News Releases

Decision Information

Decision Content

Supreme Court of Canada / Cour suprême du Canada

 

(le français suit)

 

JUDGMENTS TO BE RENDERED IN LEAVE APPLICATIONS

 

April 27, 2015

For immediate release

 

OTTAWA – The Supreme Court of Canada announced today that judgment in the following applications for leave to appeal will be delivered at 9:45 a.m. EDT on Thursday, April 30, 2015.  This list is subject to change.

 

 

PROCHAINS JUGEMENTS SUR DEMANDES D’AUTORISATION

 

Le 27 avril 2015

Pour diffusion immédiate

 

OTTAWA – La Cour suprême du Canada annonce que jugement sera rendu dans les demandes d’autorisation d’appel suivantes le jeudi 30 avril 2015, à 9 h 45 HAE.  Cette liste est sujette à modifications.

 

 

 


1.       Her Majesty the Queen v. Erin Lee MacDonald (N.S.) (Criminal) (By Leave) (36238)

 

2.       Procureur général du Canada c. Jean-Marc Poulin de Courval, Ès qualité de syndic de faillite de Sylvain Girard (Qc) (Civile) (Autorisation) (36220)

 

3.       W.P. et al. v. Her Majesty the Queen et al. (Alta.) (Civil) (By Leave) (36285)

 

4.       Louis Peter Tekavec et al. v. Her Majesty the Queen in Right of the Province of British Columbia (B.C.) (Civil) (By Leave) (36269)

 

5.       Ali Hassan Saeed v. Her Majesty the Queen (Alta.) (Criminal) (By Leave) (36328)

 

6.       Joseph Ryan Lloyd v. Her Majesty the Queen (B.C.) (Criminal) (By Leave) (35982)

 

7.       Jessica Ernst v. Alberta Energy Regulator (Alta.) (Civil) (By Leave) (36167)

 

8.       Johnny Mennillo c. Intramodal Inc. (Qc) (Civile) (Autorisation) (36124)

 

9.       Martin Cousineau et autre c. Procureur général du Québec (Qc.) (Civile) (Autorisation) (36148)

 

10.    JH Drilling v. Alberta Natural Resources Conservation Board et al. (Alta.) (Civil) (By Leave) (36254)

 

11.    Humanics Universal Inc. et al v. City of Ottawa (Ont.) (Civil) (By Leave) (36199)

 

12.    Ville de Lévis c. Fraternité des policiers de Lévis inc. (Qc) (Civile) (Autorisation) (36106)

 

13.    Catherine Leuthold v. Canadian Broadcasting Corporation (F.C.) (Civil) (By Leave) (36030)

 

14.    Jason Daoust-Crochetiere v. Her Majesty the Queen in Right of the Province of Ontario as represented by the Minister of Natural Resources for the Province of Ontario (Ont.) (Civil) (By Leave) (36240)

 

15.    V. I. Fabrikant v. Her Majesty the Queen in Right of Canada et al. (F.C.) (Civil) (By Leave) (36282)

 

16.    Conrad M. Black v. Her Majesty the Queen (F.C.) (Civil) (By Leave) (36293)

 

17.    O.S.S. v. C.K.S.(B.) (Alta.) (Civil) (By Leave) (36299)

 

18.    Ali Raza Jafri et al. v. Minister of Citizenship and Immigration (F.C.) (Civil) (By Leave) (36213)

 

 

 

36238

Her Majesty the Queen v. Erin Lee MacDonald

- and -

Attorney General of Canada

(N.S.) (Criminal) (By Leave)

Charter of Rights  – Cruel and unusual punishment – Criminal law – Sentencing – Mandatory minimum sentences – Possession of loaded restricted firearm – Whether the mandatory minimum sentence imposed by s. 95(2) (a)(i) of the Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46 , constitutes cruel and unusual punishment within the meaning of s. 12  of the Canadian Charter of Rights and Freedoms  which cannot be justified under s. 1  of the Charter .

 

Mr. MacDonald, respondent, was prosecuted by indictment and ultimately convicted of possessing a loaded restricted firearm contrary to s. 95  of the Criminal Code .  That offence carries with it a minimum sentence of three years’ incarceration (s. 95(2) (a)(i)).  Mr. MacDonald’s s. 95  conviction was overturned by the Court of Appeal (2012 NSCA 50), but restored by this Court On January 17, 2014 (R. v. MacDonald, 2014 SCC 3, [2014] 1 S.C.R. 37). The Court remitted the matter to the Court of Appeal for sentencing, and in particular, for a determination on the constitutionality of s. 95(2) (a)(i) of the Criminal Code .  This application for leave to appeal stems from the Court of Appeal’s decision on that issue.  The Court of Appeal unanimously concluded that the mandatory minimum sentence imposed by s. 95(2) (a)(i) infringed s. 12  of the Charter  and could not be saved by s. 1 .  The Court was divided, however, on the appropriate sentence to be imposed in this case.  The majority found that the appropriate sentence was a period of incarceration of 18 months.  However, in the circumstances of this case, it stayed the enforcement of that sentence.  Beveridge J.A., dissenting, would have imposed a sentence of time served.

 

January 17, 2014

Supreme Court of Canada

2014 SCC 3

 

 

Crown appeal of respondent’s acquittal on charge of possession of a loaded restricted firearm allowed; conviction restored; matter remitted to Court of Appeal for sentencing

 

November 6, 2014

Nova Scotia Court of Appeal

(MacDonald C.J.N.S. and Saunders and Beveridge [dissenting in part] JJ.A.)

2014 NSCA 102

 

 

Sentence appeal allowed; s. 95(2) (a)(i) of the Criminal Code  declared of no force or effect to the extent it imposes mandatory minimum punishment of imprisonment for 3 years for first offence when Crown proceeds by indictment; respondent sentenced to a further 18 months’ incarceration for s. 95(2)  conviction but enforcement of order permanently stayed

 

December 31, 2014

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 

36238

Sa Majesté la Reine c. Erin Lee MacDonald

- et -

Procureur général du Canada

(N.-É.) (Criminelle) (Sur autorisation)

Charte des droits – Peines cruelles et inusitées – Droit criminel – Détermination de la peine – Peines minimales obligatoires – Possession d’une arme à feu à autorisation restreinte chargée – La peine minimale obligatoire imposée par le sous-al. 95(2) a)(i) du Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46 , constitue-t-elle une peine cruelle et inusitée au sens de l’art. 12  de la Charte canadienne des droits et libertés , qui ne peut être justifiée au regard de l’article premier de la Charte ?

 

Monsieur MacDonald, intimé, a été poursuivi par mise en accusation et déclaré coupable de possession d’une arme à feu à autorisation restreinte chargée, une infraction prévue à l’art. 95  du Code criminel .  Cette infraction entraîne une peine minimale de trois ans  d’emprisonnement (sous-al. 95(2) a)(i)).  La déclaration de culpabilité de M. MacDonald en application de l’art. 95  a été infirmée par la Cour d’appel (2012 NSCA 50), mais rétablie par notre Cour le 17 janvier 2014 (R. c. MacDonald, 2014 CSC 3, [2014] 1 R.C.S. 37).  Notre Cour a renvoyé l’affaire à la Cour d’appel pour la détermination de la peine et, en particulier, pour qu’elle se prononce sur la constitutionnalité du sous-al. 95(2) a)(i) du Code criminel .  La présente demande d’autorisation d’appel découle de l’arrêt de la Cour d’appel sur cette question.  À l’unanimité, la Cour d’appel a conclu que la peine minimale obligatoire imposée par le sous-al. 95(2) a)(i) violait l’art. 12  de la Charte  et qu’elle ne pouvait pas être validée par l’article premier.  Toutefois, la Cour était divisée sur la peine qu’il convenait d’imposer en l’espèce.  Les juges majoritaires ont conclu qu’une peine d’emprisonnement de 18 mois était appropriée.  Cependant, eu égard aux circonstances en l’espèce, ils ont suspendu l’exécution de cette peine.  Le juge Beveridge, dissident, aurait imposé une peine correspondant à la période de détention purgée.

 

17 janvier 2014

Cour suprême du Canada

2014 SCC 3

 

 

Arrêt accueillant l’appel du ministère public de l’acquittement de l’intimé relativement à l’accusation de possession d’une arme à feu à autorisation restreinte chargée; rétablissement de la déclaration de culpabilité; renvoi de l’affaire à la Cour d’appel pour détermination de la peine

 

6 novembre 2014

Cour d’appel de la Nouvelle-Écosse

(Juge en chef MacDonald, juges Saunders et Beveridge [dissident en partie])

2014 NSCA 102

 

 

Arrêt accueillant l’appel de la peine; arrêt déclarant que le sous-al. 95(2) a)(i) du Code criminel  est inopérant dans la mesure où il impose une peine d’emprisonnement obligatoire de trois ans pour la première infraction lorsque le ministère public procède par voie de mise en accusation; condamnation de l’intimé à une peine de dix-huit mois de détention supplémentaire relativement à la déclaration de culpabilité en vertu du par. 95(2) ; suspension permanente de l’exécution de la peine

 

31 décembre 2014

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la demande d’autorisation d’appel

 

 

36220

Attorney General of Canada v. Jean-Marc Poulin de Courval, In His Capacity a Trustee in Bankruptcy to Sylvain Girard

(Quebec) (Civil) (By Leave)

Tax law Bankruptcy and insolvency Federal income tax Interpretation Creditor and claims Application or enforcement Assessment Procedure applicable to the objection against a claim by the CRA in the bankruptcy of an individual Whether Notice of Assessment constitutes, in context of bankruptcy, a proceeding in view of recovery of a provable claim whose legal effects have been stayed? Sections 69.3 and 69.4 of the Bankruptcy and Insolvency Act, R.S.C. (1985), c. 1.

 

In May 2009, Mr. Girard filed for bankruptcy, declaring debts totalling $1,742,198.  In July 2009, the Canada Revenue Agency (“CRA”) filed a proof of claim with the respondent as trustee in the amount of $89,225.  On January 22, 2010, the CRA filed a claim in the amount of $731,774. The sum was in addition to the previous claim, but as an unsecured claim.  The CRA issued “Notices of Reassessment” attesting to the addition of this latter claim. These notices were for fiscal years 2004 and 2005 and concerned capital gains and income that Mr. Girard had allegedly failed to declare. Mr. Girard’s bankruptcy trustee disallowed the amended proof of claim, concluding that no leave to initiate proceedings had been solicited or obtained from the Quebec Superior Court, under the provisions of subsection 69.4 of the Bankruptcy and Insolvency Act  (BIA ).  The Notice of Assessment constitutes a measure taken in view of recovery of a provable claim and is therefore dependent on a decision of the court, in this case the Superior Court, to lift the stay under paragraph 69.3 BFI.

 

November 28, 2013

Quebec Superior Court

(Auclair J.)

 

 

Appeal from the dismissal of the “motion to appeal the decision of the trustee disallowing proof of claim” filed by Canada Revenue Agency, dismissed.

 

October 21, 2014

Quebec Court of Appeal (Montreal)

(Chief Justice Duval Hesler and Justices Hilton and Doyon)

2014 QCCA 1922

 

 

Appeal dismissed.

December 22, 2014

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed.

 

 

 

36220

Procureur général du Canada c. Jean-Marc Poulin de Courval, Ès qualité de syndic de faillite de Sylvain Girard

(Qc) (Civile) (Autorisation)

Droit fiscal — Faillite et insolvabilité — Impôt sur le revenu fédéral — Interprétation — Créancier et réclamations — Application ou exécution — Cotisation — Procédure applicable à la contestation d’une réclamation de l’ARC dans le cadre de la faillite d’un particulier — Est-ce qu’un avis de cotisation constitue, dans un contexte de faillite, une procédure « en vue de » recouvrer une réclamation prouvable dont les effets juridiques sont suspendus? Articles 69.3 et 69.4 de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité, L.R.C. (1985), c. 1.

 

En mai 2009, M. Girard a fait faillite, déclarant des dettes totalisant 1 742 198 $.  En juillet 2009, l’Agence de revenu du Canada (« l’ARC ») a déposé une preuve de réclamation auprès du syndic intimé de l’ordre de 89 225 $.  Le 22 janvier 2010, l’ARC a produit une réclamation d’un montant de 731 774 $.  Cette somme s’ajoutait à la précédente, mais à titre de réclamation non garantie.  L’ARC a émis des “Avis de nouvelle cotisation” attestant l’ajout de cette réclamation. Ces avis portaient sur les années fiscales 2004 et 2005 et visaient des gains en capital et des revenus que M. Girard n’aurait pas déclarés.  Le syndic à la faillite de M. Girard a rejeté la preuve de réclamation amendée, concluant qu’aucune autorisation d’intenter des procédures n’avait été sollicitée ou obtenue de la Cour supérieure du Québec, en vertu des dispositions de l’art. 69.4  de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité  (« LFI  »).  L’avis de cotisation constitue une mesure en vue du recouvrement d’une réclamation prouvable et est donc tributaire d’une décision du tribunal, en l’espèce, la Cour supérieure, levant la suspension prévue à l’art. 69.3  LFI .

 

Le 28 novembre 2013

Cour supérieure du Québec

(Le juge Auclair)

 

 

Pourvoi à l’encontre du rejet de la « requête en appel de la décision du syndic rejetant une preuve de réclamation » présentée par l’Agence de revenue du Canada, rejetée.

 

Le 21 octobre 2014

Cour d’appel du Québec (Montréal)

(La juge en chef Duval Hesler et les juges Hilton et Doyon)

2014 QCCA 1922

 

 

Appel rejeté.

Le 22 décembre 2014

Cour suprême du Canada

 

Demande d’autorisation d’appel déposée.

