Bulletins

Informations sur la décision

Contenu de la décision

 

SUPREME COURT OF CANADA

 

COUR SUPRÊME DU CANADA

 

 

 

 

 

BULLETIN OF

 PROCEEDINGS

 

BULLETIN DES

 PROCÉDURES

 

 

 

 

This Bulletin is published at the direction of the Registrar and is for general information only.  It is not to be used as evidence of its content, which, if required, should be proved by Certificate of the Registrar under the Seal of the Court.  While every effort is made to ensure accuracy, no responsibility is assumed for errors or omissions.

 

Ce Bulletin, publié sous l'autorité du registraire, ne vise qu'à fournir des renseignements d'ordre général.  Il ne peut servir de preuve de son contenu.  Celle-ci s'établit par un certificat du registraire donné sous le sceau de la Cour.  Rien n'est négligé pour assurer l'exactitude du contenu, mais la Cour décline toute responsabilité pour les erreurs ou omissions.

 

 

 

 

During Court sessions, the Bulletin is usually issued weekly.

 

Le Bulletin paraît en principe toutes les semaines pendant les sessions de la Cour.

 

 

 

 

Where a judgment has been rendered, requests for copies should be made to the Registrar, with a remittance of $15 for each set of reasons.  All remittances should be made payable to the Receiver General for Canada.

 

Quand un arrêt est rendu, on peut se procurer les motifs de jugement en adressant sa demande au registraire, accompagnée de 15 $ par exemplaire.  Le paiement doit être fait à l'ordre du Receveur général du Canada.

 

 

 

 

Please consult the Supreme Court of Canada website at www.scc-csc.ca for more information.

 

Pour de plus amples informations, veuillez consulter le site Web de la Cour suprême du Canada à l’adresse suivante : www.scc-csc.ca

 

 

 

September 6, 2019                                            1 - 73                                        Le 6 septembre 2019

 

© Supreme Court of Canada (2019)                                                                                                © Cour suprême du Canada (2019)

ISSN 1918-8358 (Online)                                                                                                                          ISSN 1918-8358 (En ligne)

 

 

 

Contents

Table des matières

 

Applications for leave to appeal filed /  Demandes d’autorisation d’appel déposées. 1

Applications for leave submitted to the Court since the last issue / 
Demandes soumises à la Cour depuis la dernière parution. 6

Judgments on applications for leave /  Jugements rendus sur les demandes d’autorisation. 11

Motions /  Requêtes. 62

Notices of appeal filed since the last issue /  Avis d’appel déposés depuis la dernière parution. 72

Notices of appeal Notices of discontinuance filed since the last issue /  Avis de désistement déposés depuis la dernière parution  73

 

 

NOTICE

 

Case summaries included in the Bulletin are prepared by the Office of the Registrar of the Supreme Court of Canada (Law Branch) for information purposes only.

 

 

AVIS

 

Les résumés des causes publiés dans le bulletin sont préparés par le Bureau du registraire (Direction générale du droit) uniquement à titre d’information.

 

 


Applications for leave to appeal filed /
Demandes d’autorisation d’appel déposées

 

Éric Gros-Louis

                Salomone, Nicola

                Convictio, Services juridiques

 

                c. (38689)

 

Sa Majesté la Reine (Qc)

                Roy, Julie

Directeur des poursuites criminelles et pénales du Québec

 

DATE DE PRODUCTION: Le 10 juin 2019


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A

                A

 

                v. (38722)

 

Directrice de la protection de la jeunesse du CIUSSS du centre-sud-de-l'île-de-Montréal, et al. (Que.)

                Brochu, Laura

Des Marchais Leclerc Dandavino Avocats

 

FILING DATE: June 24, 2019


Yves André LeBoutillier

                Salomone, Nicola

                Convictio, Services juridiques

 

                c. (38723)

 

Sa Majesté la Reine (Qc)

                Guillemette, Marie-Hélène

Ville de Quebec

 

DATE DE PRODUCTION: Le 17 juin 2019


 

 

Wesley Quash

Larochelle, Vincent

Tutshi Law Centre

 

                v. (38708)

 

Her Majesty the Queen (Y.T.)

Sinclair, Noel

Public Prosecution Service of Canada

 

FILING DATE: June 28, 2019


Brandon Marshall

Ostroff, Alexander

Lockyer Campbell Posner

 

                v. (38715)

 

Her Majesty the Queen (Ont.)

Krick, Deborah

Attorney General of Ontario

 

FILING DATE: July 4, 2019


 

Conseil canadien de la Magistrature

                Caza, Ronald F.

                CazaSaikaley LLP

 

                c. (38765)

 

L'Honorable Michel Girouard, et al (Qc)

                Tremblay, c.r., Gérald R.

McCarthy Tétrault LLP

 

DATE DE PRODUCTION: Le 15 août 2019


 

Transport en commun la Québécoise Inc.

                Gravel, Marc-André

                Gravel Bernier Vaillancourt

 

                c. (38709)

 

Réseau de transport métropolitain, et al. (Qc)

                Hurtubise-Forget, Yannick

Miller Thomson S.E.N.C.R.L., s.r.l.

 

DATE DE PRODUCTION: Le 28 juin 2019


 

 

Yvonne Montague

Yvonne Montague

 

                v. (38713)

 

Toronto Transit Commission (Ont.)

Davidson, Andrew

Toronto Transit Commission

 

FILING DATE: April 9, 2019



 

Canada's National Firearms Association/ Association canadienne pour les armes à feu, et al.

                Lavergne, Guy

 

                c. (38710)

 

Procureure générale du Québec, et al.  (Qc)

Chayer, Samuel

Bernard, Roy & Associés

 

DATE DE PRODUCTION: Le 2 juillet 2019


 

 

West Van Holdings Ltd., et al.

Dick, Q.C., Bill

Fraser Litigation Group

 

                v. (38711)

 

Economical Mutual Insurance Company, et al. (B.C.)

Rhone, Christopher A.

Branch, MacMaster

 

FILING DATE: July 4, 2019


Brana Giancristofaro-Malobabic, et al. 

Brana Giancristofaro-Malobabic

 

                v. (38712)

 

Daniel F. O'Connor (Que.)

Daniel F. O'Connor

 

FILING DATE: March 22, 2019


 

Paul Gélinas, et al. 

                Paul Gélinas

 

                c. (38714)

 

L'honorable Serge Delisle, J.C.Q., et al. (Qc)

L'honorable Serge Delisle

 

DATE DE PRODUCTION: Le 30 janvier 2019


 

Université du Québec à Montréal

                Georgescu, Adina

                Miller Thomson S.E.N.C.R.L., s.r.l.

 

                c. (38716)

 

Ville de Montréal (Qc)

                Proulx, Caroline

Gagnier Guay Biron

 

DATE DE PRODUCTION: Le 27 juin 2019


 

 

Stella Pinnock, et al. 

Barnwell, Osbourne G.

 

                v. (38717)

 

Birchcliffe Core-Harbour Inc. (Ont.)

Taub, David

Robbins Appleby & Taub LLP

 

FILING DATE: July 15, 2019


Golam Mehedi

Golam Mehedi

 

                v. (38718)

 

Her Majesty the Queen in Right of Ontario (Ont.)

Papadopoulos, G. Karen

Attorney General of Ontario

 

FILING DATE: June 20, 2019


 

Elizabeth Ann Johnston 

O'Connell, James K. 

Cox & Palmer

 

                v. (38719)

 

Paul Wayne Meyer (N.B.)

Rowan, Donald F.

Rowan McGrath Lawyers

 

FILING DATE: June 18, 2019


 


 

Lucyna Blicharz

Lucyna Blicharz

 

                v. (38720)

 

Patricia Livingstone (Alta.)

Dear, Q.C., Don W.

McLennan Ross LLP

 

FILING DATE: April 2, 2019


 

 

Tiffany Peters

Tiffany Peters

 

                v. (38721)

 

John Chasty Principal, et al. (Ont.)

Guy, Jennifer A.

O'Donnell, Robertson & Sanfilippo

 

FILING DATE: June 7, 2019


 

Manigeh Sabok Sir

Manigeh Sabok Sir

 

                v. (38724)

 

Her Majesty the Queen, et al. (F.C)

Lee, Jennifer

Department of Justice Canada

 

FILING DATE: June 14, 2019


 

 

Drew William MacPherson

Drew William MacPherson

 

                v. (38726)

 

Jamie Campbell (N.S.)

Adams, Justin E.

Blois, Nickerson & Bryson

 

FILING DATE: May 15, 2019


 

Myriam Michail

Myriam Michail

 

                v. (38727)

 

Ontario English Catholic Teachers’ Association, et al. (Ont.)

Cavalluzzo, Paul J.J.

Cavalluzzo Shilton McIntyre Cornish LLP

 

FILING DATE: June 24, 2019


 

 

P. A-M.

P. A-M.

 

                v. (38728)

 

Attorney General of Canada (F.C.)

Fader, Richard

Attorney General of Canada

 

FILING DATE: May 31, 2019


 

Robert Mitchell

                Robert Mitchell

 

                c. (38729)

 

Ville de Lévis, et al. (Qc)

                Bouffard, Martin

Morency Société d'Avocats sencrl

 

DATE DE PRODUCTION: Le 10 mai 2019


 

 

Byeongheon Lee

Byeongheon Lee

 

                v. (38730)

 

Richcraft Homes Ltd. (Ont.)

Dempster, John D.

 

FILING DATE: August 17, 2019


 


 

Godfred Kwaku Hiamey

                Godfred Kwaku Hiamey

 

                c. (38731)

 

Ville de Toronto (Ont.)

                Chu, Glenn K.L.

City of Toronto

 

DATE DE PRODUCTION: Le 25 juin 2019


 

 

6027377 Canada Inc., et al.

                Dubois, Sébastien

Greenspoon Bellemare s.e.n.c.r.l.

 

                c. (38732)

 

Société Immobilière Manitonga Soutana Inc. (Qc)

                Ménard, Dominique

LCM Avocats inc.

 

DATE DE PRODUCTION: Le 25 mai 2019


 

Her Majesty the Queen

                Thompson, Glen R.

Attorney General of British Columbia

 

                v. (38734)

 

Richard Lee Desautel (B.C.)

                Underhill, Mark G.

Arvay Finlay LLP

 

FILING DATE: July 30, 2019


 

 

Francis Cuggia, et al.

                Harvey, Stéphane

Harvey Jean Avocats

 

                c. (38735)

 

L'Autorité des Marchés Financiers (Qc)

                Rivard, Maud

Stein Monast s.e.n.c.r.l.

 

DATE DE PRODUCTION: Le 31 juillet 2019


 

Marilyn Fitzpatrick

Anderson, Norman D.

Anderson James McCall

 

                v. (38736)

 

The College of Physical Therapists of Alberta now known as Physiotherapy Alberta College & Associations (Alta.)

                Casey, James T. 

Field Law

 

FILING DATE: July 26, 2019


 

 

Zebulon Makotoko 

Guiste, Ernest J.

E.J. Guiste Professional Corporation

 

                v. (38737)

 

Her Majesty the Queen (Ont.)

Weiler, Catherine

Ministry of the Attorney General

 

FILING DATE: July 31, 2019


 

Peoples Trust Company, et al. 

Hira, Q.C., Ravi R.

Hira Rowan LLP

 

                v. (38738)

 

Ying Jiang (B.C.)

Brasil, Luciana P. 

Branch, MacMaster

 

FILING DATE: August 1, 2019


 

 

Milagros Jacinto Queano 

Dalziel, Ryan D.W.

Norton Rose Fulbright Canada LLP

 

                v. (38740)

 

Maria Angeles Robledano (B.C.)

Hansen, Peter W. 

Peter W. Hansen Law Corporation

 

FILING DATE: August 1, 2019


 


 

The Owners, Strata Plan LMS 3905

Hamilton, G. Stephen

Hamilton & Co.

 

                v. (38741)

 

Crystal Square Parking Corporation (B.C.)

McEwan, Q.C., Ken

McEwan Cooper Dennis LLP

 

FILING DATE: August 1, 2019


 

 

Marc Bibeau

                Moubayed, Léon H.

Davies Ward Phillips & Vineberg LLP

 

                c. (38742)

 

La Presse Ltée, et al.  (Qc)

                Nadon, Marc-André

Prévost Fortin D'Aoust

 

DATE DE PRODUCTION: Le 31 juillet 2019


 

E.O.

Cunningham, Jennifer.

 

                v. (38743)

 

Her Majesty the Queen (Y.T.)

Sinclair, Noel

Public Prosecution Service of Canada

 

FILING DATE: August 2, 2019


 

 

Juan Fermin Palma

                Giroux, Marie-Hélène

MHG Avocats

 

                c. (38744)

 

Sa Majesté la Reine (Qc)

Ferraro, Mariana

Directeur des poursuites criminelles et pénales du Québec

 

DATE DE PRODUCTION: Le 1er août 2019


 

Her Majesty the Queen

Elliott, Susanne E.

Attorney General of British Columbia

 

                v. (38767)

 

K.W. (B.C.)

Zargarian, Babak

Zargarian Litigation

 

FILING DATE: August 20, 2019


 

 

Drew William MacPherson

Drew William MacPherson

 

                v. (38726)

 

Her Majesty the Queen, et al. (N.S.)

Scott, Q.C., Mark A. 

Public Prosecution Service of Nova Scotia

 

FILING DATE: May 15, 2019


 

 

 


Applications for leave submitted to the Court since the last issue /
Demandes soumises à la Cour depuis la dernière parution

 

AUGUST 6, 2019 / LE 6 AOÛT 2019

 

 

 

CORAM:  Chief Justice Wagner and Rowe and Martin JJ.

Le juge en chef Wagner et les juges Rowe et Martin

 

 

Civil / Civile

 

 

1.

38592

United Soils Management Ltd.

(Ont.) (Civil) (By Leave)

 

v.

Katie Mohammed

2.

38650

United Soils Management Ltd.

(Ont.) (Civil) (By Leave)

 

v.

Kayt Barclay

 

 

CORAM: Abella, Brown and Martin JJ.

Les juges Abella, Brown et Martin

 

 

Civil / Civile

 

 

3.

38579

Ark Angel Foundation

(FC) (Civil) (By Leave)

v.

Minister of National Revenue

4.

38619

Michael Erwin Helle

(B.C.) (Civil) (By Leave)

 

v.

Janice Elizabeth Helle

 

 

CORAM: Moldaver, Karakatsanis and Côté JJ.

Les juges Moldaver, Karakatsanis et Côté

 

 

Criminal / Criminelle

 

 

5.

38634

Mohand Mohamad

(Ont.) (Criminal) (By Leave)

v.

Her Majesty the Queen

 

 

Civil / Civile

 

 

6.

38655

Syed Ahmad (also known as Joe Ahmad), et al.

(B.C.) (Civil) (By Leave)

v.

Alan Merriman, et al.

 



 

AUGUST 12, 2019 / LE 12 AOÛT 2019

 

 

 

CORAM:  Chief Justice Wagner and Rowe and Martin JJ.

Le juge en chef Wagner et les juges Rowe et Martin

 

 

Criminal / Criminelle

 

 

1.

38558

Mark John Chandler

(B.C.) (Criminal) (By Leave)

v.

Attorney General of Canada on behalf of the United States of America

 

 

Civil / Civile

 

 

2.

38657

Beacon Publishing Inc., o/a Frontline Safety & Security, et al.

(Ont.) (Civil) (By Leave)

v.

Jerry Bradwick Montour, et al.

 

 

CORAM: Abella, Brown and Rowe JJ.

Les juges Abella, Brown et Rowe

 

 

Criminal / Criminelle

 

 

3.

38577

Deborah Lee Doonanco

(Alta.) (Criminal) (As of Right / By Leave)

v.

Her Majesty the Queen

 

 

Civil / Civile

 

 

4.

38662

Daud Ahmad Khan, et al.

(Ont.) (Civil) (By Leave)

v.

Young-Hew Son, et al.

 

 

CORAM: Moldaver, Karakatsanis and Côté JJ.

Les juges Moldaver, Karakatsanis et Côté

 

 

Civil / Civile

 

 

5.

38651

L.S.

(Qc) (Civile) (Autorisation)

c.

P.L.

6.

38653

Roch Guimont, et al.

(Qc) (Civile) (Autorisation)

c.

Ian Bussières, et al.

 


 


 

AUGUST 19, 2019 / LE 19 AOÛT 2019

 

 

 

CORAM:  Chief Justice Wagner and Rowe and Martin JJ.

Le juge en chef Wagner et les juges Rowe et Martin

 

 

Criminal / Criminelle

 

 

1.

38604

A.B.

(Alta.) (Criminal) (By Leave)

v.

Her Majesty the Queen

 

 

 

Civil / Civile

 

 

2.

38645

Tony Samaroo, et al.

(B.C.) (Civil) (By Leave)

v.

Canada Revenue Agency

3.

38676

F.H.

(Que.) (Civil) (By Leave)

v.

J.A.

4.

38680

Larry Robert Heather

(Alta.) (Civil) (By Leave)

 

v.

Naheed Kurban Nenshi

 

 

CORAM: Abella, Côté and Brown JJ.

Les juges Abella, Côté et Brown

 

 

Criminal / Criminelle

 

 

5.

38638

Alain Chenel

(Qc) (Criminelle) (Autorisation)

c.

Sa Majesté la Reine

 

 

 

Civil / Civile

 

 

6.

38608

Sajjad Asghar

(Ont.) (Civil) (By Leave)

v.

Joallore Alon

7.

38703

Rawia Salman

(Ont.) (Civil) (By Leave)

v.

Robert Ipacs, et al.

8.

38684

Stefan Brands

(Que.) (Civil) (By Leave)

 

v.

Patrice Dumais, et al.

 

 

CORAM: Moldaver, Karakatsanis and Côté JJ.

Les juges Moldaver, Karakatsanis et Côté

 

 

Criminal / Criminelle

 

 

9.

38585

Attorney General of Ontario

(Ont.) (Criminal) (By Leave)

v.

G

10.

38673

Stéphane Belval

(Qc) (Criminelle) (Autorisation)

c.

Sa Majesté la Reine

 

 

 

Civil / Civile

 

 

11.

38660

Attorney General of Canada

(FC) (Civil) (By Leave)

v.

Sherri Ann Morrissey

 



 

AUGUST 26, 2019 / LE 19 AOÛT 2019

 

 

 

CORAM:  Chief Justice Wagner and Rowe and Martin JJ.

Le juge en chef Wagner et les juges Rowe et Martin

 

 

Criminal / Criminelle

 

 

1.

38639

IN THE MATTER OF an application in the Supreme Court of Newfoundland and Labrador for an order in the nature of certiorari, et al.

(N.L.) (Criminal) (By Leave)

 

v.

 

 

 

Civil / Civile

 

 

2.

38614

B’Nai Brith Canada

(Ont.) (Civil) (By Leave)

 

v.

Alexander Dimitri Lascaris

 

 

CORAM: Abella, Karakatsanis and Brown JJ.

Les juges Abella, Karakatsanis et Brown

 

 

Criminal / Criminelle

 

 

3.

38646

Taj Thaine Williams

(Ont.) (Criminal) (By Leave)

 

v.

Her Majesty the Queen

 

 

Civil / Civile

 

 

4.

38699

ING Insurance Company of Canada, also known as, or formerly, ING Halifax Insurance Company

(Ont.) (Civil) (By Leave)

v.

Karla Garay Merino, et al.

5.

38671

Pierre Lachance

(Qc) (Civile) (Autorisation)

 

c.

Conseil de la Justice Administrative, et al.

 

 

CORAM: Moldaver, Karakatsanis and Côté JJ.

Les juges Moldaver, Karakatsanis et Côté

 

 

Criminal / Criminelle

 

 

6.

38706

Roger Townsend

(Ont.) (Criminal) (By Leave)

v.

Her Majesty the Queen

7.

38668

Richard Henry Bain

(Que.) (Criminal) (By Leave)

v.

Her Majesty the Queen

 


 

 


 

SEPTEMBER 3, 2019 / LE 3 SEPTEMBRE 2019

 

 

 

CORAM:  Chief Justice Wagner and Rowe and Martin JJ.

Le juge en chef Wagner et les juges Rowe et Martin

 

 

Criminal / Criminelle

 

 

1.

38593

Michele Marie Mulkey a/k/a/  Michele Marie Messina

(Que.) (Criminal) (By Leave)

v.

Minister of Justice Canada on behalf of the United States of America

 

 

Civil / Civile

 

 

2.

38678

Robert George Kirk, as Representative Plaintiff

(B.C.) (Civil) (By Leave)

v.

Executive Flight Centre Fuel Services Ltd., et al.

3.

38664

Patrick Bédard

(Qc) (Civile) (Autorisation)

 

c.

Caisse Desjardins de Limoilou

 

 

CORAM: Abella, Moldaver and Brown JJ.

Les juges Abella, Moldaver et Brown

 

 

Criminal / Criminelle

 

 

4.

38683

Deidre Chantel Gardner

(Que.) (Criminal) (By Leave)

v.

Her Majesty the Queen

 

 

Civil / Civile

 

 

5.

38724

Manigeh Sabok Sir

(FC) (Civil) (By Leave)

 

v.

Her Majesty the Queen, et al.

 

 

CORAM: Moldaver, Karakatsanis and Côté JJ.

Les juges Moldaver, Karakatsanis et Côté

 

 

Civil / Civile

 

 

6.

38640

Veolia Water Technologies, Inc., Successor by Merger to HPD, LLC

(Sask.) (Civil) (By Leave)

v.

K+S Potash Canada General Partnership

7.

38702

Hanna Engel, et al.

(Que.) (Civil) (By Leave)

v.

Public Curator of Quebec

 


 

 


Judgments on applications for leave /
Jugements rendus sur les demandes d’autorisation

 

AUGUST 8, 2019 / LE 8 AOÛT 2019

 

38609

Karen Mawhinney v. Royal Trust Corporation of Canada (previously David Scobie, Thomas Walter and Brian Dau), John Anderson, Sandra Anderson and Susan Anderson

(Alta.) (Civil) (By Leave)

The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Alberta (Calgary), Number 1701-0243-AC, 2019 ABCA 76, dated February 27, 2019, is dismissed with costs to the respondent, Royal Trust Corporation of Canada (previously David Scobie, Thomas Walter and Brian Dau).

 

Wills and estates — Wills — Interpretation — Applicant seeking direction from court on whether application to obtain formal proof of will would constitute challenge to validity in violation of no contest clause in will — What is meaning of no contest clause in a will? — Where no contest clause includes exceptions, what effect should they have on interpretation of clause? — Is deference owed to courts undertaking interpretation of a will? — Does task of giving effect to intention of testator involve question of law or mixed fact and law?

