News Releases

Decision Information

Decision Content

Supreme Court of Canada / Cour suprême du Canada

 

(le français suit)

 

JUDGMENTS TO BE RENDERED IN LEAVE APPLICATIONS

 

July 22, 2019

For immediate release

 

OTTAWA – The Supreme Court of Canada announced today that judgment in the following applications for leave to appeal will be delivered at 9:45 a.m. EDT on Thursday, July 25, 2019. This list is subject to change.

 

 

PROCHAINS JUGEMENTS SUR DEMANDES D’AUTORISATION

 

Le 22 juillet 2019

Pour diffusion immédiate

 

OTTAWA – La Cour suprême du Canada annonce que jugement sera rendu dans les demandes d’autorisation d’appel suivantes le jeudi 25 juillet 2019, à 9 h 45 HAE. Cette liste est sujette à modifications.

 


 

1.       Procureure générale du Québec, et al. c. 9147-0732 Québec inc. (Qc) (Criminelle) (Autorisation) (38613)

 

2.       Gerald Anthony v. Gary Gordon McKenzie, et al. (Ont.) (Civil) (By Leave) (38598)

 

3.       Jeffrey Michael Patrick Cline v. Susan Elizabeth (Drummond) Johnson, et al. (Ont.) (Civil) (By Leave) (38610)

 

4.       Roman Catholic Bishop of the Diocese of Calgary v. Edmund Schuster, et al. (Alta.) (Civil) (By Leave) (38595)

 

5.       Kirby Elson v. Attorney General of Canada (F.C.) (Civil) (By Leave) (38584)

 


 

38613

Attorney General of Quebec, Director of Criminal and Penal Prosecutions v. 9147-0732 Québec inc.

(Que.) (Criminal) (By Leave)

Charter of Rights  — Cruel and unusual treatment or punishment — Application of Charter  rights to legal persons — Statement of offence issued against business corporation for carrying out construction work as contractor without holding current licence — Provincial building legislation providing for mandatory minimum fine of $30,843 — Whether protection against “any cruel and unusual treatment or punishment” under section 12  of Charter  can apply to legal persons — Canadian Charter of Rights and Freedoms, s. 12 Building Act, CQLR, c. B‑1.1, ss. 46, 197.1.

 

The respondent, a private company, was issued a statement of offence under the Quebec Building Act for carrying out certain construction work as a contractor without holding a current licence for that purpose. Under s. 197.1 of the Act, the penalty for such an offence is a mandatory fine for a minimum amount that varies depending on who the offender is, that is, whether the offender is a natural person or a legal person. The respondent filed a notice of intention to question the constitutionality of the fine provided for in s. 197.1, arguing that the fine violated its right to be protected against “any cruel and unusual treatment or punishment” under s. 12  of the Canadian Charter of Rights and Freedoms .

 

At trial, the Court of Québec held that it was not necessary to rule on the issue of the application of s. 12  of the Charter  to legal persons, because the minimum fine at issue was at any rate not cruel and unusual. The respondent was found guilty, and a fine of $30,843 was imposed. On appeal, the Quebec Superior Court affirmed that decision and added that legal persons such as the respondent could not benefit from the protection of s. 12  of the Charter . A majority of the Quebec Court of Appeal set aside the decisions of the lower courts and held that s. 12  of the Charter  can apply to legal persons. The matter was returned to the trial court to rule on the issue of the fine provided for in s. 197.1 of the Act.

 

May 30, 2016

Court of Québec

(Judge Ratté)

2016 QCCQ 5931

 

 

Respondent 9147‑0732 Québec Inc. found guilty

 

March 7, 2017

Court of Québec

(Judge Ratté)

2017 QCCQ 1632

 

 

Sentence imposed — fine of $30,843

Notice of intention to question constitutionality of sentence — dismissed

 

November 13, 2017

Quebec Superior Court

(Dionne J.)

2017 QCCS 5240

 

 

Appeal by respondent 9147‑0732 Québec Inc. — dismissed

 

March 4, 2019

Quebec Court of Appeal (Québec)

(Chamberland J.A., dissenting, and Bélanger and Rancourt JJ.A.)

2019 QCCA 373

 

 

Appeal by respondent 9147‑0732 Québec Inc. — allowed

 

 

May 3, 2019

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed by Director of Criminal and Penal Prosecutions and Attorney General of Quebec

 


 

38613

Procureure générale du Québec, directeur des poursuites criminelles et pénales c. 9147-0732 Québec inc.