 

 

 

36285

[W.P.], [M.P.], [E.P.] v. Her Majesty the Queen, Attorney General of Alberta

(Alta.) (Civil) (By Leave)

(Publication ban in case) (Publication ban on party)

 

Civil Procedure – Limitations – Class proceedings – Summary judgment – Torts – Principles that apply to an application for summary judgment in a proposed class proceeding – Whether an entire claim by a class should be dismissed on a summary basis based on limitations defences – Whether application for summary judgment should be determined prior to, concurrent with, or after certification – Whether defences in respect of individual claims should be evaluated before or after certification – Whether test for summary judgment is whether there is a triable issue or whether there is any issue of merit or whether the claim or a defence is so compelling that the likelihood of it succeeding is very high.

 

WP, MP and EP were students and residents at the Alberta School for the Deaf.  They allege that teachers and staff abused them and abused other students physically, sexually and/or emotionally between 1955 and 1995.  They allege systemic negligence in the creation, operation, and management of the school allowed the abuse.  They allege physical injury, anxiety, depression, post-traumatic stress disorder, pain, suffering, decrease in ability to learn, and decreased enjoyment of life.  WP, MP and EP left the school in 1977, 1970 and 1991, respectively. In 2008, they commenced a claim based in negligence, vicarious liability, breach of trust and breach of fiduciary duty.  They applied for certification under the Class Proceedings Act, S.A. 2003, c. C-16.5.  The respondents cross-applied for summary judgment on the basis that the claims were barred under s. 3(1)(b) of the Limitations Act, R.S.A. 2000, c. L-12. 

 

May 23, 2013

Court of Queen’s Bench of Alberta

(Rooke J.)

2013 ABQB 296

 

 

Application for summary judgment granted and action dismissed; Action provisionally certified as class proceeding in event summary judgment reversed on appeal

 

November 28, 2014

Court of Appeal of Alberta (Edmonton)

(Costigan, Watson, Brown JJ.A.)

1303-0189-AC, 1303-0190-AC

2014 ABCA 404

 

 

Appeal from decision on summary judgment dismissed; Appeal from certification decision declared moot

 

January 30, 2015

Supreme Court of Canada

 

Application for extension of time to serve and file application for leave to appeal and Application leave to appeal filed

 

 

36285

[W.P.], [M.P.], [E.P.] c. Sa Majesté la Reine, procureur général de l’Alberta

(Alb.) (Civile) (Sur autorisation)

(Ordonnance de non-publication dans le dossier) (ordonnance de non-publication visant une partie)

 

Procédure civile – Prescriptions – Recours collectifs – Jugement sommaire – Responsabilité délictuelle – Principes qui s’appliquent à une requête en jugement sommaire dans le cadre d’un recours collectif projeté – Y a-t-il lieu de rejeter sommairement un recours collectif au complet sur le fondement de prescriptions invoquées comme moyen de défense? – Y a-t-il lieu de statuer sur une requête en jugement sommaire avant la certification, en même temps que la certification ou après la certification? – Les moyens de défense opposables aux recours individuels devraient-ils être évalués avant ou après la certification? – En matière de jugement sommaire, le critère applicable consiste-t-il à se demander s’il y a matière à procès, si l’affaire soulève une question sérieuse, ou si la demande ou un moyen de défense est à ce point concluant que ses chances de succès sont très élevées?

 

WP, MP et EP étaient élèves et pensionnaires à l’Alberta School for the Deaf.  Ils allèguent que des enseignants et des employés se seraient livrés à de la violence physique, sexuelle ou psychologique contre eux et contre d’autres élèves entre 1955 et 1995.  Ils allèguent que la négligence systémique dans la création, l’exploitation et la gestion de l’école a permis cette violence.  Ils allèguent avoir subi des préjudices physiques, de l’anxiété, de la dépression, des troubles de stress post-traumatique, de la douleur, des souffrances, une réduction des capacités d’apprentissage et une diminution de la qualité de vie.  WP, MP et EP ont quitté l’école en 1977, 1970 et 1991, respectivement.  En 2008, ils ont introduit un recours fondé sur la négligence, la responsabilité du fait d’autrui, l’abus de confiance et une violation de l’obligation fiduciaire.  Ils ont demandé la certification sous le régime de la Class Proceedings Act, S.A. 2003, ch. C-16.5.  Les intimés ont présenté une requête incidente en jugement sommaire, plaidant que les recours étaient prescrits en vertu de l’al. 3(1)b) de la Limitations Act, R.S.A. 2000, ch. L-12. 

 

23 mai 2013

Cour du Banc de la Reine de l’Alberta

(Juge Rooke)

2013 ABQB 296

 

 

Jugement accueillant la requête en jugement sommaire et rejetant l’action; certification provisoire de l’action comme recours collectif au cas où le jugement sommaire était infirmé en appel

 

28 novembre 2014

Cour d’appel de l’Alberta (Edmonton)

(Juges Costigan, Watson et Brown)

1303-0189-AC, 1303-0190-AC

2014 ABCA 404

 

 

Rejet de l’appel de la décision quant au jugement sommaire; déclaration portant que l’appel de la décision en matière de certification revêt un caractère théorique

 

30 janvier 2015

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la demande de prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel et de la demande d’autorisation d’appel

 

 

36269

Louis Peter Tekavec, Louis Peter Tekavec doing business as Goldcrest Apartments v. Her Majesty the Queen in Right of the Province of British Columbia

(B.C.) (Civil) (By Leave)

Torts – Negligence – Damages – Health care costs – Subrogated claim – Province bringing action against tortfeasor to recover health care costs incurred by injured party – Whether Court of Appeal erred in concluding that the Health Care Costs Recovery Act, S.B.C. 2008, c. 27 “does not require the Province to choose one course” of recovering health care costs, in holding applicant to deemed admissions from a previous action and in holding applicant to a higher standard than  provincial government with regard to res judicata.

 

On June 2, 2007, while visiting friends who were tenants in a building owned by the applicant, Mr. Tekavec, Mr. Jack leaned on a defective railing and fell three stories from the balcony, sustaining injuries.  He commenced an action against Mr. Tekavec, claiming damages pursuant to the Occupiers Liability Act, R.S.B.C. 1996, c. 37.  He also notified the Province of his claim  as required by s. 4 of the Health Care Costs Recovery Act, S.B.C. 2008, c. 27 (the “Act”).  He was awarded damages of approximately $322,000 based on the trial judge’s finding that Mr. Tekavec was aware of the defective balcony railing and failed to inspect and repair it.  The respondent, British Columbia, did not intervene in the action but later brought a separate action against Mr. Tekavec under s. 8 of the Act, seeking recovery of $68,061.46 for Mr. Jack’s health care costs.  In response to the civil claim, Mr. Tekavec served a response and a third party notice against Mr. Jack and the two tenants of the apartment, alleging that their negligence was the sole cause of the injuries.  The Province moved to strike the response to the civil claim and the third party notice on the basis that they were barred by estoppel.  Mr. Tekavec cross-applied to strike the notice of civil claim on the ground that recovery for health care costs had been raised and decided in the original trial and that the Province was estopped from pursuing it. 

 

December 16, 2013

Supreme Court of British Columbia

(Bracken J. )

2013 BCSC 2312

 

 

Province’s application to strike applicant’s response and portion of third party claim granted.  Respondent’s cross application to strike out Province’s notice of civil claim dismissed.

 

November 18, 2014

Court of Appeal for British Columbia

(Vancouver)

(Saunders, Neilson and Groberman JJ.A.)

2014 BCCA 444

 

 

Appeal dismissed

 

January 15, 2015

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 

 

36269

Louis Peter Tekavec, Louis Peter Tekavec faisant affaire sous la dénomination Goldcrest Apartments c. Sa Majesté la Reine du chef de la Province de Colombie-Britannique

(C.-B.) (Civile) (Sur autorisation)

Responsabilité délictuelle – Négligence – Dommages-intérêts – Coûts des soins de santé – Droit de recours par subrogation – La Province a intenté une action contre l’auteur du délit pour recouvrer les coûts des soins de santé engagés par la partie lésée – La Cour d’appel a-t-elle eu tort de conclure que la Health Care Costs Recovery Act, S.B.C. 2008, ch. 27 [traduction] « n’oblige pas la Province à opter pour un seul moyen » pour recouvrer les coûts des soins de santé, d’imputer au demandeur des aveux réputés faits dans le cadre d’une action précédente et d’astreindre le demandeur à une norme plus élevée que celle qui s’appliquerait au gouvernement provincial en ce qui concerne la chose jugée?

 

Le 2 juin 2007, alors qu’il était en visite chez des amis locataires d’un immeuble appartenant au demandeur, M. Tekavec, M. Jack s’est appuyé sur un garde-corps défectueux et a fait une chute de trois étages du balcon, subissant des blessures.  Il a intenté une action en dommages-intérêts contre M. Tekavec, fondée sur l’Occupiers Liability Act, R.S.B.C. 1996, ch. 37.  Il a également avisé la Province de sa poursuite, comme l’exige l’art. 4 de la Health Care Costs Recovery Act, S.B.C. 2008, ch. 27 (la « Loi »).  Il s’est vu accorder des dommages-intérêts d’environ 322 000 $, le juge de première instance ayant conclu que M. Tekavec savait que le garde-corps du balcon était défectueux, mais qu’il avait omis de l’inspecter et de le réparer.  La Colombie-Britannique, intimée, n’est pas intervenue dans l’action, mais a intenté par la suite une action distincte contre M. Tekavec, en application de l’art. 8 de la Loi, en recouvrement de la somme de 68 061,46 $ au titre des coûts soins de santé engagés par M. Jack.  En réponse à l’action civile, M. Tekavec a signifié une réponse et un avis de mise en cause à M. Jack et aux deux locataires de l’appartement, alléguant que leur négligence avait été la cause unique des blessures.  Par requête, la province a demandé la radiation de la réponse à l’action civile et de l’avis de mise en cause, plaidant leur irrecevabilité pour cause de préclusion.  Par requête incidente, M. Tekavec a demandé la radiation de l’avis de poursuite civile, plaidant que la question du recouvrement des coûts des soins de santé avait été soulevée et tranchée dans le procès initial et que la province était empêchée par préclusion de revenir sur cette question.

 

16 décembre 2013

Cour suprême de la Colombie-Britannique

(Juge Bracken)

2013 BCSC 2312

 

 

Jugement accueillant la demande de la Province en radiation de la réponse du demandeur et d’une partie de la mise en cause.  Rejet de la requête incidente de l’intimée en radiation de l’avis de poursuite civile de la Province

 

18 novembre 2014

Cour d’appel de la Colombie-Britannique

(Vancouver)

(Juges Saunders, Neilson et Groberman)

2014 BCCA 444

 

 

Rejet de l’appel

 

15 janvier 2015

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la demande d’autorisation d’appel

 

 

 

36328

Ali Hassan Saeed v. Her Majesty the Queen

(Alta.) (Criminal) (By Leave)

Charter of Rights and Freedoms – Search and Seizure – Criminal Law – Evidence – Sexual assault and sexual interference – Accused compelled to swab his penis – Swab tested for complainant’s DNA – Whether search violated s. 8  of the Charter  – Whether search justified based on the power to search incidental to arrest – Whether Court of Appeal mischaracterized the magnitude of the Charter  breach?

 

Mr. Saeed was arrested and charged with sexual assault and sexual interference.  At the police station, he was compelled to swab his penis for DNA testing while an officer watched.  The police officers’ intent was to test the swab for the complainant’s DNA.  The police did not obtain a warrant.  DNA on the swab matched the complainant.  In the trial proceedings, the admissibility of the DNA evidence and the identification of Mr. Saeed as the assailant were in issue.

 

January 11, 2013

Court of Queen’s Bench of Alberta

(Sulyma J.)

 

 

Convictions for sexual assault causing bodily harm and sexual interference

July 22, 2014

Court of Appeal of Alberta (Edmonton)

(Watson, McDonald McDonald [concurring in the result], Bielby JJ.A.)

1303-0047-A; 2014 ABCA 238

 

 

Appeal dismissed

February 25, 2015

Supreme Court of Canada

 

Application for extension of time to serve and file application for leave to appeal and Application for leave to appeal filed

 

 

36328

Ali Hassan Saeed c. Sa Majesté la Reine

(Alb.) (Criminelle) (Sur autorisation)

Charte des droits et libertés – Fouilles et perquisitions – Droit criminel – Preuve – Agression sexuelle et contacts sexuels – L’accusé a été contraint de faire un prélèvement par écouvillonnage de son pénis – Le prélèvement a été analysé pour détecter la présence de l’ADN de la plaignante – La fouille a-t-elle violé l’art. 8  de la Charte ? – La fouille était-elle justifiée par le pouvoir de fouille accessoire à l’arrestation? – La Cour d’appel a-t-elle mal caractérisé l’ampleur de la violation de la Charte ?

 

Monsieur Saeed a été arrêté et accusé d’agression sexuelle et de contacts sexuels.  Au poste de police, il a été contraint de faire, sous le regard d’un policier, un prélèvement par écouvillonnage de son pénis pour la conduite de tests d’ADN.  Les policiers voulaient soumettre à des tests le prélèvement obtenu pour y détecter l’ADN de la plaignante.  Les policiers n’avaient pas obtenu de mandat.  L’ADN détecté dans le prélèvement correspondait à celui de la plaignante.  Au procès, l’admissibilité de la preuve génétique et l’identification de M. Saeed comme agresseur étaient en cause.

 

11 janvier 2013

Cour du Banc de la Reine de l’Alberta

(Juge Sulyma)

 

 

Déclarations de culpabilité d’agression sexuelle causant des lésions corporelles et de contacts sexuels

22 juillet 2014

Cour d’appel de l’Alberta (Edmonton)

(Juges Watson, McDonald [concourant quant au résultat] et Bielby)

1303-0047-A; 2014 ABCA 238

 

 

Rejet de l’appel

25 février 2015

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la demande de prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel et de la demande d’autorisation d’appel

 

 

35982

Joseph Ryan Lloyd v. Her Majesty the Queen

(B.C.) (Criminal) (By Leave)

Canadian Charter of Rights and Freedoms  – Criminal law – Cruel and unusual treatment or punishment – Mandatory minimum sentence – Section 5(3) (a)(i)(D) of the Controlled Drugs and Substances Act S.C. 1996, c. 19  – Must a court find an inflationary effect on the sentence of the person bringing a s. 12  Charter  claim in order to consider the constitutionality of the mandatory minimum in issue – Does s. 5(3)(a)(i)(D) of the CDSA violate ss. 7 , 9  and 12  of the Charter  – Does the provincial court of British Columbia have jurisdiction to declare legislation to be of no force and effect if legislation is found to infringe a Charter  right – Should an appellate court disturb a sentence that is not demonstrably unfit as it is within the accepted range of sentence but at the low end of the range.

