be up to his lawyer to answer any more questions. The accused testified at trial and claimed that he had consensual sex in 1981 with a female stranger he met in the parking lot of a bar near the ravine. He said that he and the woman smoked a joint in his truck and then had sex. He said he never saw the woman again after she left his truck. He denied being in the ravine with the victim, killing her, or placing a 911 call.

 


April 13, 2001

Ontario Superior Court of Justice

(Lofchik J.)

 

Conviction: first degree murder

 

 

 

September 5, 2008

Court of Appeal for Ontario

(Rosenberg, Simmons and LaForme JJ.A.)

 

Appeal allowed

 

 

 

November 3, 2008

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 

 

November 27, 2008

Supreme Court of Canada

 

Motion for an extension of time to file and serve leave application filed

 

 

 


 


32869   Sa Majesté la Reine c. Robert Badgerow

(Ont.) (Criminelle) (Sur autorisation)

 

Charte canadienne des droits et libertés, par. 10 b) - Droit criminel - Droit davoir recours sans délai à lassistance dun avocat - Droit à lavocat de son choix - Les policiers sont-ils tenus de vérifier si laccusé, qui a parlé à un avocat, a reçu des conseils adéquats de celui-ci pour satisfaire à lobligation de mise en application qui leur incombe en vertu du par. 10 b) de la Charte?- La Cour dappel avait-elle le droit se sinterroger sur le caractère adéquat des conseils donnés par lavocat dans son examen de la question de savoir si le droit de laccusé à un avocat garanti au par. 10 b) a été violé? - La Cour dappel avait-elle le droit de substituer ses conclusions de fait à celles du juge de première instance en labsence dinterprétation erronée de la preuve, du défaut de considérer la preuve derreur de droit, ou devait-elle plutôt faire preuve de retenue à l’égard des conclusions de fait du juge de première instance à la suite dun voir-dire relatif à la Charte?

 

Le corps de la victime a été trouvé dans un ravin en juin 1981. Elle était étendue face contre terre dans un ruisseau avec un pneu sur la tête et la sangle de son sac à main autour du cou. Elle avait été étranglée et noyée. Des essais médico-légaux ont révélé la présence de sperme sur son jean et dans son vagin. Le meurtre de la victime est demeuré non résolu pendant plusieurs années. En 1997, le Centre des sciences judiciaires a pu extraire un profil dADN du sperme trouvé sur la scène du meurtre. La police a obtenu des échantillons dADN de plusieurs suspects, y compris M. Badgerow. Des essais médico-légaux ont confirmé que son ADN correspondait au profil dADN du sperme trouvé sur le corps de la victime. À la suite de son arrestation, laccusé a demandé de parler à un avocat en particulier, Me Jones. Incapable de joindre Me Jones, il a tenté de communiquer avec deux autres avocats et a fini par parler à un des associés de Me Jones. Après une brève conversation téléphonique avec lassocié, laccusé a dit à lagent qui avait procédé à larrestation quil avait demandé à lassocié de continuer à tenter de joindre Me Jones. Lorsque lagent lui a demandé sil considérait quil avait parlé à un avocat, laccusé a répondu par laffirmative, mais a demandé sil pouvait faire un autre appel. Lagent a refusé et a commencé à interroger laccusé. Laccusé a donné à la police une déclaration enregistrée sur bande vidéo dans laquelle il a nié connaître ou reconnaître la victime ou avoir été impliqué de quelque façon que ce soit dans le meurtre. Informé du fait que la police avait la preuve que son ADN correspondait à celui trouvé sur le corps de la victime, il a dit quil navait pas dexplication et quil appartiendrait à son avocat de répondre à toute autre question. Laccusé a témoigné à son procès et a affirmé quil avait eu des rapports sexuels consensuels en 1981 avec une femme inconnue quil avait rencontrée dans le stationnement dun bar près du ravin. Il a affirmé que lui et la femme avaient fumé un joint dans son camion et avaient eu des rapports sexuels. Il a affirmé quil na plus jamais revu la femme après quelle a quitté son camion. Il a nié s’être retrouvé dans le ravin avec la victime, lavoir tuée ou avoir composé le 911.