 

Ms. Mawhinney was a beneficiary of the estate of the deceased, Mr. Anderson, who died on September 3, 2015. In his four prior wills, Mr. Anderson’s three adult children and Ms. Mawhinney were equal residuary beneficiaries of his estate. This scheme of distribution was altered by a codicil and will executed by Mr. Anderson in August, 2015. The will provided Ms. Mawhinney with other bequests, but the residue of the estate was to be distributed only among the three children. The will also contained a “no contest” clause which stated if any beneficiary challenged the validity of the will or commenced litigation in connection with the will, that beneficiary would forfeit any gifts under the will. The forfeited gifts would then fall into the residue of the estate for distribution. The no contest clause provided for two exceptions. A beneficiary could seek the assistance of the court in the administration of the estate or could seek to “enforce or obtain any rights or benefits” conferred by the law of Alberta without triggering the no contest clause. The personal representatives of the estate obtained a grant of probate in common form of the August will. Ms. Mawhinney contended that there were suspicious circumstances surrounding the preparation and execution of the codicil and August will. She sought the advice and direction of the court to determine whether an application by her under Surrogate Rule 75(1)(a) to obtain formal proof of the will would fall within one of the exceptions to the no contest clause. The motion judge determined that the applicant could require the proof in formal form without triggering the no‑contest clause. That decision was overturned on appeal.

 

July 5, 2017

Court of Queen’s Bench of Alberta

(Jones J.)

2017 ABQB 422

 

 

Applicant permitted to apply for formal proof of testamentary documents under Surrogate Rules, Alta. Reg. 130/1995, Rule 75(1) without triggering no contest clause.

 

February 27, 2019

Court of Appeal of Alberta (Calgary)

(O'Ferrall [dissenting], Crighton and Khullar

JJ.A.)

2019 ABCA 76

 

 

Respondents’ appeal allowed; Application for formal proof of will based on suspicious circumstances would trigger no contest clause

 

April 25, 2019

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 


 


 

38609

Karen Mawhinney c. Société Trust Royal du Canada (anciennement David Scobie, Thomas Walter et Brian Dau), John Anderson, Sandra Anderson et Susan Anderson

(Alb.) (Civile) (Autorisation)

La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Alberta (Calgary), numéro 1701-0243-AC, 2019 ABCA 76, daté du 27 février 2019, est rejetée avec dépens en faveur de l’intimée, Société Trust Royal Du Canada (anciennement David Scobie, Thomas Walter et Brian Dau).

 

Successions — Testaments — Interprétation — La demanderesse demande au tribunal des directives sur la question de savoir si une requête en vue d’obtenir une preuve formelle du testament constituerait une contestation de la validité en violation d’une clause de non-contestation dans un testament? — Quel est le sens d’une clause de non-contestation dans un testament? — Lorsqu’une clause de non-contestation comprend des exceptions, quel effet devraient-elles avoir sur l’interprétation de la clause? — Faut-il faire preuve de déférence envers les tribunaux qui entreprennent l’interprétation d’un testament? — La tâche qui consiste à donner effet à l’intention du testateur soulève‑t‑elle une question de droit ou une question mixte de fait et de droit?

 

Madame Mawhinney était bénéficiaire de la succession du défunt, M. Anderson, décédé le 3 septembre 2015. Dans ses quatre testaments précédents, les trois enfants adultes de M. Anderson et Mme Mawhinney étaient les bénéficiaires à parts égales du reliquat de sa succession. Ce régime de partage a été modifié par un codicille et un testament signés par M. Anderson en août 2015. Le testament prévoyait d’autres legs à Mme Mawhinney, mais le reliquat de la succession ne devait être partagé qu’entre les trois enfants. Le testament renfermait également une clause de « non‑contestation » qui prévoyait que si un bénéficiaire contestait la validité du testament où introduisait une poursuite en lien avec le testament, ce bénéficiaire serait déchu de toute donation en exécution du testament. Les donations perdues feraient alors partie du reliquat de la succession pour le partage. La clause de non‑contestation prévoyait deux exceptions. Un bénéficiaire pouvait chercher à obtenir l’aide du tribunal dans l’administration de la succession ou il pouvait tenter de [traduction] « faire exécuter ou obtenir des droits ou des avantages » conférés par le droit de l’Alberta sans déclencher l’application de la clause de non-contestation. Les représentants personnels de la succession ont obtenu un jugement d’homologation ordinaire du testament d’août.  Mme Mawhinney a prétendu qu’il y avait eu des circonstances suspectes entourant la rédaction et la signature du codicille et du testament d’août. Elle a demandé l’avis et des directives du tribunal pour déterminer si une requête de sa part en exécution de la Surrogate Rule 75(1)a) en vue d’obtenir une preuve formelle du testament ferait partie d’une des exceptions à la clause de non‑contestation. Le juge des requêtes a statué que la demanderesse pouvait demander la preuve en forme formelle sans déclencher l’application de la clause de non‑contestation. Cette décision a été infirmée en appel.

 

5 juillet 2017

Cour du Banc de la Reine de l’Alberta

(Juge Jones)

2017 ABQB 422

 

 

Jugement autorisant la demanderesse à faire une demande de preuve formelle de documents testamentaires en application des Surrogate Rules, Alta. Reg. 130/1995, règle 75(1) sans déclencher l’application de la clause de non‑contestation.

 

27 février 2019

Cour d’appel de l’Alberta (Calgary)

(Juges O'Ferrall [dissident], Crighton et Khullar)

2019 ABCA 76

 

Arrêt accueillant l’appel des intimés et statuant que la demande de preuve formelle du testament sur le fondement de circonstances suspectes déclencherait l’application de la clause de non‑contestation

 

25 avril 2019

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la demande d’autorisation d’appel

 

 


 

38580

Brian Suen v. Envirocon Environmental Services, ULC, and British Columbia Human Rights Tribunal

(B.C.) (Civil) (By Leave)

The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia (Vancouver), Number CA45533, 2019 BCCA 46, dated February 5, 2019, is dismissed without costs.

 

Human rights — Discrimination in employment — Discrimination based on family status — Nature of the test for prima facie discrimination on the ground of family status — Whether the settled test for prima facie discrimination should apply to claims of discrimination on the ground of family status — If not, what test should be applied to determine whether prima facie discrimination based on family status is made out — Human Rights Code, R.S.B.C. 1996, c. 210.

 

Mr. Suen started working in the Burnaby office of Envirocon Environmental Services, ULC, as a project manager in 2012. The position required some travel to project sites. In 2015, his wife gave birth to their first child. In January 2016, the manager of a project in Manitoba resigned unexpectedly, and the Director of Projects assigned Mr. Suen to manage that project for eight to ten weeks. Envirocon would not pay for him to return home until the end of the assignment. After discussion by email, Mr. Suen informed the Director of Projects that he would not be accepting the assignment out of consideration to his wife and child. He was given an opportunity to reconsider, and was warned that he would be dismissed if he did not accept the assignment, but, when he did not change his mind, he was informed that his employment had been terminated, effective immediately.

 

Mr. Suen filed a complaint under the Human Rights Code, R.S.B.C. 1996, c. 210, s. 13(1), alleging that Envirocon had discriminated against him in relation to employment. Envirocon made a preliminary application to dismiss the complaint. The British Columbia Human Rights Tribunal held that Mr. Suen might be able to establish direct discrimination based on the termination of his employment due to his having become a parent, or indirect or adverse effect discrimination based on a change in a term or condition of his employment that resulted in a serious interference with a substantial parental or other family duty of obligation. Envirocon accepted that there would be a hearing of the direct discrimination complaint, but requested judicial review, seeking to limit the hearing to the existence of that complaint. The chambers judge dismissed the petition, finding that the decision not to dismiss the complaint was discretionary and entitled to deference. The Court of Appeal allowed a further appeal and set aside the Tribunal’s decision, holding, based on Health Sciences Assoc. of B.C. v. Campbell River and North Island Transition Society, 2004 BCCA 260, that the facts alleged could not establish that the change in the term or condition of employment had resulted in a serious interference with a substantial parental or other family duty or obligation.

 

August 14, 2018

Supreme Court of British Columbia

(Maisonville J.)

2018 BCSC 1367

 

 

Petition for judicial review by Envirocon Environmental Services, ULC, dismissed

 

February 5, 2019

Court of Appeal for British Columbia

(Vancouver)

(Frankel, Stromberg‑Stein, Goepel JJ.A.)

2019 BCCA 46

 

 

Appeal allowed

 

April 5, 2019

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 


 


 

38580

Brian Suen c. Envirocon Environmental Services, ULC, et British Columbia Human Rights Tribunal

(C.‑B.) (Civile) (Autorisation)

La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver), numéro CA45533, 2019 BCCA 46, daté du 5 février 2019, est rejetée sans dépens.

 

Droits de la personne — Discrimination en matière d’emploi — Discrimination fondée sur la situation familiale — Nature du critère relatif à la discrimination prima facie fondée sur la situation familiale — Y a‑t‑il lieu d’appliquer le critère établi relatif à la discrimination prima facie aux recours en cas de discrimination fondée sur la situation familiale? — Dans la négative, quel critère convient‑il d’appliquer pour déterminer si la discrimination prima facie fondée sur la situation familiale a été établie? — Human Rights Code, R.S.B.C. 1996, ch. 210.

 

En 2012, M. Suen a commencé à travailler au bureau de Burnaby d’Envirocon Environmental Services, ULC, comme chargé de projet. Le poste obligeait M. Suen à voyager parfois pour se rendre sur les chantiers. En 2015, son épouse a donné naissance à leur premier enfant. En janvier 2016, le chargé d’un projet au Manitoba a démissionné inopinément, et le directeur de projets a affecté M. Suen à la gestion de ce projet pendant huit à dix semaines. Envirocon ne lui verserait aucune rémunération pour qu’il puisse rentrer chez lui tant que l’affectation n’aura pas pris fin. Après des échanges par courriel, M. Suen a informé le directeur de projets qu’il allait refuser l’affectation par égard pour son épouse et son enfant. On lui a donné l’occasion de revenir sur sa décision et on l’a averti qu’il serait congédié s’il n’acceptait pas l’affectation; toutefois, n’ayant pas changé d’idée, on l’a informé de son congédiement, avec prise d’effet immédiate.

 

Monsieur Suen a déposé une plainte sous le régime du Human Rights Code, R.S.B.C. 1996, ch. 210, par. 13(1), alléguant avoir été victime de discrimination en matière d’emploi de la part d’Envirocon. Envirocon a présenté une requête préliminaire en rejet de la plainte. Le British Columbia Human Rights Tribunal a statué que M. Suen était peut‑être en mesure d’établir la discrimination directe fondée sur son congédiement en raison du fait qu’il était devenu parent, ou une discrimination indirecte ou par suite d’un effet préjudiciable fondée sur une modification d’une modalité ou d’une condition de son emploi qui a gravement entravé l’acquittement d’une responsabilité ou obligation parentale ou familiale importante. Envirocon a admis que la plainte pour discrimination directe serait instruite, mais a demandé le contrôle judiciaire, cherchant à restreindre l’instruction à l’existence de cette plainte. La juge en cabinet a rejeté la requête, statuant que la décision de ne pas rejeter la plainte était discrétionnaire et qu’elle commandait la déférence. La Cour d’appel a accueilli un appel subséquent et a annulé la décision du Tribunal, statuant, en s’appuyant sur Health Sciences Assoc. of B.C. c. Campbell River and North Island Transition Society, 2004 BCCA 260, que les faits allégués ne pouvaient pas établir que la modification de la modalité ou condition d’emploi avait gravement entravé l’acquittement d’une responsabilité ou obligation parentale ou familiale importante.

 

14 août 2018

Cour suprême de la Colombie‑Britannique

(Juge Maisonville)

2018 BCSC 1367

 

 

Rejet de la requête en contrôle judiciaire d’Envirocon Environmental Services, ULC

5 février 2019

Cour d’appel de la Colombie-Britannique

(Vancouver)

(Juges Frankel, Stromberg‑Stein et Goepel)

2019 BCCA 46

 

 

Arrêt accueillant l’appel

 

5 avril 2019

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la demande d’autorisation d’appel

 

 


 

38611

Fawzi Bidawi v. Her Majesty the Queen

(Ont.) (Criminal) (By Leave)

The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C65130, 2018 ONCA 698, dated August 27, 2018, is dismissed.

 

Criminal law — Limitation of actions — Procedure — Summary conviction proceedings —Whether amendments to Information amounted to the institution of new offences — Whether amending Information more than six months after time when subject matter of summary conviction proceedings arose violates s. 786  of Criminal Code ?

 

Mr. Bidawi was tried in summary conviction proceedings. He was charged in Count 2 that he did store a firearm, a shotgun, in a careless manner however in issue was an allegation that he carelessly transported the shotgun in his vehicle. He was charged in Count 3 that he did store ammunition in a careless manner contrary however in issue was careless storage of a firearm. He was tried in summary conviction proceedings. Summary conviction offences attract a 6‑month limitation period. After closing its case, Crown counsel applied to re-open the case to amend the Information. The trial judge permitted Crown counsel to amend the Information to change “store” to “transport” in count 2 and “ammunition” to “firearm” in count 3. Mr. Bidawi was convicted for careless transportation of a firearm contrary to s. 86(2)  of the Criminal Code  based on breach of s. 10(2)(b) of the Storage, Display, Transportation and Handling of Firearms by Individuals Regulations, SOR/98‑209. He was convicted for carelessly storing a firearm contrary to s. 86(2)  of the Criminal Code  based on breach of s. 5(1) of the Regulations. A summary conviction appeal was allowed and acquittals entered on the basis that the amendments instituted new proceedings outside the limitation period applicable to summary conviction offences and the evidence did not support convictions on the original charges. The Court of Appeal allowed an appeal and reinstated the convictions.

 

April 21, 2015

Ontario Court of Justice

(Pringle J.)(Unreported)

 

 

Convictions for careless transportation of a firearm and careless storage of a firearm

August 4, 2017

Ontario Superior Court of Justice

(Ducharme J.)

2017 ONSC 4732

 

 

Summary conviction appeal allowed, acquittals entered

 

August 27, 2018

Court of Appeal for Ontario

(Lauwers, Miller, Fairburn JJ.A.)

C65130; 2018 ONCA 698

 

 

Appeal allowed, convictions reinstated

 

May 2, 2019

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 


 


 

38611

Fawzi Bidawi c. Sa Majesté la Reine

(Ont.) (Criminelle) (Sur autorisation)

La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C65130, 2018 ONCA 698, daté du 27 août 2018, est rejetée.

 

Droit criminel — Prescription — Procédure — Poursuites par procédure sommaire — Les modifications à la dénonciation introduisent‑elles une instance relative à de nouvelles infractions? — La modification de la dénonciation plus de six mois après le fait en cause contrevient‑elle à l’art. 786  du Code criminel ?

 

M. Bidawi a été accusé d’avoir entreposé une arme à feu, un fusil de chasse, de façon négligente; cependant, c’était plutôt le fait qu’il aurait transporté le fusil de chasse dans sa voiture de façon négligente qui lui était reproché. Il a été accusé d’avoir entreposé des munitions de façon négligente; cependant, il était plutôt question de l’entreposage négligent d’une arme à feu. Il a fait l’objet d’une poursuite par procédure sommaire. Les infractions punissables sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire sont assorties d’un délai de prescription de six mois. Après avoir terminé sa preuve, le procureur de la Couronne a demandé de modifier la dénonciation. La juge du procès a permis à celui‑ci de modifier la dénonciation pour remplacer « entreposer » par « transporter » dans le deuxième chef d’accusation et « munitions » par « arme à feu » dans le troisième chef d’accusation. M. Bidawi a été déclaré coupable de transport négligent d’une arme à feu, infraction prévue au par. 86(2)  du Code criminel , sur le fondement d’une contravention à l’al. 10(2)b) du Règlement sur l’entreposage, l’exposition, le transport et le maniement des armes à feu par des particuliers, DORS/98‑209. Il a été déclaré coupable d’entreposage négligent d’une arme à feu, infraction prévue au par. 86(2)  du Code criminel , sur le fondement d’une contravention au par. 5(1) du Règlement. Une poursuite sommaire a été autorisée et M. Bidawi a été acquitté au motif que les modifications donnaient lieu à une nouvelle instance après l’expiration du délai de prescription applicable aux infractions punissables sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire, et que la preuve n’étayait pas les déclarations de culpabilité à l’égard des accusations initiales. La Cour d’appel a accueilli l’appel et a rétabli les déclarations de culpabilité.

 

21 avril 2015

Cour de justice de l’Ontario

(Juge Pringle) (non publié)

 

 

Déclarations de culpabilité pour transport négligent d’une arme à feu et entreposage négligent d’une arme à feu

4 août 2017

Cour supérieure de justice de l’Ontario

(Juge Ducharme)

2017 ONSC 4732

 

 

Poursuite sommaire autorisée, acquittements inscrits

 

27 août 2018

Cour d’appel de l’Ontario

(juges Lauwers, Miller et Fairburn)

C65130; 2018 ONCA 698

 

 

Appel accueilli, déclarations de culpabilité rétablies

 

2 mai 2019

Cour suprême du Canada

 

Demande d’autorisation d’appel déposée

 

 


 


 

38557

Van Raay Paskal Farms Ltd., John Schooten and Sons Custom Feedyard Ltd., Grandview Cattle Feeders Ltd., G. Thompson Livestock Co. Inc., 6a Cattle Company Ltd., Adrian Dewilde, K. Wever & Sons Farms, Monarch Feeders Ltd. and 589494 Alberta Ltd. v. County of Lethbridge

(Alta.) (Civil) (By Leave)

The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Alberta (Calgary), Number 1701-0148-AC, 2019 ABCA 19, dated January 18, 2019, is dismissed with costs.

 

Legislation — Interpretation — Taxation legislation — Municipality enacting Business Tax Bylaw specifying method of assessment based on “storage capacity” of premises occupied by business under delegated authority of Municipal Government Act, R.S.A. 2000, c. M‑26, s. 374(1)(b)(ii) — What is correct approach to interpreting legislation delegating an authority to tax and how should this Court’s decisions in United Taxi Drivers' Fellowship of Southern Alberta v. Calgary (City), 2004 SCC 19 and Ontario English Catholic Teachers' Association v. Ontario (Attorney General), 2001 SCC 15 be reconciled in the context of tax authority delegated to a municipality? — What role should dictionary definitions properly play in interpreting scope of delegated tax authority?

 

The applicants are owners of cattle feedlots and farm land located in the County of Lethbridge in Alberta. The County of Lethbridge is a rural municipality and its local economy relies predominately on agriculture. The County passed a Business Tax Bylaw that applied to businesses including feedlots and other confined feeding operations in the County. The applicants sought a declarations under the Municipal Government Act, R.S.A. 2000, c. M‑26 that the bylaw was invalid and ultra vires the County.

 

April 20, 2017

Court of Queen’s Bench of Alberta

(Jerke J.)

2017 ABQB 274

 

 

Applicants’ motion to have Business Tax Bylaw declared ultra vires dismissed

 

January 18, 2019

Court of Appeal of Alberta (Calgary)

(Martin, O'Ferrall [dissenting] and Crighton

JJ.A.)

2019 ABCA 19

 

 

Applicant’s appeal dismissed

 

 

March 19, 2019

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 


 


 

38557

Van Raay Paskal Farms Ltd., John Schooten and Sons Custom Feedyard Ltd., Grandview Cattle Feeders Ltd., G. Thompson Livestock Co. Inc., 6a Cattle Company Ltd., Adrian Dewilde, K. Wever & Sons Farms, Monarch Feeders Ltd. et 589494 Alberta Ltd. c. County of Lethbridge

(Alb.) (Civile) (Autorisation)

La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Alberta (Calgary), numéro 1701-0148-AC, 2019 ABCA 19, daté du 18 janvier 2019, est rejetée avec dépens.

 

Législation — Interprétation — Loi fiscale — La municipalité a adopté un règlement sur la taxe professionnelle qui précise une méthode d’évaluation fondée sur la « capacité d’entreposage » des locaux occupés par une entreprise en vertu du pouvoir qui lui a été délégué par la Municipal Government Act, R.S.A. 2000, ch. M‑26, sous‑al. 374(1)b)(ii) — Quelle est la bonne méthode d’interprétation d’une loi qui délègue un pouvoir de taxation et comment faut‑il concilier les arrêts de notre Cour dans United Taxi Drivers' Fellowship of Southern Alberta c. Calgary (Ville), 2004 CSC 19 et Ontario English Catholic Teachers' Association c. Ontario (Procureur général), 2001 CSC 15 dans le contexte d’un pouvoir de taxation délégué à une municipalité? — Quel rôle revient aux définitions du dictionnaire dans l’interprétation de la portée d’un pouvoir de taxation délégué?

 

Les demandeurs sont propriétaires de parcs d’engraissement de bovins et de terres agricoles dans le comté de Lethbridge (Alberta). Le comté de Lethbridge est une municipalité rurale et son économie locale dépend surtout de l’agriculture. Le comté a adopté un règlement sur la taxe professionnelle qui s’appliquait aux entreprises, y compris aux parcs d’engraissement et autres installations d’engraissement en parcs dans le comté. Les demandeurs ont sollicité un jugement en application de la Municipal Government Act, R.S.A. 2000, ch. M‑26 que le règlement était invalide et ultra vires le comté.

 

20 avril 2017

Cour du Banc de la Reine de l’Alberta

(Juge Jerke)

2017 ABQB 274

 

 

Rejet de la requête des demandeurs en vue de faire déclarer ultra vires le règlement sur la taxe professionnelle

 

18 janvier 2019

Cour d’appel de l’Alberta (Calgary)

(Juges Martin, O'Ferrall et Crighton)

2019 ABCA 19

 

 

Rejet de l’appel des demandeurs

 

 

19 mars 2019

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la demande d’autorisation d’appel

 

 


 


 

38341

Whirlpool Canada LP and Whirlpool Corporation v. Sylvain Gaudette

(Que.) (Civil) (By Leave)

The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number 500-09-027080-175, 2018 QCCA 1206, dated July 17, 2018, is dismissed.

 

Civil procedure — Class action — Exception to dismiss — Res judicata — Abuse of process —Can the public order and social policy objectives of the substantive law or res judicata be modulated in the class action authorization process in order to promote repeated access to justice? — Does the guiding principle of proportionality place a burden on class applicants to demonstrate that a request for repeated access to justice is not the result of prior and unnecessary waste of judicial resources? — Civil code of Québec, art. 2848 — Code of Civil Procedure, CQLR c C‑25.01, art. 51 and 168.

