Bulletins

Decision Information

Decision Content

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


                                                                                                    

SUPREME COURT OF CANADA

 

COUR SUPRÊME DU CANADA

 

 

 

 

 

BULLETIN OF

 PROCEEDINGS

 

BULLETIN DES

 PROCÉDURES

 

 

 

 

This Bulletin is published at the direction of the Registrar and is for general information only.  It is not to be used as evidence of its content, which, if required, should be proved by Certificate of the Registrar under the Seal of the Court.  While every effort is made to ensure accuracy, no responsibility is assumed for errors or omissions.

 

Ce Bulletin, publié sous l'autorité du registraire, ne vise qu'à fournir des renseignements d'ordre général.  Il ne peut servir de preuve de son contenu.  Celle-ci s'établit par un certificat du registraire donné sous le sceau de la Cour.  Rien n'est négligé pour assurer l'exactitude du contenu, mais la Cour décline toute responsabilité pour les erreurs ou omissions.

 

 

 

 

Subscriptions may be had at $300 per year, payable in advance, in accordance with the Court tariff.  During Court sessions it is usually issued weekly.

 

Le prix de l'abonnement, fixé dans le tarif de la Cour, est de 300 $ l'an, payable d'avance.  Le Bulletin paraît en principe toutes les semaines pendant les sessions de la Cour.

 

 

 

 

Where a judgment has been rendered, requests for copies should be made to the Registrar, with a remittance of $15 for each set of reasons.  All remittances should be made payable to the Receiver General for Canada.

 

Quand un arrêt est rendu, on peut se procurer les motifs de jugement en adressant sa demande au registraire, accompagnée de 15 $ par exemplaire.  Le paiement doit être fait à l'ordre du Receveur général du Canada.

 

 

 

 

May 6, 2011                                                  685 - 738                                                Le 6 mai 2011

 

© Supreme Court of Canada (2011)                                                                                               © Cour suprême du Canada (2011)

ISSN 1193-8536 (Print)                                                                                                                              ISSN 1193-8536 (Imprimé)

ISSN 1918-8358 (Online)                                                                                                                            ISSN 1918-8358 (En ligne)

 


 

CONTENTS

 

 

TABLE DES MATIÈRES

 

Applications for leave to appeal

filed

 

Applications for leave submitted

to Court since last issue

 

Judgments on applications for

leave

 

Motions

 

Notices of appeal filed since last

issue

 

Notices of intervention filed since

last issue

 

Pronouncements of appeals reserved

 

 

Headnotes of recent judgments

 

685 - 686

 

 

687

 

 

688 - 728

 

 

729 - 730

 

731

 

 

732 - 733

 

 

734

 

 

735 - 738

 

Demandes d'autorisation d'appel

déposées

 

Demandes soumises à la Cour depuis la

dernière parution

 

Jugements rendus sur les demandes

d'autorisation

 

Requêtes

 

Avis d'appel déposés depuis la dernière

parution

 

Avis d'intervention déposés depuis la dernière parution

 

Jugements rendus sur les appels en

délibéré

 

Sommaires de jugements récents

 

 

 

 

 

 

 

NOTICE

 

Case summaries included in the Bulletin are prepared by the Office of the Registrar of the Supreme Court of Canada (Law Branch) for information purposes only.

 

 

AVIS

 

Les résumés de dossiers publiés dans le bulletin sont préparés par le Bureau du registraire (Direction générale du droit) uniquement à titre d’information.

 


APPLICATIONS FOR LEAVE TO APPEAL FILED

 

 

 

DEMANDES D’AUTORISATION D’APPEL DÉPOSÉES

 

Ibrahim Yumnu

                Gregory Lafontaine

                Lafontaine & Associates

 

                v. (34090)

 

Her Majesty the Queen (Ont.)

                Michal Fairburn

                A.G. of Ontario

 

FILING DATE: 08.02.2011


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bradman Lee

                Bradman Lee

 

                v. (34204)

 

Her Majesty the Queen (Ont.)

                Niall Gilks

                Public Prosecution Service of Canada

 

FILING DATE: 01.04.2011


 

Datanet Information Systems, Inc. et al.

 

                v. (34196)

 

Françoise H. Belzil et al. (Alta.)

                Donald R. Cranston, Q.C.

                Bennett Jones LLP

 

FILING DATE: 05.04.2011


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Thomas Glen Drake et al.

                D. Andrew Thomson

 

                v. (34197)

 

Corporation of the City of Stratford (Ont.)

                Michael A. van Bodegom

                White, Duncan, Linton LLP

 

FILING DATE: 11.04.2011


Wayne Anthony Hillary

                Aadil Mangalji

                Long Mangalji Immigration Law

                Group LLP

 

                v. (34199)

 

Minister of Citizenship and Immigration (F.C.)

                Kristina Dragaitis

                A.G. of Canada

 

FILING DATE: 11.04.2011


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Phuc Hong Nguyen

                Christopher Hicks

                Hicks Adams LLP

 

                v. (34195)

 

Her Majesty the Queen (Alta.)

                Christine Rideout

                A.G. of Alberta

 

FILING DATE: 12.04.2011


 

Dennis Keegan Cheeseman

                Peter J. Royal, Q.C.

                Royal Teskey

 

                v. (34198)

 

Her Majesty the Queen (Alta.)

                Susan Hughson, Q.C.

                A.G. of Alberta

 

FILING DATE: 12.04.2011


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Harjit Matharu

                James Lockyer

                Lockyer Campbell Posner

 

                v. (34203)

 

Her Majesty the Queen (Ont.)

                Gillian E. Roberts

                A.G. of Ontario

 

FILING DATE: 14.04.2011


Uri Sagman et al.

                Jérôme Choquette, Q.C.

                Choquette Beaupré Rhéaume

 

                v. (34209)

 

Société en commandite Gaz Métro (Que.)

                Philippe Gariépy

 

FILING DATE: 14.04.2011


 

Paul R. Love

                Jonathan C. Lisus

                Lax O’Sullivan Scott Lisus LLP

 

                v. (34206)

 

Acuity Investment Management Inc. (Ont.)

                John D. Campbell

                WeirFoulds LLP

 

FILING DATE: 15.04.2011


 

 


APPLICATIONS FOR LEAVE SUBMITTED TO COURT SINCE LAST ISSUE

 

 

 

 

DEMANDES SOUMISES À LA COUR DEPUIS LA DERNIÈRE PARUTION

 

 

MAY 2, 2011 / LE 2 MAI 2011

 

CORAM:  Chief Justice McLachlin and Deschamps and Charron JJ.

La juge en chef McLachlin et les juges Deschamps et Charron

 

1.                    Adrian John Walle v. Her Majesty the Queen (Alta.) (Crim.) (By Leave) (34080)

 

2.                    Yves Presmy c. Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal et autres (Qc) (Civile) (Autorisation) (34143)

 

 

CORAM: Binnie, Abella and Rothstein JJ.

Les juges Binnie, Abella et Rothstein

 

3.                    Prabjot Singh v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Crim.) (By Leave) (34076)

 

4.                    Mark DeMarco v. The Estate of Joseph Nicoletti (Ont.) (Civil) (By Leave) (34108)

 

5.                    Ivanco Keremelevski v. V.W.R. Capital Corporation et al. (B.C.) (Civil) (By Leave) (34191)

 

 

CORAM: LeBel, Fish and Cromwell JJ.

Les juges LeBel, Fish et Cromwell

 

6.                    Liviu Pogan c. Université de Montréal et autre (Qc) (Civile) (Autorisation) (34190)

 

7.                    Ruth Klein Tatner et al. v. Gérard Mohr (Que.) (Civil) (By Leave) (34077)

 

8.                    F. Max E. Maréchaux v. Her Majesty the Queen (F.C.) (Civil) (By Leave) (34073)

 


 

 


JUDGMENTS ON APPLICATIONS

FOR LEAVE

 

 

 

JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES D’AUTORISATION

 

MAY 5, 2011 / LE 5 MAI 2011

 

33831

 

Pharmascience Inc. v. Aventis Pharma Inc., Aventis Pharma Deutschland GmbH, Schering Corporation and Minister of Health (F.C.) (Civil) (By Leave)

 

Coram :

Binnie, Fish and Rothstein JJ.

 

The motion for leave to intervene by the Canadian Generic Pharmaceutical Association and the application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A-379-09, 2010 FCA 153, dated June 8, 2010, are dismissed with costs to the respondents Aventis Pharma Inc., Aventis Pharma Deutschland GmbH and Schering Corporation.

 

La requête pour permission d’intervenir de l’Association canadienne du médicament générique et la demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A-379-09, 2010 CAF 153, daté du 8 juin 2010, sont rejetées avec dépens en faveur des intimées Aventis Pharma Inc., Aventis Pharma Deutschland GmbH et Schering Corporation.

 

CASE SUMMARY

 

Intellectual property – Patents –Medicines – Following prohibition order under Patented Medicines (Notice of Compliance) Regulations, SOR 93/133, patent in question declared invalid in patent action – Whether s. 8 of the Regulations provides for compensation for a generic company which has been kept out of the market by a NOC prohibition order where it is determined that the relevant claims of the patent which are the basis for the order are invalid - Whether the underlying application for the prohibition order should be dismissed?  Whether the federal court of appeal made other fundamental errors of law in affirming the refusal to dismiss the NOC prohibition applications substantially for the reasons of the motion judge?

 

In 2001, Pharmascience Inc. (“Pharmascience”), a generic drug manufacturer, submitted a notice of allegation to the Minister of Health to obtain a notice of compliance (“NOC”) to market its generic version of ramipril, a drug used in the treatment of hypertension.  The Respondents (collectively,“Aventis”) brought a motion to prohibit the Minister of Health from issuing a NOC to Pharmascience.  The court rejected Pharmascience’s allegation that the claims of the ‘206 patent were invalid for double patenting and granted the prohibition order until after the expiry of the ‘206 patent.  Pharmascience filed a second notice of allegation, asserting that the ‘206 patent was invalid on several different grounds.  The court held that the allegation of invalidity had been finally determined in the first application and that issue estoppel precluded Pharmascience from making further allegations of invalidity and issued a second prohibition order.

 

In 2007, Aventis commenced an infringement action against Apotex Inc. and Novopharm Limited, two other generic manufacturers, arising from their sales of ramipril in Canada.  Claims 1,2,3,6 and 12, the same claims that were relevant in the Pharmascience NOC litigation, were found to be invalid and of no force and effect.  As a result of this finding in 2009, Pharmascience again asked the Minister for a NOC to market its ramipril capsules.  The Minister’s position was that as not all of the claims of the ‘206 patent were declared invalid, it could not be considered “expired” and refused to issue the NOC.  Pharmascience brought a motion to set aside the two orders of prohibition and to dismiss their underlying applications granted by the federal court in the NOC litigation.

 

September 15, 2009

Federal Court

(Zinn J.)

2009 FC 915

 

Previous orders for prohibition set aside; Pharmascience’s motion to set aside underlying applications dismissed

 

June 8, 2010

Federal Court of Appeal

(Nadon, Sharlow and Layden-Stevenson JJ.A.)

 

 

Appeal dismissed

 

September 7, 2010

Supreme Court of Canada

 

 

Application for leave to appeal filed

October 8, 2010

Supreme Court of Canada

 

Motion for leave to intervene filed by Canadian Generic Pharmaceutical Association

 


 

RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE

 

Propriété intellectuelle – Brevets – Médicaments – À la suite d’une ordonnance d’interdiction délivrée en application du Règlement sur les médicaments brevetés (avis de conformité), DORS 93/133 (le Règlement), le brevet en question a été déclaré invalide dans une action en matière de brevet – L’article 8 du Règlement prévoit-il le versement d’une indemnité à un fabricant de médicaments génériques qui a été mis à l’écart du marché à la suite d’une ordonnance d’interdiction relative à un avis de conformité lorsqu’il est établi que les revendications pertinentes du brevet qui constituent le fondement de l’ordonnance sont invalides? – La demande sous-jacente à l’ordonnance d’interdiction devrait-elle être rejetée? La cour d’appel fédérale a-t-elle commis d’autres erreurs de droit fondamentales en confirmant, en grande partie pour les motifs invoqués par le juge des requêtes, le refus de rejeter les demandes d’interdiction relatives à un avis de conformité?

 

En 2001, Pharmascience Inc. (Pharmascience), un fabricant de médicaments génériques, a présenté un avis d’allégation au ministre de la Santé afin d’obtenir un avis de conformité en vue de commercialiser sa version générique de ramipril, un médicament utilisé dans le traitement de l’hypertension.  Les défendeurs (collectivement, Aventis) ont déposé une requête visant à interdire au ministre de la Santé de délivrer un avis de conformité à Pharmascience.  La cour a rejeté l’allégation de Pharmascience selon laquelle les revendications du brevet ‘206 étaient invalides pour cause de double brevet et elle a accordé l’ordonnance d’interdiction qui est valide jusqu’à l’expiration du brevet ‘206.  Pharmascience a déposé un deuxième avis d’allégation dans lequel elle affirme que le brevet‘206 était invalide pour différents motifs.  La cour a conclu que l’allégation d’invalidité avait été tranchée de façon définitive lors de la première demande et que, en raison du principe de la préclusion pour question déjà tranchée, Pharmascience ne pouvait pas soumettre d’autres allégations d’invalidité et elle a délivré une deuxième ordonnance d’interdiction.

 

En 2007, Aventis a introduit une action en contrefaçon contre Apotex Inc. et Novopharm Ltée, deux autres fabricants de médicaments génériques, en raison de leurs ventes de ramipril au Canada.  Les revendications no 1,2,3,6 et 12, les mêmes revendications qui étaient pertinentes dans le litige relatif à un avis de conformité impliquant Pharmascience, ont été déclarées invalides et inopérantes.  En conséquence de cette conclusion tirée en 2009, Pharmascience a demandé à nouveau au ministre de délivrer un avis de conformité afin qu’elle puisse commercialiser ses gélules de ramipril.  Le point de vue du ministre était que, comme les revendications du brevet ‘206 n’avaient pas toutes été déclarées invalides, le brevet ne pouvait pas être considéré comme étant « expiré » et il a refusé de délivrer un avis de conformité.  Pharmascience a déposé une requête en vue de faire annuler les deux ordonnances d’interdiction et de faire rejeter leurs demandes sous-jacentes qui ont été accueillies par la cour fédérale dans le cadre du litige relatif à un avis de conformité.

 

15 septembre 2009

Cour fédérale

(juge Zinn)

2009 CF 915

 

 

Ordonnances d’interdiction antérieures annulées; Requête de Pharmascience visant à faire annuler les demandes sous-jacentes annulée

 

8 juin 2010

Cour d’appel fédérale

(juges Nadon, Sharlow et Layden-Stevenson.)

 

 

Appel rejeté

 

7 septembre 2010

Cour suprême du Canada

 

 

Demande d’autorisation d’appel déposée

8 octobre 2010

Cour suprême du Canada

 

Requête en autorisation d’intervenir déposée par l’Association canadienne du médicament générique

 


 

33832

 

Apotex Inc. v. Hoffmann Laroche Limited (F.C.) (Civil) (By Leave)

 

Coram :

Binnie, Fish and Rothstein JJ.

 

The motion for leave to intervene by Canadian Generic Pharmaceutical Association and the application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A-238-09, 2010 FCA 155, dated June 10, 2010, are dismissed with costs in accordance with the Tariff in Schedule B.

 

La requête pour permission d’intervenir de l’Association canadienne du médicament générique et la demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A-238-09, 2010 CAF 155, daté du 10 juin 2010, sont rejetées avec dépens selon le montant qui sera établi conformément au Tarif à l’annexe B.

 

CASE SUMMARY

 

Intellectual property — Patents — Medicines — Notice of Compliance — Patented Medicines (Notice of Compliance) Regulations, SOR/93‑133 —‑Whether a party who enjoins another, pursuant to the Regulations can avoid payment of damages caused by the injunction merely because it succeeded in obtaining the injunction in the enforcement of a patent ultimately declared invalid ‑ Proper interpretation  s. 8 of the Regulations.

 

In 1996, Hoffmann LaRoche Limited (“Roche”) obtained an order from the federal court in Patented Medicines (Notice of Compliance) proceedings, prohibiting the Minister of Health from issuing a notice of compliance (NOC”) to Apotex for its generic version of naproxen slow release tablets until after the expiration of the ‘671 patent in issue.  The court found that Apotex’s allegation of non‑infringement was not justified.  There was no allegation of invalidity. An appeal and cross‑appeal were dismissed.  Apotex then commenced an action under the Patent Act , seeking a declaration that the '671 patent was invalid.  Apotex’s formulation of naproxen tablets was held to be non‑infringing and the ‘671 patent was held to be invalid in 1999.  The Minister refused to grant Apotex a NOC on the ground that the previous prohibition order continued in effect.  Apotex obtained an order setting aside the prohibition order and dismissing Roche’s underlying application and the Minister issued a NOC to Apotex.  Apotex then brought an action for damages under s. 8 of the Regulations, claiming that its market entry had been delayed for four years by the prohibition order

 

May 12, 2009

Federal Court

(Hughes J.)

2009 FC 494

2010 FCA 155

 

 

Apotex’s action for section 8 damages dismissed

 

 

June 10, 2010

Federal Court of Appeal

(Evans, Dawson and Stratas JJ.A.)

2010 FCA 155

 

 

Appeal dismissed

 

September 9, 2010

Supreme Court of Canada

 

 

Application for leave to appeal filed

 

 

October 7, 2011

Supreme Court of Canada

 

Motion for leave to intervene filed by the Canadian Generic Pharmaceutical Association

 


 

RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE

 

Propriété intellectuelle — Brevets — Médicaments — Avis de conformité — Règlement sur les médicaments brevetés (avis de conformité), DORS/93‑133 — La partie qui interdit à une autre de faire quelque chose en vertu du règlement peut‑elle éviter le paiement de dommages‑intérêts pour le préjudice causé par l'injonction simplement parce qu'elle a réussi à obtenir l'injonction dans l'exécution d'un brevet qui a fini par être déclaré invalide? — Interprétation de l'art. 8 du règlement.

