Aide

Communiqués

Informations sur la décision

Contenu de la décision

SUPREME COURT OF CANADA -- JUDGMENTS TO BE RENDERED IN LEAVE APPLICATIONS

OTTAWA, 2011-09-06.  THE  SUPREME  COURT  OF  CANADA  ANNOUNCED  TODAY  THAT  JUDGMENT  IN  THE  FOLLOWING  APPLICATIONS  FOR  LEAVE  TO  APPEAL  WILL  BE  DELIVERED  AT  9:45  A.M.  EDT  ON  THURSDAY,  SEPTEMBER  8,  2011.  THIS  LIST  IS  SUBJECT  TO  CHANGE.

FROM:  SUPREME  COURT  OF  CANADA  (613) 995-4330

 

COUR SUPRÊME DU CANADA -- PROCHAINS JUGEMENTS SUR DEMANDES D’AUTORISATION

OTTAWA, 2011-09-06.  LA  COUR  SUPRÊME  DU  CANADA  ANNONCE  QUE  JUGEMENT  SERA  RENDU  DANS  LES  DEMANDES  D’AUTORISATION  D’APPEL  SUIVANTES  LE  JEUDI  8  SEPTEMBRE  2011,  À  9 H 45  HAE.  CETTE  LISTE  EST  SUJETTE  À  MODIFICATIONS.

SOURCE:  COUR  SUPRÊME  DU  CANADA  (613) 995-4330

 

 

COMMENTS/COMMENTAIRES: comments-commentaires@scc-csc.gc.ca

 

Note for subscribers:

The summaries of the cases are available at http://www.scc-csc.gc.ca:

Click on Cases and on SCC Case Information, type in the Case Number and press Search.  Click on the Case Number on the Search Results screen, and when the docket screen appears, click on “Summary” which will appear in the left column.

 

Alternatively, click on

http://scc.lexum.org/en/news_release/2011/11-09-06.2a/11-09-06.2a.html

 

Note pour les abonnés :

Les sommaires des causes sont affichés à l’adresse http://www.scc-csc.gc.ca :

Cliquez sur « Dossiers », puis sur « Renseignements sur les dossiers ». Tapez le no de dossier et appuyez sur « Recherche ».  Cliquez sur le no du dossier dans les Résultats de la recherche pour accéder au Registre.  Cliquez enfin sur le lien menant au « Sommaire » qui figure dans la colonne de gauche.

 

Autre façon de procéder : Cliquer sur

http://scc.lexum.org/fr/news_release/2011/11-09-06.2a/11-09-06.2a.html

 

 

1.     Re: Sound v. Motion Picture Theatre Associations of Canada et al. (FC) (Civil) (By Leave) (34210)

 

2.     Annie Chélin c. Université du Québec à Montréal et autres (Qc) (Civile) (Application) (34150)

 

3.     Benoît Pitre c. Gestion GB-7 Inc. (Qc) (Civile) (Application) (34166)

 

4.     Compagnie de chemin de fer du littoral nord de Québec et du Labrador inc. c. Sodexho Québec ltée (Qc) (Civile) (Application) (34129)

 

5.     Luc Beaulne c. Alliance de la Fonction publique du Canada (CF) (Civile) (Application) (34256)

 

6.     Marc-Antoine Gagné c. Sa Majesté la Reine (Qc) (Criminelle) (Application) (34221)

 

7.     Jean-Louis Bercier et autres c. Nicholas Smith, en sa qualité de fondé de pouvoir au Canada pour les souscripteurs du Lloyd’s, Lloyd’s Canada Inc. and Inovesco Inc. en tant que mandataire de Lloyd’s of London (Ont.) (Civile) (Application) (34088)

 

8.     Ville de Sherbrooke et autre c. Commission des normes du travail et autres (Qc) (Civile) (Application) (34218)

 

 

34210

Re:Sound v. Motion Picture Theatre Associations of Canada, Rogers Commuinications Inc., Shaw Communications Inc., Bell Expressvu LLP, Cogeco Cable Inc., Eastlink, Quebecor Media, Telus Communications Company, Turner Broadcasting Systems Inc., Canadian Association of Broadcasters, Canadian Broadcasting Corporation

(FC) (Civil) (By Leave)

Intellectual property — Copyright — Legislation — Interpretation — Whether recording artists and record companies, as performers and makers of music, are entitled to equitable remuneration under s. 19 of the Copyright Act, R.S.C. 1985, c. C‑42, when their music is played in movies and on television — Whether the definition of “sound recording” in s. 2 of the Copyright Act precludes equitable remuneration under s. 19 for pre‑recorded music forming part of a soundtrack.