 

The applicant was convicted of possession of drugs for the purpose of trafficking.  He had a recent prior conviction for a similar offence and was subject to a mandatory minimum sentence of imprisonment for one year pursuant to s. 5(3) (a)(i)(D) of the Controlled Drugs and Substances Act  (hereinafter the CDSA ). The applicant challenged the constitutional validity of s. 5(3) (a)(i)(D) of the CDSA .  The trial judge ruled that the mandatory minimum sentence required by s. 5(3) (a)(i)(D) of the CDSA  constituted cruel and unusual punishment contrary to s. 12  of the Charter ; it was not a reasonable limit within the meaning of s. 1  of the Charter  and was declared  of no force and effect.  The Court of Appeal allowed the Crown’s appeal, set aside the declaration and increased the sentence imposed.

 

January 24, 2014

Provincial Court of British Columbia

(Galati P.C.J.)

2014 BCPC 8

http://canlii.ca/t/g33dc

 

 

Applicant’s motion challenging the constitutionality of s. 5(3) (a)(i)(D) of the CDSA  as violating s. 12  of the Charter  granted; one year concurrent sentences imposed

February 19, 2014

Provincial Court of British Columbia

(Galati P.C.J.)

2014 BCPC 11

http://canlii.ca/t/g3620

 

 

Section 5(3) (a)(i)(D) of the CDSA  declared of no force or effect as contrary to s. 12  of the Charter 

 

June 6, 2014

Court of Appeal for British Columbia

(Vancouver)

(Newbury, Kirkpatrick, Groberman JJ.A.)

2014 BCCA 224, CA041594

http://canlii.ca/t/g7ggx

 

 

Leave to appeal sentence granted; Crown’s appeal allowed; declaration set aside; sentence increased to 18 months for each of the one year concurrent sentences imposed, with a credit for 258 days

 

 

August 1, 2014

Supreme Court of Canada

 

 

Application for leave to appeal filed

 

August 14, 2014

Supreme Court of Canada

 

Applicant’s motion to expedite application for leave to appeal filed

 

 

35982

Joseph Ryan Lloyd c. Sa Majesté la Reine

(C.-B.) (Criminelle) (Autorisation)

Charte canadienne des droits et libertés  – Droit criminel – Traitement ou peine cruel et inusité – Peine minimale obligatoire – Article 5(3) a)(i)(D) de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances, L.C. 1996, c. 19  – Est-ce qu’une cour doit trouver un effet à la hausse relatif à la peine de la personne qui poursuit sur le fondement de la Charte  afin d’examiner la constitutionalité de la peine minimale obligatoire en cause? – Est-ce que l’art. 5(3)a)(i)(D) de la  LRCDAS viole les articles 7 , 9  et 12  de la Charte ? – Est-ce que la Cour provinciale de la Colombie-Britannique a compétence pour déclarer inopérante la législation qui enfreint un droit garanti par la Charte ? – Est-ce qu’une Cour d’appel devrait modifier une peine qui n’est pas manifestement pas indiquée puisqu’elle se situe dans la fourchette des peines qui peuvent être prononcées, même si elle est plutôt clémente?

 

Le demandeur a été déclaré coupable de possession de drogue en vue d’en faire le trafic.  Il avait une déclaration de culpabilité antérieure récente pour une infraction similaire et pouvait faire l’objet d’une peine minimale obligatoire d’un an d’emprisonnement en vertu de l’art. 5(3) a)(i)(D) de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances  (la LRCDAS ). Le demandeur a contesté la constitutionalité de l’art. 5(3) a)(i)(D) de la LRCDAS .  Le juge du procès a jugé que la peine minimale obligatoire exigée par l’art. 5(3) a)(i)(D) de la LRCDAS  constituait un traitement cruel et inusité contraire à l’art. 12  de la Charte  et n’était pas une restriction raisonnable au sens de l’article premier de la Charte .  L’article a donc été déclaré inopérant.  La Cour d’appel a accueilli l’appel interjeté par le ministère public, a annulé la déclaration et a majoré la peine imposée. 

 

24 janvier 2014

Cour provinciale de la Colombie-Britannique

(Juge Galati)

2014 BCPC 8

http://canlii.ca/t/g33dc

 

 

Requête du demandeur contestant la constitutionalité de l’art. 5(3) a)(i)(D) de la LRCDAS  car violant l’art. 12  de la Charte  accordée; peines d’un an, à purger concurremment, infligées

19 février 2014

Cour provinciale de la Colombie-Britannique

(Juge Galati)

2014 BCPC 11

http://canlii.ca/t/g3620

 

 

Article 5(3) a)(i)(D) de la LRCDAS  déclaré inopérant car contraire à l’art. 12  de la Charte 

 

6 juin 2014

Cour d’appel de la Colombie-Britannique 

(Vancouver)

(Juges Newbury, Kirkpatrick et Groberman)

2014 BCCA 224, CA041594

http://canlii.ca/t/g7ggx

 

 

Demande d’autorisation d’interjeter appel de la sentence accordée; appel interjeté par le ministère public accueilli; déclaration annulée; majoration de la peine à 18 mois pour chacune des peines d’un an, à purger concurremment, infligées, avec réduction de peine de 258 jours

 

1er août 2014

Cour suprême du Canada

 

 

Demande d’autorisation d’appel déposée

 

14 août 2014

Cour suprême du Canada

 

Requête du demandeur visant à accélérer la procédure de la demande d’autorisation d’appel déposée

 

 

36167

Jessica Ernst v. Alberta Energy Regulator

(Alta.) (Civil) (By Leave)

Charter of Rights  – Constitutional law – Enforcement – Remedy – Freedom of expression – Statutory immunity clause held to preclude adjudication of individual’s action in damages for alleged Charter  breach by the regulator – Can a general “protection from action” clause contained within legislation bar a Charter  claim for a personal remedy made pursuant to s. 24(1)  of the Charter  – Can legislation constrain what is considered to be a “just and appropriate” remedy under s. 24(1)  of the Charter Vancouver (City) v. Ward, 2010 SCC 27, [2010] 2 S.C.R. 28.

 

The applicant owns land near Rosebud, Alberta. She brought an action against:  i) EnCana Corporation for damage to her water well and the Rosebud aquifer allegedly caused by its construction, drilling, hydraulic fracturing and other activities in the area; ii) Alberta Environment and Sustainable Resource Development, claiming it owes her a duty to protect her water supply and had failed to address her complaints about EnCana; and iii) the respondent regulator, for “negligent administration of a regulatory regime” related to her claims against EnCana.  She brought a further claim for damages against the regulator under s. 24(1)  of the Charter  for alleged breaches of her s. 2 (b) Charter  rights.  She alleges that from November, 2005 to March 2007, the Board’s Compliance Branch refused to accept further communications from her through the usual channels for public communication until she agreed to raise her concerns only with the Board and not publicly through the media or through communications with other citizens.  She submits the respondent infringed her s. 2 (b) Charter  rights both by restricting her communication with it and by using those restrictions to punish her for past public criticisms and prevent her making future public criticisms of the respondent.

 

The respondent brought an application to strike paragraphs from the Statement of Claim or grant summary judgment in its favour.  The Court of Queen’s Bench of Alberta granted the application and struck out the applicant’s negligence and Charter  claims.  While the Court held that the Charter  claims were not doomed to fail and did disclose a cause of action, it held that the courts were precluded from considering the claims by the statutory immunity provision in the Energy Resources Conservation Act, R.S.A. 2000, c. E-10.  The Alberta Court of Appeal dismissed the appeal.

 

September 19, 2013

Court of Queen’s Bench of Alberta

(Wittmann J.)

2013 ABQB 537

 

 

Respondent’s application to strike negligence claims against it granted; Applicant’s claims for personal remedy for Charter  breach, struck or dismissed

September 15, 2014

Court of Appeal of Alberta (Calgary)

(Côté, Watson and Slatter JJ.A.)

2014 ABCA 285; 1301-0346-AC

 

 

Appeal dismissed

 

November 13, 2014

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 

36167

Jessica Ernst c. Alberta Energy Regulator

(Alb.) (Civile) (Sur autorisation)

Charte des droits – Droit constitutionnel – Exécution – Réparation – Liberté d’expression – Il a été jugé qu’une disposition législative accordant l’immunité empêchait de trancher une action en dommages-intérêts fondée sur une violation de la Charte  censément commise par l’organisme de règlementation – Une disposition accordant une protection générale contre les actions prévue dans la loi rend-elle irrecevable une demande de réparation personnelle faite en application du par. 24(1)  de la Charte ? – Une loi peut-elle restreindre ce qui est considéré comme une réparation « convenable et juste » au sens du par. 24(1)  de la Charte ? – Vancouver (Ville) c. Ward, 2010 CSC 27, [2010] 2 R.C.S 28.

 

La demanderesse est propriétaire d’un bien-fonds à Rosebud (Alberta).  Elle a intenté une action contre i) EnCana Corporation, pour des dommages à son puits d’eau et à l’aquifère de Rosebud, censément causés par les activités que l’entreprise exerce dans la région, notamment ses activités de construction, de forage et de fracturation hydraulique, ii) Alberta Environment and Sustainable Resource Development, alléguant que ce ministère avait envers elle une obligation de protéger son approvisionnement en eau et qu’il avait omis de donner suite à ses plaintes au sujet d’EnCana et iii) l’organisme de réglementation intimé, pour [traduction] « négligence dans l’administration d’un régime de réglementation » en lien avec ses réclamations contre EnCana.  Elle a en outre présenté une demande en dommages-intérêts contre l’organisme de réglementation en application du par. 24(1)  de la Charte  pour de présumées atteintes aux droits que lui garantit l’al. 2b)  de la Charte .  Selon la demanderesse, de novembre 2005 à mars 2007,  la Direction de la conformité de l’organisme intimé avait refusé d’accepter d’autres communications de sa part par les canaux habituels de communication publique jusqu’à ce qu’elle accepte de ne faire part de ses préoccupations qu’à l’organisme, et non publiquement par les médias ou par des communications avec d’autres citoyens.  Elle prétend que l’intimé a porté atteinte aux droits que lui garantit l’al. 2b)  de la Charte  en restreignant ses communications avec l’organisme et en utilisant ces restrictions pour la punir de ses critiques antérieures et l’empêcher de formuler d’autres critiques publiques de l’intimé.

 

L’intimé a présenté une demande pour obtenir la radiation de certains paragraphes de la déclaration ou un jugement sommaire en sa faveur.  La Cour du Banc de la Reine de l’Alberta a accueilli la demande et a radié les réclamations pour négligence et les réclamations fondées sur la Charte  présentées par la demanderesse.  Même si la Cour a statué que les réclamations fondées sur la Charte  n’étaient pas vouées à l’échec et qu’elles révélaient effectivement une cause d’action, elle a statué que les tribunaux ne pouvaient connaître des réclamations en raison de la disposition législative accordant l’immunité, prévue dans l’Energy Resources Conservation Act, R.S.A. 2000, ch. E-10.  La Cour d’appel de l’Alberta a rejeté l’appel.

 

19 septembre 2013

Cour du Banc de la Reine de l’Alberta

(Juge Wittmann)

2013 ABQB 537

 

 

Décision accueillant la demande de l’intimé en radiation des réclamations en négligence portées contre lui; radiation ou rejet des réclamations de la demanderesse afin d’obtenir une réparation personnelle pour violation de la Charte 

15 septembre 2014

Cour d’appel de l’Alberta (Calgary)

(Juges Côté, Watson et Slatter)

2014 ABCA 285; 1301-0346-AC

 

 

Rejet de l’appel

 

13 novembre 2014

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la demande d’autorisation d’appel

 

 

36124

Johnny Mennillo v. Intramodal Inc.

(Que.) (Civil) (By Leave)

Commercial law – Corporations – Action in oppression – Credibility of testimony and assessment of evidence – Whether share issue may be cancelled retroactively upon verbal consent of shareholders.

 

In July 2004, Mario Rosati incorporated the respondent Intramodal Inc. under the Canada Business Corporations Act  after discussions with the applicant, his friend Johnny Mennillo.  The two men agreed that the applicant would finance the company and Mr. Rosati would contribute his expertise.  In the company’s books, there is a resolution appointing both men as directors.  In addition, the common shares were shared in a proportion of 51/49 in favour of  Mr. Rosati.

 

On May 25, 2005, Mr. Mennillo resigned from his position as director and officer of Intramodal.  The reasons given for his resignation are contradictory.  The parties also have different interpretations of the scope of the resignation.  Intermodal began operations in December 2009, and Mr. Mennillo continued to advance money to keep the company running smoothly. By the time this venture ended, he had advanced a total of $440,000.  This amount was paid back to him from July 2006 to December 2009. According to the applicant, when the last payment was made, he learned that he was no longer a shareholder in Intramodal.  Believing that Intramodal and Mr. Rosati had unduly and illegitimately deprived him of his status, he filed an action in oppression against Intramodal.

 

The Superior Court dismissed the action.  Poirier J. found that Mr. Mennillo held 49 common shares on condition that he guarantee all of Intramodal’s debts.  He refused to do so and asked to withdraw from the company as shareholder and director, effective May 25, 2005, while agreeing to be no more than a lender to his friend Mr. Rosati.  A majority of the Court of Appeal dismissed the appeal.  The dissenting judge would have declared that Mr. Mennillo was still a shareholder in the company. 

 

April 17, 2012

Quebec Superior Court

(Poirier J.)