(Qc) (Criminelle) (Autorisation)

Charte des droits — Traitements ou peines cruels et inusités — Application des droits énoncés à la Charte  aux personnes morales — Constat d’infraction émis contre société commerciale pour avoir entrepris travaux d’entrepreneur et de construction sans détenir de licence en vigueur — Loi provinciale sur le bâtiment prévoit amende minimale obligatoire de 30 843 $ — Est‑ce que la protection contre « tous traitements ou peines cruels et inusités » prévue à l’article 12  de la Charte  peut s’appliquer à l’endroit des personnes morales ? — Charte canadienne des droits et libertés, art. 12 Loi sur le bâtiment, RLRQ c B‑1.1, art. 46, 197.1

 

L’intimée, une société commerciale privée, s’est vu émettre un constat d’infraction en vertu de la Loi sur le bâtiment du Québec, pour avoir entrepris certains travaux d’entrepreneur et de construction sans détenir une licence en vigueur à cette fin. La peine pour une telle infraction prévue à l’art. 197.1 de la Loi est une amende obligatoire dont le montant minimal varie selon l’identité du contrevenant, c.‑à‑d. s’il s’agit d’une personne physique ou morale. L’intimée dépose un avis de contestation de la validité constitutionnelle de l’amende prévue à l’art. 197.1, alléguant que celle‑ci viole son droit de protection contre « tous traitements ou peines cruels et inusités » en vertu de l’art. 12  de la Charte canadienne des droits et libertés .

 

En première instance, la Cour du Québec conclut qu’il n’était pas nécessaire de se prononcer quant à la question de l’application de l’art. 12  de la Charte  aux personnes morales, puisque l’amende minimale en cause n’était pas, de toute façon, cruelle et inusitée. L’intimée est déclarée coupable, et une amende de 30 843 $ est imposée. En appel, la Cour supérieure du Québec confirme cette décision, et ajoute que les personnes morales, comme l’intimée, ne peuvent bénéficier de la protection fournie par l’art. 12  de la Charte . Une majorité à la Cour d’appel du Québec infirme les décisions des instances inférieures et conclut que l’art. 12  de la Charte  peut s’appliquer aux personnes morales. Elle retourne le dossier en première instance pour trancher la question en ce qui concerne l’amende prévue à l’art. 197.1 de la Loi.

 

Le 30 mai 2016

Cour du Québec

(Le juge Ratté)

2016 QCCQ 5931

 

 

Déclaration de culpabilité de l’intimée 9147‑0732 Québec Inc.

 

Le 7 mars 2017

Cour du Québec

(Le juge Ratté)

2017 QCCQ 1632

 

 

Peine imposée — amende de 30 843 $

Avis d’intention de contester la validité constitutionnelle de la peine — rejeté

 

Le 13 novembre 2017

Cour supérieure du Québec

(Le juge Dionne)

2017 QCCS 5240

 

 

Appel déposé par l’intimée 9147‑0732 Québec Inc. — rejeté

 

Le 4 mars 2019

Cour d’appel du Québec (Québec)

(Le juge Chamberland, dissident, et les juges Bélanger et Rancourt)

2019 QCCA 373

 

 

Appel déposé par l’intimée 9147‑0732 Québec Inc. — accueilli

 

 

Le 3 mai 2019

Cour suprême du Canada

 

Demande d’autorisation d’appel déposée par le Directeur des poursuites criminelles et pénales et la procureure générale du Québec

 


 

38598

Gerald Anthony v. Gary Gordon McKenzie, Jennifer McKenzie

(Ont.) (Civil) (By Leave)

Property — Real Property — Adverse Possession — Applicant claiming possessory title to portion of respondent’s property — Is the doctrine of “inconsistent use” applicable in Canadian law? — How is adverse possession to be determined in cases of mutual mistake? — To what extent does the law protect good faith reliance on boundary errors? — How should the conflict between the Ontario Court of Appeal decision in this case and long established Canadian jurisprudence be resolved?