 

In 2016, the respondent Mr. Sylvain Gaudette filed an application to authorize a class action against the applicants, Whirlpool Canada LP and Whirlpool Corporation alleging flaws in the design of front‑loaded Whirlpool Washing Machines, which cause the accumulation of mold leading to mildew odours. The applicants filed an exception to dismiss the application on the ground of res judicata because an identical application to authorize a class action had been previously filed in 2009 by Mr. Sylvain Lambert and definitely adjudicated in 2015 when the Supreme Court of Canada denied leave to appeal. In that prior case, Mr. Lambert’s authorization was dismissed because it failed to meet all of the conditions established in the Code of civil procedure. The personal claim of Mr. Lambert was prescribed under the Civil Code of Quebec, which made him an inadequate representative for the proposed group. In this present case, the applicants also filed an application to declare the application to authorize a class action of Mr. Gaudette abusive because it engages unnecessary judicial resources. The exception to dismiss on ground of res judicata and the application to declare an application to authorize a class action abusive were both dismissed by the Superior Court. The Court of Appeal dismissed the appeal.

 

August 30, 2017

Superior Court of Quebec

(Roy J.)

2017 QCCS 4193

 

 

Exception to dismiss on ground of res judicata dismissed. Application to declare an application to authorize a class action abusive dismissed.

 

July 17, 2018

Court of Appeal of Quebec (Montréal)

(Doyon, Savard and Rancourt JJ.A.)

2018 QCCA 1206

 

 

Appeal dismissed.

 

October 1, 2018

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed.

 

 


 


 

38341

Whirlpool Canada LP et Whirlpool Corporation c. Sylvain Gaudette

(Qc) (Civile) (Autorisation)

La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09-027080-175, 2018 QCCA 1206, daté du 17 juillet 2018, est rejetée.

 

Procédure civile — Action collective — Moyen d’irrecevabilité — Chose jugée — Abus de procédure — Les objectifs d’ordre public et de politique sociale du droit substantiel ou l’autorité de la chose jugée peuvent‑ils être modulés dans le processus d’autorisation d’une action collective afin de promouvoir l’accès répété à la justice? — Le principe directeur de la proportionnalité impose‑t‑il aux demandeurs représentant le groupe le fardeau d’établir qu’une demande d’accès répété à la justice n’est pas le résultat d’un gaspillage des ressources judiciaires antérieur et inutile? — Code civil du Québec, art. 2848 — Code de procédure civile, RLRQ ch. C‑25.01, art. 51 et 168.

 

En 2016, l’intimé M. Sylvain Gaudette a déposé une demande d’autorisation d’une action collective contre les demanderesses, Whirlpool Canada LP et Whirlpool Corporation, alléguant des vices de conception des laveuses frontales de marque Whirlpool, qui causent l’accumulation de moisissure occasionnant de mauvaises odeurs. Les demanderesses ont déposé un moyen d’irrecevabilité fondé sur l’autorité de la chose jugée parce qu’une demande identique d’autorisation d’une action collective avait déjà été déposée en 2009 par M. Sylvain Lambert et tranchée définitivement en 2015 lorsque la Cour suprême du Canada a rejeté l’autorisation d’appel. Dans cette affaire antérieure, la demande d’autorisation présentée par M. Lambert avait été rejetée parce qu’elle ne respectait pas toutes les conditions établies dans le Code de procédure civile. Le droit d’action personnel de M. Lambert était prescrit en application du Code civil du Québec, faisant en sorte qu’il était un représentant inadéquat du groupe proposé. En l’espèce, les demanderesses ont également déposé  une requête en vue de faire déclarer abusive la demande d’autorisation d’une action collective de M. Gaudette parce qu’elle engageait des ressources judiciaires inutiles. La Cour supérieure a rejeté le moyen d’irrecevabilité fondé sur l’autorité de la chose jugée et la requête en vue de faire déclarer abusive la demande d’autorisation d’une action collective. La Cour d’appel a rejeté l’appel.

 

30 août 2017

Cour supérieure du Québec

(Juge Roy)

2017 QCCS 4193

 

 

Rejet du moyen d’irrecevabilité fondé sur l’autorité de la chose jugée. Rejet de la requête en vue de faire déclarer abusive la demande d’autorisation d’une action collective.

 

17 juillet 2018

Cour d’appel du Québec (Montréal)

(Juges Doyon, Savard et Rancourt)

2018 QCCA 1206

 

 

Rejet de l’appel.

 

1er octobre 2018

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la demande d’autorisation d’appel.

 

 


 


 

38529

Arati Rani Das, Rehana Khatun, Mohamed Alauddin and Kashem Ali v. George Weston Limited, Loblaw Companies Limited, Loblaws Inc., Joe Fresh Apparel Canada Inc., Bureau Veritas - Registre International de Classification de Navires et D'aéronefs SA, Bureau Veritas Consumer Products Services, Inc. and Bureau Veritas Consumer Products Services (BD) Ltd.

(Ont.) (Civil) (By Leave)

The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Numbers C64146 and C64679 (M48391), 2018 ONCA 1053, dated December 20, 2018, is dismissed with costs.

 

Torts — Negligence — Conflict of laws — Building in Bangladesh collapsed due to significant structural flaws, killing and injuring thousands of factory workers making garments for international export — Applicants, who are injured workers or family members of the injured and deceased workers, commenced a class action in Ontario against respondents for damages suffered by those killed or injured by applying the class actions law of Ontario — Lower courts finding law of Bangladesh applies here and dismissing action — What substantive law applies to transnational negligence and vicarious liability claims — How do principles of negligence and vicarious liability apply to Canadian corporations’ multijurisdictional activities and any harm that results.

 

On April 24, 2013, the Rana Plaza building in Savar, Bangladesh collapsed due to significant structural flaws, killing and injuring thousands of factory workers making garments for international export including Joe Fresh Apparel Canada Inc., a brand owned and controlled by Loblaws Companies Limited.

 

The applicants, who are comprised of injured workers or family members of the injured and deceased workers, commenced a class action in Ontario against the respondents, George Weston Ltd., Loblaw Companies Ltd., Loblaws Inc., and Joe Fresh Apparel Canada Inc. (collectively Loblaws) and the respondent Bureau Veritas, a company Loblaws had contracted to conduct a limited audit of the premises where the garments were manufactured. The applicants sought to hold the two companies responsible for the damages suffered by everyone who was killed or injured in the collapse by applying the class actions law of Ontario.

 

After the applicants moved for certification, Loblaws and Bureau Veritas brought motions under Rule 21of the Rules of Civil Procedure, R.R.O. 1990, Reg. 194, to dismiss the action on the basis that it is plain and obvious that it cannot succeed.

 

The motion judge dismissed the action concluding that the substantive law of Bangladesh applied to the class members’ claims, the claims were statute‑barred under Bangladesh’s Limitation Act, 1908 (save for the claims of class members born on or after April 22, 1996) and it was plain and obvious that the claims could not succeed. Since there were no legally viable claims, he refused to certify the class action and granted the respondents’ motions to dismiss the action.

 

The Court of Appeal agreed with the motion judge’s conclusions on the merits of the case and dismissed the appeal but reduced the cost award.

 

July 5, 2017

Ontario Superior Court of Justice

(Perell J.)

2017 ONSC 4129

 

 

Plaintiff’s action dismissed; proposed class action under the Class Proceedings Act, 1992, S.O. 1992, c. 6 dismissed.

 

September 20, 2017

Ontario Superior Court of Justice

(Perell J.)

2017 ONSC 5583

 

 

Costs of $1, 350, 000 awarded to Loblaws; costs of $985, 601.60 awarded against Bureau Veritas

 

December 20, 2018

Court of Appeal for Ontario

(Doherty, Feldman and Gray JJ.A.)

2018 ONCA 1053

File Nos.: C64146 & C64679

 

 

Appeal dismissed except leave to appeal cost order granted and costs reduced by 30 percent 

 

February 19, 2019

Supreme Court of Canada

 

Motion for an extension of time and application for leave to appeal filed.

 


 

38529

Arati Rani Das, Rehana Khatun, Mohamed Alauddin et Kashem Ali c. George Weston Limitée, Les Compagnies Loblaw Limitée, Loblaws Inc., Joe Fresh Apparel Canada Inc., Bureau Veritas - Registre International de Classification de Navires et D’Aeronefs SA, Bureau Veritas Consumer Products Services, Inc. et Bureau Veritas Consumer Products Services (BD) Ltd.

(Ont.) (Civile) (Autorisation)

La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéros C64146 et C64679 (M48391), 2018 ONCA 1053, daté du 20 décembre 2018, est rejetée avec dépens.

 

Responsabilité délictuelle — Négligence — Droit international privé — Un édifice au Bangladesh s’est écroulé en raison de vices de structure importants, tuant et blessant des milliers de travailleurs d’usine qui fabriquaient des vêtements pour l’exportation internationale — Les demandeurs, qui sont des travailleurs blessés, ou des membres des familles de travailleurs blessés ou tués, ont introduit un recours collectif en Ontario contre les intimés pour les dommages subis par les personnes tuées ou blessées en application du droit ontarien en matière de recours collectifs — Les juridictions inférieures ont conclu que le droit du Bangladesh s’appliquait en l’espèce et elles ont rejeté le recours — Quel droit substantiel s’applique aux demandes transnationales en négligence et en responsabilité du fait d’autrui? — Comment les principes de la négligence et de la responsabilité du fait d’autrui s’appliquent‑ils aux activités multinationales de sociétés canadiennes et au préjudice qui en résulte, le cas échéant?

 

Le 24 avril 2013, l’édifice Rana Plaza à Savar (Bangladesh) s’est écroulé en raison de vices de structure importants, tuant et blessant des milliers de travailleurs d’usine qui fabriquaient des vêtements pour l’exportation internationale, notamment pour Joe Fresh Apparel Canada Inc., une marque que possédait et contrôlait Loblaws Companies Limited.

 

Les demandeurs, qui sont des travailleurs blessés ou des membres des familles de travailleurs blessés ou décédés, ont introduit en Ontario un recours collectif contre les intimés, George Weston Ltd., Loblaw Companies Ltd., Loblaws Inc., et Joe Fresh Apparel Canada Inc. (collectivement Loblaws) et l’intimée Bureau Veritas, une société que Loblaws avait engagée pour effectuer une vérification limitée des locaux où les vêtements étaient fabriqués. Les demandeurs ont demandé que les deux sociétés soient tenues responsables des dommages subis par toutes les personnes tuées ou blessées dans l’écroulement, en application du droit ontarien en matière de recours collectifs.

 

Après que les demandeurs ont présenté une motion en certification, Loblaws et Bureau Veritas ont présenté des motions en application de la règle 21 des Règles de procédure civile, R.R.O. 1990, Règl. 194, en vue de faire rejeter le recours au motif qu’il ne pouvait manifestement pas être accueilli.

 

Le juge saisi de la motion a rejeté le recours, concluant que le droit substantiel du Bangladesh s’appliquait aux demandes des membres du groupe, que les demandes étaient prescrites en vertu de la Limitation Act, 1908 du Bangladesh (à l’exception des demandes des membres du groupe nés à compter du 22 avril 1996) et que les demandes ne pouvaient manifestement pas être accueillies. Puisqu’il n’y avait aucune allégation valable au plan juridique, il a refusé de certifier le recours collectif et a accueilli les motions des intimés en rejet de l’action.

 

La Cour d’appel a souscrit aux conclusions du juge de première instance sur le fond du litige et a rejeté l’appel, mais a réduit le montant accordé au titre des dépens.

 

5 juillet 2017

Cour supérieure de justice de l’Ontario

(Juge Perell)

2017 ONSC 4129

 

 

Rejet de l’action du demandeur en première instance; rejet du recours collectif proposé sous le régime de la Loi de 1992 sur les recours collectifs, L.O. 1992, ch. 6.

 

20 septembre 2017

Cour supérieure de justice de l’Ontario

(Juge Perell)

2017 ONSC 5583

 

 

Jugement accordant la somme de 1 350 000 $ à Loblaws au titre des dépens et condamnant; Bureau Veritas à des dépens de 985 601,60 $

 

20 décembre 2018

Cour d’appel de l’Ontario

(Juges Doherty, Feldman et Gray)

2018 ONCA 1053

Nos de dossier : C64146 & C64679

 

 

Arrêt rejetant l’appel, mais accordant l’autorisation d’interjeter appel de la condamnation aux dépens et réduisant les dépens de 30 pour cent

 

19 février 2019

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la requête en prorogation de délai et de la demande d’autorisation d’appel.

 


 

 

 


 

AUGUST 15, 2019 / LE 15 AOÛT 2019

 

38594

9354-9186 Québec Inc. (formerly Bluberi Gaming Technologies Inc.) et al. v. Callidus Capital Corporation et al. and IMF Bentham Limited et al. v. Callidus Capital Corporation et al.

(Que.) (Civil) (By Leave)

The applications for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number 500-09-027421-189, 2019 QCCA 171, dated February 4, 2019, are granted with costs in the cause.

The schedule for serving and filing materials will be set by the Registrar.

 

Commercial law — Insolvency — Plan of arrangement — Can a creditor vote on the Companies Creditors’ Arrangement Act  (“CCAA ”) plan it sponsors? — Can a creditor who sponsors a CCAA  plan vote in the same class as the other creditors? — Does a CCAA  court have jurisdiction to prevent a creditor from voting on a plan, and if so in what circumstances? — Does a CCAA  court have jurisdiction to authorize litigation funding without a vote of the creditors? — Whether the Court of Appeal erred in holding that the litigation funding agreement and proposed litigation constitute a plan of arrangement under the CCAA  — Whether the Court of Appeal erred in holding that a creditor could value its security at nil, and vote as an unsecured creditor in favour of its plan of arrangement —Whether the Court of Appeal erred in characterizing the litigation funding agreement as an equity investment in the insolvent corporation — Companies Creditors’ Arrangement Act, R.S.C., 1985, c. C‑36 .

 

The applicants 9354‑9186 Québec Inc. et al. are in the business of developing and selling casino games and gaming machines since 1994. In 2012, they signed a loan agreement with the respondent Callidus Capital Corporation that lent them approximately 86 million dollars through credit facilities between 2012 and 2015. In 2015, the applicants filed a petition for the issuance of an initial order under the CCAA , which was granted by the Superior Court. Later, they were authorized to divest all their assets, which were eventually bought by Callidus. The purchase extinguished Callidus’ secured claim against the applicants; however, potential claims for damages owned by the applicants themselves against Callidus were not extinguished. In 2017, the applicants sought to obtain the necessary orders to finance their litigation against Callidus, which responded by filing a motion to obtain the necessary orders to hold a creditors’ meeting to propose a plan of arrangement. As a result, the applicants filed their own plan of arrangement. Both parties were ordered to present their plans for a vote at a creditors’ meeting on the condition of providing a deposit in order to share the costs incurred by the monitor to organise the meeting. Only Callidus’ plan was submitted to a vote but it was rejected because the threshold of two thirds in value of the claims fixed by the CCAA  was not reached. In 2018, the aforementioned applicants sought the authorization for a litigation funding agreement with the applicants IMF Bentham Limited et al. Callidus responded by filing a motion to convene a creditors’ meeting to hold a vote on its new plan of arrangement. Meanwhile, a group of creditors, the respondents International Game Technology, Deloitte S.E.N.C.R.L., Luc Carignan, François Vigneault, Philippe Millette, Francis Proulx and François Pelletier, requested that Callidus be entitled to exercise its voting rights at the meeting for the unsecured portion of its claim. The Superior Court authorized both the funding and the litigation financing charge, and dismissed the motion for an order for the convening, holding and conduct of a creditors’ meeting. The Court of Appeal allowed the appeal. Both sets of applicants, namely 9354‑9186 Québec Inc. et al. and IMF Bentham Limited et al. filed two separate applications for leave to appeal before the Supreme Court. 

 

March 16, 2018

Superior Court of Quebec

(Michaud J.)

2018 QCCS 1040

 

 

Application for the issuance of an Order extending the Stay of Proceedings and for an Order authorizing funding and a litigation financing charge granted.

Motion for an Order for the Convening, Holding and Conduct of a Creditors’ Meeting and Extension of the Stay Period dismissed. 

February 4, 2019

Court of Appeal of Quebec (Montréal)

(Dutil, Schrager and Dumas JJ.A.)

2019 QCCA 171

 

 

Appeal allowed.

April 5, 2019

Supreme Court of Canada

 

Applications for leave to appeal filed.

 

 

38594

9354-9186 Québec Inc. (anciennement Bluberi Gaming Technologies Inc.), et al. c. Callidus Capital Corporation, et al. Et IMF Bentham Limited, et al. c. Callidus Capital Corporation, et al.

(Qc) (Civile) (Autorisation)

Les demandes d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09-027421-189, 2019 QCCA 171, daté du 4 février 2019, sont accueillies avec dépens suivant l’issue de la cause.

L’échéancier pour la signification et le dépôt des documents sera fixé par le registraire.

 

Droit commercial — Insolvabilité — Plan d’arrangement — Un créancier peut‑il voter à l’égard du plan dont il est le promoteur sous le régime de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies  (« LACC  »)? — Le créancier qui est le promoteur d’un plan sous le régime de la LACC  peut‑il voter dans la même catégorie que les autres créanciers? — Le tribunal chargé d’appliquer la LACC  a‑t‑il compétence pour empêcher un créancier de voter à l’endroit d’un plan et, le cas échéant, dans quelles circonstances? — Le tribunal chargé d’appliquer la LACC  a‑t‑il compétence pour autoriser le financement d’un litige sans la tenue d’un vote par les créanciers? — La Cour d’appel a‑t‑elle commis une erreur en statuant que l’entente de financement du litige et le litige projeté constituent un plan d’arrangement sous le régime de la LACC ? — La Cour d’appel a‑t‑elle commis une erreur en concluant qu’un créancier pouvait établir la valeur de sa sûreté à zéro et voter à titre de créancier chirographaire en faveur de son plan d’arrangement? — La Cour d’appel a‑t‑elle commis une erreur en qualifiant l’entente de financement du litige de placement en titre de capitaux propres à l’égard de la compagnie insolvable — Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies, L.R.C., 1985, ch. C‑36 .

 

Les demanderesses, 9354‑9186 Québec Inc., et al., font affaire dans la conception et la vente de jeux de casino et de machines de jeu depuis 1995. En 2012, elles ont signé un contrat de prêt avec l’intimée

Callidus Capital Corporation, qui leur prêtait environ 86 millions de dollars par l’entremise de facilités de crédit entre 2012 et 2015. En 2015, les demanderesses ont déposé une requête pour que soit rendue une ordonnance initiale en vertu de la LACC , laquelle a été accordée par la Cour supérieure. Ultérieurement, elles ont été autorisées à se départir de tous leurs actifs, plus tard rachetés par Callidus. L’achat mettait fin à la réclamation garantie dont jouissait Callidus à l’égard des demanderesses; toutefois, les réclamations pour dommages‑intérêts qu’auraient pu avoir les demanderesses envers Callidus n’ont pas cessé d’exister. En 2017, les demanderesses ont tenté d’obtenir les ordonnances nécessaires au financement de leur litige contre Callidus, qui a répondu en déposant une requête pour obtenir les ordonnances nécessaires à la tenue d’une assemblée des créanciers en vue de proposer un plan d’arrangement. En conséquence, les demanderesses ont déposé leur propre plan d’arrangement. Le tribunal a ordonné aux deux parties de soumettre leur plan à un vote lors d’une assemblée des créanciers à condition qu’elles fournissent un dépôt afin de partager les dépenses engagées par le contrôleur pour l’organisation de l’assemblée. Seul le plan de Callidus a été soumis au vote, mais il a été rejeté, car le seuil fixé par la LACC  aux deux tiers de la valeur des réclamations n’a pas été atteint. En 2018, les demanderesses mentionnées précédemment ont demandé que soit autorisée une entente relative au financement du litige avec les demanderesses IMF Bentham Limited et al. Callidus a répliqué par le dépôt d’une requête pour que les créanciers soient convoqués en assemblée afin de pouvoir soumettre son nouveau plan d’arrangement à un vote. Entre‑temps, un groupe de créanciers formé des intimés International Game Technology, Deloitte S.E.N.C.R.L., Luc Carignan, François Vigneault, Philippe Millette, Francis Proulx et François Pelletier a demandé que Callidus soit autorisée à exercer ses droits de vote lors de l’assemblée pour la portion de sa réclamation qui n’était pas garantie. La Cour supérieure a autorisé à la fois le financement et la charge relative au financement du litige et a rejeté la requête visant à ce qu’une assemblée des créanciers soit convoquée, tenue et menée. La Cour d’appel a accueilli le pourvoi. Les deux regroupements de demanderesses, 9354‑9186 Québec Inc., et al., et IMF Bentham Limited, et al., ont déposé des demandes d’autorisation d’appel distinctes devant la Cour suprême.

 

16 mars 2018

Cour supérieure du Québec

(Juge Michaud)

2018 QCCS 1040

 

 

Demande pour la délivrance d’une ordonnance  prolongeant la suspension des procédures et d’une ordonnance autorisant le financement et la charge relative au financement du litige accueillie

Requête pour la délivrance d’une ordonnance prévoyant qu’une assemblée des créanciers soit convoquée, tenue et menée et prolongeant la période de suspension rejetée

4 février 2019

Cour d’appel du Québec (Montréal)

(Juges Dutil, Schrager et Dumas)

2019 QCCA 171

 

 

Appel accueilli

5 avril 2019

Cour suprême du Canada

 

Demandes d’autorisation d’appel déposées

 


 


 

AUGUST 22, 2019 / LE 22 AOÛT 2019

 

38622

Laszlo Saska v. Estate of Charlotte Ilona Zalanfy, and Steven Joseph Butz as the Executor and Trustee of the Estate of Charlotte Ilona Zalanfy, Deceased

(B.C.) (Civil) (By Leave)

The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia (Victoria), Number CA45435, 2019 BCCA 86, dated February 21, 2019, is dismissed with costs.