 

En 1996, Hoffmann‑LaRoche Limitée (« Roche ») a obtenu une ordonnance de la Cour fédérale dans une instance fondée sur le Règlement sur les médicaments brevetés (avis de conformité) interdisant au ministre de la Santé de délivrer un avis de conformité (AC) à Apotex pour sa version générique de comprimés de naproxène à libération lente avant l'expiration du brevet 671 en cause.  La Cour a conclu que l'allégation de non‑contrefaçon soulevée par Apotex n'était pas justifiée.  Il n'y avait aucune allégation d'invalidité. L'appel et l'appel incident ont été rejetés. Apotex a ensuite intenté une action fondée sur la Loi sur les brevets , sollicitant un jugement déclarant que le brevet 671 était invalide.  La Cour a statué que la formulation d’Apotex des comprimés de naproxène n'était pas une contrefaçon et le brevet 671 a été jugé invalide en 1999. Le ministre a refusé d'accorder un AC à Apotex au motif que l'ordonnance d'interdiction antérieure était toujours en vigueur. Apotex a obtenu une ordonnance annulant l'ordonnance d'interdiction et rejetant la demande sous‑jacente de Roche et le ministre a délivré un AC à Apotex.  Apotex a alors intenté une action en dommages‑intérêts fondée sur l’art. 8 du règlement, alléguant que sa mise en marché avait été retardée de quatre ans par l'ordonnance d'interdiction.

 

12 mai 2009

Cour fédérale

(Juge Hughes)

2009 CF 494

2010 CAF 155

 

 

Action d’Apotex en dommages‑intérêts fondée sur l'article 8, rejetée

 

 

10 juin 2010

Cour d'appel fédérale

(Juges Evans, Dawson et Stratas)

2010 CAF 155

 

 

Appel rejeté

 

9 septembre 2010

Cour suprême du Canada

 

 

Demande d'autorisation d'appel, déposée

 

 


 

7 octobre 2011

Cour suprême du Canada

 

Requête en autorisation d’intervenir déposée par l'Association canadienne du médicament générique

 


 

33888

 

Province of Alberta as represented by the Minister of Education; Province of British Columbia as represented by the Minister of Education; Province of Manitoba as represented by the Minister of Education, Citizenship and Youth; Province of New Brunswick as represented by the Minister of Education; Province of Newfoundland and Labrador as represented by the Minister of Education; Northwest Territories as represented by the Minister of Education, Culture and Employment; Province of Nova Scotia as represented by the Minister of Education; Territory of Nunavut as represented by the Minister of Education; Province of Ontario as represented by the Minister of Education; Province of Prince Edward Island as represented by the Minister of Education; Province of Saskatchewan as represented by the Minister of Education; Yukon Territory as represented by the Minister of Education; Airy and Sabine District School Area Board; Algoma District School Board;, Algonquin and Lakeshore Catholic District School Board; Asquith-Garvey District School Board; Atikokan Roman Catholic Separate School Board; Avon Maitland District School Board; Bloorview MacMillan School Authority; Bluewater District School Board; Brant Haldimand Norfolk Catholic District School Board; Bruce-Grey Catholic District School Board; Campbell Children's School Authority; Caramat District School Area Board; Catholic District School Board of Eastern Ontario; Collins District School Area Board; Connell and Ponsford District School Area Board; Conseil des écoles catholiques du Centre-Est de l'Ontario; Conseil des écoles publiques de l'Est de l'Ontario; Conseil des écoles séparées catholiques de Dubreuilville; Conseil des écoles séparées catholiques de Foleyet; Conseil scolaire de district catholique Centre-Sud; Conseil scolaire de district catholique de l'Est Ontarien; Conseil scolaire de district catholique des Aurores Boréales; Conseil scolaire de district catholique des Grandes Rivières; Conseil scolaire de district catholique du Nouvel-Ontario; Conseil scolaire de district catholique Franco-Nord; Conseil scolaire de district des écoles catholiques de Sud-Ouest; Conseil scolaire de district du Centre Sud-Ouest; Conseil scolaire de district du Grand Nord de l'Ontario; Conseil scolaire de district du Nord-Est de l'Ontario; District School Board of Niagara; District School Board Ontario North East; Dufferin-Peel Catholic District School Board; Durham Catholic District School Board; Durham District School Board; Foleyet District School Area Board; Gogama District School Area Board; Gogama Roman Catholic Separate School Board; Grand Erie District School Board; Greater Essex County District School Board; Halton Catholic District School Board; Halton District School Board;  Hamilton-Wentworth Catholic District School Board; Hamilton-Wentworth District School Board; Hastings & Prince Edward District School Board;, Hornepayne Roman Catholic Separate School Board; Huron Perth Catholic District School Board; Huron-Superior Catholic District School Board; James Bay Lowlands Secondary School Board; Kawartha Pine Ridge District School Board; Keewatin-Patricia District School Board; Kenora Catholic District School Board; Lakehead District School Board; Lambton Kent District School Board; Limestone District School Board; Missarenda District School Area Board; Moose Factory Island District School Area Board; Moosonee District School Area Board; Moosonee Roman Catholic Separate School Board; Murchison and Lyell District School Area Board; Nakina District School Area Board; Near North District School Board; Niagara Catholic District School Board; Niagara Peninsula Children's Centre School Authority; Nipissing-Parry Sound Catholic District School Board; Northeastern Catholic District School Board; Northern District School Area Board; Northwest Catholic District School Board; Ottawa Children's Treatment Centre School Authority; Ottawa-Carleton Catholic District School Board; Ottawa-Carleton District School Board; Parry Sound Roman Catholic Separate School Board; Peel District School Board; Peterborough Victoria Northumberland and Clarington Catholic District School Board; Rainbow District School Board; Rainy River District School Board; Red Lake Area Combined Roman Catholic Separate School Board; Renfrew County Catholic District School Board; Renfrew County District School Board; Simcoe County District School Board; Simcoe Muskoka Catholic District School Board; St Clair Catholic District School Board; Sudbury Catholic District School Board; Superior North Catholic District School Board; Superior-Greenstone District School Board; Thames Valley District School Board; Thunder Bay Catholic District School Board; Toronto Catholic District School Board; Toronto District School Board; Trillium Lakelands District School Board; Upper Canada District School Board; Upper Grand District School Board; Upsala District School Area Board; Waterloo Catholic District School Board; Waterloo Region District School Board; Wellington Catholic District School Board; Windsor-Essex Catholic District School Board; York Catholic District School Board and York Region District School Board v. Canadian Copyright Licensing Agency Operating as "Access Copyright" (F.C.) (Civil) (By Leave)

 

Coram :

McLachlin C.J. and Abella and Cromwell JJ.

 

The application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A-302-09, 2010 FCA 198, dated July 23, 2010, is granted with costs in the cause.

 

La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A-302-09, 2010 CAF 198, daté du 23 juillet 2010, est accordée avec dépens suivant l’issue de la cause.

 

CASE SUMMARY

 

Intellectual property — Copyright — Fair dealing — Copyright Board approving tariff that included as remunerable use the photocopying of excerpts primarily from textbooks for use in classroom instruction for students in kindergarten to grade 12 — Whether such copying constitutes fair dealing — Whether the Federal Court of Appeal erred in upholding the Board’s finding that it is the copier’s purpose, and not the user’s purpose, that is the relevant consideration for fair dealing — Whether the Federal Court of Appeal erred in upholding the Board’s decision to look at copying in aggregate, and not individually, in determining fairness — Whether the Federal Court of Appeal erred by not applying the “not restrictive” interpretation that fair dealing warrants under the decision of this Court in CCH v. Law Society of Upper Canada, [2004] 1 S.C.R. 339 — Whether the Federal Court of Appeal erred in applying the standard of reasonableness, and not correctness, in its judicial review — Is there an inconsistency between the Federal Court of Appeal decision in the present case and in Society of Composers, Authors and Music Publishers of Canada v. Bell Canada, 2010 FCA 123, [2010] F.C.J. No. 570 — Sections 29 , 29.1  and 29.4  of the Copyright Act, R.S.C. 1985, c. C‑42  (the “Act ”).

 

At the respondent’s request, the Copyright Board of Canada certified a tariff that applied to the reproduction of literary, dramatic and artistic works included in books, newspapers and magazines for use in primary and secondary level educational institutions in Canada, outside Quebec.  The Board determined that royalties were payable with respect to some of the photocopies made in schools because they did not constitute fair dealing or come under the exception under s. 29.4  of the Act .  The applicants applied for judicial review of the Board’s decision.  The main issues became whether: i) “multiple copies made for the use of the person making the copies and single or multiple copies made for third parties without their request for the purpose of private study and/or research and/or criticism and/or review” (“category 4 copies”) constituted fair dealing under sections 29  and 29.1  of the  Act ; and ii) whether the copying was exempt under s. 29.4  of the Act  as a “work or other subject‑matter as required for a test or examination” where the work is not “commercially available in a medium that is appropriate for the purpose”.

 

The Federal Court of Appeal upheld the Board’s ruling that the category 4 copies were unfair dealing. This was a question of fact for which there had been no reviewable error.  However, the appellate court allowed the application for judicial review on the basis that the Board had failed to address an important part of the test under s. 29.4  of the Act .

June 26, 2009 and July 17, 2009

Copyright Board Canada

(Vancise J., Bertrand‑Venne and Charron, Members)

[2009] C.B.C. No. 6

 

 

Tariff approved; Board found that category 4 copies were not  fair dealing and were not exempt under s. 29.4  of the Act 

 

July 23, 2010

Federal Court of Appeal

(Blais C.J., Noël and Trudel JJ.A.)

2010 FCA 198; A‑302‑09

 

Application for judicial review allowed; matter remitted to Board to determine: i) the meaning of words “in a medium appropriate for the purpose” in s. 29.4(3)  of the Act ; and ii) whether category 4 copies came within that meaning

 

September 29, 2010

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 


 

RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE

 

Propriété intellectuelle — Droit d’auteur — Utilisation équitable — Tarif homologué par la Commission du droit d’auteur, qui comprend parmi les utilisations ouvrant droit à rémunération la photocopie d’extraits de manuels scolaires destinés aux élèves de la maternelle à la 12e année — Ces photocopies constituent‑elles une utilisation équitable? — La Cour d’appel fédérale a‑t‑elle commis une erreur en confirmant la conclusion de la Commission selon laquelle c’est la fin poursuivie par la personne qui fait la photocopie et non pas la fin poursuivie par l’usager qui est la considération pertinente en matière d’utilisation équitable? — La Cour d’appel fédérale a‑t‑elle commis une erreur, en traitant la question de l’équité, en confirmant la décision de la Commission d’examiner la reproduction dans son ensemble et non pas séparément? — La Cour d’appel fédérale a‑t‑elle commis une erreur en n’appliquant pas l’interprétation « large et libérale » qui, selon la décision rendue par la Cour dans l’arrêt CCH c. Barreau du Haut‑Canada, [2004] 1 R.C.S. 339, doit être appliquée en matière d’utilisation équitable?— La Cour d’appel fédérale a‑t‑elle commis une erreur en appliquant, dans le cadre de son contrôle judiciaire, la norme de la décision raisonnable et non pas celle de la décision correcte? — Existe‑t‑il une incohérence entre la décision de la Cour d’appel fédérale en l’espèce et l’arrêt Society of Composers, Authors and Music Publishers of Canada c. Bell Canada, 2010 CAF 123, [2010] A.C.F. no 570? — Articles 29 , 29.1  et 29.4  de la Loi sur le droit d’auteur, L.R.C. 1985, ch. C‑42  (la Loi ).

 

À la demande des requérants, la Commission du droit d'auteur du Canada a homologué un tarif de redevance qui s’appliquait à la reproduction d’œuvres littéraires et artistiques comprises dans des livres, des journaux et des revues destinés à être utilisées dans des institutions d’enseignement primaires et secondaires au Canada, sauf au Québec.  La Commission a conclu que des tarifs étaient payables relativement à certaines photocopies faites dans les écoles parce qu’elles ne constituaient pas une utilisation équitable et qu’elles n’étaient pas visées par l’exception prévue à l’article 29.4  de la Loi .  Les requérants ont demandé le contrôle judiciaire de la décision de la Commission.  Les questions en litige étaient les suivantes : i) Des « copies multiples faites pour l’usage du copiste et copies uniques ou multiples faites pour un tiers sans sa demande aux fins d’étude privée et/ou de recherche et/ou de critique et/ou de compte rendu » (« photocopies appartenant à la catégorie 4 ») constituaient‑elles une utilisation équitable au sens des articles 29  et 29.1  de la Loi ; ii) Les copies étaient‑elles visées par l’exemption prévue à l’article 29.4  de la Loi  à titre « d’une œuvre ou de tout autre objet du droit d’auteur dans le cadre d’un examen ou d’un contrôle » lorsque l’œuvre ou l’autre objet du droit d’auteur ne sont pas « accessibles sur le marché et sont sur un support approprié aux fins visées ».

 

La Cour d’appel fédérale a confirmé la décision de la Commission que les photocopies appartenant à la catégorie 4 ne constituaient pas une utilisation équitable.  Il s’agissait d’une question de fait à l’égard de laquelle il n’y a eu aucune erreur susceptible de contrôle.  Toutefois, la Cour d’appel a accueilli la demande de contrôle judiciaire au motif que la Commission n’avait pas appliqué une partie importante du critère prévu à l’article 29.4  de la Loi .

26 juillet 2009 et 17 juillet 2009

Commission du droit d’auteur du Canada

(Commissaires Vancise, Bertrand‑Venne et Charron)

[2009] D.C.D.A. no 6

 

Tarif approuvé; la Commission a conclu que les photocopies appartenant à la catégorie 4 ne constituaient pas une utilisation équitable et n’étaient pas visées par l’exception prévue à l’article  29.4  de la Loi 

 

23 juillet 2010

Cour d’appel fédérale

(Juges Blais, Noël et Trudel.)

2010 CAF 198; A‑302‑09

 

Demande de contrôle judiciaire accueillie; affaire renvoyée à la Commission pour nouvelle décision sur les questions suivantes : i) Quelle est la signification des mots « sur un support approprié aux fins visées » figurant au paragraphe 29.4(3)  de la Loi ?; et ii) Les photocopies appartenant à la catégorie 4 sont‑elles visées par cette définition?

 

29 septembre 2010

Cour suprême du Canada

 

Demande d’autorisation d’appel déposée

 

 


 

33893

 

Sasha Safai, a minor under the age of 18 years by his Litigation Guardian, Leslie Anne Wilkes, Joebeen Safai, Parissa Safai, Hormoz Safai and Gity Safai personally v. Bruce N. Huntley Contracting Limited AND BETWEEN Sasha Safai, a minor under the age of 18 years by his Litigation Guardian, Leslie Anne Wilkes, Joebeen Safai, Parissa Safai, Hormoz Safai and Gity Safai personally v. Markham Property Services Ltd. (Ont.) (Civil) (By Leave)

 

Coram :

Binnie, Fish and Rothstein JJ.

 

The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C51024, 2010 ONCA 545, dated August 6, 2010, is dismissed with costs to the respondents and the application for leave to cross-appeal is dismissed without costs as being moot.

 

La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C51024, 2010 ONCA 545, daté du 6 août 2010, est rejetée avec dépens en faveur des intimées et la demande d’autorisation d’appel incident est rejetée sans dépens comme étant sans objet.

 

CASE SUMMARY

 

Limitation of actions — Discoverability — Applicant falling on  patch of ice in parking lot and suffering broken ankle — Applicant and members of family commencing action against respondent owner of parking lot and separate action against respondent company responsible for winter maintenance of parking lot — Respondents moving for summary judgment based on expiry of six‑year limitation period — Whether courts below erred by holding that discoverability rule is an “interpretative tool” which they can “refuse” to apply in a given case — Limitations Act, R.S.O. 1990, c. L.15, s. 45(1)(g).

 

The applicant Gity Safai slipped and fell on a patch of ice in a parking lot on February 17, 2000 and suffered a broken ankle.  On February 23, 2006, she and members of her family commenced an action against the owner of the parking lot, the respondent Huntley, and on September 27, 2006, they commenced a separate action against the company responsible for winter maintenance of the parking lot, the respondent Markham.  The respondents moved for summary judgment based on the expiry of the six‑year limitation period.  Ms. Safai and the other applicants raised the discoverability rule in response to the motions for summary judgment.

 

The motion judge held that the discoverability rule had no application to either case and dismissed both actions.  The Court of Appeal dismissed the appeal from the order dismissing the action against Huntley and allowed the appeal in respect of the action against Markham.

 

August 26, 2009

Ontario Superior Court of Justice

(Mullins J.)

 

 

Motions for summary judgment dismissing actions granted

 

August 6, 2010

Court of Appeal for Ontario

(Moldaver, Goudge and Armstrong JJ.A.)

2010 ONCA 545

 

 

Appeal from order dismissing action against Huntley dismissed; appeal in respect of action against Markhan allowed and order dismissing action set aside

 

October 4, 2010

Supreme Court of Canada

 

 

Application for leave to appeal filed

 

November 4, 2010

Supreme Court of Canada

 

Conditional application for leave to cross‑appeal filed

 


 

RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE

 

Prescription des actions — Possibilité de découvrir le préjudice subi — La demanderesse est tombée sur la glace dans un stationnement et s’est cassée une cheville — La demanderesse et des membres de sa famille ont intenté une action contre la propriétaire intimée du stationnement et une action distincte contre la société chargée de l’entretien du stationnement pendant l’hiver — Les intimées demandent qu’un jugement sommaire soit prononcé en raison de l’expiration du délai de prescription de six ans — Les juridictions inférieures ont‑elles commis une erreur en concluant que la règle de la possibilité de découvrir le dommage est un « outil d’interprétation » qu’elles peuvent « refuser » d’appliquer dans un cas donné? — Loi sur la prescription, L.R.O. 1990, ch. L.15, al. 45(1)g).