 

Re:Sound is a collective society authorized by the Copyright Board of Canada to collect equitable remuneration for the performance in public or communication to the public by telecommunication of published sound recordings of musical works.  Its predecessor filed two proposed tariffs for public performance of published sound recordings, and that relate to the use of such sound recordings in movies shown in movie theatres and to the use of the sound recordings in television broadcasts.  The respondents objected to the proposed tariffs on the ground that the definition of “sound recording” in the Copyright Act excludes soundtracks from movies and television shows and sought a determination of the following preliminary issue:

 

Is anyone entitled to equitable remuneration pursuant to section 19 of the Copyright Act, R.C.S. 1985, c. C‑42, when a published sound recording is part of the soundtrack that accompanies a motion picture that is performed in public or a television program that is communicated to the public by telecommunication?

 

The Board answered in the negative and refused to certify the tariffs. The Federal Court of Appeal, on judicial review, upheld the decision.

 

September 16, 2009

Copyright Board Canada

(Vancise, Bertrand‑Venne and Théberge, Members)

 

 

Tariffs for public performance of published sound recordings as part of movie and television soundtracks struck from proposed statement of royalties

February 25, 2011

Federal Court of Appeal

(Trudel, Noël, and Mainville JJ.A.)

2011 FCA 70

 

 

Application for judicial review dismissed

 

April 26, 2011

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 

 

34210

Re:Sound c. Fédération des associations de propriétaires de cinémas du Canada, Rogers Communications Inc., Shaw Communications Inc., Bell Expressvu LLP, Cogeco Cable Inc., Eastlink, Quebecor Media, Telus Communications Company, Turner Broadcasting Systems Inc., Association canadienne des radiodiffuseurs, Société Radio‑Canada

(CF) (Civile) (Autorisation)

Propriété intellectuelle — Droit d’auteur — Législation — Interprétation — Les artistes de studio d’enregistrement et les maisons de disque, en tant qu’artistes‑interprètes et producteurs de musique, ont‑ils le droit de recevoir une rémunération équitable au titre de l’article 19 de la Loi sur le droit d’auteur, L.R.C. 1985, ch. C‑42, lorsque leur musique est jouée au cinéma et à la télévision? — La définition d’« enregistrement sonore » à l’art. 2 de la Loi sur le droit d’auteur exclut‑elle la rémunération équitable aux termes de l’art. 19 pour la musique préenregistrée faisant partie d’une bande sonore?

 

Re:Sound est une société de gestion chargée par la Commission du droit d’auteur du Canada de percevoir une rémunération équitable pour l’exécution en public ou la communication au public par télécommunication d’enregistrements sonores publiés d’œuvres musicales.  La société qu’elle a remplacée avait déposé deux projets de tarif pour l’exécution publique d’enregistrements sonores publiés et qui ont trait à l’utilisation de ces enregistrements sonores dans les films projetés dans les salles de cinéma et à l’utilisation des enregistrements sonores dans des émissions de télévision.  Les intimées se sont opposées aux projets de tarifs au motif que la définition d’« enregistrement sonore » dans la Loi sur le droit d’auteur exclut les bandes sonores de films et d’émissions de télévision et ont demandé que soit tranchée la question préliminaire suivante :

 

Quelqu’un a‑t‑il le droit de recevoir une rémunération équitable au titre de l’article 19 de la Loi sur le droit d’auteur, L.R.C. 1983, ch. C‑42, lorsqu’un enregistrement sonore publié fait partie de la bande sonore qui accompagne un film exécuté en public ou une émission de télévision communiquée au public par télécommunication?

 

La Commission a répondu par la négative et a refusé d’homologuer les tarifs. La Cour d’appel fédérale, en contrôle judiciaire, a confirmé la décision.

 

16 septembre 2009

Commission du droit d’auteur du Canada

(Commissaires Vancise, Bertrand‑Venne et Théberge)

 

 

Tarifs pour l’exécution en public d’enregistrements sonores publiés dans des bandes sonores de film et d’émission de télévision radiés du projet de tarif de redevances

25 février 2011

Cour d’appel fédérale

(Juges Trudel, Noël et Mainville)

2011 FCA 70

 

 

Demande de contrôle judiciaire, rejetée

 

26 avril 2011

Cour suprême du Canada

 

Demande d’autorisation d’appel, déposée

 

 

 

34150

Annie Chélin v. Université du Québec à Montréal, Syndicat des professeurs de l'Université du Québec à Montréal, SPUQ-CSN, Guy E. Dulude

(Que.) (Civil) (By Leave)

Civil procedure — Prescriptive period — Administrative law — Standard of review — Arbitral award setting aside decision not to renew teaching contract and ordering institution to reassess professor — Multiple complications and return before arbitrator after more than 15 years — Whether arbitrator could conclude that enforcement of his award was prescribed — Whether time limit on enforcement of judgment or provision of collective agreement should take precedence in case of arbitral award homologated by Superior Court — Standard of review applicable to decision of this nature — Civil Code of Québec, S.Q. 1991, c. 64, arts. 2884, 2924 — Application of Isidore Garon ltée v. Syndicat du bois ouvré de la région de Québec, [2006] 1 S.C.R. 27.