 


13 avril 2001

Cour supérieure de justice de lOntario

(juge Lofchik)

 

Déclaration de culpabilité : meurtre au premier degré

 

 

 

5 septembre 2008

Cour dappel de lOntario

(juges Rosenberg, Simmons et LaForme)

 

Appel accueilli

 

 

 

3 novembre 2008

Cour suprême du Canada

 

Demande dautorisation dappel déposée

 

 

 

27 novembre 2008

Cour suprême du Canada

 

Requête en prorogation du délai de dépôt et de signification de la demande dautorisation, déposée

 

 

 


 

 

32886    John Arthur Frye v. Cheryl Vanessa Sylvestre, Todd Burns as the Estate Trustees during litigation of the Estate of Cameron Edward Frye, deceased, Cheryl Vanessa Sylvestre in her personal capacity, George H. Frye, and Eldon Donald Frye, by his Litigation Guardian George H. Frye

(Ont.) (Civil) (By Leave)

 


Wills and estates ‑ Wills ‑ Commercial law ‑ Corporations ‑ Shareholders’ agreement ‑ Deceased shareholder bequeathing his shares to another shareholder in a closely‑held family corporation ‑ Shareholders’ agreement restricting share transfers without consent of all shareholders ‑ Whether the Court of Appeal erred by enforcing provisions of a will and ignoring provisions in the shareholders’ agreement. Cheryl Sylvestre and Jack, Donny, Bing and Cam Frye, are the five children of the late George H. Frye who died in 1991, leaving the shares of his company, George H. Frye Holdings Ltd., to his children in equal shares. As Donny is a disabled adult, Bing, Cheryl and Cam were appointed  trustees of two trusts held for his benefit. The letters patent under which the company was incorporated in 1968 contained a provision restricting the right to transfer shares of the company without the express resolution of the board of directors.  In 1991, the five siblings entered into a shareholders’ agreement that was confirmed by a second agreement signed in 1994 containing a clause restricting the transfer of shares, and requiring any shareholder wishing to sell his or her shares to first offer them to the company, and then to the other shareholders on a pro rata basis. The agreement only permitted a sale to a non‑shareholder after these offers were declined.  The agreement also acknowledged that the intention was to preserve the Frye Group as a family business, and for all of the children to share equally in it. The Frye siblings feuded constantly over the years over control of the business.  In 1994, Bing sold all of his shares back to the company, increasing the interest held by Cam, Jack, Cheryl, and Donny’s trusts to 25 percent each. Cam passed away in April 2002 and, pursuant to his will, Cheryl and a friend were appointed as his estate trustees, and all of his shares in the company were bequeathed to Cheryl. Jack brought an action challenging the validity of the gift to Cheryl, alleging that Cam lacked domicile in Ontario and testamentary capacity at the time he made the will; that Cheryl asserted or should have been presumed to have asserted undue influence over Cam when he made his will; and that the shareholders’ agreement prohibited Cam from transferring his shares to Cheryl through his will.

 


August 2, 2006

Ontario Superior Court of Justice

(Patterson J.)

Neutral citation:  2006 O.J. No. 2081

 

Order declaring bequest to Cheryl was null and void

 

 

 

September 9, 2008

Court of Appeal for Ontario

(Simmons, Juriansz and Rouleau JJ.A.)

Neutral citation:  2008 ONCA 606

 

Appeal allowed

 

 

 

November 10, 2008

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 

 


 

32886    John Arthur Frye c. Cheryl Vanessa Sylvestre, Todd Burns en leur qualité de fiduciaires de la succession pendant l’instance portant sur la succession de Cameron Edward Frye, décédé, Cheryl Vanessa Sylvestre en sa qualité personnelle, George H. Frye, et Eldon Donald Frye, par son tuteur à l’instance George H. Frye

(Ont.) (Civile) (Sur autorisation)

 

Testaments et successions ‑ Testaments ‑ Droit commercial ‑ Personnes morales ‑ Convention d’actionnaires ‑ Un actionnaire décédé a légué ses actions à un autre actionnaire dans une société familiale fermée - La convention d’actionnaires limite les transferts d’actions sans le consentement de tous les actionnaires ‑ La Cour d’appel a-t-elle eu tort d’exécuter les dispositions d’un testament et en faisant abstraction de dispositions de la convention d’actionnaires?