 

Le 17 février 2000, la demanderesse Gity Safai a glissé et est tombée sur la glace dans un stationnement et elle s’est cassée une cheville.  Le 23 février 2006, la demanderesse et des membres de sa famille ont intenté une action contre la propriétaire du stationnement, l’intimée Huntley, et, le 27 septembre 2006, ils ont intenté une action distincte contre la société chargée de l’entretien du stationnement pendant l’hiver, l’intimée Markham.  Les intimées ont demandé qu’un jugement sommaire soit prononcé en raison de l’expiration du délai de prescription de six ans.  Mme Safai et les autres demandeurs ont soulevé la règle de la possibilité de découvrir le dommage en réponse aux requêtes en jugement sommaire.

 

Le juge saisi des requêtes a conclu que la règle de la possibilité de découvrir le dommage ne s’appliquait à aucune des actions et a rejeté les deux actions.  La Cour d’appel a rejeté l’appel interjeté à l’encontre de l’ordonnance rejetant l’action intentée contre Huntley et a accueilli l’appel relatif à l’action intentée contre Markham.

 

26 août 2009

Cour supérieure de justice de l’Ontario

(Juge Mullins)

 

 

Requêtes en vue d’obtenir un jugement sommaire rejetant les actions accueillies

 

6 août 2010

Cour d’appel de l’Ontario

(Juges Moldaver, Goudge et Armstrong)

2010 ONCA 545

 

 

Appel interjeté à l’encontre de l’ordonnance rejetant l’action intentée contre Huntley rejetée; appel relatif à l’action intentée contre Markhan accueilli et ordonnance rejetant l’action annulée

 

4 octobre 2010

Cour suprême du Canada

 

 

Demande d’autorisation d’appel déposée

 

4 novembre 2010

Cour suprême du Canada

 

Demande conditionnelle d’autorisation d’appel incident déposée

 


 

33946

 

Apotex Inc. v. Eli Lilly and Company and Eli Lilly Canada Inc. (F.C.) (Civil) (By Leave)

 

Coram :

Binnie, Fish and Rothstein JJ.

 

The application for leave to appeal and the application for leave to cross-appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A-451-09, 2010 FCA 240, dated September 22, 2010, are dismissed with costs in accordance with the Tariff in Schedule B.

 

La demande d’autorisation d’appel et la demande d’autorisation d’appel incident de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A-451-09, 2010 CAF 240, daté du 22 septembre 2010, sont rejetées avec dépens selon le montant qui sera établi conformément au Tariff à l’annexe B.

 

CASE SUMMARY

 

Intellectual property — Patents - Medicines — Infringement by importation and sale - Whether the Saccharin doctrine is inconsistent with the principle that the rights of a patent holder are wholly defined by the Patent Act  and the claims of the patent in issue — Whether the Saccharin doctrine is inconsistent with the principle that Canadian patent rights are territorially limited in scope — Whether this Court should take the approach of foreign courts and renounce or limit the Saccharin doctrine — Whether this Court endorsed the Saccharin doctrine in Monsanto Canada Inc. v. Schmieser, [2004] 1 S.C.R. 902

 

The Respondents (collectively, “Lilly”) owned eight Canadian patents relating to an intermediate compound used for producing the antibiotic, cefaclor.  These patents also protected the processes used to produce the intermediate.  In 1997, Apotex Inc. (“Apotex”), a generic manufacturer, obtained a notice of compliance under the Patented Medicines (Notice of Compliance) Regulations, SOR/93-133, to market its generic version of cefaclor.  Apotex imported into Canada the intermediate for producing cefaclor from foreign suppliers.  It was used by Apotex to manufacture finished dosage forms of the drug to be sold in Canada.  After Apotex obtained its notice of compliance, Lilly commenced an infringement action with respect to Apotex’s activities.  The primary question was whether the process used by the foreign suppliers in the manufacture of the bulk cefaclor infringed the eight patents in issue.  Apotex raised issues relating to the validity of the patents.  Production of documents relating to those suppliers’ processes was ordered but until trial, Apotex maintained that it did not have that information.  At trial, over Lilly’s objections, Apotex called witnesses to testify about those manufacturing processes.

 

October 1, 2009

Federal Court

(Gauthier J.)

 

 

Trial judge admitting disputed evidence; Respondents’ patents held to be valid and infringed with respect to certain lots imported into Canada prior to June 4, 1998

 

September 22, 2010

Federal Court of Appeal

(Sexton, Evans and Sharlow JJ.A.)

 

 

Appeal and cross-appeal dismissed

 

November 22, 2010

Supreme Court of Canada

 

 

Application for leave to appeal filed

 

January 10, 2011

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to cross-appeal filed

 

 


 

RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE

 

Propriété intellectuelle — Brevets ‑ Médicaments — Contrefaçon par importation et vente — La doctrine Saccharin est‑elle incompatible avec le principe selon lequel les droits d'un titulaire de brevet sont entièrement définis par la Loi sur les brevets  et les revendications du brevet en cause? — La doctrine Saccharin est‑elle incompatible avec le principe selon lequel les droits de brevet canadiens sont limités territorialement quant à leur portée? — Cette Cour devrait‑elle adopter l'approche suivie par les tribunaux étrangers et renoncer à la doctrine Saccharin ou en limiter la portée? — Cette Cour a‑t‑elle entériné la doctrine Saccharin dans l'arrêt Monsanto Canada Inc. c. Schmieser, [2004] 1 R.C.S. 902?

 

Les intimées (collectivement, « Lilly ») étaient titulaires de huit brevets canadiens relatifs à un composé intermédiaire utilisé dans la production d'un antibiotique, le céfaclor. Ces brevets protégeaient également les procédés utilisés pour produire l'intermédiaire. En 1997, Apotex Inc. (« Apotex »), un fabricant de médicaments génériques, a obtenu un avis de conformité en vertu du Règlement sur les médicaments brevetés (avis de conformité), DORS/93‑133, pour commercialiser sa version générique du céfaclor. Apotex a importé au Canada l'intermédiaire pour produire le céfaclor de fournisseurs étrangers. Apotex a utilisé l’intermédiaire pour fabriquer le médicament sous sa forme posologique définitive pour la vente au Canada. Après qu’Apotex a obtenu son avis de conformité, Lilly a intenté une action en contrefaçon relativement aux activités d’Apotex. La principale question était de savoir si les procédés utilisés par les fournisseurs étrangers dans la fabrication du céflacor en vrac violaient les huit brevets en cause.  Apotex a soulevé des questions relatives à la validité des brevets. La Cour a ordonné la production de documents relatifs aux procédés de ces fournisseurs, mais jusqu'au procès, Apotex a soutenu qu'elle n'avait pas ces renseignements. Au procès, malgré les objections de Lilly, Apotex a assigné des témoins relativement à ces procédés de fabrication.

 

1er octobre 2009

Cour fédérale

(Juge Gauthier)

 

 

La juge du procès admet la preuve contestée; elle statue que les brevets des intimées étaient valides et ont été violés relativement à certains lots importés au Canada avant le 4 juin 1998

 

22 septembre 2010

Cour d'appel fédérale

(Juges Sexton, Evans et Sharlow)

 

 

Appel et appel incident rejetés

 

22 novembre 2010

Cour suprême du Canada

 

 

Demande d'autorisation d'appel, déposée

 


 

10 janvier 2011

Cour suprême du Canada

 

Demande d'autorisation d'appel incident, déposée

 

 


 

33951

 

Teva Canada Limited v. Pfizer Canada Inc., Pfizer Inc., Pfizer Ireland Pharmaceuticals, Pfizer Research and Development Company N.V./S.A. and Minister of Health (F.C.) (Civil) (By Leave)

 

Coram :

Binnie, Rothstein and Cromwell JJ.

 

The application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A-292-09, 2010 FCA 242, dated September 24, 2010, is granted with costs in the cause.

 

La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A-292-09, 2010 CAF 242, daté du 24 septembre 2010, est accordée avec dépens suivant l’issue de la cause.

 

CASE SUMMARY

 

Patents — Medicines — Construction of patents — Disclosure — Sufficiency of disclosure — Whether guidance is needed on the law of sufficiency of disclosure — Whether an allegation of insufficiency is at the “heart of the patent system” or a “technical attack” — Whether the Federal Court of Appeal has confused the Consolboard questions — Whether the Federal Court of Appeal condones the imposition of a research project — Whether the Federal Court of Appeal’s “claim based” approach rewrites the law of sufficiency of disclosure — Whether the Federal Court of Appeal confuses disclosure of invention with “best mode” — Whether the Federal Court of Appeal imposes a crippling “wait and see” regime on generic manufacturers.

 

In 1994, Pfizer applied for a patent for a range of compounds, of which it claimed that one compound was effective for the oral treatment of erectile dysfunction. It received Patent 2,163,446 on July 7, 1998. Patent ’446 expires in 2014.

 

The disclosure explains that the invention concerns the use of a compound of formula (I) or a salt thereof as a medicament for the treatment of erectile dysfunction. Claim 1 sets out formula (I), which produces 260 quintillion possible compounds. Claims 2‑5 are for successively smaller ranges of compounds of formula (I), with Claim 5 being narrowed to a range of nine compounds. Claims 6 and 7 refer to one compound each. Neither the disclosure nor the claims disclose that Claim 7 contains the effective compound, that sildenafil is that compound, or that it is the only active compound sold commercially under the trade name Viagra. Nor does it disclose that the remaining compounds in the patent had not been found to treat erectile dysfunction.

 

Novopharm, now Teva, applied for a Notice of Compliance to produce a generic version of Viagra, alleging that the patent was invalid for obviousness, lack of utility, and insufficient disclosure. The Federal Court judge found that the patent was not obvious, had utility, and did not fail to adequately disclose the invention. He prohibited the Minister from issuing the requested Notice of Compliance. The Federal Court of Appeal dismissed an appeal.

 

June 18, 2009

Federal Court

(Kelen J.)

Neutral citation: 2009 FC 638

 

 

Application allowed; Minister of Health prohibited from issuing Notice of Compliance  for a generic version of Viagra until Patent 2,163,446 expires

 

September 24, 2010

Federal Court of Appeal

(Blais C.J., Nadon and Trudel JJ.A.)

Neutral citation: 2010 FCA 242

 

 

Appeal dismissed with costs

 

November 23, 2010

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 


 

RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE

 

Brevets — Médicaments — Interprétation des brevets — Divulgation — Caractère suffisant de la divulgation — Y a‑t‑il lieu de préciser le droit relatif au caractère suffisant de la divulgation? — Une allégation d'insuffisance de la divulgation est‑elle « au coeur du système de brevets » ou une « attaque technique »?— La Cour d'appel fédérale a‑t‑elle confondu les questions soulevées dans l'arrêt Consolboard? — La Cour d'appel fédérale admet‑elle l'imposition d'un projet de recherche? — La méthode « fondée sur les revendications » employée par la Cour d'appel fédérale a‑t‑elle pour effet de modifier le droit relatif au caractère suffisant de la divulgation? — La Cour d'appel fédérale confond‑elle la divulgation de l'invention avec la « meilleure manière »? — La Cour d'appel fédérale impose‑t‑elle aux fabricants de médicaments génériques un régime « attentiste » paralysant?

 

En 1994, Pfizer a demandé un brevet pour un groupe de composés, revendiquant l’efficacité de l'un dans le traitement oral de la dysfonction érectile. Elle a reçu le brevet 2 163 446 le 7 juillet 1998.  Le brevet 446 expire en 2014.

 

Dans la revendication, il est dit que l'invention porte sur l'utilisation d'un composé de la formule (I) ou d’un sel de celui‑ci comme médicament pour le traitement de la dysfonction érectile.  La revendication 1 énonce de la formule (I), qui produit 260 quintillions de composés possibles.  Les revendications 2 à 5 portent sur des groupes plus restreints de la formule (I), la revendication 5 étant restreinte à un groupe de neuf composés.  Les revendications 6 et 7 portent sur un composé chacune.  Ni l’exposé de l’invention ni les revendications ne divulgue le fait que la revendication 7 renferme le composé efficace, que le sildénafil est ce composé ou s'il s'agit du seul le composé actif vendu commercialement sous le nom commercial de Viagra.  Ils ne divulguent pas non plus que les autres composés du brevet pouvaient traiter la dysfonction érectile.

 

Novopharm, maintenant Teva, a demandé un avis de conformité pour produire une version générique du Viagra, alléguant que le brevet était invalide pour cause d’évidence, d’absence d’utilité et d’insuffisance de la divulgation.  Le juge de la Cour fédérale a conclu que le brevet n'était pas évident, qu'il était utile et qu'il divulguait adéquatement l'invention.  Il a interdit au ministre de délivrer l'avis de conformité demandé.  La Cour d'appel fédérale a rejeté l'appel.

 

18 juin 2009

Cour fédérale

(Juge Kelen)

Référence neutre : 2009 CF 638

 

 

Demande accueillie; il est interdit au ministre de la Santé de délivrer un avis de conformité pour une version générique du Viagra avant l'expiration du brevet 2 163 446

 

24 septembre 2010

Cour d'appel fédérale

(Juge en chef Blais, juges Nadon et Trudel)

Référence neutre : 2010 FCA 242

 

 

Appel rejeté avec dépens

 


 

23 novembre 2010

Cour suprême du Canada

 

Demande d'autorisation d'appel, déposée

 

 


 

33968

 

Professional Institute of the Public Service of Canada, Canadian Merchant Service Guild, Federal Government Dockyard Trades and Labour Council (East), International Brotherhood of Electrical Workers, Federal Government Dockyard Chargehands Association, Research Council Employees' Association, Association of Public Service Financial Administrators, Professional Association of Foreign Service Officers, Federal Government Dockyard Trades and Labour Council (West), Canadian Association of Professional Radio Operators, Canadian Air Traffic Control Association, Canadian Military Colleges Faculty Association and Federal Superannuates National Association v. Attorney General of Canada AND BETWEEN Public Service Alliance of Canada v. Attorney General of Canada AND BETWEEN Armed Forces Pensioners' / Annuitants' Association of Canada, Association des membres de la police Montée du Québec, British Columbia Mounted Police Professional Association, Mounted Police Association of Ontario and Canadian Association of Professional Employees v. Attorney General of Canada (Ont.) (Civil) (By Leave)

 

Coram :

Binnie, Fish and Rothstein JJ.

 

The applications for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Numbers C48157, C48161 and C48158, 2010 ONCA 657, dated October 8, 2010, are granted with costs in the cause.  The motion for special costs is dismissed.

 

Les demandes d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéros C48157, C48161 et C48158, 2010 ONCA 657, daté du 8 octobre 2010, sont accordées avec dépens suivant l’issue de la cause.  La requête en adjudication de dépens spéciaux est rejetée.

 

CASE SUMMARY

 

First Application

 

Pensions — Surplus — Public service pensions — Government employer either declaring contribution holiday or directing surplus funds to Consolidated Revenue Fund — Are all funds in the Consolidated Revenue Fund, despite their source or purpose, public monies — Are there assets in the Superannuation Account (the “SA”) established by the Public Service Superannuation Act (the “PSSA”) — Does a Government employer owe a fiduciary duty to plan members in respect of the contributions they are statutorily required to make for pension purposes in circumstances where:  (i) the government is not subject to pension oversight legislation; (ii) the matter of pensions is not subject to collective bargaining; and, (iii) the use of surplus causes the employees’ contribution rates to significantly increase — Should a constructive trust be ordered where a Government employer enriches itself (in paying down its debt) by using surplus to the detriment of its employee (in causing their contribution rates to substantially increase) whose contributions are responsible for a significant portion of the surplus — Can legislation retroactively authorize a Government employer to extinguish or expropriate its employees’ legal or equitable interest when at the time of its enactment the government was of the view that no such interest existed.

 

Second Application

 

Pensions — Surplus — Public service pensions — Government employer either declaring contribution holiday or directing surplus funds to Consolidated Revenue Fund — Whether the removal of the surplus and subsequent deficits in the newly created pension funds which were followed by significant increases in plan member contributions warrants this Court’s attention — Whether statutory pension plan obligations are altered by the fact that the Government is required to maintain its funds in the Consolidated Revenue Fund (“CRF”) — Whether the Government is insulated from its equitable obligations based on its duties to the public at large — Whether a public employer can take a contribution holiday, or withdraw surplus amounts from an ongoing pension fund, and the rights of plan members to these amounts — Whether Parliament intended to expropriate property without compensation where it proceeds on the understanding that the property at issue already belongs to the Government.

 

The applicant unions and associations representing federal government employees, the RCMP and armed forces personnel brought actions against the government seeking an order requiring the government to return over $28 billion to their pension plans.  They alleged that the money had been improperly taken by way of contribution holidays and/or withdrawal of surplus.  The plans are mandatory, contributory, defined benefit pension plans and the same in all aspects relevant to the proceedings.  Their terms are not subject to collective bargaining or to the Pension Benefits Standards Act, 1985, R.S.C. 1985, c. 32 (2nd Supp .).  Two relevant dates exist:  (1) the period up to and including March 31, 2000 which precedes the coming into force of Bill C‑78 (the legislation amending the Superannuation Acts and thus the plans); and, (2) the period after April 1, 2000 when Bill C‑78 came into effect.

 

November 20, 2007

Ontario Superior Court of Justice

(Panet J.)

 

 

 

Declarations not granted and findings that:

(1)     Members of three superannuation plans have no equitable interest in Superannuation Accounts;

(2)     Amending legislation authorizes government to remove surplus from Superannuation Accounts;

(3)     Plaintiffs lack standing to seek declaration that amendments to legislation contrary to s. 15 of the Charter.