 

Charter of Rights  — Discrimination based on age — Status of persons — Adult protection —Applicant seeking to enforce terms of alleged contract for sale of condominium owned by deceased — Litigation guardian appointed for deceased — Applicant’s action dismissed after summary trial — Whether there was miscarriage of justice due to procedural errors — Whether decisions of lower courts amount to injustice — Whether lawyer must be held accountable when Certificate of Fitness issued

 

For several years, Mr. Saska and his mother, Ms. Rehak, lived in the same condominium complex their friend, Ms. Zalanfy. In November, 2016 Ms. Rehak made a proposal to Ms. Zalanfy that she would purchase Ms. Zalanfy’s condominium, which at the time had an assessed value of $366,000, for $200,000. In exchange, Ms. Zalanfy would be permitted to live in her condominium for as long as she liked and Ms. Rehak and Mr. Saska would care for her. Ms. Zalanfy wrote out notes that outlined the plan. Ms. Rehak retained a lawyer to prepare an agreement of purchase and sale and provided him with the purchase price. Ms. Zalanfy never attended the office of the lawyer to sign the agreement.

 

In December 2016, Ms. Zalanfy was admitted into hospital with serious health problems. From there, she was transferred into a care home in March 2017. Ms. Rehak and Mr. Saska commenced a civil claim on March 8, 2017, seeking to enforce the terms of the contract for the sale of the condominium and also seeking compensation for the services they allegedly provided to Ms. Zalanfy. Ms. Zalanfy’s long‑time friend was appointed to act as her litigation guardian in the proceedings. Counsel for the litigation guardian filed a Certificate of Fitness in the action, stating her belief that Ms. Zalanfy was incapable of managing her financial and legal affairs due to a major neurodegenerative disorder, based upon medical evidence. The litigation guardian applied for judgment at a summary trial.  In closing submissions, Mr. Saska and Ms. Rehak raised their objection to the appointment of the litigation guardian, claiming, inter alia, that it interfered with Ms. Zalanfy’s Charter  rights. The action was dismissed. This decision was upheld on appeal.

 

June 14, 2018

Supreme Court of British Columbia

(Gaul J.)

Unreported

 

 

Applicant’s action dismissed

 

 

February 21, 2019

Court of Appeal for British Columbia

(Victoria)

(Saunders, Willcock and Fisher JJ.A.)

2019 BCCA 86

 

 

Applicant’s appeal dismissed

 

April 10, 2019

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 


 


 

38622

Laszlo Saska c. Succession de Charlotte Ilona Zalanfy, et Steven Joseph Butz en sa qualité d’exécuteur et de fiduciaire de la succession de Charlotte Ilona Zalanfy, décédée

(C.‑B.) (Civile) (Autorisation)

La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Victoria), numéro CA45435, 2019 BCCA 86, daté du 21 février 2019, est rejetée avec dépens.

 

Charte des droits — Discrimination fondée sur l’âge — Droit des personnes — Protection des adultes — Demandeur cherchant à faire exécuter les modalités d’un prétendu contrat portant sur la vente d’un condominium appartenant à la défunte — Tuteur à l’instance nommé pour la défunte — Rejet de l’action du demandeur au terme d’un procès sommaire — Des erreurs de procédures ont‑elles donné lieu à une erreur judiciaire? — Les décisions des tribunaux d’instance inférieure constituent‑elles une injustice? — Un avocat devrait‑il être tenu responsable lorsqu’un certificat d’aptitude est délivré?

 

Pendant plusieurs années, M. Saska et sa mère, Mme Rehak, ont vécu dans le même immeuble d’habitation en copropriété que leur amie, Mme Zalanfy. En novembre 2016, Mme Rehak a proposé à Mme Zalanfy de lui acheter son condominium, dont la valeur à l’époque avait été évaluée à 366 000 $, pour la somme de 200 000 $. En échange, Mme Zalanfy serait autorisée à vivre dans son condominium pour aussi longtemps qu’elle le voudrait, tandis que Mme Rehak et M. Saska s’occuperaient d’elle. Madame Zalanfy a rédigé des notes énonçant le plan. Madame Rehak a retenu les services d’un avocat pour faire préparer une entente concernant la vente et l’achat, et elle lui a fourni le prix d’achat. Madame Zalanfy ne s’est jamais présentée au bureau de l’avocat pour signer l’entente.

 

En décembre 2016, Mme Zalanfy a été admise à l’hôpital pour de graves problèmes de santé. De là, elle a été transférée dans une maison de soins en mars 2017. Madame Rehak et M. Saska ont entrepris une action civile le 8 mars 2017, en vue d’obtenir l’exécution des modalités du contrat de vente du condominium ainsi que le versement d’une indemnité pour les services qu’ils auraient fournis à Mme Zalanfy. L’ami de longue date de Mme Zalanfy a été nommé tuteur à l’instance de cette dernière relativement au litige. Dans le cadre de l’action, l’avocate du tuteur à l’instance a déposé un certificat d’aptitude dans lequel elle affirmait qu’à son avis, selon la preuve médicale, Mme Zalanfy était incapable de gérer ses affaires financières et juridiques en raison d’une maladie neurodégénérative grave. Le tuteur à l’instance a demandé qu’un jugement soit prononcé lors d’un procès sommaire. Dans leurs observations finales, M. Saska et Mme Rehak se sont opposés à la nomination du tuteur à l’instance, notamment parce qu’elle portait atteinte aux droits garantis par la Charte  à Mme Zalanfy. L’action a été rejetée. Cette décision a été confirmée en appel.

 

14 juin 2018

Cour suprême de la Colombie-Britannique

(Juge Gaul)

Non publié

 

 

Rejet de l’action de l’appelant

 

 

21 février 2019

Cour d’appel de la Colombie-Britannique

(Victoria)

(Juges Saunders, Willcock et Fisher)

2019 BCCA 86

 

 

Rejet de l’appel de l’appelant

 

10 avril 2019

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la demande d’autorisation d’appel

 

 


 


 

38649

Wayne Douglas Berthin v. Helen Claire Berthin, Roy Lynn Sherrod and Patsy Spikes Sherrod

(B.C.) (Civil) (By Leave)

The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia (Vancouver), Number CA45749, 2019 BCCA 157, dated March 28, 2019, is dismissed.

 

Civil procedure — Pleadings — Amendment — Applicant’s motion to amend pleadings granted in part but applicant not entitled to seek return of real property from respondents as remedy for equitable fraud — Whether courts below used preliminary judicial opinion, expressly aimed at settlement, to prejudice applicant — Whether courts below prejudged  applicant’s case on matter Court of Appeal previously ruled could not be struck because it disclosed reasonable cause of action — Whether Court of Appeal declined to provide adequate reasons by engaging with live argument raised by applicant.

 

Mr. and Ms. Berthin are former spouses with a protracted history of litigation over their former family home. After trial, the court ordered that the property be sold. Mr. Berthin appealed and then refused to sign an agreement of purchase and sale when an offer of purchase was made. In September, 2015, the property was sold under a court order approving the sale and vesting title in the respondents, Mr. and Ms. Sherrod. Subsequently, Mr. Berthin’s appeal of the trial decision was allowed and he commenced a new notice of civil claim, alleging, inter alia, fraud, failure of consideration and unjust enrichment. He sought restitution by way of transfer of the property back to the Berthins with its disposition to be addressed in the second family trial. The Sherrods brought a motion to strike Mr. Berthin’s pleadings as disclosing no reasonable cause of action.  That motion was granted but Mr. Berthin’s appeal was allowed in part, permitting him to proceed with his claim for fraud. Mr. Berthin then applied to amend his pleadings to accord with the bounds of the claim upheld by the Court of Appeal. The Master allowed Mr. Berthin to amend his pleadings to include a claim for damages but refused to permit Mr. Berthin to amend his pleadings to seek the return of the property as a remedy for equitable fraud. Her decision was upheld on appeal, and again on appeal to the Court of Appeal.

 

September 28, 2018

Supreme Court of British Columbia

(Bouck Master)

2018 BCSC 1669

 

 

Order permitting applicant to amend notice of civil claim to include claim for damages and certificate of pending litigation but amendment related to return of real property disallowed

November 28, 2018

Supreme Court of British Columbia

(Punnett R.)

2018 BCSC 2104

 

 

Applicant’s appeal dismissed

 

March 28, 2019

Court of Appeal for British Columbia

(Vancouver)

(Frankel, Harris and Fisher JJ.A.)

2019 BCCA 157

 

 

Applicant’s appeal dismissed

 

May 24, 2019

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 


 


 

38649

Wayne Douglas Berthin c. Helen Claire Berthin, Roy Lynn Sherrod et Patsy Spikes Sherrod

(C.-B.) (Civile) (Autorisation)

La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver), numéro CA45749, 2019 BCCA 157, daté du 28 mars 2019, est rejetée.

 

Procédure civile — Actes de procédure — Modification — La requête du demandeur en modification des actes de procédure a été accueillie en partie, mais le demandeur n’a pas le droit de demander le retour des biens réels des intimés en guise de réparation pour fraude par interprétation — Les juridictions inférieures ont-elles employé un avis judiciaire préliminaire, qui visait expressément à obtenir un règlement à l’amiable, au détriment du demandeur? — Les juridictions inférieures ont-elles préjugé de la cause du demandeur sur une question à l’égard de laquelle la Cour d’appel avait statué qu’elle ne pouvait être radiée parce qu’elle révélait une cause d’action raisonnable? — La Cour d’appel a-t-elle refusé de fournir des motifs adéquats en participant à un débat soulevé à l’audience par le demandeur?

 

Monsieur et Mme Berthin sont d’ex-époux qui se livrent une longue bataille judiciaire à propos de leur ancien foyer familial. Au terme du procès, le tribunal a ordonné la vente de la propriété. M. Berthin a interjeté appel, puis a refusé de signer une convention d’achat-vente lorsqu’une offre d’achat a été faite. En septembre 2015, la propriété a été vendue en exécution d’une ordonnance du tribunal approuvant la vente et conférant le titre de propriété aux intimés, M. et Mme Sherrod. Par la suite, l’appel interjeté par M. Berthin de la décision de première instance a été accueilli et il a introduit une nouvelle déclaration, alléguant notamment la fraude, la défaillance de contrepartie et l’enrichissement injustifié. Il a demandé la restitution par voie de rétrocession de la propriété aux Berthin, l’aliénation de celle-ci devant être traitée dans le deuxième procès en matière familiale. Les Sherrod ont présenté une requête en radiation des actes de procédure de M. Berthin comme ne révélant aucune cause d’action raisonnable.  Cette requête a été accueillie, mais l’appel interjeté par M. Berthin a été accueilli en partie, lui permettant d’aller de l’avant avec sa demande pour fraude. Monsieur Berthin a ensuite présenté une demande de modification de ses actes de procédure pour qu’ils respectent les limites de la demande accueillie par la Cour d’appel. La protonotaire a permis à M. Berthin de modifier ses actes de procédure pour y inclure une demande de dommages-intérêts, mais a refusé de permettre à M. Berthin de modifier ses actes de procédure pour solliciter le retour de la propriété en guise de réparation pour fraude par interprétation. Sa décision a été confirmée en appel, puis en appel à la Cour d’appel.

 

28 septembre 2018

Cour suprême de la Colombie-Britannique

(Protonotaire Bouck)

2018 BCSC 1669

 

 

Ordonnance permettant au demandeur de modifier la déclaration pour y inclure une demande de dommages-intérêts et de déposer certificat d’affaire en instance, mais lui refusant la permission d’apporter une modification liée au retour de la propriété 

28 novembre 2018

Cour suprême de la Colombie-Britannique

(Juge Punnett)

2018 BCSC 2104

 

 

Rejet de l’appel du demandeur

 

28 mars 2019

Cour d’appel de la Colombie-Britannique

(Vancouver)

(Juges Frankel, Harris et Fisher)

2019 BCCA 157

 

 

Rejet de l’appel du demandeur

 

24 mai 2019

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la demande d’autorisation d’appel

 

 


 

38631

Patrick Shamus Culligan v. Her Majesty the Queen

(Man.) (Criminal) (By Leave)

The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Manitoba, Number AR17-30-08935, 2019 MBCA 33, dated April 1, 2019, is dismissed.

 

Criminal law — Detention — Whether accused was detained by police officers — Whether unanimous belief of police officers that accused was detained was relevant to determining whether accused was detained?

 

An undercover officer spotted Mr. Culligan in a bar and asked uniformed officers to conduct a spot check to confirm his identity and whether he was in breach of release conditions. Two officers approached Mr. Culligan and asked for identification. Mr. Culligan and the officers gave different accounts of what transpired next. The officers testified that Mr. Culligan immediately became verbally aggressive and moved to approach the undercover officer, so they physically restrained him. He was arrested, handcuffed and removed from the bar. Outside the bar, he tried to head-butt one of the officers and was charged with resisting a peace officer. They found crack cocaine in his pocket and charged him with possession. Mr. Culligan also was in breach of release conditions. Mr. Culligan denied the charges and argued the allegations were fabricated. He was convicted for possession of cocaine, resisting a peace officer and failing to comply with an undertaking by failing to keep the peace. A summary conviction appeal was dismissed. On appeal to the Court of Appeal, Mr. Culligan in part argued that his arrest was unlawful because it was preceded by an unlawful detention when police approached him for identification. The Court of Appeal dismissed the appeal.

 

February 4, 2016

Provincial Court of Manitoba

(Schille J., unreported)

 

Convictions for possession of cocaine, resisting a peace officer, failing to comply with an undertaking

 

August 17, 2017

Court of Queen’s Bench of Manitoba

(Bond J., unreported)

 

 

Summary conviction appeal dismissed

April 1, 2019

Court of Appeal of Manitoba

(Hamilton, Pfuetzner, Simonsen JJ.A.)

AR 17-30-08935; 2019 MBCA 33

 

 

Appeal dismissed

 

May 15, 2019

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 


 


 

38631

Patrick Shamus Culligan c. Sa Majesté la Reine

(Man.) (Criminelle) (Sur autorisation)

La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Manitoba, numéro AR17-30-08935, 2019 MBCA 33, daté du 1er avril 2019, est rejetée.

 

Droit criminel — Détention — L’accusé était-il détenu par les policiers? — Le fait que les policiers croyaient tous que l’accusé était détenu est-il pertinent pour établir si l’accusé était détenu?

 

Un agent banalisé a aperçu M. Culligan dans un bar et a demandé à des policiers en uniforme d’effectuer un contrôle afin de confirmer son identité et de vérifier s’il violait ses conditions de mise en liberté. Deux policiers se sont approchés de M. Culligan et lui ont demandé une pièce d’identité. M. Culligan et les policiers ont donné des versions différentes de ce qui s’est passé ensuite. Les policiers ont affirmé que M. Culligan a immédiatement fait preuve de violence verbale et qu’il s’est approché de l’agent banalisé, alors ils l’ont immobilisé physiquement. Il a été arrêté, menotté et sorti du bar. À l’extérieur, il a tenté de donner un coup de tête à l’un des policiers et il a été accusé d’avoir résisté à un agent de la paix. Les policiers ont trouvé du crack dans sa poche et ils l’ont accusé de possession. M. Culligan a aussi violé ses conditions de mise en liberté. M. Culligan a nié les accusations et a soutenu que les allégations avaient été inventées. Il a été déclaré coupable de possession de cocaïne, d’avoir résisté à un agent de la paix et de ne pas avoir respecté un engagement de ne pas troubler l’ordre public. L’appel de la déclaration de culpabilité par procédure sommaire a été rejeté. En appel devant la Cour d’appel, M. Culligan a soutenu en partie que son arrestation était illégale parce qu’elle était précédée d’une détention illégale, survenue lorsque les policiers se sont approchés de lui à des fins d’identification. La Cour d’appel a rejeté l’appel.

 

4 février 2016

Cour provinciale du Manitoba

(Juge Schille, non publié)

 

Déclarations de culpabilité pour possession de cocaïne, pour avoir résisté à un agent de la paix et pour ne pas avoir respecté un engagement

 

17 août 2017

Cour du Banc de la Reine du Manitoba

(Juge Bond, non publié)

 

 

Appel de la déclaration de culpabilité par procédure sommaire rejeté

1er avril 2019

Cour d’appel du Manitoba

(Juges Hamilton, Pfuetzner et Simonsen)

AR 17-30-08935; 2019 MBCA 33

 

 

Appel rejeté

 

15 mai 2019

Cour suprême du Canada

 

Demande d’autorisation d’appel déposée

 

 


 


 

38632

Simon Peter John Dorey v. Pamela Anne Havens

(B.C.) (Civil) (By Leave)

The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia (Vancouver), Number CA45004, 2019 BCCA 47, dated February 6, 2019, is dismissed with costs.

 

Charter of Rights  — Right to equality — Freedom of expression — Family law — Support —Child support — Arrears of support — Special expenses — Costs awards — Bankruptcy and Insolvency — Father objecting to imputation of income, child support, special expenses and costs orders against him — Whether lower courts failed to uphold Divorce Act  and Child Support Guidelines for the benefit of children that they were entitled to be supported by both parents and not just father — Whether lower courts failed to impute income to respondent in accordance with criteria specified in Child Support Guidelines — Whether lower courts failed to uphold applicant’s parental rights to determine basic child care was more important than special expenses that were not critical to fundamental welfare of children — Whether lower courts violated fundamental right of applicant to freedom of expression by stating that because applicant agreed to some of activities that he had to pay for them.

 

Mr. Dorey and Ms. Havens were married in 2000, separated in 2008 and were divorced in February 2015. Their twin daughters were born in 2004 and the parties share equal parenting time with them. There have been ongoing proceedings between the parties regarding child support, special expenses and costs. At trial, Mr. Dorey had income imputed to him. Ms. Havens was awarded lump sum child support, payable from Mr. Dorey’s share of the proceeds of sale of the matrimonial home. Mr. Dorey was also ordered to pay two thirds special expenses and costs of the trial. Mr. Dorey has not paid special expenses for the children and costs awards made against him. He declared bankruptcy in 2015. Mr. Dorey sought to, inter alia, vary the lump sum maintenance award and have it partially repaid to him, to have his imputed income reassessed and to have the special expenses reassessed. Ms. Havens sought to enforce previous orders and to have all awards considered maintenance pursuant to the Family Maintenance Enforcement Program. Mr. Dorey’s application was dismissed. Ms. Haven’s application was granted. This decision was upheld on appeal.

 

December 1, 2017

Supreme Court of British Columbia

(Morellato J.)

2017 BCSC 2206

 

 

Mr. Dorey’s application dismissed. Ms. Havens’ application granted.

February 6, 2019

Court of Appeal for British Columbia

(Vancouver)

(Groberman, Fenlon and Fitch JJ.A.)

2019 BCCA 47

 

 

Mr. Dorey’s appeal dismissed

 

April 5, 2019

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 


 


 

38632

Simon Peter John Dorey c. Pamela Anne Havens

(C.-B.) (Civile) (Sur autorisation)

La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver), numéro CA45004, 2019 BCCA 47, daté du 6 février 2019, est rejetée avec dépens.

 

Charte des droits — Droit à l’égalité — Liberté d’expression — Droit de la famille — Aliments — Pension alimentaire pour enfants — Arriérés de pension alimentaire — Dépenses spéciales — Adjudication des dépens — Faillite et insolvabilité — Opposition du père au revenu qui lui est attribué, à la pension alimentaire pour enfants, aux dépenses spéciales et à l’adjudication de dépens contre lui — Les tribunaux d’instances inférieures ont‑ils omis d’appliquer la Loi sur le divorce  et les Lignes directrices sur les pensions alimentaires pour enfants dans l’intérêt des enfants, selon lequel ils avaient droit à des aliments de leurs deux parents et non seulement de leur père? — Les tribunaux d’instances inférieures ont‑ils omis d’attribuer un revenu à l’intimée conformément aux critères énoncés dans les Lignes directrices sur les pensions alimentaires pour enfants? — Les tribunaux d’instances inférieures ont‑ils omis de faire respecter les droits parentaux du demandeur d’établir que les frais de base relatifs à la garde des enfants étaient plus importants que les dépenses spéciales qui n’étaient pas essentielles au bien‑être fondamental des enfants? — Les tribunaux d’instances inférieures ont‑ils violé le droit fondamental à la liberté d’expression du demandeur en affirmant que parce que le demandeur avait donné son accord à certaines activités, il devait payer pour celles‑ci?

 

M. Dorey et Mme Havens se sont mariés en 2000, séparés et 2008 et divorcés en février 2015. Leurs jumelles sont nées en 2004 et les parties ont eu la garde partagée de celles‑ci après leur séparation. Il y a eu différentes procédures entre les parties concernant la pension alimentaire pour enfants, les dépenses spéciales et les dépens. Au procès, un revenu a été attribué à M. Dorey. Mme Havens s’est vu accorder un montant forfaitaire au titre de la pension alimentaire pour enfants, payable à même la part de M. Dorey quant au produit de la vente de la résidence familiale. M. Dorey s’est aussi vu ordonner de payer les deux tiers des dépenses spéciales et des dépens. M. Dorey n’a payé les dépenses spéciales pour les enfants ni les dépens auxquels il a été condamné. Il a déclaré faillite en 2015. M. Dorey voulait, notamment, modifier le montant forfaitaire de l’ordonnance alimentaire et faire en sorte qu’il lui soit partiellement remboursé, faire évaluer de nouveau le revenu qui lui a été attribué et les dépenses spéciales. Mme Havens a cherché à faire exécuter les ordonnances précédentes et à faire reconnaître tous les montants accordés comme étant des aliments conformément au Programme d’exécution des prestations alimentaires familiales. La demande de M. Dorey a été rejetée, et la demande de Mme Haven a été accueillie. La décision a été confirmée en appel.

 

1er décembre 2017

Cour suprême de la Colombie‑Britannique

(Juge Morellato)

2017 BCSC 2206

 

 

Demande de M. Dorey rejetée. Demande de Mme Havens accueillie.

6 février 2019

Cour d’appel de la Colombie‑Britannique

(Vancouver)

(Juges Groberman, Fenlon et Fitch)

2019 BCCA 47

 

 

Appel de M. Dorey rejeté

 

5 avril 2019

Cour suprême du Canada

 

Demande d’autorisation d’appel déposée

 

 


 


 

38618

Brenda Winnifred Haworth v. John David Haworth

(Ont.) (Civil) (By Leave)

The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C65157, 2018 ONCA 1055, dated December 20, 2018, is dismissed with costs in accordance with the tariff of fees and disbursements set out in Schedule B of the Rules of the Supreme Court of Canada.