 


Cheryl Sylvestre, de même que Jack, Donny, Bing et Cam Frye, sont les cinq enfants de feu George H. Frye, décédé en 1991, qui a légué les actions de sa compagnie, George H. Frye Holdings Ltd., à ses enfants à parts égales. Parce que Donny est un adulte handicapé, Bing, Cheryl et Cam ont été nommés fiduciaires des deux fiducies détenues à son avantage. Les lettres patentes en vertu desquelles la compagnie a été constituée en 1968 renfermaient une disposition limitant le droit de transférer des actions de la compagnie sans le consentement exprès du conseil d’administration.  En 1991, les cinq enfants ont conclu une convention d’actionnaires confirmée par une deuxième convention signée en 1994 renfermant une clause limitant le transfert des actions et obligeant tout actionnaire qui souhaite vendre ses actions de les offrir d’abord à la compagnie, puis aux autres actionnaires au pro rata. En vertu de la convention, la vente à un non-actionnaire n’était permise qu’en cas de refus de ces offres. La convention reconnaissait également que l’intention était de conserver le groupe Frye en tant qu’entreprise familiale et de faire en sorte que tous les enfants aient une participation égale. Les frères et soeur Frye se sont disputés constamment au cours des années sur le contrôle de l’entreprise.  En 1994, Bing a revendu toutes ses actions à la compagnie, avec pour effet d’accroître la participation de Cam, Jack, Cheryl, et des fiducies de Donny à 25 p. 100 chacun. Cam est décédé en avril 2002 et, en vertu de son testament, Cheryl et un ami ont été nommés fiduciaires de sa succession, et toutes ses actions dans la compagnie ont été léguées à Cheryl. Jack a intenté une action contestant la validité du legs à Cheryl, alléguant que Cam n’était pas domicilié en Ontario et n’avait pas la capacité testamentaire au moment de rédiger son testament, que Cheryl avait exercé, de fait ou par présomption, une influence indue sur Cam lorsqu’il a rédigé son testament et que la convention d’actionnaires interdisait à Cam de transférer ses actions à Cheryl par testament.

 


2 août 2006

Cour supérieure de justice de l’Ontario

(juge Patterson)

Référence neutre : 2006 O.J. No. 2081

 

Ordonnance déclarant la nullité absolue du legs à Cheryl

 

 

 

9 septembre 2008

Cour d’appel de l’Ontario

(juges Simmons, Juriansz et Rouleau)

Référence neutre : 2008 ONCA 606

 

Appel accueilli

 

 

 

10 novembre 2008

Cour suprême du Canada

 

Demande d’autorisation d’appel déposée

 

 

 


 

32817    Vancouver City Savings Credit Union v. Marcia Lynne Smith

(B.C.) (Civil) (By Leave)

 

Limitation of actions - Interpretation - Statute - Trusts - Remedial constructive trust - Proposed class action alleging overdraft administration fee charged by Credit Union was a criminal rate of interest  - Claims that the unlawful overdraft fees  received were held in a constructive trust by the Credit Union for the benefit of the Plaintiff and the proposed class members - Whether the Court of Appeal erred in holding that any action in which a constructive trust is awarded with retroactive effect is an action which sounds in trust and engages the trust provisions of the Limitation Act, R.S.B.C. 1996, c. 266.  

 

The Applicant, Vancouver City Savings Credit Union, appealed from the order of a trial judge dismissing its Application under Rule 18A of the Rules of Court, B.C. Reg. 221/90, for an order dismissing the Respondent’s (Plaintiff below) claim on the basis that the claim was not brought within the appropriate limitation period.  This appeal was heard at the same time as the appeal in Sun-Rype Products Ltd. v. Archer Daniels Midland Company, 2008 BCCA 278.  The Court of Appeal dismissed VanCity’s appeal for the same reasons as given in Sun-Rype.

 


June 4, 2007

Supreme Court of British Columbia

(Gray J.)

Neutral citation: 2007 BCSC 771

 

Defendant’s application under Rule 18A dismissed

 

 

 

July 10, 2008

Court of Appeal for British Columbia

(Vancouver)

(Prowse, Huddart and Levine JJ.A.)