 

October 8, 2010

Court of Appeal for Ontario

(Laskin, Gillese and Juriansz JJ.A.)

Neutral citation: 2010 ONCA 657

 

 

Appeals dismissed

 

December 6, 2010

Supreme Court of Canada

 

 

First application for leave to appeal filed

 

December 7, 2010

Supreme Court of Canada

 

Second application for leave to appeal filed

 

 


 

RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE

 

Première demande

 

Pensions — Surplus — Pensions de la fonction publique — Gouvernement employeur s’accordant des périodes d’exonération de cotisations ou versant les surplus au Trésor —  Les fonds du Trésor sont‑ils tous des fonds publics malgré leur source ou leur objet? — Y a‑t‑il des actifs dans le compte de pension de retraite (le « cpr ») établi par la Loi sur la pension de la fonction publique (la « LPFP »)? — Un gouvernement employeur a‑t‑il une obligation fiduciale envers les participants au régime à l’égard des cotisations qu’ils sont légalement tenus de verser à des fins de retraite lorsque : i) le gouvernement n’est pas assujetti à une loi sur la supervision des régimes de retraite; ii) la question des pensions ne relève pas de la négociation collective; et iii) l’usage des surplus entraîne une augmentation considérable des taux de cotisation des employés — Doit‑on conclure à l’existence d’une fiducie par interprétation lorsqu’un gouvernement employeur s’enrichit (en remboursant sa dette) au moyen de surplus aux dépens de ses employés (en faisant augmenter substantiellement leurs taux de cotisation) dont les cotisations représentent une part importante des surplus — Une loi peut‑elle autoriser rétroactivement un gouvernement employeur à éteindre ou à s’approprier l’intérêt de ses employés en common law ou en equity si le gouvernement croyait qu’il n’existait aucun intérêt de ce genre au moment de l’édiction de cette loi?

 

Deuxième demande

 

Pensions — Surplus — Pensions de la fonction publique — Gouvernement employeur s’accordant des périodes d’exonération de cotisations ou versant les surplus au Trésor — Le retrait des surplus et les déficits subséquents des nouvelles caisses de retraite, lesquels ont été suivis d’augmentations considérables des cotisations des participants à un régime, justifient‑ils l’intervention de la Cour? — L’obligation du gouvernement de conserver ses fonds dans les Trésor a‑t‑elle une incidence sur les obligations imposées par la loi relativement aux régimes de retraite? — Le gouvernement est‑il à l’abri de ses obligations en equity compte tenu de celles qu’il a envers le public en général? — Un gouvernement employeur peut‑il s’accorder une période d’exonération de cotisations,  retirer des surplus d’une caisse de retraite existante ou éteindre les droits des participants à un régime aux sommes en question — Le législateur comptait‑il exproprier des biens sans compensation lorsqu’il a agi en se fondant sur la prémisse que les biens en cause appartiennent déjà au gouvernement.

 

Les syndicats et associations demandeurs, qui représentent des fonctionnaires fédéraux ainsi que le personnel de la GRC et des forces armées, ont intenté contre le gouvernement des actions dans lesquelles ils sollicitent une ordonnance enjoignant au gouvernement de rembourser plus de 28 milliards de dollars à leurs régimes de pension.  Ils ont soutenu que les sommes avaient été recueillies irrégulièrement au moyen de périodes d’exonération de cotisations ou du retrait des surplus.  Les régimes en l’espèce constituent des régimes contributifs obligatoires à prestations déterminées qui sont identiques à tous égards pertinents en l’espèce.  Leurs modalités sont exclues de la négociation collective et de la Loi de 1985 sur les normes de prestation de pension, L.R.C. 1985, ch. 32 (2e suppl .).  Deux périodes revêtent de l’importance : 1) la période se terminant le 31 mars 2000, la veille de l’entrée en vigueur du projet de loi C‑78 (la loi modifiant les lois sur les pensions et, partant, les régimes); et 2) la période postérieure au 1er avril 2000, la date d’entrée en vigueur du projet de loi C‑78.

 

20 novembre 2007

Cour supérieure de justice de l’Ontario

(Juge Panet)

 

 

 

Jugements déclaratoires refusés et conclusions que :

(1)     Les participants aux trois régimes de retraite n’ont aucun intérêt en equity dans les comptes de pension de retraite;

(2)     La loi modificative autorise le gouvernement à retirer les surplus des comptes de pension de retraite;

(3)     Les demandeurs n’ont pas qualité pour solliciter un jugement déclarant que les modifications à la législation sont contraires à l’art. 15 de la Charte.

 

8 octobre 2010

Cour d’appel de l’Ontario

(Juges Laskin, Gillese et Juriansz)

Référence neutre : 2010 ONCA 657

 

 

Appels rejetés

 

6 décembre 2010

Cour suprême du Canada

 

 

Première demande d’autorisation d’appel déposée

 

7 décembre 2010

Cour suprême du Canada

 

Deuxième demande d’autorisation d’appel déposée

 

 


 

33971

 

Michael Roy v. Her Majesty the Queen (B.C.) (Criminal) (By Leave)

 

Coram :

LeBel, Deschamps and Charron JJ.

 

The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia (Vancouver), Number CA037014, 2010 BCCA 448, dated October 15, 2010, is dismissed without costs.

 

La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver), numéro CA037014, 2010 BCCA 448, daté du 15 octobre 2010, est rejetée sans dépens.

 

CASE SUMMARY

 

(Publication ban in case)

 

Charter — Criminal law — Courts — Jurisdiction — Trial — Provincial court judge wrongly recording accused’s election for trial — Whether superior court was without jurisdiction to try him — Undercover police posing as drug dealers deceiving accused to gain entry into his home — Whether evidence was the product of a search and seizure that violated s. 8 Charter— Whether Court of Appeal erred in finding exigent circumstances as defined by s. 11(7)  of the Controlled Drugs and Substances Act .

 

The applicant invited undercover police agents into his home; he believed they were interested in selling him a large quantity of marihuana. Once inside, the officers gathered incriminating evidence.  The premises were secured, a search warrant was obtained, and the applicant was charged with conspiracy to traffic in marihuana and possession of marihuana for the purpose of trafficking.  The applicant and his co‑accused elected different trial mechanisms.  According to the provisions of the Criminal Code , this would mean a trial before a judge and jury.  The judge incorrectly noted the applicant’s election and the applicant was tried before a judge alone.

 

Following a voir dire, the trial judge rejected the applicant’s argument that the evidence seized should be excluded on the basis that the invitation to the undercover operatives was vitiated because it was given under false pretences.  The evidence was admitted and the applicant was convicted.  His conviction was upheld by the British Columbia Court of Appeal.  The jurisdictional issue was cured by the application of the proviso in s. 686  of the Criminal Code .

 

November 28, 2008

Supreme Court of British Columbia

(Rogers J.)

 

 

Convictions:  conspiracy to traffic in marihuana and possession of marihuana for the purpose of trafficking

October 15, 2010

Court of Appeal for British Columbia (Vancouver)

(Newbury, Lowry and Garson JJ.A.)

Neutral citation: 2010 BCCA 448

 

 

Appeal dismissed

 

December 9, 2010

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 



 

RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE

 

(Ordonnance de non‑publication visant une partie)

 

Charte — Droit criminel — Tribunaux — Compétence — Procès — Juge d’une cour provinciale a noté incorrectement le choix du mode de procès fait par l’accusé — La cour de juridiction supérieure avait‑elle compétence pour le juger? — Des policiers en civil se faisant passer pour des trafiquants de drogue ont trompé l’accusé afin d’entrer chez lui — La preuve a‑t‑elle été recueillie à la suite d’une fouille, perquisition et saisie qui violait l’article 8 de la Charte? — La Cour d’appel a‑t‑elle commis une erreur en concluant que la situation était urgente au sens du paragraphe 11(7)  de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances .

 

Le demandeur a fait entrer chez lui des policiers en civil; il croyait qu’ils voulaient lui vendre une grande quantité de marihuana.  Une fois à l’intérieur, les policiers ont récolté des éléments de preuve incriminants.  La police a pris le contrôle des lieux, un mandat de perquisition a été obtenu et le demandeur a été accusé de complot en vue de faire le trafic de marihuana et de possession de marihuana en vue d’en faire le trafic.  Le demandeur et son coaccusé ont choisi des modes de procès différents et, donc, selon le Code criminel , le demandeur est réputé avoir choisi d’être jugé par un tribunal composé d’un juge et d’un jury.  Le juge a noté incorrectement le choix du demandeur et celui‑ci a subi son procès devant un juge seul.

 

À la suite d’un voir dire, le juge de première instance a rejeté l’argument du demandeur selon lequel les éléments de preuve saisis devaient être exclus au motif que l’invitation à entrer faite aux agents d’infiltration était viciée parce qu’elle avait été faite à la suite de faux prétextes.  Les éléments de preuve ont été acceptés et le demandeur a été déclaré coupable.  Sa déclaration de culpabilité a été confirmée par la Cour d’appel de la Colombie‑Britannique.  La question de la compétence a été réglée par l’application de la disposition de l’article 686  du Code criminel .

 

28 novembre 2008

Cour suprême de la Colombie‑Britannique

(Juge Rogers)

 

 

Déclarations de culpabilité : complot en vue de faire le trafic de marihuana et possession de marihuana en vue d’en faire le trafic

15 octobre 2010

Cour d’appel de la Colombie‑Britannique (Vancouver)

(Juges Newbury, Lowry et Garson)

Référence neutre : 2010 BCCA 448

 

 

Appel rejeté

 

9 décembre 2010

Cour suprême du Canada

 

Demande d’autorisation d’appel déposée

 

 


 

33976

 

Her Majesty the Queen v. Clato Lual Mabior (Man.) (Criminal) (By Leave)

 

Coram :

McLachlin C.J. and Abella and Cromwell JJ.

 

The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Manitoba, Number AR 08-30-07036, 2010 MBCA 93, dated October 13, 2010, is granted without costs.

 

La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Manitoba, numéro AR 08-30-07036, 2010 MBCA 93, daté du 13 octobre 2010, est accordée sans dépens.

 


 

CASE SUMMARY

 

(Publication ban in case)

 

Criminal Law — Offences — Elements of offence — Sexual assault — Whether failures to disclose HIV‑positive status before sexual intercourse with different sexual partners did not place those partners at a significant risk of serious bodily harm because the accused’s viral counts were lowered by antiretroviral therapy or because the accused used condoms.

 

The respondent was charged with ten counts of aggravated sexual assault (and other charges) because he had sex with different complainants without disclosing that he was HIV‑positive.    An expert opined that antiretroviral therapy during the relevant time period reduced the respondent’s viral load such that the risk of transmission of HIV was probably low but possible during part of the relevant time period and that there was a very high probability that the respondent was not infectious during the remainder of the relevant time. The respondent also used condoms in some incidents.  None of the complainants have contracted HIV.  The trial judge convicted the respondent of aggravated sexual assault on six charges because no condom was used, without considering the respondent’s viral loads.  The trial judge acquitted the respondent of aggravated sexual assault if a condom was used and viral loads were undetectable at the time of the assaults.  The Court of Appeal set aside four of the six convictions and entered acquittals on the basis that sexual intercourse either using a condom or when viral loads are very low does not place a sexual partner at significant risk of serious bodily harm.  

 

July 15, 2008

Court of Queen’s Bench of Manitoba

(McKelvey J.)

2008 MBQB 201

 

 

Respondent convicted of six counts of aggravated sexual assault, one count of sexual touching and one count of inviting sexual touching; Respondent acquitted on four counts of aggravated sexual assault and one count of forcible confinement

 

October 13, 2010

Court of Appeal of Manitoba

(Steel, MacInnes, Beard JJ.A.)

2010 MBCA 93

AR 08‑30‑07036

 

 

Appeal allowed in part.  Four convictions of aggravated sexual assault set aside and acquittals entered

 

December 10, 2010

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 


 

RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE

 

(Ordonnance de non‑publication visant une partie)

 

Droit criminel — Infractions — Éléments de l’infraction — Agression sexuelle — Est‑il juste que l’omission de la part de l’intimé de déclarer qu’il était séropositif pour le HIV avant d’avoir des rapports sexuels avec différentes partenaires sexuelles n’a pas eu comme conséquence d’exposer ces dernières à un risque élevé de préjudice corporel grave parce que les charges virales de l’intimé avaient été diminuées par une thérapie antirétrovirale ou parce qu’il avait utilisé des condoms?

 

L’intimé a été accusé de dix chefs d’accusation d’agression sexuelle grave (ainsi que d’autres chefs d’accusation) parce qu’il a eu des rapports sexuels avec différentes plaignantes sans leur dire qu’il était séropositif pour le VIH.  Un expert a affirmé qu’une thérapie antirétrovirale administrée au cours de la période de temps pertinente avait diminué la charge virale de l’intimé de sorte que le risque de transmission du VIH, bien qu’étant probablement faible, était possible au cours d’une partie de la période de temps pertinente et qu’il y avait une forte probabilité que l’intimé n’était pas contagieux au cours du reste de la période pertinente.  L’intimé a utilisé des condoms dans certains cas.  Aucune des plaignantes n’a contracté le VIH.  La juge de première instance a déclaré l’intimé coupable de six chefs d’accusation d’agression sexuelle grave parce qu’il n’avait utilisé aucun condom, et ce, sans tenir compte de ses charges virales.  La juge de première instance a acquitté l’intimé de l’accusation d’agression sexuelle grave dans les cas où  celui‑ci avait utilisé un condom et qu’aucune charge virale n’avait été détectée au moment des agressions.  La Cour d’appel a annulé quatre des six déclarations de culpabilité et a inscrit des verdicts d’acquittement au motif qu’une personne qui a des rapports sexuels en utilisant un condom ou lorsque ses charges virales sont faibles n’expose pas un partenaire sexuel à un risque de préjudice corporel grave.  

 

15 juillet 2008

Cour du Banc de la Reine du Manitoba

(Juge McKelvey)

2008 MBQB 201

 

 

Intimé déclaré coupable de six chefs d’accusation d’agression sexuelle grave, d’un chef d’accusation de contacts sexuels et d’un chef d’accusation d’incitation à des contacts sexuels; intimé acquitté relativement à quatre chefs d’accusation d’agression sexuelle grave et à un chef d’accusation de séquestration

 

13 octobre 2010

Cour d’appel du Manitoba

(Juges Steel, MacInnes et Beard.)

2010 MBCA 93

AR 08‑30‑07036

 

 

Appel accueilli en partie. Quatre déclarations de culpabilité d’agression sexuelle grave annulées, inscription de verdicts d’acquittement

 

10 décembre 2010

Cour suprême du Canada

 

Demande d’autorisation d’appel déposée

 

 


 

33980

 

Paul E. Richard c. Procureur général du Canada (C.F.) (Civile) (Autorisation)

 

Coram :

Les juges LeBel, Deschamps et Charron

 

La requête de la Commission canadienne des droits de la personne pour retirer son nom de l’intitulé est accordée. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A-171-10, 2010 CAF 292, daté du 4 novembre 2010, est rejetée avec dépens en faveur de l’intimé.

 

The motion of the Canadian Human Rights Commission to withdraw its name from the style of cause is granted. The application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A-171-10, 2010 FCA 292, dated November 4, 2010, is dismissed with costs to the respondent.

 

CASE SUMMARY

 

Civil procedure — Time — Discretion to extend limitation period — Complaint filed against federal government more than 20 years after events — Statute providing for one‑year limitation period — Defence that relevant documents destroyed — Whether Federal Court of Appeal erred in law in affirming decision based on presumption and not on actual evidence of prejudice resulting from extension of time — Canadian Human Rights Act, R.S.C. 1985, c. H‑6, s. 41(1) (e) — Applicability of Christensen v. Roman Catholic Archbishop of Québec, [2010] 2 S.C.R. 694.

 

In 2007, the applicant Mr. Richard filed a complaint with the Canadian Human Rights Commission concerning events that had occurred between 1978 and 1985.  He alleged that he had been discriminated against during that time on the ground of sexual orientation.  The Commission informed him that it would not hear his complaint because it fell outside the one‑year statutory limitation period.  The Federal Court reviewed that decision on the basis of insufficiency of reasons.  The applicant and his former employer therefore made submissions to the Commission concerning its power to extend the one‑year limitation period.  In August 2009, the Commission decided not to deal with the complaint because the employer had proved that it was unable to respond adequately to the complaint after such a long time.  The applicant filed a new application for judicial review.

 

April 22, 2010

Federal Court (Beaudry J.)

2010 FC 436

 

 

Application for judicial review dismissed

November 4, 2010

Federal Court of Appeal

(Blais, Noël and Pelletier JJ.A.)

2010 FCA 292

 

 

Appeal dismissed

 

 

December 15, 2010

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 


 

RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE

 

Procédure civile — Délais — Pouvoir discrétionnaire de proroger un délai de prescription — Plainte déposée contre le gouvernement fédéral plus de vingt ans après les faits — Délai d’un an prévu par la loi — Défense de destruction des documents pertinents — La Cour d’appel fédérale a-t-elle commis une erreur de droit en confirmant une décision basée sur une présomption et non sur une preuve réelle de préjudice résultant d’une prorogation de délai? — Loi canadienne sur les droits de la personne, L.R.C. 1985 ch. H-6, al. 41(1) e) — Application ou non de Christensen c. Archevêque catholique romain de Québec, [2010] 2 R.C.S. 694.