 

Gerald Anthony is the registered owner of 10 acres of land at 202 St. John’s Sideroad East in the town of Aurora, Ontario. Mr. Anthony acquired title to this property in 1997 from Eric and Stella Fulton. 202 was converted into Land Titles Absolute in 1991. Gary and Jennifer McKenzie are the registered owners of 36 acres of land at 130 St. John’s Sideroad East in Aurora. 130 was converted into Land Titles Conversion Qualified on September 27, 1999. Both sets of property were subdivided in 1972 from a 100 acre family farm owned — at that time — by Mr. McKenzie’s grandmother. Mr. Anthony brought an action for adverse possession of the approximately 6 acres of land located at the north east corner of 130. In response, the McKenzie’s brought a motion for summary judgment, requesting the action be dismissed. A motions judge for the Ontario Superior Court of Justice granted the motion for summary judgment and dismissed Mr. Anthony’s action. According to the judge, Mr. Anthony (and the Fultons as previous owners) had failed to demonstrate adverse possession of the entire 6 acres of disputed land for at least 10 years prior to September 27, 1999, when the property was registered under the Land Titles Act, RSO 1990, c L.5. A unanimous Court of Appeal for Ontario agreed with the motions judge and dismissed the appeal.

 

May 8, 2018

Ontario Superior Court of Justice

(Sutherland J.)

2018 ONSC 2752

 

 

Motion for summary judgment granted; Action dismissed.

 

February 25, 2019

Court of Appeal for Ontario

(Feldman, Brown, and Miller JJ.A.)

2019 ONCA 147

 

 

Appeal dismissed.

 

April 23, 2019

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 


 

38598

Gerald Anthony c. Gary Gordon McKenzie, Jennifer McKenzie

(Ont.) (Civile) (Autorisation)

Biens — Biens réels — Possession adversative — Le demandeur revendique un titre possessoire à l’égard d’une partie de la propriété des intimés — Le principe de l’« usage incompatible » est‑il applicable en droit canadien? — Comment faut‑il trancher la question de la possession adversative lorsqu’il y a erreur commune? — Dans quelle mesure le droit protège‑t‑il le fait de se fonder de bonne foi sur des erreurs touchant les limites de propriété? — Comment convient‑il de résoudre le conflit entre l’arrêt de la Cour d’appel en l’espèce et la jurisprudence canadienne établie de longue date?

 

Gerald Anthony est le propriétaire enregistré d’un bien‑fonds d’une superficie de dix acres sis au 202 St. John’s Sideroad East dans la municipalité d’Aurora (Ontario). Monsieur Anthony a acquis le titre à l’égard de ce bien‑fonds en 1997 d’Eric et de Stella Fulton. Le 202 a été converti en droit immobilier à titre absolu en 1991. Gary et Jennifer McKenzie sont les propriétaires enregistrés d’un bien‑fonds d’une superficie de 36 acres sis au 130 St. John’s Sideroad East à Aurora. Le 130 a été converti en droit immobilier de titre restreint le 27 septembre 1999. Les deux biens‑fonds sont issus du lotissement, effectué en 1972, d’une ferme d’une superficie de 100 acres qui appartenait — à l’époque — à la grand‑mère de M. McKenzie. Monsieur Anthony a intenté une action en possession adversative d’une parcelle d’une superficie d’environ six acres située dans le coin nord‑est du 130. En réponse, les McKenzie ont présenté une motion en jugement sommaire en rejet de l’action. Un juge de la Cour supérieure de justice de l’Ontario a accueilli la motion en jugement sommaire et a rejeté l’action de M. Anthony. Selon le juge, M. Anthony (et les Fulton, à titre de propriétaires précédents) n’avaient pas démontré la possession adversative de la totalité de la superficie de six acres du bien‑fonds contesté pendant au moins dix ans avant le 27 septembre 1999, lorsque le bien‑fonds a été enregistré en application de la Loi sur l’enregistrement des droits immobiliers, LRO 1990, ch. L.5. La Cour d’appel, à l’unanimité, a souscrit à l’opinion du juge de première instance et a rejeté l’appel.

 

8 mai 2018

Cour supérieure de justice de l’Ontario

(Juge Sutherland)

2018 ONSC 2752

 

 

Jugement accueillant la motion en jugement sommaire et rejetant l’action.

 

25 février 2019

Cour d’appel de l’Ontario

(Juges Feldman, Brown et Miller)

2019 ONCA 147

 

 

Rejet de l’appel.

 

23 avril 2019

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la demande d’autorisation d’appel

 

 


 

38610

Jeffrey Michael Patrick Cline v. Susan Elizabeth (Drummond) Johnson, Christopher St. Clair Johnson

(Ont.) (Civil) (By Leave)

Torts — Nuisance — Neighbours making competing claims of nuisance — Court awarding respondents damages — Whether interests of homeowner in recording events in and around his or her own home should not invade privacy of others — Whether applicant has right to be free from intrusion by surveillance conducted by neighbours — Whether Court of Appeal decision creates dangerous precedent — Whether Court of Appeal merely deferred to trial judge’s findings of fact and dismissed appeal without any analysis of law concerning tort of nuisance or tort of invasion of privacy.