 

In May 1993, an arbitrator set aside a decision not to renew the applicant’s teaching contract and ordered UQAM to reassess the applicant as soon as possible.  The award was homologated in the Superior Court.  The applicant sought to obtain an interpretation of the award and demanded that the university grant her status as a professor.  The university, on the other hand, tried to assess the applicant right away and, being unable to do so, closed her file in 1997.  After numerous proceedings and delays, the applicant failed to obtain an injunction.  The arbitrator did not hear the parties again until 2008.  In 2009, he refused to rule on the merits of the case because, in his view, the passage of time and the applicant’s prevarication had extinguished her rights.

 

November 18, 2010

Quebec Superior Court

(Picard J.)

Neutral citation: 2010 QCCS 7007

 

 

Applicant’s motion for judicial review of arbitral award dismissed

January 21, 2011

Quebec Court of Appeal (Montréal)

(Morissette J.A.)

Neutral citation: 2011 QCCA 155

 

 

Leave to appeal denied

 

March 18, 2011

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 

 

34150

Annie Chélin c. Université du Québec à Montréal, Syndicat des professeurs de l'Université du Québec à Montréal, SPUQ-CSN, Guy E. Dulude

(Qc) (Civile) (Autorisation)

Procédure civile — Délai de prescription — Droit administratif — Norme de contrôle — Sentence arbitrale annulant le non-renouvellement d’un contrat d’enseignement et ordonnant à l’institution de réévaluer le professeur — Complications multiples et retour devant l’arbitre après plus de quinze ans — L’arbitre pouvait-il conclure à la prescription de l’exécution de sa sentence? — Lequel, d’un délai d’exécution de jugement ou d’une disposition de la convention collective, doit prévaloir en cas de sentence arbitrale homologuée par la Cour supérieure? —Quelle norme de contrôle s’applique à une décision de cette nature? — Code civil du Québec, L.Q. 1991, ch. 64, art. 2884, 2924 — Application d’Isidore Garon ltée c. Syndicat du bois ouvré de la région de Québec, [2006] 1 R.C.S. 27.

 

En mai 1993, un arbitre annule le non-renouvellement du contrat d’enseignement de la demanderesse et ordonne à l’UQAM de reprendre son évaluation dans les plus brefs délais.  La sentence est homologuée en Cour supérieure.  D’un côté, la demanderesse cherche à faire interpréter la sentence et met l’institution en demeure de reconnaître son statut de professeure. De l’autre côté, l’institution cherche à évaluer directement la demanderesse et, ne pouvant le faire, ferme le dossier en 1997.  Les procédures et les délais s’additionnent et la demanderesse échoue à obtenir une injonction. L’arbitre ne réentend les parties qu’en 2008.  En 2009, il refuse de se prononcer quant au fond du litige parce que, selon lui, l’écoulement du temps et les réticences de la demanderesse ont éteint ses droits.

 

Le 18 novembre 2010

Cour supérieure du Québec

(La juge Picard)

Référence neutre : 2010 QCCS 7007

 

 

Rejet de la requête de la demanderesse en révision judiciaire d’une décision arbitrale.

Le 21 janvier 2011

Cour d’appel du Québec (Montréal)

(Le juge Morissette)

Référence neutre : 2011 QCCA 155

 

 

Refus de la permission d’appeler.

 

Le 18 mars 2011

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la demande d'autorisation d'appel.

 

 

34166

Benoît Pitre v. Gestion GB-7 Inc.

(Que.) (Civil) (By Leave)

Civil liability — Evidence — Damages — Claim for extrajudicial fees — Whether judgment of trial judge inconsistent with holding of Court of Appeal in Viel v. Les entreprises immobilières du terroir ltée, [2002] R.J.Q. 1272 — Whether finding of fault alone sufficient for court to order party that committed fault to pay extrajudicial fees — Whether judge can base decision solely on facts of previous decision.

 

The dispute arose from an irregularity in the sale of vacant land belonging to a company of which the applicant, Mr. Pitre, is a director.  The respondent, Gestion GB-7 Inc. (“GB-7”), one of that company’s shareholders, applied to have the sale annulled and was successful.  It then brought a claim against Mr. Pitre for the extrajudicial fees it had incurred in having the sale annulled and also claimed compensatory damages for the loss of return on its investment and punitive damages.  The Superior Court allowed GB-7’s action in part and ordered Mr. Pitre to pay $65,218.63 in extrajudicial fees.  The claims for compensatory and punitive damages were dismissed.  Having found that the appeal had no reasonable chance of success, the Court of Appeal granted GB-7’s motion to dismiss the appeal and dismissed the appeal.

 

August 11, 2010

Quebec Superior Court

(Turcotte J.)

2010 QCCS 3659

 

 

Action of respondent Gestion GB-7 Inc. allowed in part; applicant ordered to pay respondent $65,218.63

January 10, 2011

Quebec Court of Appeal (Montréal)

(Chamberland, Morissette and Kasirer JJ.A.)