 

En 2007, le demandeur M. Richard dépose une plainte à la Commission canadienne des droits de la personne au sujet de faits survenus entre 1978 et 1985.  Il estime avoir fait l’objet, à cette époque, de discrimination basée sur l’orientation sexuelle.  La Commission informe le demandeur que sa plainte ne serait pas entendue car elle se situe hors du délai d’un an prescrit par la loi.  La Cour fédérale contrôle cette décision pour insuffisance de motifs. Le demandeur et son ancien employeur présentent donc leurs observations à la Commission quant au pouvoir de celle-ci de proroger le délai d’un an.  La Commission décide en août 2009 de ne pas examiner la plainte car l’employeur a démontré son incapacité d’y répondre adéquatement après un aussi long délai.  Le demandeur dépose une nouvelle demande de contrôle judiciaire.

 

Le 22 avril 2010

Cour fédérale (Le juge Beaudry)

2010 CF 436

 

 

Rejet de la demande de contrôle judiciaire

Le 4 novembre 2010

Cour d’appel fédérale

(Les juges Blais, Noël et Pelletier)

2010 FCA 292

 

 

Rejet de l’appel

 

 

Le 15 décembre 2010

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la demande d'autorisation d'appel

 

 


 

33983

 

Allister Derrick Simon v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Criminal) (By Leave)

 

Coram :

LeBel, Deschamps and Charron JJ.

 

The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C45935, 2010 ONCA 754, dated November 9, 2010, is dismissed without costs.

 

La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C45935, 2010 ONCA 754, daté du 9 novembre 2010, est rejetée sans dépens.

 

CASE SUMMARY

 

Charter of Rights  ‑ Criminal law — Application of s. 686(1) (b)(iv) of the Criminal Code  to cure a possible breach of s. 650(1)  of the Criminal Code  — Pre‑charge conference held in chambers — Accused excluded from pre‑charge conference — Whether “preliminary” discussions about the content of the charge to the jury are part of an accused’s trial for the purpose of s. 650(1)  of the Criminal Code  and s. 7  of the Charter  — Whether the Court of Appeal erred in law in applying s. 686(1) (b)(iv) of the Criminal Code  — Whether the procedural irregularity proviso in s. 686(1) (b)(iv) can cure a violation of the right to be present as guaranteed by s. 7  of the Charter .

 

During the presentation of the Crown’s case at trial, the trial judge took advantage of the unexpected break to discuss the matters to be covered in the charge to the jury.  The pre‑charge conference commenced in open court, but was soon adjourned to chambers with defence counsel’s implicit consent due to concerns that the pre‑charge conference would amount to giving Mr. Simon “a full and complete summary of the law prior to his testifying” and , “[b]efore counsel has elected whether or not to call [him]”.  Mr. Simon was not invited to join the discussion in chambers.

 

When the Crown’s case closed, Mr. Simon elected not to call a defence. Further pre‑charge conferences occurred in open court in Mr. Simon’s presence.  The discussions included the basis of liability to be left with the jury.  The jury found Mr. Simon guilty of second‑degree murder.  Mr. Simon’s appeal was dismissed.

 

December 13, 2005

Ontario Superior Court of Justice

(Whitten J.)

Neutral citation: N/A

 

 

Applicant convicted of second degree murder pursuant to s. 235  of the Criminal Code 

 

November 9, 2010

Court of Appeal for Ontario

(Watt, Juriansz, Rouleau JJ.A.)

Neutral citation: 2010 ONCA 754

 

 

Appeal dismissed

 

December 14, 2010

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 



 

RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE

 

Charte des droits — Droit criminel — Application du sous‑alinéa 686(1) b)(iv) du Code criminel  afin de corriger une possible violation du paragraphe 650(1)  du Code criminel  — La conférence préalable à l’exposé au jury a eu lieu dans le cabinet du juge — L’accusé a été exclu de la conférence préalable à l’exposé au jury — Les discussions préliminaires portant sur le contenu de l’exposé au jury font‑elles partie du procès d’un accusé pour l’application du paragraphe 650(1)  du Code criminel  et de l’article 7  de la Charte ? — La Cour d’appel a‑t‑elle commis une erreur de droit en appliquant le sous‑alinéa 686(1) b)(iv) du Code criminel ? — La disposition relative à l’irrégularité de procédure figurant au sous‑alinéa  686(1) b)(iv) peut‑elle corriger une violation du droit d’être présent garanti par l’article 7  de la Charte ?

 

Au cours de la présentation de la preuve de la Couronne, le juge de première instance a profité d’un arrêt inattendu pour discuter des sujets qui feraient l’objet de l’exposé au jury.  La conférence préalable à l’exposé au jury a commencé en audience publique, mais, avec l’assentiment de l’avocat de la défense, elle a rapidement été ajournée pour continuer dans le cabinet du juge parce qu’on craignait que la conférence préalable à l’exposé équivaudrait à donner à Monsieur Simon [traduction] « un résumé complet du droit applicable avant qu’il ne témoigne » et [traduction] « avant que son avocat ait décidé de l’appeler à témoigner ou non ».  M. Simon n’a pas été invité à participer à la discussion en cabinet.

 

Après que la Couronne eut présenté sa preuve, M. Simon a choisi de ne présenter aucune défense.  D’autres conférences préalables à l’exposé ont eu lieu en audience publique en présence de M. Simon.  Les discussions ont notamment porté sur la question du fondement de la responsabilité qui serait soumise à l’appréciation du jury.  Le jury a déclaré M. Simon coupable de meurtre au deuxième degré.  L’appel interjeté par M. Simon a été rejeté.

 

13 décembre 2005

Cour supérieure de justice de l’Ontario

(Juge Whitten)

Référence neutre : S/O

 

 

Requérant déclaré coupable de meurtre au deuxième degré en application de l’article 235  du Code criminel 

 

9 novembre 2010

Cour d’appel de l’Ontario

(Juges Watt, Juriansz et Rouleau)

Référence neutre : 2010 ONCA 754

 

 

Appel rejeté

 

14 décembre 2010

Cour suprême du Canada

 

Demande d’autorisation d’appel déposée

 

 


 

34003

 

Service Sanitaire Morin inc. c. Ville de Terrebonne (Qc) (Civile) (Autorisation)

 

Coram :

Les juges LeBel, Deschamps et Charron

 

La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09-020887-105, 2010 QCCA 1965, daté du 25 octobre 2010, est rejetée avec dépens.

 

The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number 500-09-020887-105, 2010 QCCA 1965, dated October 25, 2010, is dismissed with costs.

 


 

CASE SUMMARY

 

Municipal law — Contracts — Calls for tenders — Remedies — Prescription — Cities and Towns Act, R.S.Q., c. C‑19, s. 586 — Nature of applicant’s action — Whether applicant’s action based on “fault” or “illegality” within meaning of s. 586 of Cities and Towns Act — Whether applicant’s action prescribed.

 

The applicant Service Sanitaire Morin Inc. (“SSM”), a company that specialized in the recovery of household garbage and recyclable and compostable materials, brought an action in damages against the respondent City of Terrebonne (“City”) based on a call for tenders issued for the collection of residual materials in certain sectors of the City.  According to SSM, the call for tenders was directed because it favoured multinationals only and unduly limited free competition by imposing several excessive conditions in the specifications, including the requirement of having a large number of automated trucks at the time of tendering.  The Superior Court dismissed SSM’s action on the ground that it was prescribed under s. 586 of the Cities and Towns Act.  The Court of Appeal summarily dismissed the appeal.

 

June 28, 2010

Quebec Superior Court

(Marcotte J.)

2010 QCCS 2822

 

 

Applicant’s action dismissed

October 25, 2010

Quebec Court of Appeal (Montréal)

(Dalphond, Kasirer and Cournoyer JJ.A.)

2010 QCCA 1965

 

 

Motion to dismiss appeal allowed; appeal dismissed

December 23, 2010

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 


 

RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE

 

Droit municipal — Contrats — Appels d’offres — Recours — Prescription — Loi sur les cités et villes, L.R.Q., ch. C‑19, art. 586 — Quelle est la nature du recours de la demanderesse? — Le recours de la demanderesse est‑il fondé sur une « faute » ou « illégalité » au sens de l’art. 586 de la Loi sur les cités et villes? — Le recours de la demanderesse est‑il prescrit?

 

La demanderesse, Service Sanitaire Morin Inc. (« S.S.M. »), entreprise spécialisée dans la récupération d’ordures ménagères, de matières recyclables et compostables, poursuit l’intimée, la Ville de Terrebonne (« Ville »), pour des dommages.  La poursuite intentée découle d’un appel d’offres lancé pour la cueillette de matière résiduelle dans certains secteurs de la Ville. Selon S.S.M., l’appel d’offres était dirigé puisqu’il favorisait uniquement les multinationales et limitait indûment la libre concurrence par l’imposition de plusieurs conditions excessives au cahier des charges spécifiques, dont notamment l’exigence de détenir un nombre important de camions robotisés au moment de soumissionner.  La Cour supérieure rejette l’action de S.S.M. au motif que son recours est prescrit en vertu de l’art. 586 de la Loi sur les cités et villes.  La Cour d’appel rejette sommairement l’appel.

 

Le 28 juin 2010

Cour supérieure du Québec

(La juge Marcotte)

2010 QCCS 2822

 

 

Action de la demanderesse rejetée

Le 25 octobre 2010

Cour d’appel du Québec (Montréal)

(Les juges Dalphond, Kasirer et Cournoyer)

2010 QCCA 1965

 

 

Requête en rejet d’appel accueillie; appel rejeté

Le 23 décembre 2010

Cour suprême du Canada

 

Demande d'autorisation d'appel déposée

 

 


 

34017

 

Nazarinia Holdings Inc. and Reza Nazarinia v. 2049080 Ontario Inc., (d.b.a. J.W. Car Care), Joseph Wilson and Moira Wright (Ont.) (Civil) (By Leave)

 

Coram :

Binnie, Fish and Rothstein JJ.

 

The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C51969, 2010 ONCA 739, dated November 4, 2010, is dismissed with costs in accordance with the Tariff in Schedule B.

 

La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C51969, 2010 ONCA 739, daté du 4 novembre 2010, est rejetée avec dépens selon le montant qui sera établi conformément au Tarif à l’annexe B.

 

CASE SUMMARY

 

Commercial law – Franchises –  Franchise agreements – Arbitration clause -- Whether the franchisors may rely on the arbitration clause in the franchise agreement notwithstanding that allegedly: the franchisees were induced to enter into the franchise agreement by material misrepresentations; there was a mistake going to the root of the contract; and the franchisors failed to comply with statutory disclosure requirements.

 

In 2008, the Applicant, Mr. Nazarinia, had discussions with the Respondent, Mr. Wilson, with a view to obtaining a franchise of the car wash business operated by the Respondents.  It was proposed that Mr. Nazarinia would, through his company Nazarinia Holdings Inc., acquire a “master franchise” from 2049080 Ontario Inc. for the province of British Columbia.  The price was to be $495,000 and there was to be an initial payment of $100,000.  On June 25, 2008, a “Master Franchise Agreement for the Province of British Columbia” was executed on behalf of the corporate parties.  In signing the agreement on behalf of the corporate Respondent, Mr. Wilson described himself as “Director” and underneath his signature it was stated “I have the authority to Bind the Corporation”.  Recognizing that the grant of the franchise rights in British Columbia was contingent on resolving issues with the incumbent, the Franchise Agreement stated: “[t]he Master Franchisor may cancel the rights to British Columbia within 150 days of the signing of this contract and replace them for rights to the territory of Alberta, along with a management contract for British Columbia, at its sole discretion.”  The Applicant corporation paid the sum of $100,000 to the franchisor.  The sum of $10,000 was paid in May, 2008 when Mr. Nazarinia signed the letter of intent and the balance was paid when he signed the Franchise Agreement.

 

The relationship between the parties deteriorated and the Applicant, Mr. Nazarinia, commenced an action against the Respondents on December 15, 2008.  His statement of claim sought remedies under the Arthur Wishart Act (Franchise Disclosure) 2000, S.O. 2000, c. 3 (the “AWA”), including rescission and damages for “reckless and/or negligent misrepresentations” and for breach of the duty of fair dealing and the “duty to act in good faith and in a commercially reasonable manner”.  The Applicants plead that the Franchise Agreement was void ab initio because the respondents failed to make appropriate disclosure and because Mr. Wilson did not have the requisite authority to sign the Franchise Agreement.   The Respondents brought a motion to stay the court action on the basis that the Franchise Agreement contained a mandatory arbitration agreement and the nature of the dispute fell squarely within that arbitration agreement.

 

The motions judge granted the stay of the court proceedings, finding that the arbitration clause was valid within the meaning of the Arbitration Act, 1991, S.O. 1991, c. 17, and the dispute fell within the broad scope of its terms.  The Court of Appeal dismissed the Applicant’s appeal.

 

March 25, 2010

Ontario Superior Court of Justice

(Strathy J.)

Neutral citation: 2010 ONSC 1766

Neutral citation (costs endorsement dated April 30, 2010): 2010 ONSC 2559

 

 

Respondent’s motion granted; Action stayed.

Costs awarded to the Respondents on a substantial indemnity basis.

November 4, 2010

Court of Appeal for Ontario

(Rosenberg, MacPherson and LaForme JJ.A.)

Neutral citation: 2010 ONCA 739

C51969

 

 

Appeal dismissed

 

December 31, 2010

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 


 

RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE

 

Droit commercial — Franchises — Contrat de franchisage — Clause d'arbitrage — Les franchiseurs peuvent‑ils s'appuyer sur la clause d'arbitrage dans le contrat de franchisage même s’il est allégué que les franchisés auraient été incités à conclure le contrat de franchisage à la suite d’une présentation inexacte de faits importants, qu’il y aurait eu erreur quant à l'essence du contrat et que les franchiseurs auraient omis de se conformer à des exigences légales en matière de divulgation?

 

En 2008, le demandeur, M. Nazarinia, a eu des pourparlers avec l’intimé, M. Wilson, en vue d'obtenir une franchise de l'entreprise de lave‑auto exploitée par les intimés.  Il a été proposé que M. Nazarinia, par sa compagnie Nazarinia Holdings Inc., acquière une « franchise maîtresse » de 2049080 Ontario Inc. pour la province de Colombie‑Britannique.  Le prix devait être de 495 000 $ et il devait y avoir un paiement initial de 100 000 $.  Le 25 juin 2008, un contrat de franchise maîtresse pour la province de Colombie Britannique a été signé au nom des personnes morales parties au contrat.  En signant le contrat au nom de la personne morale intimée, M. Wilson se décrivait comme « administrateur » et sous sa signature se trouvait la mention [traduction] « Je suis habilité à lier la société par actions ». Reconnaissant que l'octroi des droits de franchise en Colombie‑Britannique dépendait du règlement de questions avec l'exploitant sortant, le contrat de franchisage renfermait la clause suivante : [traduction] « le franchiseur principal peut annuler les droits à la Colombie‑Britannique dans un délai de 150 jours de la signature du présent contrat et les remplacer par des droits au territoire de l'Alberta, assorti d'un contrat de gestion pour la Colombie‑Britannique, à sa discrétion exclusive. »  La personne morale demanderesse a payé la somme de 100 000 $ au franchiseur.  La somme de 10 000 $ a été payée en mai 2008 lorsque M. Nazarinia a signé la lettre d'intention et le solde a été payé lorsqu'il a signé le contrat de franchisage.

 

La relation entre les parties s'est détériorée et le demandeur, M. Nazarinia, a intenté une action contre les intimés le 15 décembre 2008. Dans sa déclaration, il demandait des réparations en vertu de la Loi Arthur Wishart de 2000 sur la divulgation relative aux franchises, L.O. 2000, ch. 3 (la « LAW »), y compris la résolution et des dommages‑intérêts pour [traduction] « une présentation inexacte des faits par insouciance ou négligence » et pour manquement à l'obligation d'agir équitablement et à [traduction] « l'obligation d'agir de bonne foi et de façon commercialement raisonnable ».  Les demandeurs plaident que le contrat de franchisage était nul ab initio par ce que les intimés avaient omis de divulguer les renseignements nécessaires et par ce que M. Wilson n'était pas habilité à signer le contrat de franchisage. Les intimés ont présenté une motion en suspension de l'action en justice, au motif que le contrat de franchisage renfermait une clause compromissoire obligatoire et que la nature du différend tombait nettement sous le coup de cette clause.

 

Le juge saisi de la motion a accordé la suspension de l'action en justice, concluant que la clause d'arbitrage était valide au sens de la Loi de 1991 sur l'arbitrage, L.O. 1991, ch. 17, et que le différend tombait sous le coup de la portée générale de ses dispositions. La Cour d'appel a rejeté l'appel des demandeurs.

 

Le 25 mars 2010

Cour supérieure de justice de l'Ontario

(Juge Strathy)

Référence neutre : 2010 ONSC 1766

Référence neutre (certificat relatif aux dépens en date du 30 avril 2010) : 2010 ONSC 2559

 

 

Motion des intimés, accueillie; action suspendue.

Dépens d'indemnisation substantielle accordés aux intimés

4 novembre 2010

Cour d'appel de l'Ontario

(Juges Rosenberg, MacPherson et LaForme)

Référence neutre : 2010 ONCA 739

C51969

 

 

Appel rejeté

 

31 décembre 2010

Cour suprême du Canada

 

Demande d'autorisation d'appel, déposée

 

 


 

34039

 

P.Y.A. Importer Ltd. v. More & More AG (Ont.) (Civil) (By Leave)

 

Coram :

LeBel, Deschamps and Charron JJ.

 

The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C52126, 2010 ONCA 771, dated November 9, 2010, is dismissed with costs.

 

La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C52126, 2010 ONCA 771, daté du 9 novembre 2010, est rejetée avec dépens.

 

CASE SUMMARY

 

Private international law — Foreign judgments — Enforcement — Action launched in Germany for non‑payment of received goods — Respondent seeks enforcement of German default judgment against Ontario applicant — Whether service to receptionist at place of business is proper — Whether Canadian courts should enforce foreign judgments based on real and substantial connection test — Rules of Civil Procedure, R.R.O. 1990, Reg. 194, s. 16.02.