Neutral citation: 2008 BCCA 279

Court File No. CA 035181

 

Appeal dismissed

 

 

 

September 25, 2008

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 

 


 

32817    Vancouver City Savings Credit Union c. Marcia Lynne Smith

(C.-B.) (Civile) (Sur autorisation)

 


Prescription - Interprétation - Loi - Fiducies - Fiducie constructoire de nature réparatoire - Recours collectif projeté alléguant que les frais d’administration de découvert demandés par la caisse populaire étaient un taux d’intérêt criminel - Allégations selon lesquelles les frais de découvert illégaux reçus étaient détenus dans une fiducie constructoire par la caisse populaire au profit de la demanderesse en première instance et les personnes inscrites au recours collectif projeté - La Cour d’appel a-t-elle eu tort de statuer que toute action dans laquelle une fiducie constructoire est accordée avec effet rétroactif est une action assimilable à une action en fiducie qui entraîne l’application des dispositions sur les fiducies prévues dans la Limitation Act, R.S.B.C. 1996, ch. 266?  

 

La demanderesse, Vancouver City Savings Credit Union, a interjeté appel de l’ordonnance d’un juge de première instance qui a rejeté sa demande en application de la règle 18A des Rules of Court, B.C. Reg. 221/90, pour une ordonnance rejetant la demande de l’intimée (demanderesse en première instance) pour cause de prescription.  Cet appel a été instruit en même temps que l’appel dans l’affaire Sun-Rype Products Ltd. c. Archer Daniels Midland Company, 2008 BCCA 278.  La Cour d’appel a rejeté l’appel de VanCity pour les mêmes motifs que ceux donnés dans l’arrêt Sun-Rype.

 


4 juin 2007

Cour suprême de la Colombie-Britannique

(juge Gray)

Référence neutre : 2007 BCSC 771

 

Demande de la défenderesse en application de la règle 18A rejetée

 

 

 

10 juillet 2008

Cour d’appel de la Colombie-Britannique

(Vancouver)

(juges Prowse, Huddart et Levine)

Référence neutre : 2008 BCCA 279

No du greffe CA 035181

 

Appel rejeté

 

 

 

25 septembre 2008

Cour suprême du Canada

 

Demande d’autorisation d’appel déposée

 

 

 


 

32834    Corn Products International, Inc., Bestfoods, Inc. formerly known as CPC International, Inc., Casco Inc. and Unilever PLC doing business as Unilever Bestfoods North America v. Sun‑Rype Products Ltd., Wendy Weberg

‑ and between ‑

Archer Daniels Midland Company and ADM Agri‑Industries Company v. Sun‑Rype Products Ltd., Wendy Weberg

‑ and between ‑

Tate & Lyle Ingredients Americas, Inc. formerly known as A.E. Staley Manufacturing Company v. Sun‑Rype Products Ltd., Wendy Weberg

‑ and between ‑

Cargill, Incorporated, Cerestar USA, Inc. formerly known as American Maize‑Products Company and Cargill Limited v. Sun‑Rype Products Ltd., Wendy Weberg

(B.C.) (Civil) (By Leave)

 

Limitation of actions - Interpretation - Statute - Trusts - Constructive trust - Proposed class action alleging “price-fixing” - Plaintiffs claim overcharge is held in a constructive trust for their benefit - Whether the Court of Appeal erred in holding that any action in which a constructive trust is awarded with retroactive effect is an action which sounds in trust and engages the trust provisions of the Limitation Act, R.S.B.C. 1996, c. 266. 

 

These appeals commenced from a order of a trial judge dismissing the Applicants’ applications (Defendants below) pursuant to Rule 18A of the Rules of Court, B.C. Reg. 221/90, to strike the Respondents’ claims (Plaintiffs below).  The Defendants had argued, unsuccessfully, that the Plaintiffs’ claims for a remedial constructive trust and other relief in relation to “overcharges” paid by them pursuant to an alleged price-fixing scheme, involving the Defendants, were statute-barred.  The trial judge found that, insofar as the claims were based on a remedial constructive trust, those claims could proceed, subject to the judge at trial determining whether a remedial constructive trust was the appropriate remedy.  The effect of the order was to allow the Plaintiffs’ claim to proceed solely on the basis of their claim for a remedial constructive trust, subject to their action being dismissed as statute-barred if the trial judge determines that a remedial constructive trust is not an appropriate remedy. 