2012 QCCS 1640

 

 

Action in oppression dismissed

August 14, 2014

Quebec Court of Appeal (Montréal)

(Vézina, Gagnon and St-Pierre JJ.A.)

2014 QCCA 1515 ; 500-09-022699-128

 

 

Appeal dismissed

 

October 10, 2014

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 

 

36124

Johnny Mennillo c. Intramodal Inc.

(Qc) (Civile) (Autorisation)

Droit commercial – Société par actions – Recours en oppression – Crédibilité des témoignages et appréciation de la preuve – Une émission d’actions peut-elle être annulée rétroactivement par consentement verbal entre les actionnaires?

 

En juillet 2004, l’intimée Intramodal inc. est incorporée sous le régime de la Loi canadienne sur les sociétés par actions  par Mario Rosati, qui procède ainsi à la suite de discussions avec le demandeur, son ami Johnny Mennillo.  Les deux hommes s’entendent pour que le demandeur finance l’entreprise et M. Rosati fournisse son expertise.  Dans les livres de la compagnie, une résolution nomme les deux hommes administrateurs.  De plus, les actions ordinaires sont partagées dans une proportion de 51/49 en faveur de M. Rosati.

 

Le 25 mai 2005, M. Mennillo démissionne de son poste d’administrateur et dirigeant d’Intramodal.  Les raisons données pour expliquer la démission sont contradictoires.  Les parties ont également une interprétation différente de la portée de celle-ci.  Les opérations d’Intramodal débutent en décembre 2009, et M. Mennillo continue d’avancer de l’argent pour mener à bien les opérations de la société.  Au terme de l’aventure, il aura avancé une somme totale de 440 000 $.  Cette somme lui sera remboursée de juillet 2006 à décembre 2009.  Selon le demandeur, au moment du dernier paiement, il comprend qu’il n’est plus actionnaire d’Intramodal.  D’avis qu’Intramodal et M. Rosati l’ont dépouillé indûment et sans droit de son statut, il intente un recours en oppression contre Intramodal.

 

La Cour supérieure rejette le recours. Le juge Poirier conclut que M. Mennillo a détenu 49 actions ordinaires conditionnellement à ce qu’il garantisse l’ensemble des créances d’Intramodal.  Il a refusé cette aventure et a demandé son retrait de la compagnie à titre d’actionnaire et d’administrateur à compter du 25 mai 2005, et a alors accepté de n’être que le prêteur à son ami Rosati.  À la majorité, la Cour d’appel rejette l’appel.  Le juge dissident aurait déclaré que M. Mennillo était toujours demeuré actionnaire de la compagnie.

 

Le 17 avril 2012

Cour supérieure du Québec

(Le juge Poirier)

2012 QCCS 1640

 

 

Recours en oppression rejeté

Le 14 août 2014

Cour d’appel du Québec (Montréal)

(Les juges Vézina, Gagnon et St-Pierre)

2014 QCCA 1515 ; 500-09-022699-128

 

 

Appel rejeté

 

Le 10 octobre 2014

Cour suprême du Canada

 

Demande d’autorisation d’appel déposée

 

 

 

36148

Martin Cousineau, Francine Morrissette v. Attorney General of Quebec

(Quebec) (Civil) (By Leave)

Civil procedure – Administrative law – Administrative boards and tribunals – Jurisdiction – Disciplinary complaints – Declaratory actions – Powers of administrative tribunals to dispose of constitutional issues – Applicants challenging constitutionality of art. 5.08 of the Code of ethics – Whether Okwuobi created henceforth exclusive recourse precluding action based on Oakes but making mandatory disciplinary process, appeal before Professions Tribunal and potential exercise of Superior Court’s superintending power, with standard of review being that of reasonableness as suggested in Doré, thus depriving applicants of more favourable and more immediate recourse, as recognized in Khela – Whether constitutional defence against disciplinary complaint precludes remedy before Superior Court since Martin provides that administrative tribunals have concomitant jurisdiction to decide questions of law.

 

The syndic of the Ordre des audioprothésistes du Québec filed a disciplinary complaint against the applicant, accusing him of illegally advertising in Lobe Magazine and on the Lobe website.  The applicant sent the Attorney General of Quebec (“AGQ”) a first notice under art. 95 C.C.P. to invalidate art. 5.08 of the Code of ethics of hearing-aid acousticians given that this provision was contrary to the Canadian Charter .  He subsequently sent a new amended notice to the AGQ under art. 94 C.C.P., and submitted it to the disciplinary council of the Ordre des audioprothésistes du Québec.  The third party, Lobe Réseau Inc., intervened in the case pending before the disciplinary council of the Ordre des audioprothésistes du Québec by also submitting a notice to the AGQ under art. 95 C.C.P. and a motion to declare invalid art. 5.08 of the Code of ethics of hearing-aid acousticians.  Before the disciplinary council, the applicant filed a motion for a stay of proceedings, which was dismissed.  The hearing on the merit of the disciplinary complaint was to be held on April 23, 24 and 25, 2014, but the applicant turned to the Superior Court to have the provision declared invalid on the same constitutional grounds.

 

April 22, 2014

Quebec Superior Court

(Geoffroy J.)

2014 QCCS 2916

 

 

Motion to dismiss filed by the Attorney General of Quebec allowed; applicants’ motion for declaration of invalidity with respect to s. 5.08 of Code of ethics of hearing-aid acousticians and for an order to safeguard dismissed.  Reasons to follow on May 2, 2014.

 

May 2, 2014

Quebec Superior Court

(Geoffroy J.)

 

 

Motion to dismiss filed by the Attorney General of Quebec allowed; applicants’ motion for declaration of invalidity with respect to s. 5.08 of Code of ethics of hearing-aid acousticians and for an order to safeguard dismissed.

Declaration of intervention by Gino Villeneuve, in his capacity as the syndic of the Ordre des audioprothésistes du Québec.

 

September 8, 2014

Quebec Court of Appeal (Québec)

(Morissette, Gagnon and Savard JJ.A.)

2014 QCCA 1729

 

 

Motion to dismiss appeal allowed, appeal dismissed.

November 3, 2014

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed.

 

 

 

36148

Martin Cousineau, Francine Morrissette c. Procureur général du Québec

(Qc) (Civile) (Autorisation)

Procédure civile – Droit administratif – Organismes et tribunaux administratifs – Compétence – Plainte disciplinaire – Recours déclaratoire – Pouvoirs des tribunaux administratifs de trancher des questions de droit constitutionnel – Demandeurs contestent constitutionalité de l’article 5.08 du Code de déontologie – L’arrêt Okwuobi a-t-il créé un recours désormais exclusif qui rende d’une part irrecevable une action en justice fondée sur l’arrêt Oakes et d’autre part obligatoires le recours au processus disciplinaire, l’appel au Tribunal des professions et l’éventuel exercice du pouvoir discrétionnaire de surveillance de la Cour supérieure, alors que la norme de contrôle serait celle de la décision raisonnable ainsi que le suggère la décision Doré, privant les demandeurs du recours qui leur est plus favorable et plus immédiat, reconnu à l’arrêt Khela – La défense de nature constitutionnelle à l’encontre de la plainte disciplinaire empêche-t-elle l’exercice du recours à la Cour supérieure, alors que l’arrêt Martin prévoit que les tribunaux administratifs ont compétence concomitante pour trancher les questions de droit.

 

Le syndic de l’Ordre des audioprothésistes du Québec dépose une plainte disciplinaire contre le demandeur, lui reprochant une publicité illégale faite dans la revue Lobe magazine ainsi que sur le site Web de Lobe. Ce dernier transmet au procureur général du Québec (« PGQ »), un premier avis selon l’article 95 C.p.c. visant à faire invalider l’article 5.08 du Code de déontologie des audioprothésistes considérant que cet article irait à l’encontre de la Charte canadienne .  Par la suite, il transmet au PGQ et produit au Conseil de discipline de l’Ordre des audioprothésistes du Québec un nouvel avis amendé en vertu de l’article 94 C.p.c. Le mis en cause Lobe Réseau inc. intervient au dossier pendant devant le Conseil de discipline de l’Ordre des audioprothésistes du Québec en y produisant à son tour un avis au PGQ en vertu de l’article 95 C.p.c. et une requête en déclaration d’invalidité de l’article 5.08 du Code de déontologie des audioprothésistes.  Le demandeur présente au Conseil de discipline, une requête en arrêt des procédures qui est rejetée.  L’audition sur le fond de la plainte disciplinaire devait débuter les 23, 24 et 25 avril 2014, or le demandeur s’adresse à la Cour supérieure pour obtenir une déclaration d’invalidité de cette même disposition et pour les mêmes motifs constitutionnels.

 

Le 22 avril 2014

Cour supérieure du Québec

(Le juge Geoffroy)

2014 QCCS 2916

 

 

Requête en irrecevabilité présentée par le procureur général du Québec accueillie; Requête des demandeurs en déclaration d’invalidité de l’article 5.08 du Code de déontologie des audioprothésistes et ordonnance de sauvegarde rejetée.  Motifs à suivre le 2 mai, 2014.

 

Le 2 mai 2014

Cour supérieure du Québec

(Le juge Geoffroy)

 

 

Requête en irrecevabilité présentée par le procureur général du Québec accueillie; Requête des demandeurs en déclaration d’invalidité de l’article 5.08 du Code de déontologie des audioprothésistes et ordonnance de sauvegarde rejetée.

Déclaration d’intervention de Gino Villeneuve, ès qualité de syndic de l’ordre des audioprothésistes du Québec.

 

Le 8 septembre 2014

Cour d’appel du Québec (Québec)

(Les juges Morissette, Gagnon et Savard)

2014 QCCA 1729

 

 

Requête en rejet d’appel accueillie, appel rejeté.

Le 3 novembre 2014

Cour suprême du Canada

 

Demande d’autorisation d’appel déposée.

 

 

 

36254

JH Drilling v. Alberta Natural Resources Conservation Board, Parsons Creek Aggregates

(Alta.) (Civil) (By Leave)

Administrative law — Natural Resources Conservation Board — Whether anyone should be entitled to a formal hearing by the Natural Resources Conservation Board — Whether the Board should discuss concerns about a project when a formal hearing is not granted — Whether decision making bodies should be required to consider greenhouse gases should be considered by the Board — Whether the amended Alberta Rules of Court should have been applied here — Whether an applicant has to receive leave to appeal multiple times — Whether you have to be a classical landowner in order to be “directly affected” within the meaning of s. 8(3) of the Natural Resources Conservation Board Act — Whether contracts law and farmout agreements bind the Government of Alberta — Whether the Natural Resources Conservation Board lost jurisdiction by failing to give a fair hearing or any hearing on the matter of standing — Whether the Natural Resources Conservation Board erred in law in finding that JH Drilling was not “directly affected” within the meaning of s. 8(3).

 

Parsons Creek Aggregates Ltd. applied for regulatory approval for constructing and operating a limestone quarry.  JH Drilling Inc. objected, saying that it had explored some of the same lands and had applied for a Surface Materials Lease to develop clay, sand and gravel on those lands.  The NRCB found that JHD did not have standing in respect of the Parsons application because it was not “directly affected” by the project within the meaning of the Natural Resources Conservation Board Act, R.S.A. 2000, c. N-3. Specifically, it did not own or lease the land subject to the lease application.  As there was no objection to the application from a person with standing, it was not necessary to hold a public hearing.  Parsons’ application was approved by written decision of the NRCB in February 2014.  JHD sought and was granted leave to appeal, but a motion to reargue was granted. Leave to appeal that decision was denied. Leave to appeal that decision and the previous decision, and a motion to stay those leave applications, were also denied.  A motion for leave to reargue those applications for leave to appeal was then dismissed, and directions on costs were given.

 

August 14, 2013

Natural Resources Conservation Board

(Hartwell, Turner, Tingley)

NRCB App. No. 1001

 

 

JH Drilling denied standing to intervene in an application for regulatory approval by Parsons Creek Aggregates; hearing cancelled

 

February 25, 2014

Natural Resources Conservation Board

(Hartwell, Turner, Tingley)

NRCB App. No. 1001; Decision NR 2014-01

 

 

Parsons application approved, subject to certain undertakings, commitments and conditions

April 15, 2014

Court of Appeal of Alberta (Edmonton)

(Berger J.A.)

2014 ABCA 134

 

 

Leave to appeal granted on specified grounds

July 4, 2014

Court of Appeal of Alberta (Edmonton)

(Berger J.A.)

2014 ABCA 223

 

 

Motion for leave to reargue motion for leave to appeal granted

 

September 22, 2014

Court of Appeal of Alberta (Edmonton)

(Veldhuis J.A.)

2014 ABCA 312

 

 

Motion for leave to appeal decision granting leave to reargue decision rendered July 4, 2014, dismissed

 

November 13, 2014

Court of Appeal of Alberta (Edmonton)

(Slatter J.A.)

2014 ABCA 378

 

 

Applications to stay applications for leave to appeal decisions rendered July 4, 2014, and September 22, 2014, denied; applications for leave to appeal those decisions dismissed

 

December 18, 2014

Court of Appeal of Alberta (Edmonton)

(Slatter J.A.)