2011 QCCA 47

 

 

Motion to dismiss appeal granted; appeal dismissed

March 9, 2011

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 

 

34166

Benoît Pitre c. Gestion GB-7 Inc.

(Qc) (Civile) (Autorisation)

Responsabilité civile — Preuve — Dommages-intérêts — Réclamation pour honoraires extrajudiciaires — Le jugement de première instance va-t-il à l’encontre des enseignements de la Cour d’appel dans l’affaire Viel c. Les entreprises immobilières du terroir ltée, [2002] R.J.Q. 1272? — La simple constatation d’une faute est-elle suffisante pour permettre à un tribunal de condamner la partie ayant commis la faute aux dommages extrajudiciaires? — Un juge peut-il se baser uniquement sur les faits d’une décision antérieure pour rendre une décision?

 

Le litige prend sa source dans la vente irrégulière d’un terrain vacant appartenant à une compagnie dont le demandeur, M. Pitre, est administrateur.  L’intimée Gestion GB-7 Inc. (« GB-7 »), l’un des actionnaires de cette compagnie, demande l’annulation de la vente et elle a gain de cause.  Par la suite, elle réclame de M. Pitre les honoraires extrajudiciaires engagés pour faire annuler la vente, ainsi que des dommages compensatoires pour la perte de rendement de son investissement et des dommages punitifs.  La Cour supérieure accueille en partie l’action de GB-7 et condamne M. Pitre à payer la somme de 65 218,63 $ à titre d’honoraires extrajudiciaires.  Les réclamations pour dommages compensatoires et dommages punitifs sont rejetées.  Ayant conclu que l’appel ne présentait aucune chance raisonnable de succès, la Cour d’appel accueille la requête de GB-7 en rejet d’appel et rejette l’appel.

 

Le 11 août 2010

Cour supérieure du Québec

(La juge Turcotte)

2010 QCCS 3659

 

 

Action de l’intimée Gestion GB-7 Inc. accueillie en partie; demandeur condamné à payer à l’intimée la somme de 65 218,63 $

Le 10 janvier 2011

Cour d’appel du Québec (Montréal)

(Les juges Chamberland, Morissette et Kasirer)

2011 QCCA 47

 

 

Requête en rejet d’appel accueillie; appel rejeté

Le 9 mars 2011

Cour suprême du Canada

 

Demande d'autorisation d'appel déposée

 

 

 

34129

Quebec North Shore and Labrador Railway Company Inc. v. Sodexho Québec ltée.

(Que.) (Civil) (By Leave)

Contracts — Contract of enterprise or for services — Interpretation of terms of contract — Administrative law — Standard of review — Transfer to respondent of applicant’s catering activities and related collective agreement — Dispute concerning reimbursement of certain operating costs, including those of pension plan’s unfunded actuarial liability on termination of contract — Whether contract interpretation is question of law or question of mixed fact and law — Whether correctness is standard of review on appeal from decision interpreting contract — Whether Court of Appeal erred in confirming principal enterprise’s obligation to reimburse subcontractor for covering liability of employee pension plan in accordance with Act that came into force during contract.

 

The applicant company operated a railway between Labrador City, Newfoundland, and Sept‑Îles, Quebec.  The persons assigned to operate the trains and maintain the railway line stayed in camps along the line.  Starting in 1971, the company transferred the food services for the camps, including the employees and their collective agreement, to a first subcontractor, Crawley, which was subsequently purchased by the respondent Sodexho.  The contract, which required the railway company to reimburse Sodexho for its operating costs and pay it a management fee, was renewed until 1999.  On termination, a dispute arose concerning the reimbursement of certain operating costs.  Sodexho began a series of actions on account and the applicant company filed cross demands.

 

August 13, 2008

Quebec Superior Court

(Alary J.)

Neutral citation:  2008 QCCS 6899

 

 

Respondent’s actions on account allowed except for severance pay resulting from termination of contract for services; most of applicant’s cross demands dismissed

December 30, 2010

Quebec Court of Appeal (Montréal)

(Rochette, Bich and Côté JJ.A.)

Neutral citation:  2010 QCCA 2408

 

 

Appeal and incidental appeal dismissed

February 28, 2011

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 

 

34129

Compagnie de chemin de fer du littoral nord de Québec et du Labrador inc. c. Sodexho Québec ltée.

(Qc) (Civile) (Autorisation)

Contrats — Contrat d’entreprise et de service — Interprétation des termes du contrat — Droit administratif — Norme de contrôle — Transfert à l’intimée des activités de restauration de la demanderesse et de la convention collective afférente — Litige quant au remboursement de certains coûts d’opération, notamment ceux du déficit actuariel du régime de retraite lors de la fin du contrat — L’interprétation d’un contrat est-elle une question de droit ou mixte de faits et de droit? — La norme de contrôle en appel d’une décision interprétant un contrat est-elle celle de la décision correcte? — La Cour d’appel a-t-elle erré en confirmant l’obligation de l’entreprise principale de rembourser la sous-traitante pour avoir comblé, conformément à la loi entrée en vigueur en cours de contrat, le déficit du régime de retraite des employés?