 

The respondent More & More AG (“MMAG”) is a German fashion designer and producer. MMAG approached the applicants, P.Y.A.  Importer Ltd. (“PYA”), to act as their exclusive distributor in Canada.  As found by the application judge, the parties entered into a contract which included a forum selection clause stipulating that German courts had jurisdiction.  Goods were supplied to PYA, who ultimately failed to pay the full cost of goods received.  MMAG commenced an action against PYA in Germany.  In accordance with the Convention on the Service Abroad of Judicial and Extrajudicial Documents in Civil or Commercial Matters (“Hague Convention”), MMAG provided notice of the claim to PYA through the designated Central Authority for Service in Ontario.  The Central Authority’s enforcement officer served the claim to a receptionist at PYA’s office.  The German court received a certificate of service produced by Ontario’s Central Authority for Service.

 

PYA failed to respond to the German action, and in June 2008, MMAG received a default judgment against PYA.  In October 2009, MMAG began an application at the Ontario Superior Court of Justice for enforcement of the German judgment.  The application judge found that PYA had been properly served and that the German court appropriately asserted jurisdiction, as there was a real and substantial connection between Germany and the claim.  The application judge ordered the enforcement of the German judgment.  The Court of Appeal dismissed the appeal.

 

April 20, 2010

Ontario Superior Court of Justice

(Quigley J.)

2010 ONSC 2250

 

 

Application for enforcement of German judgment granted

 

November 9, 2010

Court of Appeal for Ontario

(Feldman, Juriansz and LaForme JJ.A.)

2010 ONCA 771

 

 

Appeal dismissed

 

January 10, 2011

Supreme Court of Canada

 

 

Application for leave to appeal filed

 

 


 

RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE

 

Droit international privé — Jugements étrangers — Exécution — Action intentée en Allemagne pour non‑paiement de marchandises reçues — L'intimée demande l'exécution du jugement allemand rendu par défaut contre la demanderesse ontarienne — La signification à la réceptionniste à l'établissement commercial est‑elle valable? — Les tribunaux canadiens doivent‑ils exécuter les jugements étrangers en s'appuyant sur le critère du lien réel et substantiel? — Règles de procédure civile, R.R.O. 1990, Règl. 194, art. 16.02.

 

L'intimée More & More AG (« MMAG ») est un dessinateur de mode et producteur allemand. MMAG a demandé à la demanderesse, P.Y.A. Importer Ltd. (« PYA »), d'être son distributeur exclusif au Canada.  Comme l'a conclu le juge de première instance, les parties ont conclu un contrat qui renfermait une clause d'élection de for stipulant que les tribunaux allemands avaient compétence.  Des marchandises ont été fournies à PYA, qui a finalement omis de payer intégralement le coût des marchandises reçues. MMAG a intenté une action contre PYA en Allemagne.  Conformément à la Convention relative à la signification et à la notification à l'étranger des actes judiciaires et extrajudiciaires en matière civile ou commerciale (« Convention de La Haye »), MMAG a remis un avis de demande à PYA par l'intermédiaire de l'Autorité centrale des significations en Ontario.  L'agent d'exécution de l'Autorité centrale a signifié la demande à une réceptionniste au bureau de PYA.  Le tribunal allemand a reçu un certificat de signification produit par l'Autorité centrale des significations de l'Ontario.

 

PYA n'a pas répondu à l'action allemande et, en juin 2008, MMAG a obtenu un jugement par défaut contre PYA.  En octobre 2009, MMAG a présenté une demande à la Cour supérieure de justice de l'Ontario pour l'exécution du jugement allemand.  Le juge de première instance a conclu que la demande avait été dûment signifiée à PYA et que le tribunal allemand s'était déclaré compétent à bon droit, puisqu'il y avait un lien réel et substantiel entre l'Allemagne et la demande.  Le juge de première instance a ordonné l'exécution du jugement allemand. La Cour d'appel a rejeté l'appel.

20 avril 2010

Cour supérieure de justice de l'Ontario

(Juge Quigley)

2010 ONSC 2250

 

 

Demande d'exécution du jugement allemand, accueillie

 

9 novembre 2010

Cour d'appel de l'Ontario

(Juges Feldman, Juriansz et LaForme)

2010 ONCA 771

 

 

Appel rejeté

 

10 janvier 2011

Cour suprême du Canada

 

Demande d'autorisation d'appel, déposée

 

 


 

34042

 

Lina Jazra c. Tribunal administratif du Québec, section des affaires sociales (Qc) (Civile) (Autorisation)

 

Coram :

Les juges LeBel, Deschamps et Charron

 

La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09-021091-103, 2010 QCCA 1951, daté du 1er novembre 2010, est rejetée sans dépens.

 

The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number 500-09-021091-103, 2010 QCCA 1951, dated November 1, 2010, is dismissed without costs.

 

CASE SUMMARY

 

Access to information — Personal information — Decisions of Société de l’assurance automobile du Québec — Administrative Tribunal of Québec — Whether Court of Appeal erred in dismissing applicant’s motion for leave to appeal.

 

In 2005, Lina Jazra, the applicant, requested that the Administrative Tribunal of Québec (“ATQ”) provide her with nine decisions of the Société de l’assurance automobile du Québec (“SAAQ”) relating to two automobile accidents in which she had been involved in December 1987.  As she allegedly did not receive a response, Ms. Jazra applied to the Commission d’accès à l’information (“Commission”) to review the ATQ’s refusal to comply with her request.  The Commission found that the ATQ had sent Ms. Jazra the nine decisions in question and that it was in possession of no others.  The Commission closed the file.  The Court of Québec, concluding that Ms. Jazra could not obtain any other non‑existent decisions from the ATQ, dismissed the motion for leave to appeal.  The Superior Court dismissed Ms. Jazra’s motion for judicial review.  The Court of Appeal dismissed the motion for leave to appeal.

 

November 24, 2006

Commission d’accès à l’information du Québec

(Member Constant)

 

 

Application for review of decision relating to access to personal information; file closed

 

February 2, 2009

Court of Québec

(Judge Charron)

 

 

Motion for leave to appeal dismissed

 

September 24, 2010

Quebec Superior Court

(Delorme J.)

 

 

Motion for judicial review dismissed

 

November 1, 2010

Quebec Court of Appeal (Montréal)

(Duval Hesler J.A.)

 

 

Motion for leave to appeal dismissed

 

December 31, 2010

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 


 

RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE

 

Accès à l’information – Renseignements personnels – Décisions de la Société de l’assurance automobile du Québec – Tribunal administratif du Québec – La Cour d’appel a-t-elle fait erreur en rejetant la requête de la demanderesse pour permission d’appeler?

 

En 2005, Lina Jazra, demanderesse, s’adresse au Tribunal administratif du Québec (« TAQ ») demandant à ce dernier de lui fournir neuf décisions de la Société de l’assurance automobile du Québec (« SAAQ ») relatives à deux accidents d’automobile dans lesquels elle a été impliquée en décembre 1987. En l’absence de réponse, Mme Jazra sollicite l’intervention de la Commission d’accès à l’information (« Commission ») afin que soit révisée la décision sur le refus présumé du TAQ d’acquiescer à cette demande. La Commission conclut que le TAQ a transmis à Mme Jazra les neuf décisions en question et qu’il n’en détient pas d’autres. Elle ferme de dossier. Ayant conclu que Mme Jazra ne peut tenter d’obtenir du TAQ d’autres décisions qui n’existent pas, la Cour du Québec rejette la requête pour permission d’appeler. La Cour supérieure rejette la requête de Mme Jazra en révision judiciaire. La Cour d’appel rejette la requête pour permission d’appeler.

 

Le 24 novembre 2006

Commission d’accès à l’information du Québec

(La commissaire Constant)

 

 

Demande de révision en matière d’accès à des renseignements personnels; dossier fermé

 

 

Le 2 février 2009

Cour du Québec

(La juge Charron)

 

 

Requête pour permission d’appeler rejetée

 

Le 24 septembre 2010

Cour supérieure du Québec

(Le juge Delorme)

 

 

Requête en révision judiciaire rejetée

 

 

Le 1 novembre 2010

Cour d’appel du Québec (Montréal)

(La juge Duval Hesler)

 

 

Requête pour permission d’appeler rejetée

 

Le 31 décembre 2010

Cour suprême du Canada

 

Demande d'autorisation d'appel déposée

 

 


 

34049

 

Mary Elizabeth Wilczynski, Ken Massé, Ken Massé ès qualités c. Corporation Minière Osisko (Qc) (Civile) (Autorisation)

 

Coram :

Les juges LeBel, Deschamps et Charron

 

La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Québec), numéro 200-09-007160-101, 2010 QCCA 2069, daté du 5 novembre 2010, est rejetée sans dépens.

 

The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Québec), Number 200-09-007160-101, 2010 QCCA 2069, dated November 5, 2010, is dismissed without costs.

 

CASE SUMMARY

 

Expropriation — Validity of and conditions for exercising power to expropriate — Agreements entered into for mining operations authorized in urban setting — One owner refusing — Expropriation order applying to that person — Whether expropriation by order in council permitted by traditional public law in force in Quebec.

 

The provincial and municipal authorities granted Osisko the operating rights for an open‑pit gold mining project beneath the southern part of the town of Malartic.  Osisko entered into agreements to purchase 205 immovables.  Since Ms. Wilczynsky, the owner of a lot on which her son lived, refused to agree, the Quebec government issued an order in council authorizing Osisko to expropriate the lot.

 

August 3, 2010

Quebec Superior Court

(Dufresne J.)

Neutral citation: 2010 QCCS 3426

 

 

Applicants’ action contesting expropriation and order to transfer ownership to respondent dismissed

November 5, 2010

Quebec Court of Appeal (Québec)

(Robert C.J. and Vézina and Bélanger JJ.A.)

Neutral citation: 2010 QCCA 2069

 

 

Appeal dismissed

January 4, 2011

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 


 

RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE

 

Expropriation — Validité et conditions d’exercice du pouvoir d’exproprier — Ententes de gré à gré conclues en vue d’une exploitation minière autorisée en milieu urbain — Refus d’un propriétaire — Décret d’expropriation visant cette personne — L’expropriation par décret est‑elle permise par le droit public traditionnel en vigueur au Québec?

 

Les autorités provinciale et municipale ont consenti à Osisko les droits d’exploitation d’un projet minier aurifère à ciel ouvert sous le quartier sud de la ville de Malartic.  Osisko acquiert, de gré à gré, 205 immeubles.  Madame Wilczynsky, propriétaire d’un lot habité par son fils, refusant toute entente, le gouvernement du Québec adopte un décret en vertu duquel Osisko est autorisée à exproprier ce lot. 

 

Le 3 août 2010

Cour supérieure du Québec

(Le juge Dufresne)

Référence neutre : 2010 QCCS 3426

 

 

Rejet de l’action des demandeurs en contestation d’expropriation et ordonnance de transfert de propriété en faveur de l’intimée

Le 5 novembre 2010

Cour d’appel du Québec (Québec)

(Le juge en chef Robert et les juges Vézina et Bélanger)

Référence neutre : 2010 QCCA 2069

 

 

Rejet de l’appel

Le 4 janvier 2011

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la demande d'autorisation d'appel

 

 


 

34063

 

Betty Krawczyk v. Her Majesty the Queen (B.C.) (Criminal) (By Leave)

 

Coram :

Binnie, Fish and Rothstein JJ.

 

The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia (Vancouver), Number CA034884, 2010 BCCA 542, dated December 2, 2010, is dismissed without costs.

 

La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver), numéro CA034884, 2010 BCCA 542, daté du 2 décembre 2010, est rejetée sans dépens.

 

CASE SUMMARY

 

Criminal law — Sentencing — Whether the trial judge erred in sentencing for refusing to give credit for twenty‑six days pre‑sentencing custody? — Whether s. 9 of the Criminal Code  always overrules other sections of the Code even when s. 787(1)  clearly describes those affected as “everyone” — Whether the case law submissions by the Crown which resulted in acute social humiliation and loss of reputation and human dignity transgress the Applicant’s right to a fair hearing at the British Columbia Court of Appeal and to a fair hearing before the Supreme Court of Canada?

 

The Applicant was part of a group of protesters who were demonstrating against the re‑routing of the Sea‑to‑Sky Highway near Vancouver. An injunction was granted restraining interference with the construction and prohibiting protesters from being in certain areas.  The Applicant was arrested on three occasions for violating the area restriction contained in the injunction. She was released after each of these three arrests upon giving an undertaking to abide by the injunction. On July 7, 2006 she was incarcerated when she withdrew her undertaking.  She was released 26 days later when her undertaking was renewed.  The Applicant was found guilty of having committed criminal contempt on each of the three aforementioned dates.  She was sentenced to 10 months imprisonment.  Her appeal of conviction was dismissed in 2009, application for leave to appeal to this Court dismissed in May 2010.  Her appeal of sentence was dismissed by the Court of Appeal and is now before this Court.

 

March 5, 2007

Supreme Court of British Columbia

(Brown J.)

 

 

Applicant sentenced to 10 months imprisonment for criminal contempt of court

 

December 2, 2010

Court of Appeal for British Columbia

(Vancouver)

(Tysoe, Rowles and Bennett JJ.A.)

 

 

Appeal of sentence dismissed

 

January 14, 2011

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 


 

RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE

 

Droit criminel — Détermination de la peine — La juge du procès a‑t‑elle commis une erreur dans la détermination de la peine en refusant de déduire les vingt‑six jours de détention présentencielle? — L'art. 9  du Code criminel  l'emporte‑t‑il toujours sur les autres articles du Code même si le par. 787(1)  prévoit clairement que « toute personne » est visée par cette disposition? — Les observations jurisprudentielles du ministère public qui y ont causé une humiliation sociale aiguë et une perte de réputation et de dignité humaine transgressent‑elles le droit de la demanderesse a une audition équitable à la Cour d'appel de la Colombie‑Britannique et à une audition équitable à la Cour suprême du Canada?

 

La demanderesse faisait partie d'un groupe de contestataires qui manifestaient contre le nouveau tracé du Sea‑to‑Sky Highway près de Vancouver.  Une injonction a été accordée pour empêcher toute entrave à la construction et interdire aux contestataires de se trouver à certains endroits.  La demanderesse a été arrêtée à trois reprises pour avoir violé les interdictions de se trouver à certains endroits prévues dans l'injonction.  Elle a été libérée après chacune de ces trois arrestations après s'être engagée à respecter l'injonction.  Le 7 juillet 2006, elle a été incarcérée lorsqu'elle a retiré son engagement.  Elle a été libérée 26 jours plus tard lorsque son engagement a été renouvelé.  La demanderesse a été déclarée coupable d'avoir commis un outrage criminel à chacune des dates susmentionnées.  Elle a été condamnée à une peine d'emprisonnement de 10 mois.  Son appel de la condamnation a été rejeté en 2009, et sa demande d'autorisation d'appel à cette Cour a été rejetée en mai 2010.  Son appel de la peine a été rejeté par la Cour d'appel, et la demanderesse demande l'autorisation d'en appeler à cette Cour.

 

5 mars 2007

Cour suprême de la Colombie Britannique

(Juge Brown)

 

 

Demanderesse condamnée à une peine d'emprisonnement de 10 mois pour outrage criminel au tribunal

 

2 décembre 2010

Cour d'appel de la Colombie Britannique

(Vancouver)

(Juges Tysoe, Rowles et Bennett)

 

 

Appel de la peine, rejetée

 

14 janvier 2011

Cour suprême du Canada

 

Demande d'autorisation d'appel, déposée

 

 


 

34069

 

Smadar Dahan v. David Delderfield AND BETWEEN Smadar Dahan v. Claude Pelletier, TCRI - Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes et Barreau du Québec AND BETWEEN Smadar Dahan v. Harvey Toulch AND BETWEEN Smadar Dahan v. David Delderfield, Harvey Toulch (Que.) (Civil) (By Leave)

 

Coram :

LeBel, Deschamps and Charron JJ.

 

The motion for an extension of time to serve the application for leave to appeal is granted in respect to the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Numbers 500-09-019394-097 and 500-09-019661-099, 2010 QCCA 1982, dated November 3, 2010. The motion to serve and file is dismissed in respect of the judgments of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Numbers 500-09-018331-082 and 500-09-020160-099, 2008 QCCA 1905 and 2009 QCCA 2454, dated October 6, 2008, and December 14, 2009. The motion to appoint counsel is dismissed. All other ancillary motions are granted. The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec dated November 3, 2010, is dismissed with costs to the respondent Barreau du Québec.

 

La requête en prorogation du délai de signification de la demande d’autorisation d’appel est accueillie en ce  qui concerne l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéros 500-09-019394-097 et 500-09-019661-099, 2010 QCCA 1982, daté du 3 novembre 2010. La requête pour signifier et déposer est rejetée en ce qui concerne les arrêts de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéros 500-09-018331-082 et 500-09-020160-099, 2008 QCCA 1905 et 2009 QCCA 2454, datés du 6 octobre 2008 et 14 décembre 2009. La requête pour nomination d’un avocat est rejetée. Toutes les autres requêtes accessoires sont accueillies. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec daté du 3 novembre 2010 est rejetée avec dépens en faveur de l’intimé Barreau du Québec.

 

CASE SUMMARY

 

Civil procedure — Motions to dismiss appeal allowed — Appeals dismissed — Motion for permission to inscribe in appeal dismissed — Whether decisions below incorrect.

 

December 7, 2007

Quebec Superior Court

(Nadeau J.)

 

 

Motion for extension of time dismissed; action declared abandoned and dismissed

October 6, 2008

Quebec Court of Appeal (Montréal)

(Gendreau, Doyon and Bich JJ.A.)

2008 QCCA 1905

 

 

Motion to dismiss appeal allowed; appeal dismissed

April 7, 2009

Quebec Superior Court

(Nadeau J.)