2014 ABCA 445

 

 

Motion for leave to reargue applications for leave to appeal rendered July 4, 2014, and September 22, 2014, dismissed; with specified costs

January 12, 2015

Supreme Court of Canada

 

 

Application for leave to appeal filed

January 21, 2015

Supreme Court of Canada

 

Motion for extension of time filed

 

 

36254

JH Drilling c. Alberta Natural Resources Conservation Board, Parsons Creek Aggregates

(Alb.) (Civile) (Sur autorisation)

Droit administratif — Office de conservation des ressources naturelles — N’importe qui devrait-il avoir le droit à une audience formelle devant l’office albertain de conservation des ressources naturelles? — L’office devrait-il discuter de préoccupations à propos d’un projet lorsqu’une audience formelle n’est pas accordée? — Les organismes décisionnels devraient-ils être tenus de prendre en considération les gaz à effet de serre? — Les règles de procédure modifiées de l’Alberta auraient-elles dû s’appliquer en l’espèce? — Faut-il qu’un demandeur obtienne l’autorisation d’appel à plusieurs occasions? — Faut-il être un propriétaire foncier à proprement parler pour être [traduction] « directement touché » (“directly affected”) au sens du par. 8(3) de la Natural Resources Conservation Board Act? — Le droit des contrats et les accords d’amodiation lient-ils le gouvernement de l’Alberta? — L’office de conservation des ressources naturelles a-t-il perdu compétence en n’accordant pas une audience équitable ou quelque audience que ce soit sur la question de l’intérêt à agir? — L’office de conservation des ressources naturelles a-t-il commis une erreur de droit en concluant que JH Drilling n’était pas [traduction] « directement touchée » au sens du par. 8(3)?

 

Parsons Creek Aggregates Ltd. a demandé une approbation réglementaire pour la construction et l’exploitation d’une carrière de calcaire.  JH Drilling Inc. s’y est opposée, affirmant qu’elle avait exploré certains de ces mêmes biens-fonds et avait demandé un bail de matériaux de surface pour faire la mise en valeur de l’argile, du sable et du gravier sur ces terres.  L’office a conclu que JHD n’avait pas la qualité pour agir à l’égard de la demande de Parsons car elle n’était pas [traduction] « directement touchée » par le projet au sens de la Natural Resources Conservation Board Act, R.S.A. 2000, ch. N-3. En particulier, elle n’était pas propriétaire ou amodiataire des biens-fonds faisant l’objet de la demande de bail.  Puisqu’il n’y avait eu aucune opposition de quiconque avait la qualité pour agir, il n’était pas nécessaire de tenir une audience publique.  En février 2014, par une décision rendue par écrit, l’office a approuvé la demande de Parsons.  JHD a demandé et obtenu l’autorisation d’appel, mais une requête en vue de débattre la demande de nouveau a été accueillie.  L’autorisation d’en appeler de cette décision a été rejetée.  L’autorisation d’en appeler de cette décision et de la décision antérieure, de même qu’une requête en suspension de ces demandes d’autorisation, ont été rejetées également.  Une requête en autorisation de débattre de nouveau les demandes d’autorisation d’appel a ensuite été rejetée, et des directives sur les dépens ont été données.

 

14 août 2013

Natural Resources Conservation Board

(Membres Hartwell, Turner et Tingley)

No de demande de la NRCB 1001

 

Décision refusant à JH Drilling la qualité pour intervenir dans une demande d’approbation réglementaire présentée par Parsons Creek Aggregates; annulation de l’audience

 

25 février 2014

Natural Resources Conservation Board

(Membres Hartwell, Turner et Tingley)

No de demande de la NRCB 1001; décision NR 2014-01

 

 

Approbation de la demande de Parsons, sous réserve de certains engagements et à certaines conditions

15 avril 2014

Cour d’appel de l’Alberta (Edmonton)

(Juge Berger)

2014 ABCA 134

 

 

Arrêt accordant l’autorisation d’appel pour des motifs particuliers

4 juillet 2014

Cour d’appel de l’Alberta (Edmonton)

(Juge Berger)

2014 ABCA 223

 

 

Arrêt accordant l’autorisation de débattre de nouveau la requête en autorisation d’appel

 

22 septembre 2014

Cour d’appel de l’Alberta (Edmonton)

(Juge Veldhuis)

2014 ABCA 312

 

 

Rejet de la requête en autorisation d’appel de la décision accordant l’autorisation de débattre de nouveau la décision rendue le 4 juillet 2014

 

13 novembre 2014

Cour d’appel de l’Alberta (Edmonton)

(Juge Slatter)

2014 ABCA 378

 

 

Rejet des demandes de suspension des demandes d’autorisation d’appel des décisions rendues le 4 juillet 2014 et le 22 septembre 2014; rejet des demandes d’autorisation d’appel de ces décisions

 

18 décembre 2014

Cour d’appel de l’Alberta (Edmonton)

(Slatter J.A.)

2014 ABCA 445

 

 

Rejet de la requête en autorisation de débattre de nouveau les demandes d’autorisation d’appel tranchées le 4 juillet 2014 et le 22 septembre 2014, avec dépens déterminés

 

12 janvier 2015

Cour suprême du Canada

 

 

Dépôt de la demande d’autorisation d’appel

21 janvier 2015

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la requête en prorogation de délai

 

 

36199

Humanics Universal Inc., Ranjit Perera v. City of Ottawa

(Ont.) (Civil) (By Leave)

Charter of Rights  – Freedom of expression – Right to liberty – Administrative law – Appeals – Boards and tribunals – Judicial review – Whether fair and reasonable use of one’s home and homestead is protected by sections 2 , 7  and 8  of the Charter  – Whether the applicants’ section 2  and 7  Charter  rights were violated by the imposition of the three impugned draft plan conditions and whether such infringement is justified under section 1  of the Charter .

 

The applicants applied for a plan of subdivision for a 0.8 hectare property in Cumberland Ontario.  The respondent imposed conditions for approval, including requiring a 6 meter access allowance within the slope setback.  The applicants appealed many conditions to the Ontario Municipal Board (“OMB”) and argued that some contravened their Charter  rights.  The OMB granted the respondent’s motion to strike the Charter  issues.  Nine months later, the applicants brought a motion to have the earlier decision reconsidered.  The OMB Chair refused on the basis that the motion had not been brought within the thirty day limitation period and it was not in the public interest to reopen the decision in this case.  The applicants brought a motion for leave to appeal that decision to the Superior Court of Justice, Divisional Court.  Justice O’Neill of that Court denied leave to appeal.  The applicants unsuccessfully sought leave to vary Justice O’Neill’s decision.  A motion for leave to appeal to the Ontario Court of Appeal was dismissed.

 

February 6, 2012

Ontario Municipal Board

Member Denhez

PL100948

 

 

Applicants’ appeal of conditions of subdivision plan approval allowed in part; reasons given for granting respondent’s motion to strike applicants’ Charter  issues in appeal

December 5, 2012

Ontario Municipal Board

Chair Tanaka

 

 

Applicants’ motion to reconsider and vary February 2012 OMB decision and striking of Charter  issues, refused

May 22, 2013

Ontario Superior Court of Justice

Divisional Court

(O’Neill J.)

2013 ONSC 2846

 

 

Motion for leave to appeal December 2012 OMB decision refused

April 9, 2014

Ontario Superior Court of Justice

Divisional Court

(Marrocco ACJ, Whitten and Thomas JJ.)

2014 ONSC 2195

 

 

Motion to set aside decision of O’Neill J., denied

October 9, 2014

Court of Appeal for Ontario

(MacFarland, LaForme and Lauwers JJ.A.)

M-43720

 

 

Leave to appeal to the Court of Appeal of Ontario refused

 

December 8, 2014

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 

 

36199

Humanics Universal Inc., Ranjit Perera c. Ville d’Ottawa

(Ont.) (Civile) (Sur autorisation)

Charte des droits – Liberté d’expression – Droit à la liberté – Droit administratif – Appels – Organismes et tribunaux administratifs – Contrôle judiciaire – L’usage juste et raisonnable du foyer et de la propriété familiale est-il protégé par les articles 2 , 7  et 8  de la Charte ? – L’imposition des trois conditions contestées du projet de plan a-t-elle porté atteinte aux droits que les articles 2  et 7  de la Charte  garantissent aux demandeurs et une telle atteinte peut-elle être justifiée au regard de l’article premier de la Charte ?

 

Les demandeurs ont demandé un plan de lotissement d’un terrain de 0,8 hectare à Cumberland (Ontario).  L’intimée a imposé des conditions d’approbation, y compris l’obligation de prévoir une emprise d’accès de 6 mètres dans la marge de recul par rapport à la pente.  Les demandeurs ont interjeté appel de plusieurs conditions à la Commission des affaires municipales de l’Ontario (la « CAMO ») et ont plaidé que certaines d’entre elles contrevenaient aux droits que leur garantit la Charte .  La CAMO a accueilli la motion de l’intimée en radiation des questions liées à la Charte .  Neuf mois plus tard, les demandeurs ont présenté une requête en réexamen de la décision rendue.  La présidente de la CAMO a refusé parce que selon elle, la motion n’avait pas été présentée dans le délai prescrit de trente jours et qu’il n’était pas conforme à l’intérêt du public de rouvrir la décision en l’espèce.  Les demandeurs ont présenté une motion en autorisation d’appel de cette décision à la Cour divisionnaire de la Cour supérieure de justice de l’Ontario.  Le juge O’Neill de cette cour a refusé l’autorisation d’appel.  Les demandeurs ont tenté sans succès d’obtenir l’autorisation de faire modifier la décision du juge O’Neill.  Une motion en autorisation d’appel à la Cour d’appel de l’Ontario a été rejetée.

 

6 février 2012

Commission des affaires municipales de l’Ontario

Commissaire Denhez

PL100948

 

 

Décision accueillant en partie l’appel des demandeurs des conditions d’approbation du plan de lotissement; exposé des motifs justifiant la décision d’accueillir la motion de l’intimée en radiation des questions soulevées par les demandeurs en lien avec la Charte 

 

5 décembre 2012

Commission des affaires municipales de l’Ontario

Présidente Tanaka

 

 

Rejet de la motion des demandeurs en réexamen et en modification de la décision rendue en février 2012 par la CAMO et de la radiation des questions liées à la Charte 

 

22 mai 2013

Cour supérieure de justice de l’Ontario

Cour divisionnaire

(Juge O’Neill)

2013 ONSC 2846

 

 

Rejet de la motion en autorisation d’appel de la décision rendue en décembre 2012 par la CAMO

9 avril 2014

Cour supérieure de justice de l’Ontario

Cour divisionnaire

(Juge en chef adjoint Marrocco, juges Whitten et Thomas)

2014 ONSC 2195

 

 

Rejet de la motion en annulation de la décision du juge O’Neill

9 octobre 2014

Cour d’appel de l’Ontario

(Juges MacFarland, LaForme et Lauwers)

M-43720

 

 

Refus de l’autorisation d’appel à la Cour d’appel de l’Ontario

 

8 décembre 2014

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la demande d’autorisation d’appel

 

 

 

36106

City of Lévis v. Fraternité des policiers de Lévis Inc.

- and -

Francine Beaulieu, in her capacity as grievance arbitrator

(Quebec) (Civil) (By Leave)

Labour relations – Collective agreements – Administrative suspension without pay imposed by employer under collective agreement – Conditions for exercising this power – Whether conditions established in Cabiakman v. Industrial Alliance, 2004 SCC 55, [2004] 3 SCR 195, apply to collective labour relations – Whether they apply when collective agreement contains clause conferring on employer power to impose administrative suspension, with or without pay, on employee subject to criminal charges – Which exceptions would justify such measure?

 

The City of Lévis suspended Martin Légaré, a unionized police officer, for administrative reasons and without pay pending the conclusion of criminal proceedings instituted against him.  The Fraternité des policiers de Lévis Inc. challenged this decision in a grievance.  It argued that Mr. Légaré should not have been suspended without pay and claimed moral and exemplary damages on the ground that the suspension was unreasonable or malicious.

 

The arbitrator allowed the grievance and substituted a suspension with pay for the suspension without pay.  The Superior Court set aside the decision, but the Court of Appeal allowed the appeal.  It recognized that the arbitrator’s decision was flawed, but that this did not make the decision unreasonable.  The collective agreement allowed the adjudicator to cancel the administrative penalty and to determine the appropriate compensation or measure, which she did.  The arbitrator’s interpretation according to which, in light of the collective agreement and the principles set out by the Supreme Court in Cabiakman, the administrative suspension should in principle be imposed with pay [translation] “undoubtedly fell within the range of reasonable outcomes defensible in respect of the collective agreement” (para. 32).

 

October 18, 2011

Arbitration Tribunal

(Ms. Beaulieu)

 

 

Grievance allowed in part

August 3, 2012

Quebec Superior Court

(Godbout J.)

2012 QCCS 3216

 

 

Motion for judicial review allowed

 

August 1, 2014

Quebec Court of Appeal (Québec)

(Hilton, Bouchard and Savard JJ.A.)

2014 QCCA 1453; 200-09-007822-122

 

 

Appeal allowed; arbitrator’s decision restored

 

September 30, 2014

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 

36106

Ville de Lévis c. Fraternité des policiers de Lévis inc.

- et -

Francine Beaulieu, ès qualités d'arbitre de griefs

(Qc) (Civile) (Autorisation)

Relations du travail – Conventions collectives – Suspension administrative sans solde imposée par l’employeur en vertu d’un convention collective – Modalités d’exercice de ce pouvoir – Les conditions d’exercice établies par l’arrêt Cabiakman c. Industrielle-Alliance, 2004 CSC 55, [2004] 3 RCS 195, s’appliquent-elles en matière de rapports collectifs du travail? – S’appliquent-elles en présence d’une clause de la convention collective qui confère à l’employeur le pouvoir de suspendre administrativement, avec ou sans solde, un salarié qui fait l’objet d’accusations criminelles? – Quels cas exceptionnels justifient une telle mesure?

 

La Ville de Lévis a suspendu M. Martin Légaré, policier syndiqué, sans solde et à titre de mesure administrative, et ce, jusqu’à ce que des procédures criminelles entreprises contre lui soient terminées.  La Fraternité des policiers de Lévis inc. a contesté cette décision par grief. Elle soutient que la suspension n’aurait pas dû être sans solde et réclame des dommages-intérêts moraux et exemplaires au motif qu’elle est abusive ou malicieuse.