 

The Mr. Cline and Mr. and Ms. Johnson own neighbouring properties in Kitchener, Ontario. Their backyards are separated by a fence. In the front, they each have a paved driveway that abut each other. The driveways are visually separated by a paved sloped area. The main action was a claim by the Clines for adverse possession of the sloped area. That action was settled before trial by agreement that Ms. Johnson owned the disputed area. What remained for trial was the Johnsons’ counter‑claim against Mr. Cline for damages for harassment, nuisance, intimidation, invasion of privacy, intentional infliction of mental distress and malicious prosecution and injunctive relief. Mr. Cline counter‑claimed for damages for invasion of privacy, nuisance and negligence. He also sought injunctive relief against the Johnsons. Mr. Cline’s complaints against the Johnsons included the barking of the Johnsons’ dog, the honking of the horns on their vehicles, slamming of the doors on their vehicles and their home, parking too close to or on his driveway, trespass to his property, snow clearing onto Mr. Cline’s property, and the position of four video surveillance cameras mounted on the Johnsons’ home. The Johnsons complained of Mr. Cline’s intimidating and threatening behaviour. The trial judge awarded the Johnsons damages and granted them injunctive relief. Mr. Cline’s counter‑claim was dismissed. This decision was upheld on appeal.

 

June 27, 2018

Ontario Superior Court of Justice

(Glithero J.)

2017 ONSC 3916

 

 

Respondents awarded damages for tort of nuisance and mental distress and granted injunctive relief; Applicant’s counter‑claim dismissed

 

March 7, 2019

Court of Appeal for Ontario

(Feldman, Roberts and Fairburn JJ.A.)

2019 ONCA 188

 

 

Applicant’s appeal dismissed

 

April 25, 2019

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 


 

38610

Jeffrey Michael Patrick Cline c. Susan Elizabeth (Drummond) Johnson, Christopher St. Clair Johnson

(Ont.) (Civile) (Autorisation)

Responsabilité délictuelle — Nuisance — Des voisins de poursuivent mutuellement pour nuisances — Le tribunal a accordé des dommages‑intérêts aux intimés — Le propriétaire de maison qui, pour faire valoir ses droits, enregistre les événements qui surviennent chez lui et autour de chez lui doit‑il éviter de porter atteinte à la vie privée d’autrui? — Le demandeur a‑t‑il le droit de ne pas subir d’intrusion sous forme de surveillance exercée par ses voisins? — L’arrêt de la Cour d’appel crée‑t‑il un dangereux précédent? — La Cour d’appel s’est‑elle contentée de s’en remettre aux conclusions de fait du juge de première instance et rejeté l’appel sans analyser le droit relatif au délit civil de nuisance ou au délit civil d’atteinte à la vie privée?

 

Monsieur Cline et M. et Mme Johnson sont propriétaires de maisons voisines à Kitchener (Ontario). Leurs cours arrière sont séparées par une clôture. À l’avant, ils ont chacun une voie d’accès pavée attenante à l’autre. Les voies d’accès sont visuellement séparées par une aire pavée inclinée. L’action principale était une demande des Cline en possession adversative de l’aire inclinée. Cette action a été réglée à l’amiable avant le procès par une entente reconnaissant que Mme Johnson était propriétaire de l’aire en litige. Ce qu’il restait à instruire était la demande reconventionnelle contre M. Cline en dommages‑intérêts pour harcèlement, nuisance, intimidation, atteinte à la vie privée, infliction intentionnelle de souffrances morales et poursuite et recours en injonction malveillants. Monsieur Cline s’est porté demandeur reconventionnel en dommages‑intérêts pour atteinte à la vie privée, nuisance et négligence. Il a également demandé qu’une injonction soit prononcée contre les Johnson. Les plaintes de M. Cline contre les Johnson avaient notamment pour objet les aboiements du chien des Johnson, les coups de klaxon de leurs véhicules, les claquements de portières de leurs véhicules et de portes de leur maison, le fait de stationner trop près de sa voie d’accès ou dans cette voie, l’intrusion sur sa propriété, le dépôt de neige sur la propriété de M. Cline et la position de quatre caméras de surveillance vidéo montées sur la maison des Johnson. Les Johnson se sont plaints du comportement intimidant et menaçant de M. Cline. Le juge de première instance a accordé des dommages‑intérêts aux Johnson et a accueilli leur recours en injonction. La demande reconventionnelle de M. Cline a été rejetée. Cette décision a été confirmée en appel.