 

 

Discontinuance of proceeding against certain respondents confirmed; action dismissed

 

February 17, 2009

Quebec Superior Court

(Baker J.)

 

 

Applicant's motion dismissed

November 3, 2010

Quebec Court of Appeal (Montréal)

(Pelletier, Rochon and Godbout JJ.A.)

2010 QCCA 1982

 

 

Appeals dismissed

December 17, 2009

Quebec Superior Court

(Marcelin J.)

 

 

Motion to have applicant declared quarrelsome litigant allowed

 

December 14, 2009

Quebec Court of Appeal (Montréal)

(Chamberland, Forget and Morissette JJ.A.)

2009 QCCA 2454

 

 

Motion for permission to inscribe in appeal dismissed

January 4, 2011

Supreme Court of Canada

 

Motion to extend time to serve and file application for leave to appeal and application for leave to appeal filed

 


 

RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE

 

Procédure civile — Requêtes en rejet d’appel accueillies — Appels rejetés — Requête pour permission d’inscrire un appel rejetée — Les décisions des instances inférieures sont‑elles erronées?

 

Le 7 décembre 2007

Cour supérieure du Québec

(Le juge Nadeau)

 

 

Requête en prorogation de délai rejetée; action déclarée abandonnée et rejetée

Le 6 octobre 2008

Cour d’appel du Québec (Montréal)

(Les juges Gendreau, Doyon et Bich)

2008 QCCA 1905

 

 

Requête en rejet d’appel accueillie; appel rejeté

Le 7 avril 2009

Cour supérieure du Québec

(Le juge Nadeau)

 

 

Désistement de la procédure contre certains intimés confirmé; action rejetée

 

Le 17 février 2009

Cour supérieure du Québec

(Le juge Baker)

 

 

Requête de la demanderesse rejetée

Le 3 novembre 2010

Cour d’appel du Québec (Montréal)

(Les juges Pelletier, Rochon et Godbout)

2010 QCCA 1982

 

 

Appels rejetés

Le 17 décembre 2009

Cour supérieure du Québec

(La juge Marcelin)

 

 

Requête visant à faire déclarer la demanderesse plaideur quérulent accueillie

 

Le 14 décembre 2009

Cour d’appel du Québec (Montréal)

(Les juges Chamberland, Forget et Morissette)

2009 QCCA 2454

 

 

Requête pour permission d’inscrire un appel rejetée


 

Le 4 janvier 2011

Cour suprême du Canada

 

Requête en prorogation du délai de signification et de dépôt d’une demande d’autorisation d’appel et demande d'autorisation d'appel déposées

 


 

34097

 

Conservative Fund Canada v. Chief Electoral Officer of Canada (Ont.) (Civil) (By Leave)

 

Coram :

Binnie, Fish and Rothstein JJ.

 

The motion to expedite the application for leave to appeal is granted.  The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C51593, 2010 ONCA 882, dated December 21, 2010, is dismissed with costs.

 

La requête visant le traitement accéléré de la demande d’autorisation d’appel est accordée.  La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C51593, 2010 ONCA 882, daté du 21 décembre 2010, est rejetée avec dépens.

 

CASE SUMMARY

 

Elections — Taxation ‑ Statutory Interpretation ‑ Election financing — Reimbursement of election expenses — Whether Chief Electoral Officer is obligated to authorize the amendment of two election expenses returns filed on behalf of the applicant Fund — Is ensuring formal equality in election spending limits more important than preserving the integrity of the election financing regime? — Should Canadian political parties be allowed to double‑dip at the expense of Canadian taxpayers? — How are registered parties to report their monetary expenses in an election expenses form — Specifically, are monetary expenses to be reported in accordance with GAAP? — If not, then on what objective basis are they to be reported? — Canada Elections Act, S.C. 2000, c. 9 .

 

The Conservative Party, like all political parties, was subject to a legislated limit in the amount it could spend on campaigning during elections pursuant to the Elections Act.  It filed election expense returns for the 2004 and 2006 general elections before it discovered it was entitled to, and did receive, GST rebates for taxable supplies purchased during the elections pursuant to the Excise Tax Act .  In order to receive the rebate under the Excise Act , an organization must be a Qualifying Non‑Profit Organization (“QNPO”).  The applicant Fund applied to the respondent Chief Electoral Officer (CEO) to amend its two returns accordingly using the reporting methodology mandated by GAAP.  The CEO refused to permit the amendments, taking the position that the GST had no effect on the reporting of election expenses.  The applicant Fund appealed to the Superior Court

 

December 31, 2009

Ontario Superior Court of Justice

(Wilton‑Siegel J.)

2010 G.T.C. 1045

 

 

Applicant Fund entitled to an order under s. 434(1)(b) of the Elections Act allowing  amendment of election expenses returns to reflect reduction in expenses by amount of GST rebate in accordance with GAAP

 

December 21, 2010

Court of Appeal for Ontario

(Simmons, LaForme and., Epstein JJ.A..)

2010 ONCA 882

 

 

Appeal allowed

 

February 15, 2011

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 


RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE

 

Élections — Fiscalité — Interprétation des lois — Financement des élections — Remboursement des dépenses électorales — Le directeur général des élections est‑il obligé d’autoriser la modification de deux déclarations de dépenses électorales déposées pour le compte du fonds demandeur? — Est‑il plus important de garantir l’égalité formelle dans les limites applicables aux dépenses électorales que de préserver l’intégrité du régime de financement des élections? — Les partis politiques canadiens devraient‑ils être autorisés à cumuler les avantages aux dépens des contribuables canadiens? — Comment les partis enregistrés doivent‑ils déclarer leurs dépenses dans les formulaires de dépenses électorales? — Plus particulièrement, les dépenses doivent‑elles être déclarées en conformité avec les principes comptables généralement reconnus (PCGR)? — Si ce n’est pas le cas, alors sur quel fondement objectif doivent‑elles être déclarées? — Loi électorale du Canada, L.C. 2000, ch. 9 .

 

Le parti conservateur, comme tous les partis politiques, était soumis à une limite imposée par la Loi électorale du Canada  quant aux montants d’argent qu’il pouvait dépenser au cours de campagnes électorales.  Il a produit des déclarations de dépenses électorales au titre des élections générales de 2004 et de 2006 avant de découvrir qu’il avait droit, et qu’il avait reçu, en application de la Loi sur la taxe d’accise , des remboursements de TPS relativement à des fournitures taxables achetées au cours des élections.  Pour recevoir les remboursements prévus dans la Loi sur la taxe d’accise , un organisme doit être un organisme à but non lucratif admissible.  Le demandeur a demandé à l’intimé, le directeur général des élections, l’autorisation de modifier ses deux déclarations en conséquence en utilisant la méthode de déclaration prescrite par les PCGR. Le directeur général des élections a refusé d’autoriser les modifications en affirmant que la TPS n’avait aucune incidence sur les déclarations de dépenses électorales. Le fonds demandeur a interjeté appel à la Cour supérieure

 

31 décembre 2009

Cour supérieure de justice de l’Ontario

(Juge Wilton‑Siegel)

2010 G.T.C. 1045

 

 

Le fonds demandeur a droit, en application de l’alinéa 434(1) b) de la Loi électorale du Canada , à une ordonnance autorisant la  modification de déclarations de dépenses électorales en vue de diminuer les montants des dépenses des montants de remboursement de TPS, et ce, en conformité avec les PCGR

 

21 décembre 2010

Cour d’appel de l’Ontario

(Juges Simmons, LaForme et Epstein)

2010 ONCA 882

 

 

Appel accueilli

 

15 février 2011

Cour suprême du Canada

 

 

Demande d’autorisation d’appel déposée

 


 

34102

 

Larry Peter Klippenstein v. Edison Rental Agency (Man.) (Civil) (By Leave)

 

Coram :

LeBel, Deschamps and Charron JJ.

 

The motion to appoint counsel is dismissed. The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Manitoba, Numbers AI 10-30-07481 and AI 10-30-07487, 2011 MBCA 3, dated January 10, 2011, is dismissed with costs to the respondent Edison Rental Agency.

 

La requête pour nomination d’un avocat est rejetée. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Manitoba, numéros AI 10-30-07481 et AI 10-30-07487, 2011 MBCA 3, daté du 10 janvier 2011, est rejetée avec dépens en faveur de l’intimée Edison Rental Agency.

 

CASE SUMMARY

 

Charter of Rights  — Equality rights‑ Leases — Landlord and tenant —Landlord obtaining order for possession of rental unit after tenant refusing to sign rental agreement —Whether tenant’s Charter  rights violated — Whether Court of Appeal decision contradicts previous ruling — Whether tenant’s oath disregarded — Whether Court of Appeal failed to grant an adjournment.

 

Mr. Klippenstein was a tenant in a building located in Winnipeg, Manitoba and Edison Rental Agency (“Edison”) was his landlord.  In 2007, Edison changed the locking system in the building from a manual lock and key system to an electronic “Prox Card” system.  Mr. Klippenstein filed a complaint with the Residential Tenancies Branch (the “Branch”) as he did not want to use the electronic system.  The Branch held that it was reasonable for the landlord to change to the electronic system.  His appeal to the Residential Tenancies Commission and subsequent application for leave to appeal to the Manitoba Court of Appeal were both dismissed.  Mr. Klippenstein then filed a complaint with the Branch seeking compensation as a result of the installation of the electronic system which was dismissed.  His appeal to the Commission was dismissed and leave to appeal was denied by the Court of Appeal.  Edison sent Mr. Klippenstein a new tenancy agreement for the term October 1, 2010 to September 20, 2011 on June 23, 2010 and also slid a copy under his door.  Mr. Klippenstein did not sign the agreement and his lease was terminated on October 1, 2010.  Edison obtained an order of possession from the Branch on October 22, 2010.  Mr. Klippenstein appealed.

 

December 6, 2010

Residential Tenancies Commission

 

 

Order of possession in favour of landlord confirmed; award of costs and compensation

 

January 10, 2011

Court of Appeal of Manitoba

(Monnin J.A.)

2011 MBCA 3

 

 

Applications for leave to appeal denied.

 

January 20, 2011

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 


 

RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE

 

Charte des droits – Droits à l'égalité - Baux – Locateur et locataire – Le locateur a obtenu une ordonnance de mise en possession d'une unité locative après que le locataire a refusé de signer le contrat de location – Les droits du locataire garantis par la Charte  ont-ils été violés? – L'arrêt de la Cour d'appel contredit-il un arrêt précédent?– A-t-on fait fi du serment du locataire? – La Cour d'appel a-t-elle omis d'accorder un ajournement?

 

Monsieur Klippenstein était locataire dans un édifice situé à Winnipeg (Manitoba) et Edison Rental Agency (« Edison ») était son locateur. En 2007, Edison a modifié le système de serrures dans l'édifice, passant d’un système manuel de serrures à clé à un système électronique « Prox Card ». Monsieur Klippenstein a déposé une plainte à la Direction de la location à usage d'habitation (la « Direction ») parce qu'il ne voulait pas utiliser le système électronique. La Direction a statué qu'il était raisonnable que le locateur passe à un système électronique. Son appel à la Commission de la location à usage d'habitation et sa demande subséquente d'autorisation d'appel à la Cour d'appel du Manitoba ont tous les deux étés rejetés.  Monsieur Klippenstein a alors déposé une plainte à la Direction, sollicitant une indemnisation pour l’installation du système électronique; cette plainte a été rejetée. Son appel à la Commission a été rejeté et la Cour d'appel a refusé l'autorisation d'appel. Le 23 juin 2010, Edison a envoyé à M. Klippenstein un nouveau contrat de location pour la période du 1er octobre 2010 au 20 septembre 2011 et en a également glissé une copie sous sa porte. Monsieur Klippenstein n'a pas signé le contrat et son bail a été résilié le 1er octobre 2010.  Edison a obtenu de la Direction une ordonnance de mise en possession le 22 octobre 2010. Monsieur Klippenstein a interjeté appel.

 

6 décembre 2010

Commission de la location à usage d'habitation

 

 

Ordonnance de mise en possession en faveur du locateur, confirmée; dépens et indemnisation accordés

 

10 janvier 2011

Cour d'appel du Manitoba

(Juge Monnin)

2011 MBCA 3

 

 

Demandes d'autorisation d'appel, rejetées

 

20 janvier 2011

Cour suprême du Canada

 

Demande d'autorisation d'appel, déposée

 

 


 

34119

 

Davoud Tohidy v. Algonquin College, Russell Mills, Helen Pearce, Tanya Hawley, Steve Griffith, Charles Carss, Patrick Denny, Raphael Gera, Susan Ramsay and Jill Wood (Ont.) (Civil) (By Leave)

 

Coram :

LeBel, Deschamps and Charron JJ.

 

The motion for a stay and all other ancillary motions are dismissed. The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C52328, 2010 ONCA 877, dated December 15, 2010, is dismissed without costs.

 

La requête visant à obtenir un sursis d’exécution et toutes les autres requêtes accessoires sont rejetées. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C52328, 2010 ONCA 877, daté du 15 décembre 2010, est rejetée sans dépens.

 

CASE SUMMARY

 

Civil procedure — Settlement agreement — Enforcement of agreements — Duress — Whether the Notice Prohibiting Entry was a proper exercise of Algonquin College’s discretion under the Trespass to Property Act — Whether the Notice Prohibiting Entry was released by the express terms of the full and final settlement — Whether the full and final settlement was defeated by Algonquin’s bad faith actions — Whether the Court of Appeal erred in applying laws of duress in the Applicant’s case and did the Court of Appeal err in rejecting the Applicant’s requests to add fresh evidence — Whether the Court of Appeal erred in not removing the Notice Prohibiting Entry

 

Tohidy filed a Human Rights Complaint and commenced a claim against Algonquin College and a number of named individuals who were either other students or professors at the College.  The parties reached an agreement whereby in return for discontinuing both proceedings, Tohidy was released from any claims that could be held against him.  Tohidy later refused to discontinue the court action.  The Respondents sought a motion to enforce the settlement agreement and to discontinue the action.  The motion was granted and the appeal was dismissed.

 

April 16, 2010

Ontario Superior Court of Justice

(Maranger J.)

 

 

Respondents’ motion to enforce settlement granted; Applicant’s action discontinued

 

December 15, 2010

Court of Appeal for Ontario

(Weiler, Watt and Karakatsanis JJ.A.)

Neutral citation: 2010 ONCA 877

 

 

Appeal dismissed

 

February 3, 2011

Supreme Court of Canada

 

 

Application for leave to appeal and miscellaneous motions  filed

 

March 25, 2011

Supreme Court of Canada

 

Miscellaneous motions filed

 


 

RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE

 

Procédure civile — Règlement amiable — Exécution du règlement — Contrainte — L’avis d’interdiction d’entrée représentait‑il un exercice légitime du pouvoir discrétionnaire du Collège algonquin en application de la Loi sur l’entrée sans autorisation? — L’avis d’interdiction d’entrée était‑il levé par les dispositions expresses du règlement amiable complet et définitif? — Le règlement amiable complet et définitif a‑t‑il été mis en échec par les gestes posés de mauvaise foi par le Collège algonquin? — La Cour d’appel a‑t‑elle eu tort d’appliquer les règles de droit en matière de contrainte dans le cas du demandeur et a‑t‑elle eu tort de rejeter les requêtes du demandeur en vue de présenter de nouveaux éléments de preuve? — La Cour d’appel a‑t‑elle eu tort de ne pas annuler l’avis d’interdiction d’entrée?

 

Monsieur Tohidy a présenté une plainte relative aux droits de la personne et a introduit une demande contre le Collège algonquin et un certain nombre de personnes désignées, c’est‑à‑dire d’autres étudiants et des professeurs au Collège.  Les parties ont conclu un règlement en vertu duquel M. Tohidy était déchargé de toute réclamation qui pouvait être portée contre lui s’il abandonnait les deux instances.  Par la suite, M. Tohidy a refusé d’abandonner l’action en justice. Les intimés ont présenté une motion en exécution du règlement amiable et en abandon de l’action. La motion a été accueillie et l’appel a été rejeté.

 

16 avril 2010

Cour supérieure de justice de l’Ontario

(Juge Maranger)

 

 

Motion des intimés en exécution du règlement amiable, accueillie; action du demandeur abandonnée

 

15 décembre 2010

Cour d’appel de l’Ontario

(Juges Weiler, Watt et Karakatsanis)

Référence neutre : 2010 ONCA 877

 

 

Appel rejeté

 

3 février 2011

Cour suprême du Canada

 

 

Demande d’autorisation d’appel et requêtes diverses, déposées

 

25 mars 2011

Cour suprême du Canada

 

 

Requêtes diverses déposées

 


 

 

 


MOTIONS

 

 

REQUÊTES

 

 

28.04.2011

 

Before / Devant:   THE REGISTRAR / LE REGISTRAIRE

 

Motion to accept the book of authorities of the appellant as filed, without pages consecutively numbered

 

 

 

 

Requête visant l’acceptation du recueil de sources de l’appelant tel qu’il a été déposé, sans pagination consécutive

Tommy Bouchard-Lebrun

 

                c. (33687)

 

Sa Majesté la Reine (Crim.) (Qc)

 

 

 

GRANTED / ACCORDÉE

 

 


 

28.04.2011

 

Before / Devant:   THE REGISTRAR / LE REGISTRAIRE

 

Motion to accept the book of authorities of the appellant as filed, without pages consecutively numbered

 

 

 

 

Requête visant l’acceptation du recueil de sources de l’appelante tel qu’il a été déposé, sans pagination consécutive

Catalyst Paper Corporation

 

                v. (33744)

 

Corporation of the District of North Cowichan (B.C.)