 

L’arbitre accueille le grief et substitue une suspension avec solde à la suspension sans solde.  La Cour supérieure annule la décision, mais la Cour d’appel accueille l’appel.  Elle reconnaît que la décision arbitrale contient des lacunes, mais celles-ci n’ont pas pour effet de rendre la décision déraisonnable.  La convention collective permettait à l’arbitre de casser la mesure administrative et de décider de toute indemnité ou mesure appropriée, ce qu’elle a fait.  L’interprétation de l’arbitre selon laquelle, à la lumière de la convention collective et des principes dégagés par la Cour suprême dans l’arrêt Cabiakman, la suspension administrative devait en principe être imposée avec solde faisait « sans contredit partie des issues raisonnables au regard du silence de la convention collective » (par. 32).

 

Le 18 octobre 2011

Tribunal d’arbitrage

(Me Beaulieu)

 

 

Grief accueilli en partie

Le 3 août 2012

Cour supérieure du Québec

(Le juge Godbout)

2012 QCCS 3216

 

 

Requête en révision judiciaire accueillie

 

Le 1 août 2014

Cour d’appel du Québec (Québec)

(Les juges Hilton, Bouchard et Savard)

2014 QCCA 1453; 200-09-007822-122

 

 

Appel accueilli; décision de l’arbitre rétablie

 

Le 30 septembre 2014

Cour suprême du Canada

 

Demande d’autorisation d’appel déposée

 

 

36030

Catherine Leuthold v. Canadian Broadcasting Corporation et al

(FC) (Civil) (By Leave)

Intellectual property – Copyright – Infringement – Evidence – Costs – Interpretation – Section 2.4(1) (c) of the Copyright Act Whether a transmission of a production undertaking to more than one distribution undertaking results in more than one transmission – In interpreting a licence, whether the subjective testimony of witnesses who are employees of one of the parties should be given full consideration – In considering whether an offer made by a party meets the test of a reasonable compromise, is the compromise between the offer made and the amount awarded in the cause, or between the offer made and the claim of the opposite party? – Whether the costs award is appropriate.

 

The applicant, a professional photo-journalist, sued the respondent for copyright infringement in respect of the use of five of her photographs in a documentary about the September 11, 2001 attacks on the World Trade Center.  She sought damages in the amount of twenty million dollars, and was awarded damages in the amount of $19,200.  Notwithstanding her success, she was ordered to pay respondents double costs because she recovered less than the settlement offered by the respondents.  The applicant appealed but her appeals were dismissed.

 

June 14, 2012

Federal Court

(Scott J.)

Neutral citation: 2012 FC 748

 

 

Action allowed; respondent ordered to pay damages for six occasions of copyright infringement in the amount of $19,200usd

 

October 29, 2012

Federal Court

(Scott J.)

Neutral citation: 2012 FC 1257

 

 

Order for costs in favour of the respondent as of August 9, 2005, at double the tariff

June 27, 2014

Federal Court of Appeal

(Pelletier J.A., De Montigny J.A. (ex officio) and Mainville J.A.)

Neutral citation: 2014 FCA 173

 

 

Appeal from judgment on infringement dismissed

June 27, 2014

Federal Court of Appeal

(Pelletier J.A., De Montigny J.A. (ex officio) and Mainville J.A.)

Neutral citation: 2014 FCA 174

 

 

Appeal against costs award dismissed

September 30, 2014

Supreme Court of Canada

 

 

Application for leave to appeal filed

October 3, 2014

Supreme Court of Canada

 

Motion for an extension of time to serve and file application for leave to appeal filed

 

 

36030

Catherine Leuthold c. Société Radio-Canada et al.

(CF) (Civile) (Sur autorisation)

Propriété intellectuelle – Droit d’auteur – Violation – Preuve – Dépens – Interprétation – Alinéa 2.4(1) c) de la Loi sur le droit d’auteur La transmission d’une production à plus d’une entreprise de distribution donne-t-elle lieu à plus d’une transmission? – Dans l’interprétation d’une licence, y a-t-il lieu de prendre pleinement en considération le témoignage subjectif de témoins qui sont les employés d’une des parties? – Dans l’analyse de la question de savoir si une offre faite par une partie répond au critère d’un compromis raisonnable, s’agit-il du compromis entre l’offre faite et le montant accordé par le tribunal, ou du compromis entre l’offre faite et le montant demandé par la partie adverse? – Le montant accordé au titre des dépens est-il adéquat?

 

La demanderesse, une photojournaliste professionnelle, a poursuivi l’intimée pour violation du droit d’auteur à l’égard de l’utilisation de cinq de ses photographies dans un documentaire sur les attentats du 11 septembre 2001 contre le World Trade Center.  Elle a demandé des dommages-intérêts de vingt millions de dollars et elle s’est vu accorder la somme de 19 200 $ à ce titre.  Même si elle a eu gain de cause, le tribunal l’a condamnée à payer aux intimés les dépens au double du tarif, parce qu’elle avait recouvré moins que le règlement offert par les intimés.  La demanderesse a interjeté appel, mais ses appels ont été rejetés.

 

14 juin 2012

Cour fédérale

(Juge Scott)

Référence neutre : 2012 FC 748

 

 

Jugement accueillant l’action; condamnation de l’intimée à payer des dommages-intérêts de 19 200 $ US pour six occasions de violation du droit d’auteur

 

29 octobre 2012

Cour fédérale

(Juge Scott)

Référence neutre : 2012 FC 1257

 

 

Ordonnance de dépens en faveur de l’intimée à compter du 9 août 2005 au double du tarif

27 juin 2014

Cour d’appel fédérale

(Juges Pelletier, De Montigny (d’office) et Mainville)

Référence neutre : 2014 FCA 173

 

 

Rejet de l’appel du jugement portant sur la violation du droit d’auteur

27 juin 2014

Cour d’appel fédérale

(Juges Pelletier, De Montigny (d’office) et Mainville)

Référence neutre : 2014 FCA 174

 

 

Rejet de l’appel du jugement d’attribution des dépens

30 septembre 2014

Cour suprême du Canada

 

 

Dépôt de la demande d’autorisation d’appel

3 octobre 2014

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel

 

 

36240

Jason Daoust-Crochetiere v. Her Majesty the Queen in Right of the Province of Ontario as represented by the Minister of Natural Resources for the Province of Ontario

(Ont.) (Civil) (By Leave)

Crown law — Crown liability — Proceedings against the Crown — Notice — Limitations of actions (prescription) — Civil procedure — Pleadings — Amending pleadings after limitation expired — Whether the notice requirement set out in the Proceedings Against the Crown Act, R.S.O. 1990, c. P.27, s. 7(3), subject to any common law extension for fairness and discoverability — If the applicant is precluded from relying on s. 5(1)(c) of the Act by s. 7(3), whether the applicant is also precluded from claiming against the Crown under s. 5(1)(a) for the claims set out in the statement of claim — Whether the claim can be amended to plead an action in contract arguing that there was an implied term of the contract for use of the boat launch that the respondent would ensure it was reasonably safe for use by the public, even though the fact of a contract was not pled in the original claim.

 

Mr. Daoust-Crochetiere sustained an injury on a boat launch at the Wasaga Beach Provincial Park on June 13, 2010.  Although he knew he had been injured and knew who was responsible, he did not believe that the injury was as severe or as permanent as it proved to be.  Mr. Daoust-Crochetiere gave the Crown notice of the accident on October 27, 2010. The Respondent moved for summary judgment and dismissal of the action on the grounds that notice as required by the Proceedings Against the Crown Act, R.S.O. 1990, c. P.27, had not been given.

 

The motions judge granted summary judgment and dismissed the claim. The Court of Appeal dismissed Mr. Daoust-Crochetiere’s appeal.

 

February 14, 2014

Ontario Superior Court of Justice

(McCarthy J.A.)

2014 ONSC 1340

 

 

Summary judgment granted; action dismissed

November 6, 2014

Court of Appeal for Ontario

(Strathy J. (ad hoc), Feldman, Lauwers J.A.)

2014 ONCA 776

 

 

Appeal dismissed

January 5, 2015

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 

 

36240

Jason Daoust-Crochetiere c. Sa Majesté la Reine du chef de la Province de l’Ontario, représentée par le ministre des Richesses naturelles de la Province de l’Ontario

(Ont.) (Civile) (Sur autorisation)

Droit de la Couronne — Responsabilité de l’État — Instance introduite contre la Couronne — Avis — Prescription — Procédure civile — Actes de procédure — Modification des actes de procédure après l’expiration du délai de prescription — L’obligation en matière d’avis prévue dans Loi sur les instances introduites contre la Couronne, L.R.O. 1990, ch. P.27, par. 7(3) peut-elle être l’objet d’une prorogation fondée sur des motifs reconnus en common law, à savoir l’équité et la possibilité de découvrir le préjudice? — Si le demandeur ne peut s’appuyer sur l’alinéa s. 5(1)c) de la Loi par l’application du par. 7(3), est-il également empêché de poursuivre la Couronne sur le fondement de l’al. 5(1)a) relativement à des allégations énoncées dans la déclaration? — La demande peut-elle être modifiée pour plaider une action contractuelle en faisant valoir qu’il y avait, dans le contrat d’utilisation de la rampe de mise à l’eau, une disposition implicite selon laquelle l’intimée allait faire en sorte que son utilisation par le public soit raisonnablement sécuritaire, même si le contrat n’a pas été plaidé dans la demande initiale?

 

Monsieur Daoust-Crochetiere a subi une blessure sur une rampe de mise à l’eau au Parc provincial Wasaga Beach le 13 juin 2010.  Même s’il savait qu’il avait été blessé et même s’il savait qui était responsable, il ne croyait pas que ses blessures étaient aussi graves ou permanents qu’ils se sont révélés être.  Monsieur Daoust-Crochetiere a avisé la Couronne de l’accident le 27 octobre 2010.  L’intimée a présenté une motion en jugement sommaire et en rejet de l’action, faisant valoir que l’avis prescrit par la Loi sur les instances introduites contre la Couronne, L.R.O. 1990, ch. P.27, n’avait pas été donné.

 

Le juge saisi de la motion a prononcé un jugement sommaire et rejeté la poursuite.  La Cour d’appel a rejeté l’appel de M. Daoust-Crochetiere.

 

14 février 2014

Cour supérieure de justice de l’Ontario

(Juge McCarthy)

2014 ONSC 1340

 

 

Jugement accueillant la motion en jugement sommaire; rejet de l’action

6 novembre 2014

Cour d’appel de l’Ontario

(Juges Strathy (ad hoc), Feldman et Lauwers)

2014 ONCA 776

 

 

Rejet de l’appel

5 janvier 2015

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la demande d’autorisation d’appel

 

 

 

36282

V. I. Fabrikant v. Her Majesty the Queen in Right of Canada, Correctional Service Canada

(FC) (Civil) (By Leave)

Civil Procedure – Appeals – Courts – Federal Court – Filing fees – Applicant designated as a vexatious litigant requiring leave to commence proceedings – Appeal of prothonotary’s exercise of discretion to dismiss applicant’s motion to waive filing fee – Federal Court judge issuing directions denying applicant’s Notices of Motion to commence proceedings – Whether the Federal Court of Appeal erred in law when it decided that there was no reason to intervene in the Order of the prothonotary – Whether the Federal Court of Appeal erred in law when it decided that directions of Federal Court Justice were decisions made under subsection 40(4)  of the Federal Courts Act, R.S.C. 1985, c. F-7 .

 

The applicant has been in prison for 22 years and has been designated as a vexatious litigant.  He applies for leave to appeal a decision of the Federal Court of Appeal, with whom he was granted leave to file a Notice of Appeal from an Order of Prothonotary Tabib.  That Order dismissed his motion for a waiver of the filing fee for each of two motions he had filed under s. 40(3)  of the Federal Courts Act .  The applicant was also granted leave to file a Notice of Appeal from four directions of Scott J. of the Federal Court, each denying him leave to commence proceedings concerning various matters.  The Federal Court of Appeal dismissed the appeal of Prothonotary Tabib’s Order and quashed the appeals from the directions of Scott J. on the basis that they had been made pursuant to s. 40(4)  of the Federal Courts Act  and were therefore final, with no right of appeal pursuant to s. 40(5) of that Act.

 

January 18, 2013

Federal Court

(Prothonotary Tabib)

T-376-99

 

 

Order dismissing the applicant’s motion seeking a waiver of the $30.00 filing fee for each of two motions filed under s. 40(3)  of the Federal Courts Act 

July 24, 2013

Federal Court

(Scott J.)

T-376-99

 

 

Four directions denying applicant’s motions for leave to commence various proceedings

November 24, 2014

Federal Court of Appeal

(Nadon, Gauthier and Webb JJ.A.)

2014 FCA 273; A-274-13

 

 

Appeal of Order of Prothonotary dismissed; appeal of four directions of Scott J. quashed

 

January 14, 2015

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 

 

36282

V. I. Fabrikant c. Sa Majesté la Reine du chef du Canada, Service correctionnel Canada

(CF) (Civile) (Sur autorisation)

Procédure civile – Appels – Tribunaux – Cour fédérale – Droits de dépôt – Le demandeur a été qualifié de plaideur quérulent, ce qui l’oblige à obtenir l’autorisation d’introduire une instance – Appel de l’exercice du pouvoir discrétionnaire de la protonotaire de rejeter la requête du demandeur en vue de le dispenser du paiement des droits de dépôt – Un juge de la Cour fédérale a émis des directives refusant les avis de requête du demandeur en introduction d’instance – La Cour d’appel fédérale a-t-elle commis une erreur de droit en statuant qu’il n’y avait aucune raison d’intervenir à l’égard de l’ordonnance de la protonotaire? – La Cour d’appel fédérale a-t-elle commis une erreur de droit en statuant que les directives du juge de la Cour fédérale étaient des décisions prises en application du par. 40(4)  de la Loi sur les Cours fédérales, L.R.C. 1985, ch. F-7 ?