 


The Court of Appeal found the trial judge did not err in finding that the definition of “trust” in s. 1 of the Limitation Act, includes a remedial constructive trust, and in finding that s. 3(3) of the Act applies to provide a ten-year limitation period for the Plaintiffs’ claim for a remedial constructive trust.  It found that the trial judge erred in finding that the pleadings did not disclose a cause of action in equitable fraud and in his analysis of the Plaintiff, Weberg’s claim for postponement of the limitation periods under the Act.  It found the trial judge did not err in his analysis of the Plaintiff, Sun-Rype’s claim for postponement.

 


May 10, 2007

Supreme Court of British Columbia

(Rice J.)

Neutral citation: 2007 BCSC 640

 

Defendants’ summary trial applications to dismiss the Plaintiffs’ action are dismissed with respect to the Plaintiffs’ claims which seek the remedy of constructive trust; Plaintiffs’ claims for damages dismissed; Plaintiffs’ claims for postponement dismissed

 

 

 

July 10, 2008

Court of Appeal for British Columbia

(Vancouver)

(Prowse, Huddart and Levine JJ.A.)

Neutral citation: 2008 BCCA 278

Court File No.: CA035109, CA035114,

CA035126, CA035133

 

Defendants’ appeal dismissed; Plaintiffs’ cross-appeals allowed except Sun-Rype’s cross-appeal with respect to postponement dismissed

 

 

 

September 25, 2008

Supreme Court of Canada

 

 

Application for leave to appeal filed by Corn Products International, Inc., Bestfoods, Inc. formerly known as CPC International, Inc., Casco Inc. and Unilever PLC doing business as Unilever Bestfoods North America

 

 

 

September 26, 2008

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed by Archer Daniels Midland Company and ADM Agri-Industries Company

 

 

 

September 26, 2008

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed by Tate & Lyle Ingredients Americas, Inc. formerly known as A.E. Staley Manufacturing Company

 

 

 

September 26, 2008

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed by Cargill, Incorporated, Cerestar USA, Inc. formerly known as American Maize-Products Company and Cargill Limited

 

 

 


 

32834    Corn Products International, Inc., Bestfoods, Inc. auparavant connue sous le nom de CPC International, Inc., Casco Inc. et Unilever PLC faisant affaires sous le nom de Unilever Bestfoods North America c. Sun‑Rype Products Ltd., Wendy Weberg

‑ et entre ‑

Archer Daniels Midland Company et ADM Agri‑Industries Company c. Sun‑Rype Products Ltd., Wendy Weberg

‑ et entre ‑

Tate & Lyle Ingredients Americas, Inc. auparavant connue sous le nom de A.E. Staley Manufacturing Company c. Sun‑Rype Products Ltd., Wendy Weberg

‑ et entre ‑

Cargill, Incorporated, Cerestar USA, Inc. auparavant connue sous le nom de American Maize‑Products Company et Cargill Limited c. Sun‑Rype Products Ltd., Wendy Weberg

(C.-B.) (Civile) (Sur autorisation)

 

Prescription - Interprétation - Loi - Fiducie - Fiducie constructoire - Recours collectif projeté alléguant la « fixation des prix » - Les demanderesses en première instance prétendent que le trop-perçu est détenu dans une fiducie constructoire à leur profit - La Cour d’appel a-t-elle eu tort de statuer que toute action dans laquelle une fiducie constructoire est accordée avec effet rétroactif est une action assimilable à une action en fiducie qui entraîne l’application des dispositions sur les fiducies de la Limitation Act, R.S.B.C. 1996, ch. 266?


Les appels en l’espèce ont pour origine l’ordonnance d’un juge de première instance qui a rejeté les demandes des demanderesses (défenderesses en première instance) en application de la règle 18A des Rules of Court, B.C. Reg. 221/90, en vue de radier les demandes des intimées (demanderesses en première instance). Les défenderesses avait plaidé sans succès que les demandes des demanderesses en première instance pour faire reconnaître une fiducie constructoire de nature réparatoire et d’autres réparations en rapport avec les « trop-perçus » qu’elles avaient payés en vertu d’une prétendue manœuvre frauduleuse de fixation des prix impliquant les défenderesses étaient prescrites.  Le juge de première instance a conclu que dans la mesure où les demandes étaient fondées sur une fiducie constructoire de nature réparatoire, ces demandes pouvaient suivre leur cours, pourvu que le juge au procès statue qu’une fiducie constructoire de nature réparatoire était la réparation appropriée.  L’ordonnance a eu pour effet de permettre la demande des demanderesses en première instance de suivre son cours uniquement sur le fondement de leur demande en fiducie constructoire de nature réparatoire, leur action étant susceptible d’être rejetée pour cause de prescription si le juge du fond statue qu’une fiducie constructoire de nature réparatoire n’est pas une réparation appropriée. 