 

Family law — Divorce — Support — Spousal support — Variation — Couple separating after 17 years of marriage — Divorce judgment reflecting parties’ agreement that husband would pay wife $4,000 per month in spousal support until wife’s death — Husband applying for reduction or termination of support in light of his retirement and decreased income — Motion judge reducing support to $1 per month — Court of Appeal setting aside decision and issuing new order reducing support to $850 per month — What is the relationship between quantum and duration in 15.2(3) of the 1985 Divorce Act ? — Whether there was a material change in circumstances in this case, and if not, whether the agreement and the amount of spousal support can be varied in the absence of such a change — Divorce Act, R.S.C. 1985, c. 3 (2nd Supp .), ss. 15.2 , 17 .

 

The applicant, Ms. Haworth, and the respondent, Mr. Haworth, were married in 1968; they separated in 1985. In 1991, the parties agreed on a settlement, which was converted into a divorce judgment. The parties’ agreement and the divorce judgment specified that Mr. Haworth would pay Ms. Haworth $4,000 per month (indexed annually) in spousal support “until [Ms. Haworth] dies”. In 2016, Mr. Haworth brought a motion to vary the 1991 divorce judgment, asking to be relieved of his spousal support obligations in light of a substantial reduction of his annual employment income as a result of his retirement from his dentistry practice.

 

The motion judge varied the divorce judgment so as to reduce the amount of spousal support from $4,000 to $1 per month, citing two material changes in circumstances: the husband’s retirement, and the wife’s failure, post‑divorce, to seek employment or to attempt to become self‑sufficient. The Court of Appeal unanimously set aside the motion judge’s decision, and issued a new order reducing the amount of spousal support from $4,000 to $850 per month, until Ms. Haworth’s death. The Court of Appeal rejected the finding that Ms. Haworth’s failure to seek employment post‑divorce constituted a material change, but it agreed that Mr. Haworth’s substantial decrease in annual income was a material change that justified a variation or reduction of support.

 

January 9, 2018

Ontario Superior Court of Justice

(Minnema J.)

2018 ONSC 159

 

 

Motion filed by Mr. Haworth to vary spousal support — allowed; divorce judgment varied to reduce spousal support to $1 per month

 

December 20, 2018

Court of Appeal for Ontario

(Doherty, Miller and Fairburn JJ.A.)

2018 ONCA 1055

 

 

Order reducing spousal support to $1 per month — set aside; new order reducing spousal support to $850 per month

 

February 4, 2019

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed by Ms. Haworth

 


 


 

38618

Brenda Winnifred Haworth c. John David Haworth

(Ont.) (Civile) (Sur autorisation)

La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C65157, 2018 ONCA 1055, daté du 20 décembre 2018, est rejetée avec dépens conformément au tarif des honoraires et débours établi à l’Annexe B des Règles de la Cour suprême du Canada.

 

Droit de la famille — Divorce — Aliments — Pension alimentaire pour le conjoint — Modification — Séparation d’un couple après 17 ans de mariage — Jugement de divorce tenant compte de l’entente entre les parties selon laquelle l’époux devait payer à l’épouse une pension alimentaire mensuelle de 4 000 $ jusqu’au décès de celle‑ci — Requête par l’époux en vue de la réduction ou de la cessation de la pension alimentaire en raison de sa retraite et d’une baisse de revenu — Réduction de la pension alimentaire par le juge saisi de la requête, la faisant passer à 1 $ par mois — Annulation par la Cour d’appel de la décision et délivrance d’une nouvelle ordonnance réduisant la pension à 850 $ par mois — Quel est le lien entre le montant et la durée  au par. 15.2(3)  de la Loi sur le divorce  de 1985? — Y a‑t‑il eu un changement important de circonstances dans cette affaire, et dans la négative, l’entente et le montant de la pension alimentaire peuvent-ils être modifiés? — Loi sur le divorce, S.R.C. 1985, c. 3 (2e sup.), art. 15.2, 17.

 

La demanderesse, Mme Haworth, et l’intimé, M. Haworth, se sont mariés en 1968; ils se sont séparés en 1985. En 1991, les parties ont conclu une entente, qui a été convertie en jugement de divorce. Dans cette entente et ce jugement, il était précisé que M. Haworth verserait à Mme Haworth une pension alimentaire de 4000 $ par mois (indexé annuellement) [traduction] « jusqu’au décès de [Mme Haworth] ». En 2016, M. Haworth a présenté une requête en vue de faire modifier le jugement de divorce de 1991; il voulait être libéré de ses obligations relatives à la pension alimentaire en raison de la réduction significative de son revenu annuel, découlant de sa retraite de son cabinet de dentiste.

 

Le juge saisi de la requête a modifié le jugement de divorce pour réduire le montant de la pension alimentaire, le faisant passer de 4000 $ à 1 $ par mois, en raison de deux changements importants de circonstances : la retraite de l’époux, et le défaut de l’épouse, après le divorce, de chercher un emploi ou de tenter de subvenir à ses propres besoins. À l’unanimité, les juges de la Cour d’appel ont annulé la décision du juge saisi de la requête et ont ordonné la réduction du montant de la pension alimentaire, le faisant passer de 4000 $ à 850 $ par mois, jusqu’au décès de Mme Haworth. La Cour d’appel a rejeté la conclusion selon laquelle le fait que Mme Haworth n’ait pas cherché d’emploi après le divorce constituait un changement important, mais a reconnu que la réduction significative du revenu annuel de M. Haworth constituait un changement important qui justifiait une modification ou une réduction de la pension alimentaire.

 

9 janvier 2018

Cour supérieure de justice de l’Ontario

(Juge Minnema)

2018 ONSC 159

 

 

Requête déposée par M. Haworth en vue de la modification de la pension alimentaire — accueillie; jugement de divorce modifié en vue de la réduction de la pension alimentaire à 1 $ par mois

 

20 décembre 2018

Cour d’appel de l’Ontario

(Juges Doherty, Miller et Fairburn)

2018 ONCA 1055

 

 

Ordonnance réduisant la pension alimentaire à 1 $ par mois — annulée; nouvelle ordonnance réduisant la pension alimentaire à 850 $ par mois

 

4 février 2019

Cour suprême du Canada

 

Demande d’autorisation d’appel déposée par Mme Haworth

 


 


 

38621

Bryan Ralston Latham v. Her Majesty the Queen and Attorney General of Canada

(Alta.) (Criminal) (By Leave)

The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Alberta (Edmonton), Number 2019 ABCA 30, dated January 25, 2019, is dismissed.

 

Civil procedure — Parole Board of Canada Appeal Division confirming decision to revoke applicant’s day parole — Applicant’s application for habeas corpus dismissed — Applicant declared vexatious litigant and required to obtain an order before conducting any proceeding in Alberta’s courts — Permission to appeal dismissed as no arguable issue identified — Whether application for leave to appeal raises an issue of public importance.

 

The applicant, Mr. Latham, is serving an indeterminate sentence, and was released on day parole. His day parole was suspended for breach of a condition. After a hearing, the Parole Board of Canada then revoked his day parole. That decision was upheld by the Parole Board’s Appeal Division in September 2018. Mr. Latham was granted leave to file a habeas corpus application in the Alberta Court of Queen’s Bench. The trial judge dismissed the application, concluding that the respondent, the Attorney General of Canada, had met its onus of establishing that Mr. Latham’s detention was lawful, that Mr. Latham was given procedural fairness and that the decision to revoke his day parole was not unreasonable. As a result of a previous determination that Mr. Latham was a vexatious litigant, he was required to obtain permission to commence an appeal. The Court of Appeal dismissed Mr. Latham’s application for leave to appeal because no arguable issue was identified.

 

November 2, 2018

Court of Queen’s Bench of Alberta

(Henderson J.)

2018 ABQB 906

 

 

The applicant being subject to interim court access restrictions, permission to file a habeas corpus application required; permission granted

January 21, 2019

Court of Queen’s Bench of Alberta

(Henderson J.)

2019 ABQB 46

 

 

Application for habeas corpus dismissed

January 25, 2019

Court of Appeal of Alberta (Edmonton)

(Slatter J.)

2019 ABCA 30

 

 

The applicant being subject to court access restrictions, permission to file an appeal required; application to appeal dismissed

April 30, 2019

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed together with motion for extension of time to serve and file

 


 


 

38621

Bryan Ralston Latham c. Sa Majesté la Reine et procureur général du Canada

(Alb.) (Criminelle) (Autorisation)

La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Alberta (Edmonton), numéro 2019 ABCA 30, daté du 25 janvier 2019, est rejetée.

 

Procédure civile — La Section d’appel de la Commission des libérations conditionnelles du Canada a confirmé la décision de révoquer la semi-liberté du demandeur — La demande d’habeas corpus présentée par le demandeur a été rejetée — Le demandeur a été déclaré plaideur quérulent et il doit obtenir une ordonnance avant d’introduire quelque instance que ce soit devant les tribunaux de l’Alberta — La demande de permission d’en appeler a été rejetée, faute de pouvoir identifier une question défendable — La demande d’autorisation d’appel soulève-t-elle une question d’importance pour le public?

 

Le demandeur, M. Latham, purge une peine de détention pour une période indéterminée et il s’est vu accorder la semi-liberté. Sa semi-liberté a été suspendue pour manquement à une condition.  Au terme d’une audience, la Commission des libérations conditionnelles du Canada a ensuite révoqué sa semi-liberté. En septembre 2018, la Section d’appel de la Commission des libérations conditionnelles a confirmé cette décision. Monsieur Latham s’est vu accorder l’autorisation de déposer une demande d’habeas corpus en Cour du Banc de la Reine de l’Alberta. Le juge de première instance a rejeté la demande, concluant que l’intimé, le procureur général du Canada, s’était acquitté de son fardeau d’établir que la détention de M. Latham était légale, que M. Latham avait pu bénéficier de l’équité procédurale et que la décision de révoquer sa semi-liberté n’était pas déraisonnable. Parce que M. Latham avait déjà été déclaré plaideur quérulent, il a été obligé d’obtenir la permission d’interjeter appel. La Cour d’appel a rejeté la demande d’autorisation d’appel présentée par M. Latham, faute s’avoir pu identifier une question défendable.

 

2 novembre 2018

Cour du Banc de la Reine de l’Alberta

(Juge Henderson)

2018 ABQB 906

 

 

Décision accordant la permission de déposer une demande d’habeas corpus, attendu que le demandeur, faisant l’objet de restrictions provisoires d’accès au tribunal, devait obtenir cette permission

21 janvier 2019

Cour du Banc de la Reine de l’Alberta

(Juge Henderson)

2019 ABQB 46

 

 

Rejet de la demande d’habeas corpus

25 janvier 2019

Cour d’appel de l’Alberta (Edmonton)

(Juge Slatter)

2019 ABCA 30

 

 

Rejet de la demande d’autorisation d’appel, attendu que le demandeur, faisant l’objet de restrictions d’accès au tribunal, devait obtenir cette autorisation

30 avril 2019

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la demande d’autorisation d’appel et de la requête en prorogation du délai de signification et de dépôt

 


 


 

38626

Riches, McKenzie & Herbert LLP v. Cosmetic Warriors Limited

(F.C.) (Civil) (By Leave)

The application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A-70-18, 2019 FCA 48, dated March 11, 2019, is dismissed with costs.

 

Intellectual property — Trade-marks — Applicant objecting to registration of trade-mark on grounds it was not used in normal course of trade — Whether decision by Federal Court of Appeal effectively removes any requirement for profit in a transaction to support a finding of trade in normal course — Whether this opens door to abuse of monopoly granted by registration of trade-ark by allowing registrants to maintain trademark registrations through token use, and without intending to realize profit — Whether clarity in type of use which qualifies as “in the normal course” sufficient to support a monopoly under Act is issue of public and national importance

 

Cosmetic Warriors Limited is a cosmetics company that operates through licensees worldwide, including Lush Canada, which operates retail outlets and online stores selling personal care products. Lush Canada owns the trade-mark, “LUSH,” as registered for use in association with clothing, “namely, t-shirts.” Lush Canada sells t-shirts and tank tops bearing the LUSH trade-mark in limited quantities to Lush store employees in Canada and the United States to wear as part of their uniform, and to give as gifts to family and friends. Cosmetic Warriors also creates limited edition t-shirts bearing the LUSH mark to promote its public awareness and lobbying campaigns. At the request of the applicant, Riches, McKenzie & Herbert LLP, the Registrar of Trade-marks issued a notice under s. 45 of the Trade-marks Act, R.S.C. 1985, c. T-13 to Cosmetic Warriors Limited. The applicant sought to have the trade-mark struck from the register for failure to use the mark in Canada in the normal course of trade in association with each of the goods specified in the registration at any time within the three-year period immediately preceding the date of the notice. The Registrar decided to maintain the registration of the trade-mark. The reviewing judge held that it should be struck from the register. That decision was overturned on appeal.

 

April 24, 2017

Trade-mark Opposition Board

(Mr. Bene, Hearing Officer)

2017 TMOB 36

 

 

Decision to maintain registration of trade-mark

January 23, 2018

Federal Court

(Manson J.)

2018 FC 63

 

 

Applicant’s appeal allowed; Trade-mark struck from register.

 

 

March 11, 2019

Federal Court of Appeal

(Webb, Rennie and Laskin JJ.A.)

2019 FCA 48

 

 

Respondent’s appeal allowed; Trade-mark maintained on register

 

 

May 10, 2019

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 


 


 

38626

Riches, McKenzie & Herbert LLP c. Cosmetic Warriors Limited

(C.F.) (Civile) (Autorisation)

La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A-70-18, 2019 CAF 48, daté du 11 mars 2019, est rejetée avec dépens.

 

Propriété intellectuelle — Marques de commerce — La demanderesse s’oppose à l’enregistrement d’une marque de commerce au motif qu’elle n’a pas été employée dans la pratique normale du commerce — La décision de la Cour d’appel fédérale a-t-elle pour effet d’éliminer toute exigence de profit dans une transaction pour étayer une conclusion de commerce dans la pratique normale? — Cette décision ouvre-t-elle la porte à l’abus du monopole conféré par l’enregistrement d’une marque de commerce en permettant aux inscrivants de maintenir les enregistrements de marques de commerce par l’emploi symbolique, sans intention de réaliser un profit? — La clarté du type d’emploi qui permet de satisfaire au critère de la « pratique normale » pour étayer un monopole en application de la Loi est-elle une question d’importance pour le public et d’importance nationale?

 

Cosmetic Warriors Limited est une entreprise de cosmétiques qui exerce ses activités par l’entremise de licenciés partout dans le monde, y compris Lush Canada, qui exploite des points de vente au détail et des magasins en ligne qui vendent des produits de soins personnels.  Lush Canada est propriétaire de la marque de commerce « LUSH », telle qu’elle est enregistrée pour son emploi en liaison avec des vêtements, [traduction] « à savoir des tee-shirts ». Lush Canada vend des tee-shirts et des débardeurs portant la marque de commerce LUSH en quantité limitée aux employés des magasins LUSH au Canada et aux États-Unis, qui les portent comme uniforme ou parfois les donnent en cadeau à leur famille et à leurs amis. Cosmetic Warriors crée également des tee-shirts à édition limitée portant la marque LUSH pour promouvoir ses campagnes de sensibilisation et de lobbying.  À la demande de la demanderesse, Riches, McKenzie & Herbert LLP, le registraire des marques de commerce a donné à Cosmetic Warriors Limited un avis en application de l’art. 45 de la Loi sur les marques de commerce, L.R.C. 1985, ch. T-13.  La demanderesse demandait que la marque de commerce soit radiée du registre pour défaut d’avoir employé la marque au Canada dans la pratique normale du commerce en liaison avec chacun des produits précisés dans l’enregistrement à un moment quelconque au cours des trois ans précédant la date de l’avis. Le registraire a décidé de maintenir l’enregistrement de la marque de commerce.  Le juge saisi de la demande de révision a statué que la marque devait être radiée du registre.  Cette décision a été infirmée en appel.

 

24 avril 2017

Commission des oppositions des marques de commerce

(M. Bene, agent d’audience)

2017 COMC 36

 

 

Décision de maintenir l’enregistrement de la marque de commerce

23 janvier 2018

Cour fédérale

(Juge Manson)

2018 CF 63

 

 

Jugement accueillant l’appel et radiant la marque de commerce du registre.

 

 

11 mars 2019

Cour d’appel fédérale

(Juges Webb, Rennie et Laskin)

2019 CAF 48

 

 

Arrêt accueillant l’appel de l’intimée et maintenant l’enregistrement de la marque de commerce

 

 

10 mai 2019

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la demande d’autorisation d’appel

 

 


 


 

38627

Christopher Carson v. Her Majesty the Queen

(Ont.) (Criminal) (By Leave)

The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C63636, 2018 ONCA 1001, dated November 27, 2018, is dismissed.

(Publication ban in case)

 

Criminal law – Charge to jury – Qualification of evidence as direct or circumstantial – Complainant to sexual assault testifying that she went to bed, fell asleep and awoke in morning without her pants on and feeling wetness underneath her – Accused having no recollection of sexual encounter proposed complainant consented but did not remember consenting – Instructions to jury not treating complainant’s evidence about consent as circumstantial – Court of Appeal finding no error in instructions on circumstantial evidence – Whether complainant’s lack of memory direct or circumstantial evidence of subjective lack of consent.

 

A friend of the applicant’s girlfriend, who was visiting from out of town, spent the night at their place. The friend went to bed by herself in their spare bedroom and fell asleep. When she awoke the next morning, she did not have her pants on and she felt wetness underneath her. A sexual assault examination confirmed sexual activity. While the applicant had no recollection of having sexual contact with his girlfriend’s friend, a DNA sample confirmed that they had engaged in sexual activity. At trial, the complainant testified that she was asleep after she went to bed. The applicant’s defence was that the complainant was awake and that she consented, but that she could not recall the events in the morning because of alcohol-induced memory loss. The applicant was convicted of sexual assault. On appeal, the Court of Appeal held that the defence contention that the complainant didn’t remember consenting did not turn her direct evidence that she was asleep into circumstantial evidence that she did not consent. The jury instructions revealed no error in respect of the instruction on circumstantial evidence.  The appeal was dismissed.

 

November 15, 2016

Ontario Superior Court of Justice

(Goodman J.)

Unreported

 

 

After a jury trial, applicant convicted of sexual assault

 

November 27, 2018

Court of Appeal for Ontario

(Doherty, Miller, Fairburn, JJ.A.)

(Docket: C63636)

2018 ONCA 1001

 

 

Appeal dismissed

 

May 10, 2019

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed together with motion for extension of time to serve and file

 


 


 

38627

Christopher Carson c. Sa Majesté la Reine

(Ont.) (Criminelle) (Autorisation)

La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C63636, 2018 ONCA 1001, daté du 27 novembre 2018, est rejetée.

 

(Ordonnance de non-publication dans le dossier)

 

Droit criminel — Exposé au jury — Qualification de la preuve comme étant directe ou circonstancielle — La plaignante qui dit avoir subi une agression sexuelle a affirmé dans son témoignage qu’elle était allée au lit, qu’elle s’était endormie et qu’elle s’était réveillée le matin sans son pantalon et qu’elle sentait de l’humidité sous elle — L’accusé n’ayant aucun souvenir de rapports sexuels a prétendu que la plaignante avait consenti, mais ne se rappelait pas d’avoir consenti — Les directives au jury n’ont pas traité le témoignage de la plaignante à propos du consentement comme preuve circonstancielle — La Cour d’appel n’a relevé aucune erreur dans les directives sur la preuve circonstancielle — L’absence de souvenir de la plaignante est-elle une preuve directe ou circonstancielle de l’absence subjective de consentement?

 

Une amie de la petite amie du demandeur, en visite de l’extérieur, a passé la nuit chez le couple. L’amie est allée au lit seule dans la chambre d’amis et s’est endormie. À son réveil le lendemain matin, elle ne portait pas son pantalon et elle sentait de l’humidité sous elle. Un examen consécutif à une agression sexuelle a confirmé qu’il y avait eu activité sexuelle. Même si le demandeur ne souvenait pas avoir eu de rapports sexuels avec l’amie de sa petite amie, un échantillon d’ADN a confirmé qu’ils avaient eu de tels rapports. Au procès, la plaignante a affirmé qu’elle s’était endormie après être allée au lit. La défense du demandeur était que la plaignante était éveillée et qu’elle avait consenti, mais qu’elle ne pouvait pas se souvenir des événements le matin en raison d’une perte de mémoire causée par l’alcool. Le demandeur a été déclaré coupable d’agression sexuelle. En appel, la Cour d’appel a statué que la prétention de la défense selon laquelle la plaignante ne se souvenait pas d’avoir consenti ne transformait pas sa preuve directe selon laquelle elle était endormie en preuve circonstancielle selon laquelle elle n’avait pas consenti. Les directives au jury ne révélaient aucune erreur quant à la directive sur la preuve circonstancielle. L’appel a été rejeté.

 

15 novembre 2016

Cour supérieure de justice de l’Ontario

(Juge Goodman)

Non publié

 

 

Au terme d’un procès devant jury, déclaration de culpabilité d’agression sexuelle

 

27 novembre 2018

Cour d’appel de l’Ontario

(Juges Doherty, Miller et Fairburn)

(No du greffe : C63636)

2018 ONCA 1001

 

 

Rejet de l’appel

 

10 mai 2019

Cour suprême du Canada

 

 

Dépôt de la demande d’autorisation d’appel accompagnée d’une requête en prorogation du délai de signification et de dépôt

 



 

AUGUST 29, 2019 / LE 29 AOÛT 2019

 

38635

Chuang Ma v. City of Ottawa

(Ont.) (Civil) (By Leave)

The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C65978, 2019 ONCA 142, dated February 21, 2019, is dismissed with costs.

 

Judgments and orders — Summary judgment — Respondent’s motion to strike applicant’s statement of claim granted — Does Canadian constitution protect those Canadian citizens who changed from immigrants? — Whether Ottawa by‑law protects Canadian citizens who are not residents of Ottawa — Which law should be applied in this case while Canadian tort law conflicts with Ontario Police Services Act?

 

Mr. Ma filed a statement of claim against the City of Ottawa, seeking damages for failing to prevent an unnamed person from placing his photograph on telephone poles in the city, accompanied by accusations that he was a spy and a terrorist. The City of Ottawa invoked the written hearing procedure under Rule 2.1.01(6) of the Rules of Civil Procedure, R.R.O. 1990, Reg. 194 and filed a requisition requesting that the action be dismissed as frivolous, vexatious and an abuse of process. The motion judge granted the motion, dismissing the action. This decision was upheld on appeal.

 

August 7, 2018

Ontario Superior Court of Justice

(Beaudoin J.)

2018 ONSC 4699

 

 

Order permitting applicant to make written submissions in response to respondent’s requisition to strike statement of claim

 

September 6, 2018

Ontario Superior Court of Justice

(Beaudoin J.)