 

Le demandeur est en prison depuis 22 ans et il a été qualifié de plaideur quérulent.  Il présente une demande d’autorisation d’appel d’une décision de la Cour d’appel fédérale, qui lui avait accordé l’autorisation de déposer un avis d’appel d’une ordonnance de la protonotaire Tabib. Par cette ordonnance, la protonotaire avait rejeté sa requête en vue de le dispenser du paiement des droits de dépôt de deux requêtes qu’il avait déposées en application du par. 40(3)  de la Loi sur les Cours fédérales .  Le demandeur s’était également vu accorder l’autorisation de déposer un avis d’appel de quatre directives du juge Scott de la Cour fédérale, chacune lui refusant l’autorisation d’introduire une instance portant sur diverses questions.  La Cour d’appel fédérale a rejeté l’appel de l’ordonnance rendue par la protonotaire Tabib et a annulé les appels des directives du juge Scott parce que ces dernières n’avaient pas été faites en application du par. 40(4)  de la Loi sur les Cours fédérales , si bien qu’elles étaient définitives et sans appel en vertu du par. 40(5) de cette Loi.

 

18 janvier 2013

Cour fédérale

(Protonotaire Tabib)

T-376-99

 

 

Ordonnance rejetant la requête du demandeur en vue de le dispenser du paiement des droits de dépôt de 30 $ pour chacune des deux requêtes déposées en application du par. 40(3)  de la Loi sur les Cours fédérales 

 

24 juillet 2013

Cour fédérale

(Juge Scott)

T-376-99

 

 

Quatre directives rejetant les requêtes du demandeur en autorisation d’introduire diverses instances

24 novembre 2014

Cour d’appel fédérale

(Juges Nadon, Gauthier et Webb)

2014 FCA 273; A-274-13

 

 

Annulation de l’appel de l’ordonnance de la protonotaire; annulation de l’appel de quatre directives du juge Scott

 

14 janvier 2015

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la demande d’autorisation d’appel

 

 

 

36293

Conrad M. Black v. Her Majesty the Queen

(FC) (Civil) (By Leave)

Taxation – Income Tax – Residency – Legislation – Interpretation – Tax legislation – To what extent does a residency determination under a tax treaty between Canada and another country prevail for purposes of domestic law, in light of the “override provision” in the enacting legislation, which states that in the event of an inconsistency between the treaty and any other law (including the ITA), the treaty must prevail to the extent of the inconsistency – How, and with reference to which tax treaty, should the taxation of a dual-resident person’s income be determined, where the income is derived from a country in which the person is not resident – How should courts interpret tax treaty provisions that deal with the right to tax income that is not taxed by the person’s country of residence, where those provisions are silent regarding the source of that income – In what circumstances will Canada retain the right to tax such income – How should the courts interpret provisions in the ITA that are enacted as at a particular date, rather than with reference to a taxation year, where interpreting such provisions as a change in the law could result in the radically differential tax treatment of similarly-situated taxpayers within the same taxation year – Income Tax Act, R.S.C. 1985, c. 1 (5th Supp .) (“ITA ”) – Canada-United Kingdom Tax Convention (1978) (“Convention”), sub-articles 4(2)  and 27(2) .

 

As a resident of Canada for the purposes of the ITA , the applicant is required to pay tax on his worldwide income.  In 2002, the applicant was also a resident of the U.K. for the purposes of U.K. tax.  Under sub-article 4(2)(a) of the Convention, which provides tie-breaker rules for dual residents, the applicant was deemed to be a resident of the U.K. and not Canada.  The applicant challenged assessments by the Minister of National Revenue (“Minister”) for certain items which could not be included in his income if he were not a resident for the purposes of the ITA , and brought a motion for determination of the question of law.  The Tax Court of Canada held that although the applicant was deemed to be a resident of the United Kingdom under the Convention, the Minister could assess tax on the basis that he was a resident of Canada for the purposes of the ITA .  It also held that the Minister is permitted to tax the applicant’s non-United Kingdom income, not just his income from Canadian sources.  The Federal Court of Appeal dismissed the appeal.

 

January 14, 2014

Tax Court of Canada

(Rip C.J.)

2014 TCC 12

 

 

Determination that tax may be assessed against the applicant against certain items of income on basis that applicant was a resident of Canada for purposes of the ITA 

November 26, 2014

Federal Court of Appeal

(Dawson, Stratas and Near JJ.A.)

2014 FCA 275

 

 

Appeal dismissed

 

February 4, 2015

Supreme Court of Canada

 

Motion for an extension of time to serve and file the leave application and application for leave to appeal filed

 

36293

Conrad M. Black c. Sa Majesté la Reine

(CF) (Civile) (Sur autorisation)

Droit fiscal – Impôt sur le revenu – Résidence – Législation – Interprétation – Législation fiscale – Dans quelle mesure une détermination du statut de résidence en application d’une convention fiscale entre le Canada et un autre pays a-t-elle préséance pour l’application du droit interne, eu égard à la « disposition de dérogation », prévue dans la loi édictant la convention, qui prévoit qu’en cas d’incompatibilité entre la convention et toute autre règle de droit (y compris la LIR), le traité doit avoir préséance dans la mesure de l’incompatibilité? – Comment, et en référence à quel traité fiscal, l’assujettissement à l’impôt du revenu d’une personne ayant la double résidence doit-il être déterminé lorsque le revenu provient d’un pays dans lequel la personne n’est pas résidente? – Comment les tribunaux doivent-ils interpréter les dispositions des conventions fiscales qui portent sur le droit d’assujettir à l’impôt le revenu qui n’est pas imposé par le pays de résidence de l’intéressé lorsque ces dispositions sont muettes quant à la source de ce revenu? – Dans quelles situations le Canada conservera-t-il le droit d’imposer ce revenu? – Comment les tribunaux doivent-ils interpréter les dispositions de la LIR qui sont édictées à une date particulière, plutôt qu’en référence à une année d’imposition, lorsque l’interprétation de ces dispositions en tant que modification de la loi pourrait donner lieu à un traitement fiscal radicalement différent par rapport à des contribuables qui se trouvent dans une situation semblable dans la même année d’imposition? – Loi de l’impôt sur le revenu, L.R.C. 1985, ch. 1 (5e suppl .) (« LIR  ») – Convention fiscale entre le Canada et le Royaume-Uni (1978) (la « Convention »), paragraphes 4(2)  et 27(2) .

 

En sa qualité de résident du Canada pour l’application de la LIR , le demandeur est imposable sur son revenu de toutes provenances.  En 2002, le demandeur était aussi résident du RoyaumeUni en ce qui concerne l’impôt du R.U.  En vertu de l’al. 4(2)a) de la Convention, qui énonce des règles décisives pour les personnes ayant une double résidence, le demandeur a été considéré comme un résident du R.‑U. et non un résident du Canada.  Le demandeur a contesté les cotisations établies par le ministre du Revenu national (le « ministre ») relativement à certains éléments qui ne pouvaient pas être inclus dans son revenu s’il n’était pas un résident pour application de la LIR  et il a présenté une requête pour faire trancher la question de droit.  La Cour canadienne de l’impôt a statué que même si le demandeur était réputé être résident du Royaume-Uni pour l’application de la Convention, le ministre pouvait établir une cotisation fiscale parce que le demandeur était un résident du Canada pour l’application de la LIR .  La Cour a également statué que le ministre était autorisé à imposer le revenu du demandeur qui ne provenait pas du Royaume-Uni et non pas seulement son revenu de sources canadiennes.  La Cour d’appel fédérale a rejeté l’appel.

 

14 janvier 2014

Cour canadienne de l’impôt

(Juge en chef Rip)

2014 TCC 12

 

 

Décision portant que le demandeur pouvait être assujetti à l’impôt sur certains éléments de revenu du fait qu’il était un résident du Canada pour l’application de la LIR 

26 novembre 2014

Cour d’appel fédérale

(Juges Dawson, Stratas et Near)

2014 FCA 275

 

 

Rejet de l’appel

 

4 février 2015

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande autorisation d’appel et de la demande autorisation d’appel

 

 

36299

O.S.S. v. C.K.S.(B.)

(Alta.) (Civil) (By Leave)

(Publication ban on party)

 

Family law – Custody – Mother of child awarded sole custody with access to the father – Whether Court of Appeal allowed father sufficient opportunity to present his case – Whether Court of Appeal failed to ensure that there was no conflict in the terms of the order granted and failed to acknowledge words of trial judge that raise reasonable apprehension of bias – Whether trial judge failed to provide sufficient reasons for his judgment to reduce access for father or reasons to deny maximum contact for child to each parent as is in the child’s best interest –  Whether trial judge reached conclusions which were not based on evidence that were instrumental in the reasoning for order and Court of Appeal did not address this.

 

The father and mother married in England in 2007 and separated in 2010.  They have a son who was six years of age at the time of trial.  He has lived with his mother since birth.  At the time of trial, the father had access two weekdays per week and one overnight visit on the weekend.  Both parties sought sole custody of the child.

 

June 30, 2014

Court of Queen’s Bench of Alberta

(Germain J.)

Unreported

 

Mother awarded sole custody of child with access for the father; Income imputed to father and child support of $642 per month ordered

 

December 9, 2014

Court of Appeal of Alberta (Edmonton)

(Berger , Watson and  Slatter JJ.A.)

2014 ABCA 416

 

 

Applicant’s appeal dismissed

 

February 9, 2015

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 

 

36299

O.S.S. c. C.K.S.(B.)

(Alb.) (Civile) (Sur autorisation)

(Ordonnance de non-publication visant une partie)

 

Droit de la famille – Garde – La mère de l’enfant s’est vu accorder la garde exclusive et le père s’est vu accorder un droit de visite – La Cour d’appel a-t-elle donné au père une occasion suffisante de présenter sa preuve? – La Cour d’appel a-t-elle omis d’assurer que les conditions de l’ordonnance soient compatibles entre elles et de reconnaître que certains propos du juge de première instance pouvaient susciter une crainte raisonnable de partialité? – Le juge de première a-t-il omis de donner des motifs suffisants au soutien de sa décision de réduire le droit de visite du père ou d’empêcher l’enfant d’avoir le plus de contacts possibles avec ses deux parents, comme il en va de son intérêt? – En prononçant son ordonnance, le juge du procès a-t-il tiré des conclusions non fondées sur la preuve et la Cour d’appel a-t-elle omis d’examiner cette question?

 

Les parents se sont mariés en Angleterre en 2010.  Ils ont un fils qui avait six ans à l’époque du procès.  L’enfant vit avec sa mère depuis sa naissance.  À l’époque du procès, son père avait droit de le voir deux jours par semaine en semaine et de le garder pour une nuit la fin de semaine.  Les deux parties ont demandé la garde exclusive de l’enfant.

 

30 juin 2014

Cour du Banc de la Reine de l’Alberta

(Juge Germain)

Non publié

 

Ordonnance accordant la garde exclusive de l’enfant à la mère et un droit de visite au père; jugement attribuant un revenu au père et lui ordonnant de verser une pension alimentaire de 642 $ par mois pour l’enfant

 

9 décembre 2014

Cour d’appel de l’Alberta (Edmonton)

(Juges Berger, Watson et  Slatter)

2014 ABCA 416

 

 

Rejet de l’appel du demandeur

 

9 février 2015

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la demande d’autorisation d’appel

 

 

 

36213

Ali Raza Jafri, Emran Esmat Mahmoud Sabry, Mamdouh Louis Samaan Shenoda, Maher Fayek Abd El Fayek, Mohammed Salim-Ul-Mukim Parvez, Farah Ali, Syed Muhammad Naved Ali, Amir Shahzad Chaudhry, Hussain Fida, Yuen Foong Cheong, Rakesh Kumar Garg, Davinder Kaur Loi, Alpana Jayanand Rathod, Naresh Kumar Arora, Bindhu Natarajan, Rajni Sharma, Savita Sidhu, Kulvinder Kaur Simran Parmar, Suresh Makkenna, Rajan Gupta, Jugbadal Singh Nannuan, Rajni Puri, Surinder Singh Grewal, Jiten Chopra, Ushvinder Kaur Popli, Stephen Baptist, Sarabjeet Kaur Dhindsa, Neel Money Sharma, Devinder Pal Singh Sapra, Gurmeet Kaur Loomba, Puja Katyal, Bhupinder Singh Kainth, Sodhi Singh Jhajj, Manpreet Kaur Sandhu, Tejpreet Singh Pannu, Darshan Singh, Rittu Attri, Sher Singh, Toorey, Amandeep Kaur, Harbans Singh, Nomika Kalhan, Amrit Pal Singh Dhillon, Manjit Hampaul, Amrik Singh, Taranjit Kaur Grewal, Jagdeep Singh Sarai, Swaran Sivia, Sukhdev Singh Smagh, Arvinder Kaur Sroay, Prem Kumar, Jagdish Kaur Sohi, Paramjit Singh Manes, Surinder Kaur Saini, Devinder Mohan Kaushal, Amandeep Kaur Gill, Devinderpal Singh Pawar, Gagandeep Kaur Devgan, Gurdeep Singh Sekhon, Harbans Singh Jhajj, Monika Mengi, Narinder Kaur Birdi, Pushvinder Kaur Khokhar, Parveen Kumar Singla, Parveen Sharma, Rajwant Singh Sohi, Surinder Pal Singh Kaler, Sukhpal Veer Singh Mrahard, Jagmander Singh Sran, Gurcharan Singh Saggu, Gurdit Singh Sandhu, Karamjeet Kaur Sangha, Sukhjinder Kaur Gill, Parampal Kaur Sidhu, Kamaljeet Kaur, Dharminder Singh Mattu, Tarsem Singh Brar, Jatinderpal Singh Khosa, Manjit Kaur Gill, Baljinder Kaur Gill, Ekta Singh Bhupal, Manjit Kaur Gill, Sanjeev Kumar Aaryan, Baljit Singh, Ruplesh Kaur Mann, Akshra Kumari Sharma, Lavneet Kaur Gill, Jashanjeet Kaur Sidhu, Harbrinder Singh Chandi, Virpal Kaur Josan, Kuljeet Kaur Arora, Sawinder Singh Sandhu, Rajdawinder Kaur Sandhu, Sukhdeep Kaur Sekhon, Aneet Pal Kaur Chhina, Hargopal Singh Padda, Baljinder Kaur Aulakh, Sardarjit Singh Aulakh, Twinklejit Kaur, Sukhjinder Singh Bal, Rupinderjeet Kaur Ghuman, Harpreet Singh Tung, Mahanbir Singh Randhawa, Gurwinderbir Kaur, Bhupinder Singh Chahal, Amarjit Singh Bhinder, Chetan Singh Bisht, Satinder Kaur Babrah, Sukhwinder Singh, Pawan Jyoti Ghumman, Harpal Singh, Jagdeep Singh, Inderpreet Kaur, Surinder Kaur, Sukhwinder Singh Kaul, Surinder Singh Jhand, Bhawna Sharma, Bhupinder Bhushan Dembla, Gurpiar Singh Dhami, Varinder Singh Sohal, Meena Kashyap, Kulwinder Kaur Nanglu, Harjeet Bala Heer, Narinder Jeet Jassi, Rakesh Kumar Verma, Sushma Sharma, Vijay Kumar Thakur, Gui Ma, Xilei Song, Haijun Lu, Zhiqiang Guo, Aiping Zhang, Yidan Lu, Wenjun Xue, Ying Zhang, Chengxiang Liu, Liang Chen, Shuxun Chen, Huixian Long, Yu Shen, Min Qian, Chuanyue Xie, Erli Sun, Lianzhu Chai, Zhenghui Xu, Xuejun Wang, Tong Qi, Bo Liu, Rui Zhang, Chun Chu, Hongbing Bi, Song Lin, Yinghong Zhang, Shaochi Wang, Yun Li, Yuan Xu, Jin Liu, Jiemin Xia, Shunhong Yan, Yan Jiang, Ran Zhou, Yongqiang Wu, Shumei Wang, Jia Wei Wang, Fan Zhang, Ali Raza Jafri, Deepak Chopra, Parisa Sadri,  Vijay Kumar Saini, Wang Jiong, Khalid Mahmood, Tricia Murray, Mohammad Hassan Malekpour Afshar, Gurpreet Singh, Kakaly Sultana, Ashwani Kumar Bakshi, Tao Jiang, Xiao Hua Su, Simratjit Virk, Muhammad Azam Khan, Irene Osamor, Adewale Michael Badmus and Cherry Corpuz v. Minister of Citizenship and Immigration