 

La Cour d’appel a conclu que le juge de première instance n’avait pas eu tort de conclure que la définition du mot « trust » à l’art. 1 de la Limitation Act, comprend la fiducie constructoire de nature réparatoire et de conclure que le par. 3(3) de la loi s’applique de manière à prévoir un délai de prescription de dix ans relativement à la demande en fiducie constructoire de nature réparatoire des demanderesses en première instance. La Cour d’appel a conclu que le juge de première instance avait eu tort de conclure que les actes de procédure ne révélaient aucune cause d’action pour fraude en équité et qu’il s’était trompé dans son analyse de la demande de la demanderesse en première instance, Mme Weberg, pour le report des délais de prescription prévus dans la loi. La Cour d’appel a conclu que le juge de première instance ne s’était pas trompé dans son analyse de la demande de report de la demanderesse en première instance Sun-Rype.

 


10 mai 2007

Cour suprême de la Colombie-Britannique

(juge Rice)

Référence neutre : 2007 BCSC 640

 

Demandes sommaires des défenderesses au procès en rejet de l’action des demanderesses en première instance, rejetées à l’égard des demandes des demanderesses en première instance qui sollicitent la réparation d’une fiducie constructoire; demandes des demanderesses en première instance en dommages-intérêts, rejetées; demandes des demanderesses en première instance pour le report du délai de prescription, rejetées

 

 

 

10 juillet 2008

Cour d’appel de la Colombie-Britannique

(Vancouver)

(juges Prowse, Huddart et Levine)

Référence neutre : 2008 BCCA 278

Nos du greffe : CA035109, CA035114,

CA035126, CA035133

 

Appel des défenderesses rejeté; appels incidents des demanderesses en première instance accueillis, sauf l’appel incident de Sun-Rype à l’égard du report du délai de prescription, rejeté

 

 

 

25 septembre 2008

Cour suprême du Canada

 

 

Demande d’autorisation d’appel déposée par Corn Products International, Inc., Bestfoods, Inc. auparavant connue sous le nom de CPC International, Inc., Casco Inc. et Unilever PLC faisant affaires sous le nom de Unilever Bestfoods North America

 

 

 

26 septembre 2008

Cour suprême du Canada

 

Demande d’autorisation d’appel déposée par Archer Daniels Midland Company et ADM Agri-Industries Company

 

 

 

26 septembre 2008

Cour suprême du Canada

 

Demande d’autorisation d’appel déposée par Tate & Lyle Ingredients Americas, Inc. auparavant connue sous le nom de A.E. Staley Manufacturing Company

 

 

 


26 septembre 2008

Cour suprême du Canada

 

 

 

 

 


 

32878   British Columbia Government and Service Employees Union v. Government of British Columbia (Represented by the B.C. Public Service Agency)

(B.C.) (Civil) (By Leave)

 

Labour Relations ‑ Grievances ‑ Discrimination ‑ Dismissal ‑ Disabled employee ‑ Whether the definition of prima facie discrimination is limited to situations where employees are treated differently because of preconceived ideas about their disability.

 

At the time of Goodings dismissal in 1998, he had been employed with the Liquor Distribution Branch for 26 years and was a Manager III.  He was described as a good employee and had been discipline free for the entire period of his employment.  In the last few years, however, with the arrival of a new Assistant Manager, interpersonal difficulties arose and the manner in which the Area Manager dealt with the problem left Gooding feeling undermined as a manager and increased the stress he was experiencing in the workplace.  Gooding coped with this by increasing the amount of alcohol he consumed.  Soon, he could not afford to pay for the liquor he was drinking, and in the last year of his employment, he frequently took liquor home without paying for it.  Other employees reported their suspicions that Gooding was stealing to the Loss Prevention Branch, that in turn confronted him with the theft allegations.  When he was advised that the employer would not be seeking criminal charges, Gooding  confessed to the thefts and informed them that he had a severe drinking problem.  At his own expense, Gooding entered into a rehabilitation program and has been sober ever since. The employer suspended him from employment and three months later he was dismissed.  Had he been charged and convicted of theft, s. 13(1) of the Human Rights Code would have precluded a finding that the employer discriminated when it terminated Gooding because of that theft. The Union grieved his termination.