2018 ONSC 5189

 

 

Applicant’s action dismissed

 

 

February 21, 2019

Court of Appeal for Ontario

(Hourigan, Benotto and Huscroft JJ.A.)

2019 ONCA 142

 

 

Applicant’s appeal dismissed

 

April 16, 2019

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 


 


 

38635

Chuang Ma c. Ville d’Ottawa

(Ont.) (Civile) (Autorisation)

La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C65978, 2019 ONCA 142, daté du 21 février 2019, est rejetée avec dépens.

 

Jugements et ordonnances — Jugement sommaire — Requête de l’intimée visant à faire radier la déclaration de l’appelant accueillie — La Constitution canadienne protège‑t‑elle les citoyens canadiens qui sont arrivés au pays en tant qu’immigrants? — Les règlements municipaux de la Ville d’Ottawa protègent‑ils les citoyens canadiens qui ne sont pas des résidents d’Ottawa? — Quelles règles de droit devraient être applicables dans cette situation où le droit canadien établi en matière de responsabilité délictuelle contredit la Loi sur les services policiers de l’Ontario?

 

Monsieur Ma a produit une déclaration à l’encontre de la Ville d’Ottawa réclamant une indemnité au motif que cette dernière n’avait pas empêché une personne non désignée de mettre sur des poteaux téléphoniques de la ville une photo de lui accompagnée d’accusations selon lesquelles il était un espion et un terroriste. La Ville d’Ottawa a invoqué la procédure d’audience par voie d’observations écrites prévue à la règle 2.1.01(6) des Règles de procédure civile, R.R.O. 1990, Règl. 194, et a déposé une réquisition réclamant le rejet de l’action au motif que celle‑ci était frivole et vexatoire et constituait un abus de procédure. Le juge des motions a accueilli la motion et ainsi rejeté l’action. Cette décision a été confirmée en appel.

 

7 août 2018

Cour supérieure de justice de l’Ontario

(Juge Beaudoin)

2018 ONSC 4699

 

 

Ordonnance autorisant l’appelant à produire des prétentions écrites en réponse à la réquisition de l’intimée en radiation de déclaration

 

6 septembre 2018

Cour supérieure de justice de l’Ontario

(Juge Beaudoin)

2018 ONSC 5189

 

 

Rejet de l’action de l’appelant

 

 

21 février 2019

Cour d’appel de l’Ontario

(Juges Hourigan, Benotto et Huscroft)

2019 ONCA 142

 

 

Rejet de l’appel de l’appelant

 

16 avril 2019

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la demande d’autorisation d’appel

 

 


 


 

38612

Englobe Corp. v. 9299-2472 Québec Inc., carrying on business as OFA Environment Management and Attorney General of Quebec

(Que.) (Civil) (By Leave)

The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number 500-09-026715-177, 2019 QCCA 533, dated March 1, 2019, is dismissed without costs.

 

Civil procedure — Exception to dismiss — Absence of sufficient interest — Declaratory judgment — Contracts — Construction — Environment — Obligation to dispose of contaminated soil at authorized site — Whether third party can have legal interest required to apply to court for interpretation of contract where third party’s own obligations under related contract depend on it — Whether fact that provincial standards expressly governing performance of contract have no extraterritorial effect implies that other contracting party must perform its obligations within territory in which province’s standards apply — Code of Civil Procedure, CQLR, c. C‑25.01, art. 85 — Environment Quality Act, CQLR, c. Q‑2.

 

As part of a project to rebuild a school in the Commission scolaire de Montréal (“school board”), the applicant Englobe Corp. obtained the environmental supervision contract for the soil rehabilitation work. The respondent 9299‑2472 Québec inc. (OFA Environment Management) was retained as a subcontractor for the environmental rehabilitation work on the soil and residual materials. The applicant learned that the contaminated soil excavated from the project site had not been sent to an authorized site in Quebec. The respondent informed the applicant that the soil had been sent to Ontario to be treated in accordance with the regulations applicable there. Alleging that the respondent was breaching its contractual obligations and was therefore preventing it from providing the school board with a certificate of compliance for the work, the applicant brought an action in the Superior Court in September 2015 seeking a declaration that the respondent was obliged to dispose of the contaminated soil at an authorized site in Quebec. The Superior Court dismissed the applicant’s originating application for a declaratory judgment, finding that the respondent had no contractual or statutory obligation to send the contaminated soil only to an authorized site in Quebec. The Superior Court also expressed doubt that the applicant had a sufficient interest to bring its action. The Court of Appeal dismissed the appeal from that decision. It was of the view that the applicant did not have a sufficient interest to apply for a declaratory judgment. It added that, even if the applicant had had the necessary legal interest, the applicant would have been unable to satisfy it that the judge had made a palpable and overriding error in interpreting the contract.

 

February 21, 2017

Quebec Superior Court (Montréal)

(Chabot J.)

500-17-090355-150

2017 QCCS 598

 

 

Originating application for declaratory judgment dismissed with legal costs

March 1, 2019

Quebec Court of Appeal (Montréal)

(Kasirer, Mainville and Rancourt JJ.A.)

500-09-026715-177

2019 QCCA 533

 

 

Appeal dismissed with legal costs

April 30, 2019

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 


 


 

38612

Englobe Corp. c. 9299-2472 Québec inc., faisant affaires sous le nom de Gestion OFA Environnement et procureure générale du Québec

(Qc) (Civile) (Autorisation)

La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09-026715-177, 2019 QCCA 533, daté du 1er mars 2019, est rejetée sans dépens.

 

Procédure civile — Moyen d’irrecevabilité — Absence d’intérêt suffisant pour agir — Jugement déclaratoire — Contrats — Construction — Environnement — Obligation de disposer des sols contaminés dans un emplacement autorisé — Est-ce qu’un tiers peut avoir l’intérêt juridique pour demander à un tribunal d’interpréter un contrat lorsqu’en dépendent ses propres obligations découlant d’un contrat lié ? — Est‑ce que l’absence d’effet extraterritorial des normes provinciales régissant expressément l’exécution d’un contrat implique que le cocontractant se doive d’exécuter ses obligations dans le territoire visé par les normes de cette province ? — Code de procédure civile, RLRQ c C‑25.01, art. 85 — Loi sur la qualité de l’environnement, RLRQ c Q‑2.

 

Dans le cadre du projet de reconstruction d’une école de la Commission scolaire de Montréal, la demanderesse Englobe Corp. obtient le contrat de surveillance environnementale des travaux de réhabilitation des sols. Les services de l’intimée 9299‑2472 Québec Inc. (Gestion OFA Environnement) sont retenus à titre de sous‑traitant pour les travaux de réhabilitation environnementale des sols et des matières résiduelles. La demanderesse apprend que les sols contaminés excavés sur le site du projet n’ont pas été acheminés à un site autorisé au Québec et l’intimée l’informe que les sols ont été acheminés en Ontario, pour être traités conformément à la réglementation y applicable. Alléguant que l’intimée contrevient à ses obligations contractuelles et qu’elle l’empêche ainsi d’attester à la Commission scolaire de la conformité des travaux, la demanderesse entreprend en septembre 2015 un recours demandant à la Cour supérieure de déclarer que l’intimée a l’obligation de disposer des sols contaminés dans un site autorisé aménagé au Québec. La Cour supérieure rejette la demande introductive d’instance en jugement déclaratoire de la demanderesse : elle conclut que l’intimée n’avait aucune obligation contractuelle ou légale d’acheminer les sols contaminés seulement dans un site autorisé au Québec et elle mentionne douter que la demanderesse ait eu l’intérêt suffisant pour intenter son recours. La Cour d’appel rejette l’appel de cette décision : elle est d’avis que la demanderesse n’a pas l’intérêt suffisant pour demander un jugement déclaratoire et elle ajoute que même si elle avait eu l’intérêt juridique requis, elle n’aurait pas réussi à convaincre de l’existence d’une erreur manifeste et déterminante du juge dans l’interprétation du contrat.

 

Le 21 février 2017

Cour supérieure du Québec (Montréal)

(Le juge Chabot)

500-17-090355-150

2017 QCCS 598

 

 

Demande introductive d’instance en jugement déclaratoire rejetée avec frais de justice.

Le 1er mars 2019

Cour d’appel du Québec (Montréal)

(Les juges Kasirer, Mainville, Rancourt)

500-09-026715-177

2019 QCCA 533

 

 

Appel rejeté avec frais de justice.

Le 30 avril 2019

Cour suprême du Canada

 

Demande d’autorisation d’appel déposée

 

 



 

38617

Lloyd Eugene Bailey v. Her Majesty the Queen

(N.S.) (Criminal) (By Leave)

The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The application for leave to appeal from the judgment of the Nova Scotia Court of Appeal, Number CAC 427183, 2017 NSCA 48, dated June 6, 2017, is dismissed.

 

Criminal law — Charge to jury — Evidence — Admissibility — Whether justice erred by law not given proper charge to jury on evidence relied on concerning breach of young offender cautions and right to have counsel and parents present during strip search — Whether justice erred in law by not dismissing illegal evidence gained by both breach of trust and breach of human and civil rights of Canada Criminal Code  under the Young Offenders Act revised in 1985 — Whether justice erred in law by allowing of adult record that was based on illegal and unjust practicing of both Young Offenders Act and Criminal Code  standards — Whether justice erred in law by accepting tainted evidence that was destroyed by rotten cucumber.

 

In 2010, a jury found the applicant Mr. Bailey guilty on eight counts of sex-related offences. Mr. Bailey plead guilty to a ninth count. The respondent Crown sought to have Mr. Bailey declared a dangerous offender.

 

The Superior Court found that Mr. Bailey met the requirements to be designated a dangerous offender. Given this determination, the court sentenced Mr. Bailey to indeterminate sentences in connection with seven of the nine counts. Having found that the trial judge made no reversible error, the Court of Appeal unanimously dismissed Mr. Bailey’s appeal against his convictions and sentences.

 

June 20, 2014

Supreme Court of Nova Scotia, Trial Division

(McDougall J.)

2014 NSSC 244

 

 

Applicant declared a dangerous offender and sentenced on nine counts

 

June 6, 2017

Nova Scotia Court of Appeal

(Saunders, Hamilton and Scanlan JJ.A.)

2017 NSCA 48

 

 

Application to introduce fresh evidence denied; appeals against conviction, designation as dangerous offender, and indeterminate sentences dismissed

 

February 28, 2018

Supreme Court of Canada

 

Motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal and

application for leave to appeal filed

 


 


 

38617

Lloyd Eugene Bailey c. Sa Majesté la Reine

(N.S.) (Criminal) (By Leave)

La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Nouvelle-Écosse, numéro CAC 427183, 2017 NSCA 48, daté du 6 juin 2017, est rejetée.

 

Droit criminel — Exposé au jury — Preuve — Admissibilité — Le juge a‑t‑il commis une erreur de droit en ne donnant pas au jury un exposé adéquat concernant la preuve invoquée relativement aux mises en garde destinées aux jeunes contrevenants et au droit d’avoir un avocat et les parents présents lors de la fouille à nu? — Le juge a‑t‑il commis une erreur de droit en ne rejetant pas la preuve illégale obtenue à la fois à la suite d’un abus de confiance et d’une violation des droits de la personne et des droits civils prévus dans le Code criminel  du Canada aux termes de la Loi sur les jeunes contrevenants modifiée en 1985? — Le juge a‑t‑il commis une erreur de droit en admettant un casier judiciaire d’adulte fondé sur une application illégale et injuste des normes découlant de la Loi sur les jeunes contrevenants et du Code criminel ? — Le juge a‑t‑il commis une erreur de droit en acceptant un élément de preuve vicié qui a été détruit par le fait que le concombre sur lequel se trouvait la preuve a pourri?

 

En 2010, un jury a déclaré le demandeur M. Bailey coupable de huit chefs d’accusation pour des infractions d’ordre sexuel. M. Bailey a plaidé coupable à un neuvième chef. La Couronne, qui avait qualité d’intimée, a cherché à faire déclarer M. Bailey délinquant dangereux.

 

La Cour supérieure a conclu que M. Bailey respectait les critères pour être déclaré délinquant dangereux. Compte tenu de cette conclusion, la cour a condamné M. Bailey à des peines indéterminées relativement à sept des neuf chefs. Après avoir conclu que le juge du procès n’avait commis aucune erreur donnant lieu à révision, les juges de la Cour d’appel ont rejeté à l’unanimité l’appel de M. Bailey à l’égard de ses déclarations de culpabilité et peines.

 

20 juin 2014

Cour suprême de la Nouvelle‑Écosse, division de première instance

(Juge McDougall)

2014 NSSC 244

 

 

Déclaration de délinquant dangereux du demandeur et condamnation à l’égard de neuf chefs

 

6 juin 2017

Cour d’appel de la Nouvelle-Écosse

(Juges Saunders, Hamilton et Scanlan)

2017 NSCA 48

 

 

Rejet de la requête en vue de présenter un nouvel élément de preuve; rejet des appels à l’égard de la déclaration de culpabilité, de la déclaration de délinquant dangereux et des peines indéterminées

 

28 février 2018

Cour suprême du Canada

 

Requête en prorogation de délai pour la signification et le dépôt de la demande d’autorisation d’appel et dépôt de la demande d’autorisation d’appel

 


 


 

38623

Éric Parent and Communauté métisse autochtone de la Gaspésie et du Bas St-Laurent v. Her Majesty the Queen in Right of Canada and her representatives, Crown of Canada, Director of Public Prosecutions of Canada, representing the Government of Canada and Attorney General of Quebec

(Que.) (Civil) (By Leave)

The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Québec), Number 200-09-009666-170, 2019 QCCA 442, dated March 15, 2019, is dismissed.

 

Civil procedure — Costs — Interim costs — Notice of constitutional challenge based on alleged existence of aboriginal right to fish as defence to penal offence — Whether applicants are in position of completely or partially lacking sufficient financial means and realistic options to fund litigation, such that they are unable to proceed fully and adequately with litigation if order awarding them interim costs is not made, and whether decisions of Court of Appeal and Superior Court on this question and this criterion must be set aside — Whether claim to be adjudicated is prima facie meritorious, whether claim is of sufficient merit that it is contrary to interests of justice for opportunity to pursue case to be forfeited just because applicants lack financial means, and whether decision of Court of Québec, Penal Division, on this aspect and this criterion is res judicata in favour of applicants — On third criterion for eligibility for interim costs, whether question has already been resolved, whether it is of public importance, whether it transcends individual interests of particular litigants, whether issues will be addressed in other cases and whether Penal Division is appropriate or most appropriate forum; in short, whether applicants meet this third criterion — Whether applicants have rights and recourses of kind provided for in arts. 1284, 1290 to 1292, 324 and 2138 of Civil Code of Québec against Crown of Canada, which is trustee, and whether their right as potential trust beneficiary constitutes sufficient and incontrovertible legal basis that on its own justifies their entitlement to interim costs in these particular circumstances.

 

Penal proceedings were brought against the applicant Éric Parent for unlawfully catching or retaining, in any one day of fishing, a quantity of groundfish greater than the allowable limit. In those proceedings, Mr. Parent filed a notice stating his intention to argue that the provisions in question were inapplicable. He relied on his Métis status and the Métis aboriginal right to fish for food protected by s. 35  of the Constitution Act, 1982 . Mr. Parent and the Communauté métisse autochtone de la Gaspésie et du Bas St‑Laurent made a joint motion in the Superior Court seeking interim costs in order to assert the collective Métis aboriginal rights held by Mr. Parent.

 

The Superior Court dismissed the motion, finding that the three criteria for awarding interim costs laid down in British Columbia (Minister of Forests) v. Okanagan Indian Band, 2003 SCC 71, [2003] 3 S.C.R. 371, were not met. The Court of Appeal dismissed the appeal on the ground that the applicants had not shown any error warranting its intervention.

 

November 20, 2017

Quebec Superior Court

(Huot J.)

2017 QCCS 6292

 

 

Motion for interim costs and safeguard order dismissed

 

March 15, 2019

Quebec Court of Appeal (Québec)

(Roy, Gagné and Sansfaçon JJ.A.)

2019 QCCA 442 (200‑09‑009666‑170)

 

 

Motion for authorization to present new evidence dismissed; appeal dismissed

 

May 10, 2019

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 



 

38623

Éric Parent et Communauté métisse autochtone de la Gaspésie et du Bas St-Laurent c. Sa Majesté la Reine du chef du Canada et ses représentants, Couronne canadienne, directeur des poursuites pénales du Canada, représentant le gouvernement du Canada et procureure générale du Québec

(Qc) (Civile) (Autorisation)

La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Québec), numéro 200-09-009666-170, 2019 QCCA 442, daté du 15 mars 2019, est rejetée.

 

Procédure civile — Dépens — Provision pour frais — Avis de contestation constitutionnelle fondée sur l’existence alléguée d’un droit ancestral de pêche en défense à une infraction pénale  — Les demandeurs sont-ils dans une situation d’absence totale ou partielle de moyens financiers suffisants et de sources réalistes de financement, situations qui engendrent et impliquent qu’ils sont dans l’incapacité d’agir complètement et adéquatement en justice sans ordonnance leur attribuant une provision pour frais, et les décisions de la Cour d’appel et de la Cour supérieure qui concernent cette question et condition doivent-elles être infirmées? — La demande vaut-elle prima facie d’être instruite, est-elle suffisamment valable et vu ce fait, serait-il contraire aux intérêts de la justice que les demandeurs renoncent à agir en justice parce qu’ils n’en ont pas les moyens financiers et sur cet aspect et cette condition, la décision rendue par la Cour du Québec, chambre pénale, a-t-elle l’autorité de la chose jugée en faveur des demandeurs? — Concernant la troisième condition à remplir pour être éligible à une provision pour frais, la question a-t-elle déjà été tranchée, est-elle important e pour le public, dépasse-t-elle le cadre des intérêts des plaideurs, les enjeux seront-ils traités dans d’autres dossiers, la chambre pénale est-elle le forum approprié ou le plus approprié, bref les demandeurs remplissent-ils cette troisième condition? — Les demandeurs possèdent-ils contre la Couronne du Canada, fiduciaire, les droits et recours du type de ceux prévus aux art. 1284, 1290 à 1292, 324 et 2138 du Code civil du Québec et leur droit d’éventuel bénéficiaire fiduciaire constitue-t-il la base juridique incontournable et suffisante qui justifie à lui seul le droit des demandeurs à une provision pour frais dans ces circonstances particulières?

 

Une poursuite pénale est intentée contre le demandeur Éric Parent, à qui il est reproché d’avoir illégalement pris ou gardé au cours d’une même journée de pêche une quantité de poissons de fond supérieure à la limite permise. Dans le cadre des procédures pénales, M. Parent dépose un avis d’intention de soulever l’inapplicabilité des dispositions en cause. Il invoque son statut de Métis et le droit ancestral métis de pêcher pour s’alimenter protégé par l’art. 35  de la Loi constitutionnelle de 1982 . M. Parent et la Communauté métisse autochtone de la Gaspésie et du Bas St-Laurent introduisent en Cour supérieure une requête conjointe pour l’obtention d’une provision pour frais afin de faire valoir les droits collectifs ancestraux métis dont M. Parent est bénéficiaire.

 

La Cour supérieure rejette la requête, concluant que les trois conditions qui justifient l’octroi d’une provision pour frais énoncées dans l’arrêt Colombie-Britannique (Ministre des Forêts) c. Bande indienne Okanagan, 2003 CSC 71, [2003] 3 R.C.S. 371, ne sont pas remplies. La Cour d’appel rejette l’appel, jugeant que les demandeurs ne font voir aucune erreur justifiant son intervention.

 

Le 20 novembre 2017

Cour supérieure du Québec

(Le juge Huot)

2017 QCCS 6292

 

 

Requête pour obtention d’une provision pour frais et ordonnance de sauvegarde rejetée

 

Le 15 mars 2019

Cour d’appel du Québec (Québec)

(Les juges Roy, Gagné et Sansfaçon)

2019 QCCA 442 (200-09-009666-170)

 

 

Requête pour permission de présenter une preuve nouvelle rejetée; appel rejeté

 

Le 10 mai 2019

Cour suprême du Canada

 

Demande d’autorisation d’appel déposée

 

 


38637

Nicole Doré Castonguay v. Jacques Castonguay

(Que.) (Civil) (By Leave)

The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number 500-09-027966-183, 2018 QCCA 2197, dated December 28, 2018, is dismissed.

 

Successions — Wills — Homologation — Civil procedure — Appeals — Res judicata — First application for probate of will dismissed and characterized as being abusive — Second application for probate of will dismissed on basis of res judicata — Whether serious error by lawyer is ground for higher courts to intervene to reverse decision of lower court in order to protect client from harmful effects of that error — Whether res judicata applies where court finds that judgment vitiated by lawyer’s error.

 

In 2015, the Quebec Superior Court declared Jacques Castonguay to be incapable. Mr. Castonguay died in November 2016. His brother’s wife, the applicant Nicole Castonguay, applied for probate of a will that had allegedly been signed in the presence of witnesses but not dated. Only the witnesses had dated their signatures (May 31, 2016), and one of the witnesses claimed to have seen the testator’s signature on that date. This will named the applicant as the sole heiress and legatee. However, a will search uncovered the existence of a prior will, signed and executed before a notary in 2010, in which Jacques Castonguay had named certain members of his family, including his nephew, the respondent Jacques Castonguay, as legatees.

 

The application for probate of the 2016 will was dismissed and characterized as being abusive. The Quebec Court of Appeal dismissed an application for leave to appeal that judgment. A second application for probate of the 2016 will was dismissed on the basis of res judicata, and the Court of Appeal again dismissed an application for leave to appeal the second judgment.

 

February 2, 2018

Quebec Superior Court

(Emery J.)

File No.: 500‑14‑051003‑176

 

 

First application by Nicole Castonguay for probate of will — dismissed

 

May 7, 2018

Quebec Court of Appeal

(Doyon J.A.)

File No.: 500‑09‑027343‑185

 

 

First motion for leave to appeal — dismissed

 

October 9, 2018

Quebec Superior Court

(Déziel J.)

2018 QCCS 4602

 

 

 

 

Second application by Nicole Castonguay for probate of will — dismissed

 

Application by Jacques Castonguay for declaration that second application for probate of will was abusive — dismissed

 

December 28, 2018

Quebec Court of Appeal (Montréal)

(Healy J.A.)