 

La compagnie demanderesse exploite une ligne de chemin de fer entre Labrador City, TN, et Sept-Îles, Qc.  Les personnes affectées au fonctionnement des trains et à  l’entretien de la voie ferrée sont logées dans des camps en bordure de celle-ci.  À partir de 1971, la compagnie cède le service alimentaire aux camps, y compris les employés et leur convention collective, à une première sous-traitante, Crawley, qui sera achetée en cours de route par Sodexho, intimée.  Le contrat, selon lequel la compagnie ferroviaire rembourse à Sodexho ses frais d’exploitation et lui verse un honoraire de gérance, se renouvelle jusqu’en 1999.  À la terminaison, un litige survient quant au remboursement de certains coûts d’opération.  Sodexho entreprend une série d’actions sur comptes et la compagnie demanderesse dépose des demandes reconventionnelles.

 

Le 13 août 2008

Cour supérieure du Québec

(La juge Alary)

Référence neutre : 2008 QCCS 6899

 

 

Actions sur comptes de l’intimée accueillies sauf pour les indemnités de départ résultant de la fin du contrat de service; demandes reconventionnelles de la demanderesse rejetées pour l’essentiel.

Le 30 décembre 2010

Cour d’appel du Québec (Montréal)

(Les juges Rochette, Bich et Côté)

Référence neutre : 2010 QCCA 2408

 

 

Rejet de l’appel et de l’appel incident.

Le 28 février 2011

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la demande d'autorisation d’appel.

 

 

 

34256

Luc Beaulne v. Public Service Alliance of Canada

(F.C.) (Civil) (By Leave)

Administrative law — Labour law — Judicial review — Duty of representation — Whether Board’s decision to separate complaint into two parts was reasonable — Whether Board’s decision on events that occurred in 2001‑2003 was reasonable — Whether Board’s decision on events that occurred in 2006‑2007 was reasonable — Whether Court of Appeal was correct to strike certain documents from applicant’s record.

 

According to the complaint filed by Mr. Beaulne on February 13, 2007, the respondent union breached its duty of fair representation by representing his former girlfriend, a non‑member of the bargaining unit, in a personal matter involving only him and the former girlfriend, who were both employees of the House of Commons but worked in different locations.  According to Mr. Beaulne, the respondent took an adversarial position to his own in this matter by defending his former girlfriend.  The complaint also stated that the respondent had failed to grieve Mr. Beaulne’s dismissal by his employer on November 6, 2006, despite the fact that he had asked it to do so many times.

 

January 29, 2009

Public Service Labour Relations Board

(Board Member Mooney)

 

 

Complaint under s. 13 of Parliamentary Employment and Staff Relations Act dismissed

 

 

May 28, 2010

Federal Court of Appeal

(Pelletier J.A.)

 

Respondent’s motion to strike allowed and following parts of applicant’s affidavit struck out: Exhibits 7, 11, 12(a) and pages 76 and 77 of Exhibit 8; Exhibits 12(b), 14, 15, 16, 17 and 20; paragraphs 5, 6, 10 and 18 of affidavit

February 18, 2011

Federal Court of Appeal

(Noël, Nadon and Trudel JJ.A.)

 

 

Application for judicial review dismissed

 

April 14, 2011

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 

 

34256

Luc Beaulne c. Alliance de la Fonction publique du Canada

(CF) (Civile) (Autorisation)

 

Droit administratif — Droit du travail — Révision judiciaire — Devoir de représentation — La décision de la Commission de scinder la plainte en deux était‑elle raisonnable? — La décision de la Commission quant aux évènements survenus en 2001‑2003 était‑elle raisonnable? — La décision de la Commission quant aux évènements survenus en 2006‑2007 était‑elle raisonnable? — La Cour d’appel avait‑elle raison de radier certains documents du dossier du demandeur?

 

Selon la plainte de M. Beaulne, déposée le 13 février 2007, le syndicat intimé a manqué à son devoir de représentation équitable en représentant son ex‑amie, non‑membre de l’unité de négociation, dans une affaire personnelle n’impliquant que M. Beaulne et son ex‑amie, tous deux employés de la Chambre des Communes mais travaillant à des endroits différents.  Selon M. Beaulne, l’intimée a pris une position antagoniste à la sienne dans cette affaire en prenant la défense de son ex‑amie.  La plainte relate également que l’intimée a omis de déposer un grief suite au licenciement de M. Beaulne par son employeur le 6 novembre 2006, malgré le fait que ce premier le lui avait demandé à maintes reprises

 

Le 29 janvier 2009

Commission des relations de travail dans la fonction publique

(Le Commissaire Mooney)

 

 

Plainte en vertu de l’art. 13 de la Loi sur les relations de travail au Parlement rejetée

 

 

Le 28 mai 2010

Cour d’appel fédérale

(Le juge Pelletier)

 

Requête en radiation de l’intimée accordée. Les éléments suivants de l’affidavit du demandeur sont rayés : les pièces 7, 11, 12a) et les pages 76 et 77 de la pièce 8; les pièces 12b), 14, 15, 16, 17 et 20; les paragraphes 5. 6. 10 et 18 de l’affidavit.