 

In 2000, this matter  came before the arbitrator, who upheld Goodings discharge after analyzing the dismissal in a culpable versus non‑culpable framework.  Following a lengthy appeal process, this decision was overturned.  As the Board had established a new hybrid test in Fraser Lake Sawmills, the Gooding matter was remitted to the arbitrator to apply the test to the circumstances of this case.

 


February 28, 2007

Arbitration award

Arbitrator Lanyon Q.C.

 

Grievors grievance of his dismissal from employment upheld

 

 

 

September 18, 2008

Court of Appeal for British Columbia

(Huddart, Kirkpatrick (dissenting) and Tysoe

JJ.A.)

 

Appeal allowed

 

 

 

November 14, 2008

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 

 


 

32878   British Columbia Government and Service Employees Union c. Gouvernement de la Colombie-Britannique (représenté par B.C. Public Service Agency)

(C.-B.) (Civile) (Sur autorisation)

 

Relations du travail ‑ Griefs ‑ Discrimination ‑ Congédiement ‑ Employé handicapé ‑ La définition de discrimination à première vue se limite-t-elle aux situations où des employés sont traités différemment en raison didées préconçues sur leur invalidité?

 


Au moment du congédiement de M. Gooding en 1998, il comptait 26 ans de service au Liquor Distribution Branch et occupait le poste de gestionnaire de niveau III.  Il était considéré comme un bon employé et navait fait lobjet daucune mesure disciplinaire pendant toute la période de son emploi. Toutefois, au cours des dernières années de son emploi, larrivée dun nouveau gestionnaire adjoint a engendré des difficultés interpersonnelles et la manière dont le gestionnaire régional traitait le problème a amené M. Gooding à se sentir miné dans son autorité de gestionnaire et a augmenté le stress quil éprouvait au travail. Monsieur Gooding a réagi au problème en augmentant sa consommation dalcool. Après quelque temps, il navait plus les moyens de payer lalcool quil buvait et, pendant la dernière année de son emploi, il lui arrivait fréquemment dapporter de lalcool à la maison sans payer. Dautres employés ont fait part de leurs soupçons à la direction de la prévention des sinistres qui a à son tour fait part à M. Gooding des allégations de vol. Lorsquon la informé que lemployeur ne demanderait pas que des accusations criminelles soient portées contre lui, M. Gooding a avoué les vols et affirmé quil avait un grave problème de consommation dalcool.  À ses frais, M. Gooding sest inscrit à un programme de réhabilitation et il est sobre depuis. Lemployeur la suspendu de son emploi et, trois mois plus tard, il a été congédié.  Sil avait été accusé et déclaré coupable de vol, le par. 13(1) du Human Rights Code aurait empêché de conclure que lemployeur avait agi de façon discriminatoire en congédiant M. Gooding en raison du vol. Le syndicat a déposé un grief relativement à son congédiement.

 

En 2000, la question a été portée devant larbitre qui a confirmé le congédiement de M. Gooding après avoir analysé le congédiement dans un cadre qui faisait le parallèle entre la culpabilité et la non-culpabilitéÀ la suite dun long processus dappel, cette décision a été infirmée.  Parce que le conseil avait établi un nouveau « critère hybride » dans laffaire Fraser Lake Sawmills, laffaire Gooding a été renvoyée à larbitre pour quil applique le critère aux faits en lespèce.

 


28 février 2007

Sentence arbitrale

Arbitre Lanyon, c.r.