(FC) (Civil) (By Leave)

Charter of Rights  – Immigration – Permanent residents – Federal skilled worker class – Whether the Federal Court of Appeal erred by finding that s. 87.4  of the Immigration and Refugee Protection Act  is not an unconstitutional breach of the Rule of Law – Whether the Federal Court of Appeal erred by finding that s. 87.4  of the Immigration and Refugee Protection Act  does not violate the vested rights of the applicants who were repeatedly promised that their applications for permanent residence would be considered – Whether the Federal Court of Appeal erred by finding that s. 87.4  of the Immigration and Refugee Protection Act  did not breach the applicants’ equality rights under s. 15  of the Canadian Charter of Rights and Freedoms Immigration and Refugee Protection Act, S.C. 2001, c. 27, s. 87.4 Canadian Charter of Rights and Freedoms, s. 15 .

 

The Respondent, Minister of Citizenship and Immigration refused to process the applications of approximately 1,400 foreign nationals who applied before February 27, 2008 for permanent resident visas as members of the federal skilled worker class.  The Minister’s refusal to process the Applicants’ permanent resident visa applications was based on s. 87.4(1)  of the Immigration and Refugee Protection Act, S.C. 2001, c. 27  (“IRPA ”).  The provision was added to the IRPA  by Bill C-38, known as the Jobs Growth and Long-term Prosperity Act .  It was proclaimed in force on June 29, 2012.  The amendment provides that applications for permanent residence as a member of the federal skilled worker class made before February 27, 2008 are terminated unless an officer had made a selection decision before March 29, 2012.

 

The Applicants all applied for a permanent resident visa as a member of the federal skilled worker class before February 27, 2008.  Some of the applications were submitted in 2005, others in 2007.  None of the applications were processed to completion.  When the Minister refused to process the Applicants’ applications for permanent resident visas as members of the federal skilled worker class, based on s. 87.4(1)  of the IRPA , the Applicants applied to the Federal Court for judicial review of the Minister’s refusal.  They sought a number of remedies, including an order of mandamus requiring the Minister to process their permanent resident visa applications.  They also filed Notices of Constitutional Question alleging that s. 87.4(1)  violates the rule of law and the Canadian Charter of Rights and Freedoms .  The applications for judicial review were heard together based on eight cases that were agreed to be representative of all of the others.  The applications for judicial review were all dismissed.  The subsequent appeals to the Federal Court of Appeal were also dismissed.

 

April 18, 2013

Federal Court

(Rennie J.)

 

 

Applications for mandamus dismissed

 

August 21, 2014

Federal Court of Appeal

(Sharlow, Dawson and Stratas JJ.A.)

2014 FCA 191

<http://canlii.ca/t/g8rpx>

 

 

Appeals dismissed

 

December 16, 2014

Supreme Court of Canada

 

 

Motion for extension of time to serve and file application for leave to appeal and Application for leave to appeal filed

 

 

36213

Ali Raza Jafri, Emran Esmat Mahmoud Sabry, Mamdouh Louis Samaan Shenoda, Maher Fayek Abd El Fayek, Mohammed Salim-Ul-Mukim Parvez, Farah Ali, Syed Muhammad Naved Ali, Amir Shahzad Chaudhry, Hussain Fida, Yuen Foong Cheong, Rakesh Kumar Garg, Davinder Kaur Loi, Alpana Jayanand Rathod, Naresh Kumar Arora, Bindhu Natarajan, Rajni Sharma, Savita Sidhu, Kulvinder Kaur Simran Parmar, Suresh Makkenna, Rajan Gupta, Jugbadal Singh Nannuan, Rajni Puri, Surinder Singh Grewal, Jiten Chopra, Ushvinder Kaur Popli, Stephen Baptist, Sarabjeet Kaur Dhindsa, Neel Money Sharma, Devinder Pal Singh Sapra, Gurmeet Kaur Loomba, Puja Katyal, Bhupinder Singh Kainth, Sodhi Singh Jhajj, Manpreet Kaur Sandhu, Tejpreet Singh Pannu, Darshan Singh, Rittu Attri, Sher Singh, Toorey, Amandeep Kaur, Harbans Singh, Nomika Kalhan, Amrit Pal Singh Dhillon, Manjit Hampaul, Amrik Singh, Taranjit Kaur Grewal, Jagdeep Singh Sarai, Swaran Sivia, Sukhdev Singh Smagh, Arvinder Kaur Sroay, Prem Kumar, Jagdish Kaur Sohi, Paramjit Singh Manes, Surinder Kaur Saini, Devinder Mohan Kaushal, Amandeep Kaur Gill, Devinderpal Singh Pawar, Gagandeep Kaur Devgan, Gurdeep Singh Sekhon, Harbans Singh Jhajj, Monika Mengi, Narinder Kaur Birdi, Pushvinder Kaur Khokhar, Parveen Kumar Singla, Parveen Sharma, Rajwant Singh Sohi, Surinder Pal Singh Kaler, Sukhpal Veer Singh Mrahard, Jagmander Singh Sran, Gurcharan Singh Saggu, Gurdit Singh Sandhu, Karamjeet Kaur Sangha, Sukhjinder Kaur Gill, Parampal Kaur Sidhu, Kamaljeet Kaur, Dharminder Singh Mattu, Tarsem Singh Brar, Jatinderpal Singh Khosa, Manjit Kaur Gill, Baljinder Kaur Gill, Ekta Singh Bhupal, Manjit Kaur Gill, Sanjeev Kumar Aaryan, Baljit Singh, Ruplesh Kaur Mann, Akshra Kumari Sharma, Lavneet Kaur Gill, Jashanjeet Kaur Sidhu, Harbrinder Singh Chandi, Virpal Kaur Josan, Kuljeet Kaur Arora, Sawinder Singh Sandhu, Rajdawinder Kaur Sandhu, Sukhdeep Kaur Sekhon, Aneet Pal Kaur Chhina, Hargopal Singh Padda, Baljinder Kaur Aulakh, Sardarjit Singh Aulakh, Twinklejit Kaur, Sukhjinder Singh Bal, Rupinderjeet Kaur Ghuman, Harpreet Singh Tung, Mahanbir Singh Randhawa, Gurwinderbir Kaur, Bhupinder Singh Chahal, Amarjit Singh Bhinder, Chetan Singh Bisht, Satinder Kaur Babrah, Sukhwinder Singh, Pawan Jyoti Ghumman, Harpal Singh, Jagdeep Singh, Inderpreet Kaur, Surinder Kaur, Sukhwinder Singh Kaul, Surinder Singh Jhand, Bhawna Sharma, Bhupinder Bhushan Dembla, Gurpiar Singh Dhami, Varinder Singh Sohal, Meena Kashyap, Kulwinder Kaur Nanglu, Harjeet Bala Heer, Narinder Jeet Jassi, Rakesh Kumar Verma, Sushma Sharma, Vijay Kumar Thakur, Gui Ma, Xilei Song, Haijun Lu, Zhiqiang Guo, Aiping Zhang, Yidan Lu, Wenjun Xue, Ying Zhang, Chengxiang Liu, Liang Chen, Shuxun Chen, Huixian Long, Yu Shen, Min Qian, Chuanyue Xie, Erli Sun, Lianzhu Chai, Zhenghui Xu, Xuejun Wang, Tong Qi, Bo Liu, Rui Zhang, Chun Chu, Hongbing Bi, Song Lin, Yinghong Zhang, Shaochi Wang, Yun Li, Yuan Xu, Jin Liu, Jiemin Xia, Shunhong Yan, Yan Jiang, Ran Zhou, Yongqiang Wu, Shumei Wang, Jia Wei Wang, Fan Zhang, Ali Raza Jafri, Deepak Chopra, Parisa Sadri,  Vijay Kumar Saini, Wang Jiong, Khalid Mahmood, Tricia Murray, Mohammad Hassan Malekpour Afshar, Gurpreet Singh, Kakaly Sultana, Ashwani Kumar Bakshi, Tao Jiang, Xiao Hua Su, Simratjit Virk, Muhammad Azam Khan, Irene Osamor, Adewale Michael Badmus et Cherry Corpuz c. Ministre de la Citoyenneté et de l’immigration

(CF) (Civile) (Sur autorisation)

Charte des droits – Immigration – Résidents permanents – Catégorie des travailleurs qualifiés (fédéral) – La Cour d’appel fédérale a-t-elle eu tort de conclure que l’art. 87.4  de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés  n’était pas une violation inconstitutionnelle de la primauté du droit? – La Cour d’appel fédérale a-t-elle eu tort de conclure que l’art. 87.4  de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés  ne violait pas les droits acquis des demandeurs à qui on a promis à maintes reprises que leurs demandes de résidence permanente seraient examinées? – La Cour d’appel fédérale a-t-elle eu tort de conclure que l’art. 87.4  de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés  ne violait pas les droits à l’égalité que l’art. 15  de la Charte canadienne des droits et libertés  garantit aux demandeurs? – Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés, L.C. 2001, ch. 27, art. 87.4 Charte canadienne des droits et libertés, art. 15 .

 

L’intimé, le ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration, a refusé de traiter les demandes d’environ 1 400 ressortissants étrangers qui avaient demandé, avant le 27 février 2008, des visas de résidents permanents au titre de la catégorie des travailleurs qualifiés (fédéral).  Le refus du ministre de traiter les demandes de visas de résidents permanents des demandeurs était fondé sur le par. 87.4(1)  de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés, L.C. 2001, ch. 27  (« LIPR  »).  La disposition a été ajoutée à la LIPR  par le projet de loi C-38, intitulé la Loi sur l’emploi, la croissance et la prospérité durable .  Cette loi a été proclamée en vigueur le 29 juin 2012.  La modification prévoit qu’il est mis fin aux demandes de résidence permanente au titre de la catégorie des travailleurs qualifiés (fédéral) faites avant le 27 février 2008, à moins qu’un agent ait rendu une décision quant à la sélection avant le 29 mars 2012.

 

Les demandeurs ont tous sollicité un visa de résident permanent au titre de la catégorie des travailleurs qualifiés (fédéral) avant le 27 février 2008.  Certaines demandes ont été présentées en 2005, d’autres en 2007.  Aucune demande n’a été traitée complètement.  Lorsque le ministre a refusé de traiter leurs demandes de visas de résidents permanents au titre de la catégorie des travailleurs qualifiés (fédéral), sur le fondement du par. 87.4(1)  de la LIPR , les demandeurs se sont adressés à la Cour fédérale pour obtenir le contrôle judiciaire du refus du ministre.  Ils ont sollicité un certain nombre de réparations, y compris une ordonnance de mandamus obligeant le ministre à traiter leurs demandes de visas de résidents permanents.  Ils ont également déposé des Avis de question constitutionnelle, alléguant que le par.  87.4(1)  violait la primauté du droit et la Charte canadienne des droits et libertés .  Les demandes de contrôle judiciaire ont été entendues ensemble sur le fondement de huit demandes dont on a convenu qu’elles étaient représentatives de toutes les autres.  Les demandes de contrôle judiciaire ont toutes été rejetées.  Les appels subséquents à la Cour d’appel fédérale ont été rejetés eux aussi.

 

18 avril 2013

Cour fédérale

(Juge Rennie)

 

 

Rejet des demandes de mandamus

 

21 août 2014

Cour d’appel fédérale

(Juges Sharlow, Dawson et Stratas)

2014 CAF 191

<http://canlii.ca/t/g8rpx>

 

 

Rejet des appels

 

16 décembre 2014

Cour suprême du Canada

 

 

 

Dépôt de la requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel et de la demande d’autorisation d’appel

 

 

 

 

 

 

Supreme Court of Canada / Cour suprême du Canada :

comments-commentaires@scc-csc.ca

613-995-4330

 

- 30 -

 You are being directed to the most recent version of the statute which may not be the version considered at the time of the judgment.