2018 QCCA 2197

 

 

Second motion for leave to appeal by Nicole Castonguay — dismissed

May 1, 2019

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal and motion to extend time within which to serve and file application filed by Nicole Castonguay

 

May 28, 2019

Supreme Court of Canada

 

Motion to extend time — granted

 


 

38637

Nicole Doré Castonguay c. Jacques Castonguay

(Qc) (Civile) (Autorisation)

La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09-027966-183, 2018 QCCA 2197, daté du 28 décembre 2018, est rejetée.

 

Successions — Testaments — Homologation — Procédure civile — Appels — Res judicata — Première demande en vérification de testament rejetée et caractérisée comme étant abusive — Deuxième demande en vérification de testament rejetée au motif de la « chose jugée » — Est‑ce que l’erreur grave d’un avocat est un motif permettant l’intervention des tribunaux supérieurs pour infirmer une décision d’un tribunal inférieur afin d’abriter la cliente des effets néfastes de cette erreur? — Est‑ce que le principe de chose jugée s’applique à un jugement dont la cour constate qu’il est vicié par l’erreur d’un avocat?

 

En 2015, la Cour supérieure du Québec déclare Jacques Castonguay inapte. M. Castonguay est décédé en novembre 2016. L’épouse de son frère, la demanderesse Nicole Castonguay, dépose une demande en vérification d’un testament qui aurait été exécuté en présence de témoins mais non daté. Seuls les témoins ont daté leurs signatures (le 31 mai 2016), et un des témoins affirme avoir vu la signature du testateur à la même date. La demanderesse est nommée la seule héritière et légataire selon ce testament. Cependant, une recherche testamentaire démontre l’existence d’un autre testament préalable, signé et notarié en 2010, dans lequel Jacques Castonguay nomme des membres de sa famille, y compris son neveu, l’intimé Jacques Castonguay, comme légataires.

 

La demande de vérification du testament de 2016 est rejetée et caractérisée d’abusive. La Cour d’appel du Québec rejette une demande en permission d’appeler ce jugement. Une deuxième demande de vérification du testament de 2016 est rejetée au motif de la « chose jugée », et la Cour d’appel rejette encore une demande en permission d’appeler ce deuxième jugement.

 

Le 2 février 2019

Cour supérieure du Québec

(le juge Emery)

No du dossier : 500-14-051003-176

 

 

Première demande de Nicole Castonguay en vérification de testament — rejetée

 

Le 7 mai 2018

Cour d’appel du Québec

(le juge Doyon)

No du dossier :500-09-027343-185

 

 

Première requête en permission d’appeler — rejetée

 

Le 9 octobre 2018

Cour supérieure du Québec

(le juge Déziel)

2018 QCCS 4602

 

 

 

 

Deuxième demande de Nicole Castonguay en vérification de testament — rejetée

 

Demande de Jacques Castonguay visant à déclarer abusive la deuxième demande en vérification de testament — rejetée

 

Le 28 décembre 2018

Cour d’appel du Québec (Montréal)

(le juge Healy)

2018 QCCA 2197

 

 

Deuxième requête en permission d’appeler déposée par Nicole Castonguay — rejetée

 

 

Le 1 mai 2019

Cour suprême du Canada

 

 

Demande d’autorisation d’appel et requête en prorogation de délai pour signifier et déposer la demande, déposées par Nicole Castonguay

 

Le 28 mai 2019

Cour suprême du Canada

 

Requête en prorogation de délai — accueillie

 


 


 

38587

Northern Sunrise County v. Bank of Nova Scotia and Alvarez & Marsal Canada Inc. in its capacity as Court-appointed Receiver and Manager of the assets, undertakings and property of Virginia Hills Oil Corp. and Dolomite Energy Inc.

- and between -

Municipal District of Opportunity No. 17 and Lamont County v. Bank of Nova Scotia, Alberta Treasury Branches and Alvarez & Marsal Canada Inc. in its capacity as Court-appointed Receiver and Manager of the assets, undertakings and property of Virginia Hills Oil Corp. and Dolomite Energy Inc.

(Alta.) (Civil) (By Leave)

The applications for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Alberta (Calgary), Number 1701-0221-AC, 2019 ABCA 61, dated February 12, 2019, are dismissed with costs.

 

Bankruptcy and insolvency – Receiver – Priorities in bankruptcy – Legislation – Interpretation – Taxation legislation – Municipal law – Taxation – Linear taxes – Oil and gas companies owing municipal tax arrears for its pipelines in bankruptcy proceedings – Whether municipal tax arrears were unsecured.

 

Virginia Hills Oil Corp. and Dolomite Energy Inc. (the “Debtors”) are insolvent energy companies that were declared bankrupt on May 3, 2017.  The Debtors owed linear property tax arrears to the applicants, Northern Sunrise County, Municipal District of Opportunity No 17, and Lamont County (collectively the “Municipalities”).   The respondents are Alvarez & Marsal Canada Inc. (the Receiver”) and the Bank of Nova Scotia.  The Debtors’ property was sold by the Receiver and a first distribution of the proceeds of sale was made to secured creditors.  The Municipalities did not advance claims as secured creditors in the bankruptcy at any time prior to the granting of an Order for Advice and Directions and Distribution of Funds. Although the Municipalities were given notice of the proceeding that led to the Order, they did not appear at the hearing, and made no submissions.  That order declared the linear property tax claims of the Municipalities to be unsecured claims against the Debtors only, and not against their property.  The Receiver made a final distribution of all recovered funds to the secured creditors and no funds remained to pay the Municipalities’ claims. After the distribution, Northern Sunrise appealed the Order. The remaining Municipalities were added as appellants. The Municipalities argued for the first time on appeal that their claims for linear property tax arrears were secured claims pursuant to s. 348 of the Municipal Government Act, R.S.A. 2000, c. M-26 and the Bankruptcy and Insolvency Act, R.S.C.1985, c. B-3. The application judge determined that the Municipalities were unsecured creditors.  That decision was upheld on appeal.

June 20, 2017

Court of Queen’s Bench of Alberta

(Yamauchi J.)

Unreported

 

 

Linear tax claims of applicant municipalities held to form unsecured claims only against debtors and not against debtors’ property

February 12, 2019

Court of Appeal of Alberta (Calgary)

(Bielby, Veldhuis and Strekaf JJ.A.)

2019 ABCA 61

 

 

Applicants’ appeal dismissed

 

April 10, 2019

Supreme Court of Canada

 

 

Application for leave to appeal filed

 

April 11, 2019

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 



 

38587

Northern Sunrise County c. Banque de Nouvelle-Écosse et Alvarez & Marsal Canada Inc. en sa qualité de séquestre et gérant des biens et des entreprises nommé par le tribunal de Virginia Hills Oil Corp. et Dolomite Energy Inc.

- et entre -

Municipal District of Opportunity No. 17 et Lamont County c. Banque de Nouvelle-Écosse, Alberta Treasury Branches et Alvarez & Marsal Canada Inc. en sa qualité de séquestre et gérant des biens et des entreprises nommé par le tribunal de Virginia Hills Oil Corp. et Dolomite Energy Inc.

(Alb.) (Civile) (Autorisation)

Les demandes d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Alberta (Calgary), numéro 1701-0221-AC, 2019 ABCA 61, daté du 12 février 2019, sont rejetées avec dépens.

 

Faillite et insolvabilité — Séquestre — Priorités établies en matière de faillite — Législation — Interprétation — Lois fiscales — Droit municipal — Fiscalité — Taxes « linéaires » — Des sociétés pétrolières et gazières doivent des arriérés de taxes relatives à leurs pipelines dans une procédure de faillite — Les arriérés de taxes municipales étaient‑elles non garanties?

Virginia Hills Oil Corp. et Dolomite Energy Inc. (les « débitrices ») sont des sociétés d’énergie insolvables qui ont été déclarées en faillite le 3 mai 2017. Les débitrices devaient des arriérés de taxes foncières « linéaires » aux demanderesses, Northern Sunrise County, Municipal District of Opportunity No 17, et Lamont County (collectivement, les « municipalités »). Les intimées sont Alvarez & Marsal Canada Inc. (la « séquestre ») et la Banque de Nouvelle‑Écosse. La séquestre a vendu les biens des débitrices et une première distribution du produit de la vente a été faite aux créanciers garantis. Les municipalités n’ont en aucun temps fait valoir de revendications à titre de créancières garanties dans la faillite avant le prononcé d’une ordonnance de conseils, de directives et de distribution de fonds. Bien que les municipalités aient été avisées de la procédure qui a mené à l’ordonnance, elles n’ont pas comparu à l’audience et n’ont pas présenté d’observations. Cette ordonnance déclarait que les réclamations de taxes « linéaires » des municipalités étaient des créances non garanties contre les débitrices seulement, et non contre leurs biens. La séquestre a fait une distribution finale de tous les fonds recouvrés aux créanciers garantis et il ne restait plus d’argent pour acquitter les réclamations des municipalités. Après la distribution, Northern Sunrise a interjeté appel de l’ordonnance. Les autres municipalités ont été ajoutées comme appelantes. Les municipalités ont plaidé pour la première fois en appel que leurs réclamations au titre des arriérés de taxes foncières « linéaires » étaient des créances garanties en application de l’art. 348 de la Municipal Government Act, R.S.A. 2000, ch. M‑26 et de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité, L.R.C. 1985, ch. B‑3. Le juge de première instance a conclu que les municipalités étaient des créancières non garanties. Cette décision a été confirmée en appel.

20 juin 2017

Cour du Banc de la Reine de l’Alberta

(Juge Yamauchi)

Non publié

 

 

Jugement statuant que les réclamations au titre des taxes « linéaires » des municipalités demanderesses sont des créances non garanties contre les débitrices seulement et non contre les biens des débitrices

12 février 2019

Cour d’appel de l’Alberta (Calgary)

(Juges Bielby, Veldhuis et Strekaf)

2019 ABCA 61

 

 

Rejet de l’appel des demanderesses

 

10 avril 2019

Cour suprême du Canada

 

 

Dépôt de la demande d’autorisation d’appel

 

11 avril 2019

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la demande d’autorisation d’appel

 



 

38571

Chandos Construction Ltd. v. Deloitte Restructuring Inc. in its capacity as Trustee in Bankruptcy of Capital Steel Inc., a bankrupt

 

The schedule for serving and filing the material and any application for leave to intervene in the appeal of Chandos Construction Ltd. – v. – Deloitte Restructuring Inc. in its capacity as Trustee in Bankruptcy of Capital Steel Inc., a bankrupt (38571) to be heard on January 20, 2020, was set as follows by the Registrar:

 

a)       The notice of appeal shall be served and filed on or before August 30, 2019.

 

b)       The appellant’s record, factum and book of authorities, if any, shall be served and filed on or before October 25, 2019.

 

c)       Any person wishing to intervene in this appeal under Rule 55 of the Rules of the Supreme Court of Canada shall serve and file a motion for leave to intervene on or before November 15, 2019.

 

d)       The appellant and respondent shall serve and file their response(s), if any, to the motions for leave to intervene on or before November 21, 2019.

e)       Replies to any responses to the motions for leave to intervene shall be served and filed on or before November 26, 2019.

 

f)        Any intervener granted leave to intervene under Rule 59 of the Rules of the Supreme Court of Canada shall serve and file its respective factum and book of authorities, if any, on or before January 6, 2020.

 

g)       The respondent’s record, factum and book of authorities, if any, shall be served and filed on or before December 20, 2019.

 

 

Le registraire a établi l’échéancier suivant pour la signification et le dépôt des documents et pour toute requête en intervention dans l’appel Chandos Construction Ltd. – c. – Restructuration Deloitte Inc. en sa qualité de syndic de faillite de Capital Steel Inc., une faillie (38571) qui sera entendu le 20 janvier 2020 :

 

a)       L’avis d’appel sera signifié et déposé au plus tard le 30 août 2019.

 

b)       Les dossier, mémoire et recueil de sources, le cas échéant, de l’appelante seront signifiés et déposés au plus tard le 25 octobre 2019.

 

c)       Toute personne qui souhaite intervenir dans le présent appel en vertu de la règle 55 des Règles de la Cour suprême du Canada signifiera et déposera une requête en autorisation d’intervenir au plus tard le 15 novembre 2019.

 

d)       L’appelante et l’intimée signifieront et déposeront leur(s) réponse(s) aux demandes d’autorisation d’intervenir, le cas échéant, au plus tard le 21 novembre 2019.

 

e)       Les répliques à toute réponse aux demandes d’autorisation d’intervenir seront signifiées et déposées au plus tard le 26 novembre 2019.

 

f)        Tout intervenant qui sera autorisé à intervenir en application de la règle 59 des Règles de la Cour suprême du Canada devra signifier et déposer son mémoire et recueil de sources, le cas échéant, au plus tard le 6 janvier 2020.

 

g)       Les dossier, mémoire et recueil de sources, le cas échéant, de l’intimée seront signifiés et déposés au plus tard le 20 décembre 2019.



 

38544

Resolute FP Canada Inc. v. Hydro-Québec, et al.

 

The schedule for serving and filing the material and any application for leave to intervene in the appeal of Resolute FP Canada Inc. – v. – Hydro-Québec, et al. (38544) to be heard on January 21, 2020, was set as follows by the Registrar:

 

a)       The appellant’s record, factum and book of authorities, if any, shall be served and filed on or before October 25, 2019.

 

b)       Any person wishing to intervene in this appeal under Rule 55 of the Rules of the Supreme Court of Canada shall serve and file a motion for leave to intervene on or before November 15, 2019.

 

c)       The appellant and respondents shall serve and file their response(s), if any, to the motions for leave to intervene on or before November 22, 2019.

 

d)       Replies to any responses to the motions for leave to intervene shall be served and filed on or before November 27, 2019.

 

e)       Any intervener granted leave to intervene under Rule 59 of the Rules of the Supreme Court of Canada shall serve and file its respective factum and book of authorities, if any, on or before January 7, 2020.

 

f)        The respondents’ record, factum and book of authorities, if any, shall be served and filed on or before December 20, 2019.

 

 

Le registraire a établi l’échéancier suivant pour la signification et le dépôt des documents et pour toute requête en intervention dans l’appel PF Résolu Canada inc. – c. – Hydro-Québec, et al. (38544) qui sera entendu le 21 janvier 2020 :

a)       Les dossier, mémoire et recueil de sources, le cas échéant, de l’appelante seront signifiés et déposés au plus tard le 25 octobre 2019.

 

b)       Toute personne qui souhaite intervenir dans le présent appel en vertu de la règle 55 des Règles de la Cour suprême du Canada signifiera et déposera une requête en autorisation d’intervenir au plus tard le 15 novembre 2019.

 

c)       L’appelante et les intimées signifieront et déposeront leur(s) réponse(s) aux demandes d’autorisation d’intervenir, le cas échéant, au plus tard le 22 novembre 2019.

 

d)       Les répliques à toute réponse aux demandes d’autorisation d’intervenir seront signifiées et déposées au plus tard le 27 novembre 2019.

 

e)       Tout intervenant qui sera autorisé à intervenir en application de la règle 59 des Règles de la Cour suprême du Canada devra signifier et déposer leur mémoire et recueil de sources, le cas échéant, au plus tard le 7 janvier 2020.

 

f)        Les dossier, mémoire et recueil de sources, le cas échéant, des intimées seront signifiés et déposés au plus tard le 20 décembre 2019.

 


 


 

38613

l’appel Procureure générale du Québec, et al. c. 9147-0732 Québec inc

 

Le registraire a établi l’échéancier suivant pour la signification et le dépôt des documents et pour toute requête en intervention dans l’appel Procureure générale du Québec, et al. – c. – 9147-0732 Québec inc. (38613) qui sera entendu le 22 janvier 2020 :

 

a)       L’avis d’appel sera signifié et déposé au plus tard le 30 août 2019.

 

b)       Tout avis de question constitutionnelle sera signifié et déposé au plus tard le 30 août 2019.

 

c)       Tout procureur général qui souhaite intervenir en vertu du par. 33(4) des Règles de la Cour suprême du Canada signifiera et déposera un avis d’intervention relative à une question constitutionnelle au plus tard le 27 septembre 2019.

 

d)       Les dossier, mémoire et recueil de sources, le cas échéant, des appelants seront signifiés et déposés au plus tard le 25 octobre 2019.

 

e)       Toute personne qui souhaite intervenir dans le présent appel en vertu de la règle 55 des Règles de la Cour suprême du Canada signifiera et déposera une requête en autorisation d’intervenir au plus tard le 15 novembre 2019.

 

f)        Les appelants et l’intimée signifieront et déposeront leur(s) réponse(s) aux demandes d’autorisation d’intervenir, le cas échéant, au plus tard le 25 novembre 2019.

 

g)       Les répliques à toute réponse aux demandes d’autorisation d’intervenir seront signifiées et déposées au plus tard le 28 novembre 2019.

 

h)       Tout intervenant qui sera autorisé à intervenir en application de la règle 59 des Règles de la Cour suprême du Canada devra signifier et déposer leur mémoire et recueil de sources, le cas échéant, au plus tard le 8 janvier 2020.

 

 

i)         Tout procureur général intervenant dans l’appel en vertu de la règle 33(4) des Règles de la Cour suprême du Canada devront signifier et déposer leur mémoire et recueil de sources, le cas échéant, au plus tard le 8 janvier 2020.

 

j)        Les dossier, mémoire et recueil de sources, le cas échéant, de l’intimée seront signifiés et déposés au plus tard le 20 décembre 2019.

 

 

The schedule for serving and filing the material and any application for leave to intervene in the appeal of Attorney General of Quebec, et al. – v. – 9147-0732 Québec inc. (38613) to be heard on January 22, 2020, was set as follows by the Registrar:

 

a)       The notice of appeal shall be served and filed on or before August 30, 2019.

 

b)       Any notice of constitutional question shall be served and filed on or before August 30, 2019.

 

c)       Any attorney general intending to intervene under subrule 33(4) of the Rules of the Supreme Court of Canada shall serve and file a notice of intervention respecting constitutional question on or before September 27, 2019.

 

d)       The appellants’ record, factum and book of authorities, if any, shall be served and filed on or before October 25, 2019.

 

e)       Any person wishing to intervene in this appeal under Rule 55 of the Rules of the Supreme Court of Canada shall serve and file a motion for leave to intervene on or before November 15, 2019.

 

f)        The appellants and respondent shall serve and file their response(s), if any, to the motions for leave to intervene on or before November 25, 2019.

 

g)       Replies to any responses to the motions for leave to intervene shall be served and filed on or before November 28, 2019.

 

h)       Any intervener granted leave to intervene under Rule 59 of the Rules of the Supreme Court of Canada shall serve and file its respective factum and book of authorities, if any, on or before January 8, 2020.

 

i)         Any attorney general intervening in the appeal under Rule 33(4) of the Rules of the Supreme Court of Canada shall serve and file their factum and book of authorities, if any, on or before January 8, 2020.

 

j)        The respondent’s record, factum and book of authorities, if any, shall be served and filed on or before December 20, 2019.

 

 



 

38594

9354-9186 Québec inc., et al. – v. – Callidus Capital Corporation, et al.

 

The schedule for serving and filing the material and any application for leave to intervene in the appeal of 9354-9186 Québec inc., et al. – v. – Callidus Capital Corporation, et al. (38594) to be heard on January 23, 2020, was set as follows by the Registrar

:

a)       The notice of appeal shall be served and filed on or before September 16, 2019.

 

b)       The appellants’ record(s), factum(s) and book(s) of authorities, if any, shall be served and filed on or before November 4, 2019.

 

c)       Any person wishing to intervene in this appeal under Rule 55 of the Rules of the Supreme Court of Canada shall serve and file a motion for leave to intervene on or before November 25, 2019.

 

d)       The appellants and respondents shall serve and file their response(s), if any, to the motions for leave to intervene on or before December 2, 2019.

 

e)       Replies to any responses to the motions for leave to intervene shall be served and filed on or before December 4, 2019.

 

f)        Any intervener referred to in subparagraph 22(3)(c)(i) of the Rules of the Supreme Court of Canada shall serve and file its respective factum, if any, and book of authorities, if any, on or before December 16, 2019.

 

g)       Any intervener granted leave to intervene under Rule 59 of the Rules of the Supreme Court of Canada shall serve and file its respective factum and book of authorities, if any, on or before January 9, 2020.

 

h)       The respondents’ record(s), factum(s) and book(s) of authorities, if any, shall be served and filed on or before January 6, 2020.

 

i)         The appeal is tentatively scheduled to be heard on January 23, 2020.

 

 

Le registraire a établi l’échéancier suivant pour la signification et le dépôt des documents et pour toute requête en intervention dans l’appel 9354-9186 Québec inc., et al. – c. – Callidus Capital Corporation, et al. (38594) qui sera entendu le 23 janvier 2020 :

 

a)       L’avis d’appel sera signifié et déposé au plus tard le 16 septembre 2019.

 

b)       Les dossier(s), mémoire(s) et recueil(s) de sources, le cas échéant, des appelantes seront signifiés et déposés au plus tard le 4 septembre 2019.

 

c)       Toute personne qui souhaite intervenir dans le présent appel en vertu de la règle 55 des Règles de la Cour suprême du Canada signifiera et déposera une requête en autorisation d’intervenir au plus tard le 25 novembre 2019.

 

d)       Les appelantes et les intimés signifieront et déposeront leur(s) réponse(s) aux demandes d’autorisation d’intervenir, le cas échéant, au plus tard le 2 décembre 2019.

 

e)       Les répliques à toute réponse aux demandes d’autorisation d’intervenir seront signifiées et déposées au plus tard le 4 décembre 2019.

 

f)        Tout intervenant visé au sous-alinéa 22(3)c)(i) des Règles de la Cour suprême du Canada devra signifier et déposer son mémoire, le cas échéant, et recueil de sources, le cas échéant, au plus tard le 16 décembre 2019.

 

g)       Tout intervenant qui sera autorisé à intervenir en application de la règle 59 des Règles de la Cour suprême du Canada devra signifier et déposer son mémoire et recueil de sources, le cas échéant, au plus tard le 9 janvier 2020.

 

h)       Les dossier(s), mémoire(s) et recueil(s) de sources, le cas échéant, des intimés seront signifiés et déposés au plus tard le 6 janvier 2020.

 

i)         L’audition de l’appel est fixée provisoirement au 23 janvier 2020.