 

Grief du plaignant relativement à son congédiement accueilli

 

 

 

18 septembre 2008

Cour dappel de la Colombie-Britannique

(juges Huddart, Kirkpatrick (dissidente) et Tysoe

 

Appel accueilli

 

 

 

14 novembre 2008

Cour suprême du Canada

 

Demande dautorisation dappel déposée

 

 

 


 

32819    Dens Tech ‑ Dens KG v. Netdent‑Technologies Inc. and Netdent Inc.

‑ and ‑

Canadian Commercial Arbitration Centre

(Que.) (Civil) (By Leave)

 

Arbitration - Jurisdiction - Public order - Whether arbitral tribunals have jurisdiction to decide on matters of public order, if matters in question are labelled as “procedural” in nature - Whether non lawyer can provide legal representation in arbitration context.

 

In February 2006, the Respondents Netdent‑Technologies Inc. and Netdent Inc. presented a notice of arbitration signed and issued by Dr. Hubert Gaucher, their president, to the Canadian Commercial Arbitration Centre. The objectives of the arbitration were to obtain a signed Prolongation Agreement which would include a $50,000 loan to Netdent‑Technologies, as well as to obtain a Claims to Defaults Document which would state the respective defaults that each party would consider justified in order to meet the prescription time limits and maintain their respective rights to pursue further arbitration after October 2006. In response to the notice, the Applicant brought a motion for declaratory judgment before the Superior Court, claiming the notice was void because it had not been  drafted and issued by a member of the Barreau du Québec. The Superior Court allowed the Respondents’ exception to dismiss for lack of jurisdiction in the matter. The Court of Appeal dismissed the appeal.

 


July 25, 2007

Superior Court of Quebec

(Bédard J.)

Neutral citation: 2007 QCCS 3931

 

Exception to dismiss allowed; motion for declaratory judgment dismissed

 

 

 

June 26, 2008

Court of Appeal of Quebec (Québec)

(Rochon, Dutil and Côté JJ.A.)

Neutral citation: 2008 QCCA 1245

 

Appeal dismissed

 

 

 


September 25, 2008

Supreme Court of Canada

 

 

 

 

 


Application for leave to appeal filed

 

 

 

 

 

 

32819   Dens Tech ‑ Dens KG c. Netdent‑Technologies Inc. et Netdent Inc.

‑ et ‑

Centre canadien darbitrage commercial

(Qc.) (Civile) (Sur autorisation)

 

Arbitrage - Compétence - Ordre public - Les tribunaux darbitrage ont-ils compétence pour trancher des affaires dordre public si les questions sont caractérisées de « procédurales »? - Une personne qui nest pas avocat peut-elle agir à titre de représentant légal dans un contexte darbitrage?

 

En février 2006, les intimées Netdent‑Technologies Inc. et Netdent Inc. ont présenté un avis darbitrage signé et établi par le docteur Hubert Gaucher, leur président, au Centre canadien darbitrage commercial. Larbitrage avait pour objectifs dobtenir un [traduction] Accord de prorogation signé qui comprendrait un prêt de 50 000 $ à Netdent‑Technologies et dobtenir un [traduction] Document dallégation de manquements qui énoncerait les manquements respectifs que chaque partie considérerait justifiés pour satisfaire aux délais de prescription et conserver leurs droits respectifs de poursuivre un autre arbitrage après octobre 2006. En réponse à lavis, la demanderesse a présenté une requête pour jugement déclaratoire à la Cour supérieure alléguant la nullité de lavis parce quil navait pas été rédigé et établi par un membre du  Barreau du Québec. La Cour supérieure a accueilli la requête en irrecevabilité des intimées pour absence de compétence. La Cour dappel a rejeté lappel.

 


25 juillet 2007

Cour supérieure du Québec

(juge Bédard)

Référence neutre : 2007 QCCS 3931

 

Requête en irrecevabilité accueillie; requête pour jugement déclaratoire rejetée

 

 

 

26 juin 2008

Cour dappel du Québec (Québec)

(juges Rochon, Dutil et Côté)

Référence neutre : 2008 QCCA 1245

 

Appel rejeté

 

 

 

25 septembre 2008

Cour suprême du Canada

 

Demande dautorisation dappel déposée

 

 

 


 

 

 

Lexum

Le site de Lexum constitue la principale source publique des décisions de la Cour suprême depuis près de 20 ans.


>

Decisia

 

Un accès efficace à vos décisions

Decisia est un service en ligne pour les cours, tribunaux administratifs et les ordres professionnels cherchant à offrir un accès facile et professionnel à leurs décisions à partir de leur site web.

Savoir Plus