 

Le 18 février 2011

Cour d’appel fédérale

(Les juges Noël, Nadon et Trudel)

 

 

Demande de contrôle judiciaire rejetée

 

Le 14 avril 2011

Cour suprême du Canada

 

Demande d'autorisation d'appel déposée

 

 

 

34221

Marc‑Antoine Gagné v. Her Majesty the Queen

(Que.) (Criminal) (By Leave)

Criminal law ‑ Sentencing ‑ Probation ‑ Motion for suspension during appeal ‑ Whether Court of Appeal erred in dismissing applicant's motion for suspension during appeal ‑ Tests to be considered on application to suspend probation conditions for duration of appeal ‑ Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C‑46, s. 683(5).

 

The applicant Mr. Gagné pleaded guilty in March 2008 to several charges for sexual offences committed mainly via the Internet against minors.  He was sentenced to two years of imprisonment and three years of probation.  The optional conditions imposed with the probation order included prohibitions against possessing and using a computer or equipment providing access to the Internet and against residing or being in a place where such access was possible.  Mr. Gagné appealed those conditions.  While his appeal was pending in the Court of Appeal, he applied to that court under s. 683(5) of the Criminal Code to have the probation order suspended during the appeal.  He alleged that he needed a computer to prepare the appeal documents, particularly his factum, and that he needed the Internet to find case law in support of his position.  The Court of Appeal dismissed the motion on the ground that it was premature.

 

January 28, 2011

Quebec Court of Appeal (Montréal)

(Dalphond J.A.)

2011 QCCA 181

 

 

Motion for suspension during appeal dismissed

March 28, 2011

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 

 

34221

Marc‑Antoine Gagné c. Sa Majesté la Reine

(Qc) (Criminelle) (Autorisation)

Droit criminel ‑ Détermination de la peine ‑ Probation ‑ Requête en suspension durant appel ‑ La Cour d’appel a‑t‑elle fait erreur en rejetant la requête du demandeur en suspension durant appel? ‑ Quels sont les critères qui devraient être considérés lors d’une demande de suspension de conditions de probations pour la durée d’un appel? Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C‑46, art. 683(5).

 

Monsieur Gagné, demandeur, plaide coupable en mars 2008 à plusieurs chefs d’accusation relatifs à des infractions d’ordre sexuel commises principalement via l’Internet à l’endroit de personnes mineures.  Une peine d’emprisonnement de deux ans, assortie d’une ordonnance de probation d’une durée de trois ans, lui est imposée.  Parmi les conditions facultatives imposées dans le cadre de cette ordonnance figurent les interdictions de posséder et d’utiliser un ordinateur ou un équipement permettant l’accès à l’Internet et de résider ou de se trouver dans un endroit où un tel accès est possible.  Un appel logé par M. Gagné relativement à ces conditions est toujours pendant devant la Cour d’appel.  Il s’adresse alors à la Cour d’appel en vertu de l’art. 683(5) du Code criminel pour faire suspendre pendant l’appel l’ordonnance de probation.  Il allègue avoir besoin d’un ordinateur pour confectionner les documents d’appel, notamment son mémoire, et de l’Internet afin de trouver de la jurisprudence à l’appui de sa position.  La Cour d’appel rejette la requête au motif qu’elle est prématurée.

 

Le 28 janvier 2011

Cour d’appel du Québec (Montréal)

(Le juge Dalphond)

2011 QCCA 181

 

 

Requête en suspension durant appel rejetée

Le 28 mars 2011

Cour suprême du Canada

 

Demande d'autorisation d'appel déposée

 

 

 

34088

Jean‑Louis Bercier, Armande Bercier, Marcel Cléroux, Simone Cléroux, Kevin Marshall, Roland Poirier, Carmelle Poirier, Yves Racine, Micheline Racine, Armand Beauregard, Cécile Beauregard and Denise Gratton, in their capacity as assignees of R. Conrad Lamadeleine Courtiers/Brokers Inc. and Doyle Salewski Inc., trustee in bankruptcy of Roger Conrad Lamadeleine v. Nicholas Smith, in his capacity as attorney in Canada for the policyholders of Lloyd's, Lloyd's Canada Inc. and Inovesco Inc. as an agent of Lloyd's of London

(Ont.) (Civil) (By Leave)

Insurance ‑ Insurer's duty to defend ‑ Promissory estoppel ‑ Whether insurer, through its actions, led insured to believe he was insured ‑ If so, whether insurer estopped from denying coverage.