 

27 juin 2018

Cour supérieure de justice de l’Ontario

(Juge Glithero)

2017 ONSC 3916

 

 

Jugement accordant aux intimés des dommages‑intérêts pour le délit civil de nuisance et souffrances morales, accueillant le recours en injonction et rejetant la demande reconventionnelle du demandeur

7 mars 2019

Cour d’appel de l’Ontario

(Juges Feldman, Roberts et Fairburn)

2019 ONCA 188

 

 

Rejet de l’appel du demandeur

 

25 avril 2019

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la demande d’autorisation d’appel

 

 


 

38595

Roman Catholic Bishop of the Diocese of Calgary v. Edmund Schuster, Edmund H. Schuster Professional Corporation

(Alta.) (Civil) (By Leave)

Civil procedure — Summary judgment — Application of Hryniak v. Mauldin, 2014 SCC 7, [2014] 1 S.C.R. 87 — Whether summary judgment should have been granted — When and to what extent should the common law principles of contributory negligence and/or mitigation be applied in the context of fiduciary obligations between solicitor and client?

 

The Roman Catholic Bishop of the Diocese of Calgary (“Diocese”), applicant, brought an unsuccessful application for summary judgment against its lawyer, the respondent. The claim is one of breach of fiduciary duty, and it arises out of the purchase of the Diocese’s land by a developer for a condominium project. The application for summary judgment was dismissed on the basis that the evidentiary record did not allow the court to fairly adjudicate the matter. The Court of Appeal agreed and dismissed the appeal.

 

March 30, 2017

Court of Queen’s Bench of Alberta

(Prowse, Q.C., Master in Chambers)

2017 ABQB 230

 

 

Application for summary judgment and application to strike for long delay dismissed

 

May 4, 2018

Court of Queen’s Bench of Alberta

(Hall J.)

2018 ABQB 372

 

 

Appeal dismissed

 

February 13, 2019

Court of Appeal of Alberta (Calgary)

(McDonald, Pentelechuk and Wakeling JJ.A.)

2019 ABCA 64

 

 

Appeal dismissed

April 11, 2019

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 


 

38595

Roman Catholic Bishop of the Diocese of Calgary c. Edmund Schuster, Edmund H. Schuster Professional Corporation

(Alb.) (Civile) (Sur autorisation)

Procédure civile — Jugement sommaire — Application de Hryniak c. Mauldin, 2014 CSC 7, [2014] 1 R.C.S. 87 — Y avait‑il lieu de rendre un jugement sommaire? — Dans quelles circonstances et dans quelle mesure convient‑il d’appliquer les principes de négligence contributive ou de la limitation du préjudice en common law dans le contexte des obligations fiduciaires d’un avocat envers son client?

 

Le Roman Catholic Bishop of the Diocese of Calgary (« Diocèse ») demandeur a présenté sans succès une demande de jugement sommaire contre son avocat, l’intimé. La poursuite en est une pour manquement à une obligation fiduciaire et elle tire son origine de l’acquisition du terrain du Diocèse par le promoteur d’un projet de condominium. La demande de jugement sommaire a été rejetée au motif que le dossier de preuve ne permettait pas à la cour de trancher l’affaire en toute équité. La Cour d’appel a donné raison au tribunal de première instance et a rejeté l’appel.

 

30 mars 2017

Cour du Banc de la Reine de l’Alberta

(Protonotaire en cabinet Prowse, c.r.)

2017 ABQB 230

 

 

Rejet de la demande de jugement sommaire et de la demande de radiation pour retard

 

4 mai 2018

Cour du Banc de la Reine de l’Alberta

(Juge Hall)

2018 ABQB 372

 

 

Rejet de l’appel

 

13 février 2019

Cour d’appel de l’Alberta (Calgary)

(Juges McDonald, Pentelechuk et Wakeling)

2019 ABCA 64

 

 

Rejet de l’appel

 

11 avril 2019

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la demande d’autorisation d’appel

 

 


 

38584

Kirby Elson v. Attorney General of Canada

(F.C.) (Civil) (By Leave)

Administrative law — Judicial Review — Permits and licences — Fisheries — Constitutional law — Division of powers — Discretionary decision made by Minister of Fisheries and Oceans about whether to grant applicant fishing licence — Decision taken in accordance with policy statement making fish harvesters who enter into controlling agreements with third parties ineligible for fishing licences — Does Parliament have the jurisdiction to regulate business arrangements ancillary to fishing? — Can an administrative decision maker empowered under a federal statute reach a decision in reliance on a policy that, in substance, concerns subject matter exclusively reserved for the provinces? — What framework is a court to use to assess when an administrative decision maker illegally fetters their discretion? — Fisheries Act, R.S.C. 1985, c. F‑14, s. 7 .