 

 

 

GRANTED / ACCORDÉE

 

 


 

28.04.2011

 

Before / Devant:   THE REGISTRAR / LE REGISTRAIRE

 

Motion to extend the time to serve and file the applicant’s reply

 

 

 

Requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la réplique du demandeur

Prabjot Singh

 

                v. (34076)

 

Her Majesty the Queen (Crim.) (Ont.)

 

 

 

GRANTED / ACCORDÉE

 

 



 

28.04.2011

 

Before / Devant:   THE REGISTRAR / LE REGISTRAIRE

 

Motion to accept the book of authorities of the appellant as filed, without pages consecutively numbered

 

 

 

 

Requête visant l’acceptation du recueil de sources de l’appelante tel qu’il a été déposé, sans pagination consécutive

Halifax Regional Municipality, a body corporate duly incorporated pursuant to the laws of Nova Scotia

 

                v. (33651)

 

Nova Scotia Human Rights Commission et al. (N.S.)

 

 

 

GRANTED / ACCORDÉE

 

 


 

 

 

 


NOTICES OF APPEAL FILED SINCE LAST ISSUE

 

 

 

AVIS D’APPEL DÉPOSÉS DEPUIS LA DERNIÈRE PARUTION

 

21.04.2011

 

Procureur général du Québec et autres

 

                c. (33990)

 

A et autres (Qc)

 

(Autorisation)

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

21.04.2011

 

Tessier Ltée

 

                c. (33935)

 

Commission de la santé et de la sécurité du travail (Qc)

 

(Autorisation)

 


26.04.2011

 

Entertainment Software Association et al.

 

                v. (33921)

 

Society of Composers, Authors and Music Publishers of Canada (F.C.)

 

(By Leave)

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

26.04.2011

 

Her Majesty the Queen

 

                v. (33874)

 

GlaxoSmithKline Inc. (F.C.)

 

(By Leave)

 


26.04.2011

 

Rogers Communications Inc. et al.

 

                v. (33922)

 

Society of Composers, Authors and Music Publishers of Canada (F.C.)

 

(By Leave)

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


NOTICES OF INTERVENTION FILED SINCE LAST ISSUE

 

 

 

AVIS D’INTERVENTION DÉPOSÉS DEPUIS LA DERNIÈRE PARUTION

 

26.04.2011

 

BY / PAR:              Attorney General of Canada

 

 

IN / DANS:            Her Majesty the Queen

 

                                                v. (33751)

 

                                Yat Fung Albert Tse et al. (B.C.)

 


 

27.04.2011

 

BY / PAR:              Attorney General of Ontario

 

 

IN / DANS:            Her Majesty the Queen

 

                                                v. (33751)

 

                                Yat Fung Albert Tse et al. (B.C.)

 


 

27.04.2011

 

BY / PAR:              Procureur général du Québec

 

 

IN / DANS:            Sa Majesté la Reine

 

                                                v. (33751)

 

                                Yat Fung Albert Tse et autres (B.C.)

 


 

26.04.2011

 

BY / PAR:              Attorney General of Canada

 

 

IN / DANS:            Her Majesty the Queen in Right of the Province of Newfoundland and Labrador

 

                                                v. (33797)

 

                                Abitibibowater Inc. et al. (Que.)

 


 

 

27.04.2011

 

BY / PAR:              Attorney General of Alberta

 

 

IN / DANS:            Her Majesty the Queen in Right of the Province of Newfoundland and Labrador

 

                                                v. (33797)

 

                                Abitibibowater Inc. et al. (Que.)

 


 

27.04.2011

 

BY / PAR:              Attorney General of Ontario

 

 

IN / DANS:            Her Majesty the Queen in Right of the Province of Newfoundland and Labrador

 

                                                v. (33797)

 

                                Abitibibowater Inc. et al. (Que.)

 


 

 

 


PRONOUNCEMENTS OF APPEALS RESERVED

 

Reasons for judgment are available

 

 

 

 

 

JUGEMENTS RENDUS SUR LES APPELS EN DÉLIBÉRÉ

 

Les motifs de jugement sont disponibles

 

MAY 5, 2011 / LE 5 MAI 2011

 

33914                    Derek James Loewen v. Her Majesty the Queen (Alta)

                                2011 SCC 21 / 2011 CSC 21

 

REASONS RELEASED / MOTIFS DÉPOSÉS

 


 

MAY 6, 2011 / LE 6 MAI 2011

 

33841                    Her Majesty the Queen v. V.Y. – and – Association in Defence of the Wrongly Convicted (Ont.)

2011 SCC 22 / 2011 CSC 22

 

Coram:                    McLachlin C.J. and Binnie, LeBel, Deschamps, Fish, Abella, Charron, Rothstein and Cromwell JJ.

 

The appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C48645, 2010 ONCA 544, dated August 5, 2010, heard on April 21, 2011, is dismissed.

 

L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C48645, 2010 ONCA 544, en date du 5 août 2010, entendu le 21 avril 2011, est rejeté.

 


 

 

 


HEADNOTES OF RECENT

JUDGMENTS

 

 

 

SOMMAIRES DE JUGEMENTS RÉCENTS

 

Derek James Loewen v. Her Majesty the Queen (Alta.) (33914)

Indexed as:  R. v. Loewen / Répertorié : R. c. Loewen

Neutral citation:  2011 SCC 21 / Référence neutre : 2011 CSC 21

Hearing:  April 12, 2011 / Judgment:  May 5, 2011

Audition : Le 12 avril 2011 / Jugement : Le 5 mai 2011


 

Present:  McLachlin C.J. and Binnie, LeBel, Fish, Abella, Charron and Rothstein JJ.

 

                Constitutional Law — Charter of Rights  — Search and seizure — Arbitrary detention — Whether arrest of accused and search of his vehicle was lawful and reasonable — Whether evidence of cocaine seized during search was admissible — Canadian Charter of Rights and Freedoms, ss. 8 , 9 , 24(2) Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C‑46, s. 495(1) (a).

 

                After stopping the accused for speeding, a police officer smelled freshly burnt marijuana coming from the vehicle and found $5,410 in the accused’s pocket.  He arrested the accused for possession of a controlled substance, searched the vehicle, and found 100 grams of crack cocaine.  The trial judge admitted the evidence of cocaine.  The accused was convicted of possession of cocaine for the purpose of trafficking.  A majority of the Court of Appeal upheld the conviction.

 

                Held:  The appeal should be dismissed.

 

                The arrest and the search of the vehicle did not violate the Canadian Charter of Rights and Freedoms  and the evidence of cocaine was admissible.  The police officer had reasonable grounds to believe that the accused was in possession of sufficient marijuana to constitute an indictable offence.  The accused was not wrongfully detained.  The arrest was lawful and the search was properly incidental to the arrest.  Even if a breach of the Charter  had been found, the evidence would be admissible under s. 24(2)  of the Charter .

 

                APPEAL from a judgment of the Alberta Court of Appeal (Hunt, Berger and Slatter JJ.A.), 2010 ABCA 255, 32 Alta. L.R. (5th) 203, 260 C.C.C. (3d) 296, 490 A.R. 72, [2011] 2 W.W.R. 15, [2010] A.J. No. 980 (QL), 2010 CarswellAlta 1721, affirming a decision of Ross J., 2008 ABQB 660, 461 A.R. 193, [2008] A.J. No. 1187 (QL), 2008 CarswellAlta 1637.  Appeal dismissed.

 

                Paul L. Moreau and Darin Slaferek, for the appellant.

 

                Monique Dion and Ronald C. Reimer, for the respondent.

 

                Solicitors for the appellant:  Moreau & Company, Edmonton.

 

                Solicitor for the respondent:  Public Prosecution Service of Canada, Edmonton.

________________________

 

Présents : La juge en chef McLachlin et les juges Binnie, LeBel, Fish, Abella, Charron et Rothstein.

 

                Droit constitutionnel — Charte des droits — Fouilles, perquisitions et saisies — Détention arbitraire — L’arrestation de l’accusé et la fouille de son véhicule étaient‑elles légales et raisonnables? — La cocaïne saisie pendant la fouille était‑elle admissible en preuve? — Charte canadienne des droits et libertés, art. 8 , 9 , 24(2) Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C‑46, art. 495(1) a).

 

                Après avoir intercepté l’accusé pour excès de vitesse, un policier a senti une odeur de marijuana récemment brûlée émanant du véhicule et il a trouvé 5 410 $ dans la poche de l’accusé.  Il a arrêté ce dernier pour possession d’une substance réglementée, a fouillé le véhicule et y a trouvé 100 grammes de crack.  La juge du procès a admis la cocaïne en preuve.  L’accusé a été déclaré coupable de possession de cocaïne en vue d’en faire le trafic.  La Cour d’appel a, à la majorité, confirmé la déclaration de culpabilité.

 

                Arrêt : Le pourvoi est rejeté.

 

                L’arrestation et la fouille du véhicule n’ont pas été effectuées en violation de la Charte canadienne des droits et libertés  et la cocaïne recueillie en preuve était admissible.  Le policier avait des motifs raisonnables de croire que l’accusé était en possession d’une quantité suffisante de marijuana pour que cet acte constitue un acte criminel.  L’accusé n’a pas été détenu illégalement.  L’arrestation était légale et la fouille  y était légitimement accessoire.  Même si la juge du procès avait conclu à une violation de la Charte , la preuve aurait été admissible en application du par. 24(2)  de la Charte .

 

                POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel de l’Alberta (les juges Hunt, Berger et Slatter), 2010 ABCA 255, 32 Alta. L.R. (5th) 203, 260 C.C.C. (3d) 296, 490 A.R. 72, [2011] 2 W.W.R. 15, [2010] A.J. No. 980 (QL), 2010 CarswellAlta 1721, qui a confirmé une décision de la juge Ross, 2008 ABQB 660, 461 A.R. 193, [2008] A.J. No. 1187 (QL), 2008 CarswellAlta 1637.  Pourvoi rejeté.

 

                Paul L. Moreau et Darin Slaferek, pour l’appelant.

 

                Monique Dion et Ronald C. Reimer, pour l’intimée.

 

                Procureurs de l’appelant : Moreau & Company, Edmonton.

 

                Procureur de l’intimée : Service des poursuites pénales du Canada, Edmonton.

 


 

 


 

Her Majesty the Queen v. V.Y. (Ont.) (33841)

Indexed as:  R. v. V.Y. / Répertorié : R. c. V.Y.

Neutral citation:  2011 SCC 22 / Référence neutre : 2011 CSC 22

Hearing:  April 21, 2011 / Judgment:  May 6, 2011

Audition : Le 21 avril 2011 / Jugement : Le 6 mai 2011


 

Present:  McLachlin C.J. and Binnie, LeBel, Deschamps, Fish, Abella, Charron, Rothstein and Cromwell JJ.

 

                Criminal law — Evidence — Burden of proof — Accused convicted at trial of sexual assault and unlawful confinement — Whether trial judge failed to give adequate consideration to question of whether evidence raised reasonable doubt — Whether majority of court of appeal erred in setting aside convictions and ordering new trial.

 

                Held:  The appeal should be dismissed.

 

                APPEAL from a judgment of the Ontario Court of Appeal (Laskin and LaForme JJ.A. and Moldaver J.A. dissenting), 2010 ONCA 544, 266 O.A.C. 27, 258 C.C.C. (3d) 281, 79 C.R. (6th) 327, [2010] O.J. No. 3336 (QL), 2010 CarswellOnt 5671, setting aside the accused’s convictions and ordering a new trial. Appeal dismissed.

                Lisa Joyal, for the appellant.

 

                Michael G. Engel, Russell Silverstein and Ingrid Grant, for the respondent.

 

                Brian Snell, for the intervener.

 

                Solicitor for the appellant:  Attorney General of Ontario, Toronto.

 

                Solicitor for the respondent:  Michael G. Engel, Toronto.

 

                Solicitor for the intervener:  Association in Defence of the Wrongly Convicted, Toronto.

________________________

 

Présents : La juge en chef McLachlin et les juges Binnie, LeBel, Deschamps, Fish, Abella, Charron, Rothstein et Cromwell.

 

                Droit criminel — Preuve — Fardeau de la preuve — Accusé déclaré coupable d’agression sexuelle et de séquestration — Le juge du procès a‑t‑il omis de dûment considérer la question de savoir si la preuve soulevait un doute raisonnable? — Les juges majoritaires de la Cour d’appel ont‑ils eu tort d’annuler les déclarations de culpabilité et d’ordonner un nouveau procès?

 

                Arrêt : Le pourvoi est rejeté.

 

                POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario (les juges Laskin et LaForme, et le juge Moldaver, dissident), 2010 ONCA 544, 266 O.A.C. 27, 258 C.C.C. (3d) 281, 79 C.R. (6th) 327, [2010] O.J. No. 3336 (QL), 2010 CarswellOnt 5671, qui a annulé les déclarations de culpabilité de l’accusé et ordonné la tenue d’un nouveau procès.  Pourvoi rejeté.

 

                Lisa Joyal, pour l’appelante.

 

                Michael G. Engel, Russell Silverstein et Ingrid Grant, pour l’intimé.

 

                Brian Snell, pour l’intervenante.

 

                Procureur de l’appelante : Procureur général de l’Ontario, Toronto.


 

                Procureur de l’intimé : Michael G. Engel, Toronto.

 

                Procureur de l’intervenante : Association in Defence of the Wrongly Convicted, Toronto.

 


 

 


SUPREME COURT OF CANADA SCHEDULE / CALENDRIER DE LA COUR SUPREME

 

                                                                                                          - 2010 -                                                                                                 

OCTOBER - OCTOBRE

 

NOVEMBER - NOVEMBRE

 

DECEMBER - DÉCEMBRE

S

D

M

L

T

M

W

M

T

J

F

V

S

S

 

S

D

M

L

T

M

W

M

T

J

F

V

S

S

 

S

D

M

L

T

M

W

M

T

J

F

V

S

S

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1

 

2

 

 

 

 

M

1

 

2

 

3

 

4

 

5

 

6

 

 

 

 

 

 

 

1

 

2

 

3

 

4

 

3

M

4

 

5

 

6

 

7

 

8

 

9

 

 

7

 

8

 

9

 

10

H

11

 

12

 

13

 

 

5

M

6

 

7

 

8

 

9

 

10

 

11

 

10

H

11

 

12

 

13

 

14

 

15

 

16

 

 

14

 

15

 

16

 

17

 

18

 

19

 

20

 

 

 

12

 

13

 

14

 

15

 

16

 

17

 

18

 

17

 

18

 

19

 

20

 

21

 

22

 

23

 

 

21

 

22

 

23

 

24

 

25

 

26

 

27

 

 

19

 

20

 

21

 

22

 

23

 

24

 

25

24

/ 31

 

25

 

26

 

27

 

28

 

29

 

30

 

 

28

 

29

 

30

 

 

 

 

 

 

 

 

26

H

27

H

28

 

29

 

30

 

31

 

                                                                                                          - 2011 -

JANUARY - JANVIER

 

FEBRUARY - FÉVRIER

 

MARCH - MARS

S

D

M

L

T

M

W

M

T

J

F

V

S

S

 

S

D

M

L

T

M

W

M

T

J

F

V

S

S

 

S

D

M

L

T

M

W

M

T

J

F

V

S

S

 

 

 

 

 

 

 

 

1

 

 

 

 

 

 

1

 

2

 

3

 

4

 

5

 

 

 

 

 

 

1

 

2

 

3

 

4

 

5

 

2

H

3

 

4

 

5

 

6

 

7

 

8

 

 

6

  

7

 

8

 

9

 

10

 

11

 

12

 

 

 

6

 

7

 

8

 

9

 

10

 

11

 

12

 

9

 

10

 

11

 

12

 

13

 

14

 

15

 

 

13

M

14

 

15

 

16

 

17

 

18

 

19

 

 

13

M

14

 

15

 

16

 

17

 

18

 

19

 

16

M

17

 

18

 

19

 

20

 

21

 

22

 

 

20

 

21

 

22

 

23

 

24

 

25

 

26

 

 

20

 

21

 

22

 

23

 

24

 

25

 

26

23

/ 30

24

/ 31

25

26

27

28

29

 

 

27

 

28

 

 

 

 

 

 

 

 

 

27

 

28

 

29

 

30

 

31

 

 

 

 

APRIL - AVRIL

 

MAY - MAI

 

JUNE - JUIN

S

D

M

L

T

M

W

M

T

J

F

V

S

S

 

S

D

M

L

T

M

W

M

T

J

F

V

S

S

 

S

D

M

L

T

M

W

M

T

J

F

v

s

s

 

 

 

 

 

 

 

1

 

2

 

 

1

 

2

 

3

 

4

 

5

 

6

 

7

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1

 

2

 

3

 

4

 

3

 

4

 

5

 

6

 

7

 

8

 

9

 

 

8

M

9

 

10

 

11

 

12

 

13

 

14

 

 

5

M

6

 

7

 

8

 

9

 

10

 

11

 

10

M

11

 

12

 

13

 

14

 

15

 

16

 

 

15

 

16

 

17

 

18

 

19

 

20

 

21

 

 

12

 

13

 

14

 

15

 

16

 

17

 

18

 

17

 

18

 

19

 

20

 

21

H

22

 

23

 

 

22

H

23

 

24

 

25

 

26

 

27

 

28

 

 

19

 

20

 

21

 

22

 

23

 

24

 

25

 

24

H

25

 

26

 

27

 

28

 

29

 

30

 

 

29

 

30

 

31

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

26

 

27

 

28

 

29

 

30

 

 

 

 

 

Sittings of the court:

Séances de la cour :

 

 

                18  sitting weeks/semaines séances de la cour

                87  sitting days/journées séances de la cour

                9  motion and conference days/ journées des requêtes et des conférences

                3  holidays during sitting days/ jours fériés durant les sessions

Motions:

Requêtes :

M

Holidays:

Jours fériés :

  H

 

 You are being directed to the most recent version of the statute which may not be the version considered at the time of the judgment.