 

Mr. Lamadeleine, the insured, operated a business, R. Conrad Lamadeleine Courtiers/Brokers Inc., that sold investments in insurance companies.  In 2001, some of his clients, including several of the applicants, brought an action against him and the company following an investment in an insurance company that went bankrupt.  Mr. Lamadeleine subsequently declared bankruptcy, and the action against him was stayed.  Mr. Lamadeleine had malpractice insurance with the respondent Lloyd's.  Shortly after giving evidence on an examination for discovery, Mr. Lamadeleine received a letter from the insurer refusing to insure him based on new facts that had arisen on discovery.  Those facts seemed to indicate that he had overstepped his professional mandate by selling shares without being licensed to do so.  The insurance policy covered only professional services relating to personal insurance for which Mr. Lamadeleine held the appropriate licences.  A motion by counsel for the insurer for removal as the lawyers of record was allowed and a default judgment was rendered against the company, which had no counsel to represent it.  Mr. Lamadeleine's right of action was subsequently assigned to the clients who had filed an application seeking indemnification from the insurer,  The clients argued that the principle of promissory estoppel prevented the insurer from denying coverage.  The Superior Court dismissed the application and the Court of Appeal dismissed the appeal.

 

August 25, 2008

Ontario Superior Court of Justice

(Parfett J.)

 

 

Application for order requiring respondent insurer to perform its duty to indemnify dismissed

 

December 10, 2010

Ontario Court of Appeal

(Sharpe, Blair and Rouleau JJ.A.)

2010 ONCA 868

 

 

Appeal dismissed

 

February 8, 2011

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 

34088

Jean‑Louis Bercier, Armande Bercier, Marcel Cléroux, Simone Cléroux, Kevin Marshall, Roland Poirier, Carmelle Poirier, Yves Racine, Micheline Racine, Armand Beauregard, Cécile Beauregard et Denise Gratton, en leur qualité de cessionnaires de R. Conrad Lamadeleine Courtiers/Brokers Inc. et Doyle Salewski Inc., syndic en faillite de Roger Conrad Lamadeleine c. Nicholas Smith, en sa qualité de fondé de pouvoir au Canada pour les souscripteurs du Lloyd's, Lloyd's Canada Inc. et Inovesco Inc. en tant que mandataire de Lloyd's of London

(Ont.) (Civile) (Autorisation)

Assurances ‑ Obligation de défendre de l’assureur ‑ Préclusion promissoire ‑ L’assureur, de par ses actes, a‑t‑il amené l’assuré à croire qu’il était assuré? ‑ Dans l’affirmative, l’assureur était‑il préclus de refuser la couverture?

 

Monsieur Lamadeleine, l’assuré, exploitait une entreprise, R. Conrad Lamadeleine Courtiers/Brokers Inc., qui vendait des placements dans des compagnies d’assurance.  En 2001, certains de ses clients, dont certains des demandeurs, ont intenté une action en justice contre lui et la compagnie, suite à un placement dans une compagnie d’assurances qui a fait faillite.  Par la suite, M. Lamadeleine a fait faillite et l’action contre lui a été suspendue.  Monsieur Lamadeleine était assuré contre la négligence professionnelle par l’intimée Lloyd’s.  Peu après son témoignage lors de l’interrogatoire au préalable, M. Lamadeleine a reçu de l’assureur une lettre refusant de l’assurer en raison de nouveaux faits survenus durant l’enquête au préalable.  Ces faits semblaient indiquer qu’il avait outrepassé son mandat professionnel en vendant des actions, alors qu’il ne détenait aucun permis pour ce faire.  La police d’assurance couvrait uniquement les services professionnels rendus se rapportant à l’assurance de personne et pour lesquels M. Lamadeleine détenait les permis appropriés.  Une requête pour cesser d’occuper présentée par les avocats de l’assureur a été accueillie et un jugement par défaut a été rendu contre la compagnie, qui n’avait pas d’avocat pour la représenter.  Par la suite, le droit d’action de M. Lamadeleine a été cédé aux clients qui ont déposé une requête demandant une indemnisation de la part de l’assureur, en faisant valoir que selon le principe de la préclusion promissoire, l’assureur ne pouvait refuser la couverture.  La Cour supérieure a rejeté la requête et la Cour d’appel a rejeté l’appel.