 


 

 

 

 


Motions /
Requêtes

 

AUGUST 15, 2019 / LE 15 AOÛT 2019

 

Motion for leave to intervene

Requête en autorisation d'intervention  

 

Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique, Fédération des parents francophones de Colombie-Britannique, Annette Azar-Diehl, Stéphane Perron et Marie-Nicole Dubois c. Sa Majesté la Reine du chef de la Province de la Colombie-Britannique et ministre de l’éducation de la Colombie-Britannique

(C.-B.) (38332)

 

 

LA JUGE MARTIN :

 

 

À LA SUITE DES DEMANDES présentées par le Commissaire aux langues officielles du Canada; le Réseau des groupes communautaires du Québec; David Asper Centre for Constitutional Rights; l’Association des juristes d’expression française du Nouveau-Brunswick inc. et l’Association des enseignantes et enseignants francophones du Nouveau-Brunswick inc. (conjointement); la Fédération nationale des conseils scolaires francophones; l’Association des parents de l’école Rose-des-Vents et l’Association des parents de l’école des Colibris (conjointement); Canadian Association for Progress in Justice; la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick et la Fédération des conseils d’éducation du Nouveau-Brunswick (conjointement); Assembly of Manitoba Chiefs; la Commission nationale des parents francophones; le Conseil scolaire francophone provincial de Terre-Neuve-et-Labrador; et la Chaire de recherche sur la francophonie canadienne en droits et enjeux linguistiques en vue d’obtenir la permission d’intervenir dans l’appel;

 

ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;

 

IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :               

 

Les requêtes en autorisation d’intervenir sont accueillies et chacun de ces douze (12) intervenants ou groupes d’intervenants pourra signifier et déposer un mémoire d’au plus dix (10) pages au plus tard le 12 septembre 2019.

 

Ces douze (12) intervenants ou groupes d’intervenants auront chacun le droit de présenter une plaidoirie orale d’au plus cinq (5) minutes lors de l’audition de l’appel.

 

Les appelants et les intimés sont chacun autorisés à signifier et déposer un seul mémoire en réplique à toutes les interventions d’au plus cinq (5) pages au plus tard le 17 septembre 2019.

 

Les intervenants n’ont pas le droit de soulever de nouvelles questions, de produire d’autres éléments de preuve ni de compléter de quelque autre façon le dossier des parties.

 

Conformément à l’alinéa 59(1)a) des Règles de la Cour suprême du Canada, les intervenants paieront aux appelants et aux intimés tous débours supplémentaires résultant de leurs interventions.

 

IL EST EN OUTRE ORDONNÉ CE QUI SUIT :

 

Le procureur général de la Nouvelle-Écosse, le procureur général du Nouveau-Brunswick, le procureur général de l’Île-du-Prince-Édouard, le procureur général de la Saskatchewan, le procureur général de l’Alberta, le procureur général de Terre-Neuve-et-Labrador et le procureur général des Territoires du Nord-Ouest  auront chacun le droit de présenter une plaidoirie orale d’au plus cinq (5) minutes lors de l’audition de l’appel.

 

 

UPON APPLICATION by the Commissioner of Official Languages of Canada; the Quebec Community Groups Network; the David Asper Centre for Constitutional Rights; Association des juristes d’expression française du Nouveau-Brunswick inc. and Association des enseignantes et enseignants francophones du Nouveau-Brunswick inc. (jointly); Fédération nationale des conseils scolaires francophones; Association des parents de l’école Rose-des-Vents and Association des parents de l’école des Colibris (jointly); the Canadian Association for Progress in Justice; Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick and Fédération des conseils d’éducation du Nouveau-Brunswick (jointly); the Assembly of Manitoba Chiefs; Commission nationale des parents francophones; Conseil scolaire francophone provincial de Terre-Neuve-et-Labrador; and the Canadian Francophonie Research Chair in Language Rights for leave to intervene in the above appeal;

 

AND THE MATERIAL FILED having been read;

 

IT IS HEREBY ORDERED THAT:

 

The motions for leave to intervene are granted and the said twelve (12) interveners or groups of interveners shall be entitled to each serve and file a factum not to exceed ten (10) pages in length on or before September 12, 2019.

 

The said twelve (12) interveners or groups of interveners are each granted permission to present oral argument not exceeding five (5) minutes at the hearing of the appeal.

 

The appellants and respondents are each granted permission to serve and file a single reply factum to all interventions not to exceed five (5) pages in length on or before September 17, 2019.

 

The interveners are not entitled to raise new issues or to adduce further evidence or otherwise to supplement the record of the parties.

 

Pursuant to Rule 59(1)(a) of the Rules of the Supreme Court of Canada, the interveners shall pay to the appellants and the respondents any additional disbursements resulting from their interventions.

 

IT IS HEREBY FURTHER ORDERED THAT:

 

The Attorney General of Nova Scotia, the Attorney General of New Brunswick, the Attorney General of Prince Edward Island, the Attorney General for Saskatchewan, the Attorney General of Alberta, the Attorney General of Newfoundland and Labrador and the Attorney General of the Northwest Territories are each granted permission to present oral argument not exceeding five (5) minutes at the hearing of the appeal.

 



 

AUGUST 16, 2019 / LE 16 AOÛT 2019

 

Motion to file a reply factum

Requête pour déposer un mémoire en réplique

 

K.G.K. v. HER MAJESTY THE QUEEN

(Man.) (38532)

 

 

MARTIN J.:

 

 

UPON APPLICATION by the appellant for an order granting leave to serve and file a factum not exceeding five (5) pages in reply to the factum of the respondent;

 

AND THE MATERIAL FILED having been read;

 

IT IS HEREBY ORDERED THAT:

 

The motion is granted.

 

The appellant shall serve and file a reply factum not exceeding five (5) pages in length on or before August 23, 2019.

 

 

À LA SUITE DE LA DEMANDE présentée par l’appelant sollicitant l’autorisation de signifier et de déposer un mémoire d’au plus cinq (5) pages en réplique au mémoire de l’intimée;

 

ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;

 

IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :             

 

La requête est accueillie.

 

L’appelant pourra signifier et déposer un mémoire en réplique d’au plus cinq (5) pages au plus tard le 23 août 2019.

 



 

AUGUST 19, 2019 / LE 19 AOÛT 2019

 

Motion to extend time

Requête en prorogation de délai 

 

FRANZ EMIR CABRERA v. HER MAJESTY THE QUEEN

(Alta.) (38677)

 

THE REGISTRAR:

 

 

UPON APPLICATION by the appellant for an order extending the time to serve and file his factum, record and book of authorities, if any, to September 3, 2019, pursuant to Rules 6 and 47 of the Rules of the Supreme Court of Canada;

 

AND THE MATERIAL FILED having been read;

 

AND NOTING THAT the respondent consents to the motion;

 

IT IS HEREBY ORDERED THAT:

 

The motion is granted.

 

 

À LA SUITE DE LA DEMANDE de l’appelant en prorogation du délai pour signifier et déposer ses mémoire, dossier et recueil de sources, le cas échéant, au 3 septembre 2019, en application des articles 6 et 47 des Règles de la Cour suprême du Canada;

 

ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;

 

ET COMPTE TENU du consentement de l’intimée;

 

IL EST ORDONNÉ QUE :

 

La requête est accueillie.

 


 

 

 

 

 

 


 

AUGUST 23, 2019 / LE 23 AOÛT 2019

 

Motion for an extension of time

Requête en prorogation de délai 

 

ATTORNEY GENERAL FOR SASKATCHEWAN v. ATTORNEY GENERAL OF CANADA

(Sask.) (38663)

 

 

THE CHIEF JUSTICE:

 

 

UPON APPLICATION by the appellant for an order extending the time to serve and file its factum, record and, if any, book of authorities and fixing a new tentative hearing date;

 

AND THE MATERIAL FILED having been read;

 

IT IS HEREBY ORDERED THAT:

 

The motion is granted in part.

 

The appellant is permitted to serve and file its factum, record and, if any, book of authorities, on or before October 9, 2019.

 

The appeal remains tentatively scheduled to be heard on January 14, 2020.

 

IT IS HEREBY FURTHER ORDERED THAT:

 

The schedule for serving and filing the material in the above-mentioned appeal is set as follows:

 

Any person wishing to intervene in this appeal under Rule 55 of the Rules of the Supreme Court of Canada shall serve and file a motion for leave to intervene on or before November 6, 2019.

 

The appellant and respondent shall serve and file their response(s), if any, to the motions for leave to intervene on or before November 15, 2019.

 

Replies to any responses to the motions for leave to intervene shall be served and filed on or before November 20, 2019.

 

The respondent’s record, factum and book of authorities, if any, shall be served and filed on or before December 4, 2019.

 

Any intervener granted leave to intervene under Rule 59 of the Rules of the Supreme Court of Canada shall serve and file its respective factum and book of authorities, if any, on or before December 20, 2019.

 

Any attorney general intervening in the appeal under Rule 33(4) of the Rules of the Supreme Court of Canada shall serve and file their factum and book of authorities, if any, on or before December 20, 2019.

 

 

À LA SUITE DE LA DEMANDE présentée par l’appelant en vue d’obtenir la prorogation du délai de signification et de dépôt de son mémoire, dossier et, le cas échéant, recueil de sources et pour que soit fixée une nouvelle date d’audition provisoire;

 

ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;

 

IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :

 

La requête est accueillie en partie.

 

L’appelant est autorisé à signifier et déposer son mémoire, dossier et, le cas échéant, recueil de sources au plus tard le 9 octobre 2019.

 

L’audition de l’appel demeure fixée provisoirement au 14 janvier 2020.

 

IL EST EN OUTRE ORDONNÉ CE QUI SUIT :

 

Les documents dans l’appel susmentionné doivent être signifiés et déposés suivant le calendrier ci-dessous :

 

Toute personne qui souhaite intervenir dans le présent appel en vertu de la règle 55 des Règles de la Cour suprême du Canada signifiera et déposera une requête en autorisation d’intervenir au plus tard le 6 novembre 2019.

 

L’appelant et l’intimé signifieront et déposeront leur(s) réponse(s) aux demandes d’autorisation d’intervenir, le cas échéant, au plus tard le 15 novembre 2019.

 

Les répliques à toute réponse aux demandes d’autorisation d’intervenir seront signifiées et déposées au plus tard le 20 novembre 2019.

 

Les dossier, mémoire et recueil de sources, le cas échéant, de l’intimé seront signifiés et déposés au plus tard le 4 décembre 2019.

 

Tout intervenant qui sera autorisé à intervenir en application de la règle 59 des Règles de la Cour suprême du Canada devra signifier et déposer leur mémoire et recueil de sources, le cas échéant, au plus tard le 20 décembre 2019.

 

Tout procureur général intervenant dans l’appel en vertu de la règle 33(4) des Règles de la Cour suprême du Canada devront signifier et déposer leur mémoire et recueil de sources, le cas échéant, au plus tard le 20 décembre 2019.

 


 

 

 

 


 

AUGUST 26, 2019 / LE 26 AOÛT 2019

 

Notice of miscellaneous motion

Avis de requête diverse

 

J.W. AND REO LAW CORPORATION v. ATTORNEY GENERAL OF CANADA, CHIEF ADJUDICATOR, INDIAN RESIDENTIAL SCHOOLS ADJUDICATION SECRETARIAT AND ASSEMBLY OF FIRST NATIONS

(Man.) (37725)

 

 

CORAM:              WAGNER C.J. AND ABELLA, MOLDAVER, KARAKATSANIS, CÔTÉ, BROWN AND ROWE JJ.

 

 

UPON APPLICATION by the appellants for an order removing the Chief Adjudicator of the Indian Residential Schools Adjudication Secretariat as a party in the above-referenced matter, pursuant to Rules 18 and 47 of the Rules of the Supreme Court of Canada;

 

AND THE MATERIAL FILED having been read;

 

IT IS HEREBY ORDERED THAT:

 

The motion is adjourned sine die.

 

 

 

À LA SUITE DE LA DEMANDE des appelants en vue du retrait de l’Adjudicateur en chef du Secrétariat d’adjudication des pensionnats indiens à titre de partie dans le présent renvoi, en vertu des art. 18 et 47 des Règles de la Cour suprême du Canada;

 

ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;

 

IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :

 

La requête est remise sine die.

 

 


 


 

AUGUST 29, 2019 / LE 29 AOÛT 2019

 

Vexatious

Vexatoire

 

 

XIN YAN v. RIGLUBE

(Ont.) (38008)

 


CÔTÉ J.
:

 

WHEREAS the Registrar has sent Mr. Xin Yan a notice under Rule 67 of the Rules of the Supreme Court of Canada;

 

AND WHEREAS the Registrar has requested that a judge issue an Order under Rule 66(2) of the Rules of the Supreme Court of Canada;

 

AND HAVING considered the material filed;

 

AND GIVEN THAT I am satisfied that the filing of further documents would be vexatious;

 

IT IS HEREBY ORDERED THAT:

 

Mr. Xin Yan is prohibited from filing further documents relating to these proceedings as of the date of this Order.

 

The Registrar is directed to discard any documents received in this matter after the date of this Order.

 

 

ATTENDU QUE le registraire a envoyé à M. Xin Yan un préavis en application de l’article 67 des Règles de la Cour suprême du Canada;

 

ET ATTENDU QUE le registraire a demandé qu’un juge rende une ordonnance en vertu du paragraphe 66(2) des Règles de la Cour suprême du Canada;

 

ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;

 

ET VU QUE je suis convaincue que le dépôt d’autres documents serait vexatoire;

 

IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :

 

Il est interdit à M. Xin Yan de déposer d’autres documents relatifs à l’instance en l’espèce à compter de la date de la présente ordonnance. 

 

Le registraire doit jeter tout document reçu dans l’affaire en l’espèce après la date de la présente ordonnance.

 

 


 

 

 


 

SEPTEMBER 3, 2019 / LE 3 SEPTEMBRE 2019

 

Motion for leave to intervene

Requête en autorisation d'intervention 

 

 

C.P. v. HER MAJESTY THE QUEEN

(Ont.) (38546)

 

 

ROWE J.:

 

UPON APPLICATION by the Criminal Lawyers’ Association (Ontario) for leave to intervene in the above motion to quash;

 

AND THE MATERIAL FILED having been read;

 

IT IS HEREBY ORDERED THAT:

 

The motion for leave to intervene is granted and the said intervener shall be entitled to serve and file a memorandum of argument not exceeding ten (10) pages in length within ten (10) days from the date of this order.

 

If the motion to quash proceeds to oral hearing, the said intervener will be granted permission to present oral argument not exceeding five (5) minutes at the hearing of the motion to quash.

 

The intervener is not entitled to raise new issues or to adduce further evidence or otherwise to supplement the record of the parties.

 

Pursuant to Rule 59(1)(a) of the Rules of the Supreme Court of Canada, the intervener shall pay to the appellant and respondent any additional disbursements resulting from its intervention.

 

 

À LA SUITE DE LA DEMANDE présentée par la Criminal Lawyers’ Association (Ontario), en vue d’intervenir dans la requête en cassation présentée dans le présent dossier;

 

ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;

 

IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :

 

La requête en autorisation d’intervenir est accueillie et cette intervenante pourra signifier et déposer un mémoire d’au plus dix (10) pages dans les dix (10) jours de la présente ordonnance.

 

Si la requête en cassation fait l’objet d’une audience, cette intervenante pourra présenter une plaidoirie orale d’au plus cinq (5) minutes lors de l’audience en question.

 

L’intervenante n’a pas le droit de soulever de nouvelles questions, de produire d’autres éléments de preuve ni de compléter de quelque autre façon le dossier des parties.

 

Conformément à l’alinéa 59(1)a) des Règles de la Cour suprême du Canada, l’intervenante paiera à l’appelant et à l’intimée tous dépens supplémentaires résultant de son intervention.

 



 

SEPTEMBER 4, 2019 / LE 4 SEPTEMBRE 2019

 

Vexatious

Vexatoire

 

 

Manigeh Sabok Sir v. DANIEL FLEURY

(Sask.) (38211)

 


CÔTÉ J.
:

 

WHEREAS the Registrar has sent Ms. Sir a notice under Rule 67 of the Rules of the Supreme Court of Canada;

 

AND WHEREAS the Registrar has requested that a judge issue an Order under Rule 66(2) of the Rules of the Supreme Court of Canada;

 

AND HAVING considered the material filed;

 

AND GIVEN THAT I am satisfied that the filing of further documents would be vexatious;

 

IT IS HEREBY ORDERED THAT:

 

Ms. Sir is prohibited from filing further documents relating to these proceedings as of the date of this Order.

 

The Registrar is directed to discard any documents received in this matter after the date of this Order.

 

 

ATTENDU QUE le registraire a fait parvenir à Mme Sir un préavis conformément à l’art. 67 des Règles de la Cour suprême du Canada;

 

ET ATTENDU QUE, le registraire a demandé à un juge de rendre une ordonnance en application de l’art. 66(2) des Règles de la Cour suprême du Canada;

 

APRÈS EXAMEN des documents déposés;

 

ET COMPTE TENU de ma conviction que le dépôt d’autres documents serait vexatoire;

 

IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :

 

Il est interdit à Mme Sir de déposer tout autre document relativement à la présente procédure, et ce, à compter de la date de la présente ordonnance.

 

Il est ordonné au registraire de se défaire de tout document reçu dans la présente affaire après la date de la présente ordonnance.

 


 

 


Notices of appeal filed since the last issue /
Avis d’appel déposés depuis la dernière parution

 

August 1, 2019

 

Ken Chung

 

                v. (38739)

 

Her Majesty the Queen (B.C.)

 

(As of Right)

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 26 août 2019

 

Desjardins Cabinet de services financiers inc., et al.

 

                v. (37898)

 

Ronald Asselin (Qc)

 

(Autorisation)

 


August 26, 2019

 

International Air Transport Association, et al. 

 

                v. (38562)

 

Instrubel, N.V., et al. (Que.)

 

(By Leave)

 


 

August 27, 2019

 

C.M. Callow Inc. 

 

                v. (38463)

 

Tammy Zollinger, et al. (Ont.)

 

(By Leave)

 


 


Notices of appeal Notices of discontinuance filed since the last issue /
Avis de désistement déposés depuis la dernière parution

 

Le 15 août 2019

 

6027377 Canada Inc., et al

 

                v. (38732)

 

Société Immobilière Manitonga Soutana Inc. (Qc)

 

(Autorisation)

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


                                                                                                           - 2019 -                                                                                                                  

OCTOBER – OCTOBRE

 

NOVEMBER – NOVEMBRE

 

DECEMBER – DÉCEMBRE

S

D

M

L

T

M

W

M

T

J

F

V

S

S

 

S

D

M

L

T

M

W

M

T

J

F

V

S

S

 

S

D

M

L

T

M

W

M

T

J

F

V

S

S

 

 

RH

1

2

3

4

5

 

 

 

 

 

 

1

2

 

1

CC

2

3

4

5

6

7

6

CC

7

8

YK

9

10

11

12

 

3

CC

4

5

6

7

8

9

 

8

9

10

11

12

13

14

13

H

14

15

16

17

18

19

 

10

H

11

12

13

14

15

16

 

15

16

17

18

19

20

21

20

21

22

23

24

25

26

 

17

18

19

20

21

22

23

 

22

23

24

H

25

H

26

27

28

27

28

29

30

31

 

 

 

24

25

26

27

28

29

30

 

29

30

31

 

 

 

 

- 2020 -

JANUARY – JANVIER

 

FEBRUARY – FÉVRIER

 

MARCH – MARS

S

D

M

L

T

M

W

M

T

J

F

V

S

S

 

S

D

M

L

T

M

W

M

T

J

F

V

S

S

 

S

D

M

L

T

M

W

M

T

J

F

V

S

S

 

 

 

H

1

2

3

4

 

 

 

 

 

 

 

1

 

1

2

3

4

5

6

7

5

6

7

8

9

10

11

 

2

3

4

5

6

7

8

 

8

9

10

11

12

13

14

12

CC

13

14

15

16

17

18

 

9

CC

10

11

12

13

14

15

 

15

CC

16

17

18

19

20

21

19

20

21

22

23

24

25

 

16

17

18

19

20

21

22

 

22

23

24

25

26

27

28

26

27

28

29

30

31

 

 

23

24

25

26

27

28

29

 

29

30

31

 

 

 

 

APRIL – AVRIL

 

MAY – MAI

 

JUNE – JUIN

S

D

M

L

T

M

W

M

T

J

F

V

S

S

 

S

D

M

L

T

M

W

M

T

J

F

V

S

S

 

S

D

M

L

T

M

W

M

T

J

F

V

S

S

 

 

 

1

2

3

4

 

 

 

 

 

 

1

2

 

 

1

2

3

4

5

6

5

6

7

8

9

H

10

11

 

3

4

5

6

7

8

9

 

7

CC

8

9

10

11

12

13

12

H

13

CC

14

15

16

GO

17

GO

18

 

10

CC

11

12

13

14

15

16

 

14

15

16

17

18

19

20

GO

19

GO

20

21

22

23

24

25

 

17

H

18

19

20

21

22

23

 

21

22

23

24

25

26

27

26

27

28

29

30

 

 

 

 24 /

31 

25

26

27

28

29

30

 

28

29

30

 

 

 

 

JULY – JUILLET

 

AUGUST – AOÛT

 

SEPTEMBER – SEPTEMBRE

S

D

M

L

T

M

W

M

T

J

F

V

S

S

 

S

D

M

L

T

M

W

M

T

J

F

V

S

S

 

S

D

M

L

T

M

W

M

T

J

F

V

S

S

 

 

 

H

1

2

3

4

 

 

 

 

 

 

 

1

 

 

 

1

2

3

4

5

5

6

7

8

9

10

11

 

2

H

3

4

5

6

7

8

 

6

H

7

8

9

10

11

12

12

13

14

15

16

17

18

 

9

10

11

12

13

14

15

 

13

14

15

16

17

18

RH

19

19

20

21

22

23

24

25

 

16

17

18

19

20

21

22

 

RH

20

21

22

23

24

25

26

26

27

28

29

30

31

 

 

 23 /

30 

 24 /

31 

25

26

27

28

29

 

27

YK

28

29

30

 

 

 

 

Sitting of the Court /

Séance de la Cour

 

18 sitting weeks / semaines séances de la Cour

86 sitting days / journées séances de la Cour

Rosh Hashanah / Nouvel An juif

Yom Kippur / Yom Kippour

RH

YK

Court conference /

Conférence de la Cour

CC

9   Court conference days /

     jours de conférence de la Cour

Greek Orthodox Easter / Pâques orthodoxe grecque

GO

Holiday / Jour férié

H

4   holidays during sitting days /

     jours fériés durant les séances

 

 

 

 Vous allez être redirigé vers la version la plus récente de la loi, qui peut ne pas être la version considérée au moment où le jugement a été rendu.