 

The applicant, Mr. Elson, was denied reissuance of his fishing licences for the 2016 fishing season and beyond largely on the basis of a Department of Fisheries and Oceans (“DFO”) policy making licence holders who are parties to controlling agreements ineligible for licensing. Controlling agreements are agreements between the licence holder and a person, corporation or other entity that permits a person, other than the licence holder, to control or influence the licence holder’s decision to submit a request to DFO for issuance of a “replacement” licence to another fish harvester. Mr. Elson unsuccessfully applied for judicial review of the Minister of Fisheries and Oceans’ decision refusing to exempt him from the DFO policy before the Federal Court of Canada. The Federal Court of Appeal upheld the Federal Court of Canada’s findings in most respects. Both courts found that the DFO policy fell within Parliament’s broad powers over fisheries, and saw no basis to interfere with the Minister’s exercise of discretion in licensing.

 

May 5, 2017

Federal Court of Canada

(Strickland J.)

2017 FC 459

 

 

Application for judicial review dismissed

 

February 8, 2019

Federal Court of Appeal

(Gauthier, Webb and Gleason JJ.A.)

File no. A‑177‑17

2019 FCA 27

 

 

Appeal dismissed

 

April 8, 2019

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 


 

38584

Kirby Elson c. Procureur général du Canada

(C.F.) (Civile) (Autorisation)

Droit administratif — Contrôle judiciaire — Permis et licences — Pêche — Droit constitutionnel — Partage des compétences — Décision discrétionnaire rendue par le ministre des Pêches et Océans sur l’opportunité d’accorder un permis de pêche au demandeur — La décision a été prise conformément à l’énoncé de politique qui rend inadmissibles aux permis de pêche les pêcheurs qui concluent des accords de contrôle avec des tiers — Le Parlement a‑t‑il compétence pour réglementer les ententes commerciales accessoires à la pêche? — Un décideur administratif habilité par une loi fédérale peut‑il prendre une décision en s’appuyant sur une politique qui, au fond, concerne un objet qui relève de la compétence exclusive des provinces? — Quel cadre un tribunal doit‑il utiliser pour évaluer si un décideur administratif commet une entrave illicite à son pouvoir discrétionnaire? — Loi sur les pêches, L.R.C. 1985, ch. F‑14, art. 7 .

 

Le demandeur, M. Elson, s’est vu refuser le renouvellement de ses permis de pêche pour la saison de pêche 2016 et dans l’avenir, principalement en raison de la politique du ministère des Pêches et des Océans (« MPO ») qui rend inadmissibles au renouvellement les titulaires de permis qui sont parties à des accords de contrôle. Les accords de contrôle sont des accords conclus entre le titulaire du permis et une personne, une société ou une autre entité, qui confère à une personne autre que le titulaire de permis, le pouvoir de déterminer ou d’influencer la décision du titulaire de demander au MPO de délivrer un permis « de remplacement » à un autre pêcheur. Monsieur Elson a demandé sans succès à la Cour fédérale le contrôle judiciaire de la décision du ministre des Pêches et des Océans de lui refuser une exemption  de la politique du MPO. La Cour d’appel a confirmé les conclusions de la Cour fédérale sur la plupart des points. Les deux cours ont conclu que la politique du MPO relevait des vastes pouvoirs du Parlement à l’égard des pêches et elles ne voyaient aucun motif de contester l’exercice du pouvoir discrétionnaire du ministre en matière de délivrance de permis.

 

5 mai 2017

Cour fédérale

(Juge Strickland)

2017 CF 459

 

 

Rejet de la demande contrôle judiciaire

 

8 février 2019

Cour d’appel fédérale

(Juges Gauthier, Webb et Gleason)

No de dossier A‑177‑17

2019 FCA 27

 

 

Rejet de l’appel

 

8 avril 2019

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la demande d’autorisation d’appel

 

 


 

 

 

Supreme Court of Canada / Cour suprême du Canada :

comments-commentaires@scc-csc.ca

613-995-4330

 

- 30 -

 You are being directed to the most recent version of the statute which may not be the version considered at the time of the judgment.