 

Le 25 août 2008

Cour supérieure de justice de l’Ontario

(La juge Parfett)

 

 

Requête pour ordonnance enjoignant à l’intimé assureur de s’acquitter de son obligation d’indemniser rejetée

 

Le 10 décembre 2010

Cour d’appel de l’Ontario

(Les juges Sharpe, Blair et Rouleau)

2010 ONCA 868

 

 

Appel rejeté

 

Le 8 février 2011

Cour suprême du Canada

 

Demande d'autorisation d'appel déposée

 

 

34218

City of Sherbrooke v. Commission des normes du travail, Syndicat des pompiers du Québec, section locale de Sherbrooke

‑ and ‑

City of Sherbrooke v. Syndicat des pompiers du Québec, section locale de Sherbrooke

(Que.) (Civil) (By Leave)

Labour relations ‑ Labour standards ‑ Legislation ‑ Interpretation ‑ Use of firefighters on as‑needed basis introduced into collective agreement ‑ Permanent firefighters compensated for overtime no longer available to them ‑ Compensation provided, by agreement, through salary increase for firefighters already employed by municipality ‑ Whether salary compensation for senior firefighters was unlawful disadvantage for permanent firefighters hired following agreement ‑ If so, whether supervisory body could impose penalty despite parties' good faith ‑ Whether union had to share costs ‑ Act respecting labour standards, R.S.Q. c. N‑1.1, ss. 87.1, 144.

 

In April 1998, Sherbrooke firefighters agreed that the municipality could start using the services of temporary firefighters to replace permanent firefighters who were absent rather than having other permanent firefighters work overtime, as had been the case until that time.  As compensation for the expected loss of income, they accepted an increase in their hourly pay rate.  That agreement, which was part of the collective agreement, applied only to firefighters already employed by the municipality.  In 2005, complaints were filed with the Commission des normes du travail by firefighters who had been hired after April 1998.  The Commission claimed $69,148 from the City of Sherbrooke along with a 20% penalty.

 

March 11, 2009

Court of Québec

(Judge Dunnigan)

2009 QCCQ 2477

 

 

Respondent Commission's claims against applicant and applicant's calls in warranty against union dismissed

February 21, 2011

Quebec Court of Appeal (Montréal)

(Beauregard, Rochon and Gagnon JJ.A.)

2011 QCCA 325

 

 

Appeal allowed and respondent Commission's claims allowed; dismissal of applicant's calls in warranty upheld

 

April 21, 2011

Supreme Court of Canada

 

 

Application for leave to appeal filed

 

 

34218

Ville de Sherbrooke c. Commission des normes du travail, Syndicat des pompiers du Québec, section locale de Sherbrooke

‑ et ‑

Ville de Sherbrooke c. Syndicat des pompiers du Québec, section locale de Sherbrooke

(Qc) (Civile) (Autorisation)

Relations du travail ‑ Normes de travail ‑ Législation ‑ Interprétation ‑ Introduction dans la convention collective du recours au service ponctuel de pompiers ‑ Dédommagement des pompiers permanents pour le temps supplémentaire auquel ils n’ont plus accès ‑ Dédommagement sous forme de majoration, par entente, du salaire des pompiers déjà à l’emploi de la municipalité ‑ Un dédommagement salarial réservé aux anciens constitue‑t‑il un désavantage illégal pour les permanents embauchés après l’entente? ‑ Si oui, l’organisme de surveillance peut‑il imposer une pénalité malgré la bonne foi des parties? ‑ La partie syndicale doit‑elle partager les coûts? ‑ Loi sur les normes du travail, L.R.Q. ch. N‑1.1, art. 87.1, 144.

 

En avril 1998, les pompiers de Sherbrooke acceptent que la municipalité puisse désormais recourir aux services de pompiers temporaires pour le remplacement des permanents absents, au lieu d’avoir recours au temps supplémentaire d’autres permanents, comme c’était le cas jusque‑là.  À titre de compensation pour la perte de revenus prévue, ils acceptent une majoration de leur tarif salarial horaire.  Cette entente, qui fait partie de la convention collective, ne vise que les pompiers déjà à l’emploi de la municipalité.  En 2005, des plaintes sont déposées à la Commission des normes du travail par des pompiers ayant été embauchés après avril 1998.  La Commission réclame 69 148 $ à la Ville de Sherbrooke, à quoi s’ajoute une pénalité de 20%.

 

Le 11 mars 2009

Cour du Québec

(Le juge Dunnigan)

2009 QCCQ 2477

 

 

Rejet des réclamations de la Commission intimée contre la demanderesse et rejet des appels en garantie de celle‑ci contre le syndicat.

 

Le 21 février 2011

Cour d’appel du Québec (Montréal)

(Les juges Beauregard, Rochon et Gagnon)

2011 QCCA 325

 

 

Appel accueilli et réclamations de la Commission intimée accordées; rejet des appels en garantie de la demanderesse confirmé.

 

Le 21 avril 2011

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la demande d'autorisation d'appel.

 

 

 

Lexum

Le site de Lexum constitue la principale source publique des décisions de la Cour suprême depuis près de 20 ans.


>

Decisia

 

Un accès efficace à vos décisions

Decisia est un service en ligne pour les cours, tribunaux administratifs et les ordres professionnels cherchant à offrir un accès facile et professionnel à leurs décisions à partir de leur site web.

Savoir Plus